Pétrole : Obama veut une taxe de 10 dollars par baril, colère des industriels

 |   |  383  mots
"En créant une redevance sur le pétrole, le projet du président crée une incitation claire à l'innovation du secteur privé dans la réduction de notre dépendance au pétrole", assure la Maison Blanche.
"En créant une redevance sur le pétrole, le projet du président crée une incitation claire à l'innovation du secteur privé dans la réduction de notre dépendance au pétrole", assure la Maison Blanche. (Crédits : YURI GRIPAS)
La proposition d'une telle taxe devrait se heurter à la farouche opposition des républicains, majoritaires. Cette mesure est destinée à recueillir plusieurs milliards de dollars pour le développement de technologies d'énergies propres, avance la Maison Blanche.

Dans son projet de budget pour l'année fiscale 2017 qu'il présentera la semaine prochaine au Congrès, Barack Obama va inclure la création d'une taxe de dix dollars par baril (159 litres), alors que le prix du pétrole est en chute libre depuis juin 2014. Le baril de Brent et celui WTI s'échangent à respectivement 34,41 et 31,79 dollars, contre plus de cent dollars au début de l'été 2014. Une telle taxe rapporterait 32 milliards de dollars par an, estime le Wall Street Journal.

"Le projet du président investit dans les technologies d'énergies propres"

Les sommes recueillies serviraient à financer le développement de réseaux de transports collectifs dans tout le pays ainsi que la recherche et le développement de véhicules autonomes et de technologies "bas carbone".

"En créant une redevance sur le pétrole, le projet du président entraîne une incitation claire à l'innovation du secteur privé dans la réduction de notre dépendance au pétrole et, dans le même temps, il investit dans les technologies d'énergies propres qui alimenteront notre avenir", a déclaré la Maison blanche dans un communiqué.

L'industrie pétrolière s'indigne

L'industrie pétrolière assure que cette taxe, qui serait appliquée progressivement sur une durée de cinq ans, augmenterait de 25 centimes de dollars le prix du gallon (environ 3,8 litres) de pétrole et nuirait à la révolution du gaz de schiste, rapporte le Financial Times.

"Au moment où les compagnies pétrolières traversent la plus grave crise financière depuis plus de 25 ans, augmenter les coûts du secteur n'a pas grand sens", renchérit  dans un communiqué Neal Kirby, porte-parole de l'Independent Petroleum Association of America.

| Opinion Prix du pétrole : à l'origine des chocs et contre-chocs

Toutefois, peu de chances que le Congrès, à majorité républicaine adopte cette mesure, souligne le Wall Street Journal. "La Chambre va neutraliser cette proposition absurde", a déclaré Steve Scalise, leader de la majorité républicaine, cité par le journal économique.

Sur Twitter, il a jugé qu'il s'agit de "la pire idée d'Obama à ce jour".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2016 à 0:10 :
Et elle s'appliquerait où cette taxe?
Sur les barils de brut produits, sur l'essence raffinée vendue à la pompe?

Dans le second cas, cela fait une taxe de 6 cents par litre, ce n'est pas totalement indolore mais le prix de l’essence est très bas (0.55 USD/l) contre 0.65 en octobre 2015, donc rien de monstrueux.

Les producteurs hurlent, non parce que le client paiera plus cher, mais parce que tout renchérissement du pétrole à la pompe le rend moins concurrentiel avec les énergies renouvelables.
Réponse de le 07/02/2016 à 15:26 :
@pas clair: ne dansons pas autour de la cacahuète pour savoir où va retomber la taxe. C'est bien évidemment sur l'essence à la pompe; et comme il existe déjà des taxes sur les taxes de l'essence, une augmentation de 6 cents (ton exemple) se traduira vraisemblablement par 10 cents en réalité :-)
a écrit le 06/02/2016 à 23:47 :
Cela peut (PEUT) se révéler intéressant dans le sens où les us se rendent compte que leur dollar est de moins en moins mondial et donc, ne pourra bientôt plus acheter tout le pétrole du monde malgré leurs guerres incessantes.
a écrit le 06/02/2016 à 14:19 :
En fait c'est une mesure déguisée pour rendre compétitif le pétrole américain de schiste en difficulté face à la baisse du pétrole facile à exploiter, cela entraînerait une hausse généralisée des cours du brut.
a écrit le 06/02/2016 à 9:18 :
DEJA DANS BEAUCOUP DE PAYS 70 A 80% DU PRIX DE L ESSENCE SONT DES TAXES ? LES GOUVERNEMENTS VONT VOIR LEURS VEAUX D OR PERDRE DE LA VALEUR DEVANT LE BOUME DES NOUVELLES DECOUVERTE SUR LES NOUVELLES ENERGIES???IL FAS FALLOIR QUE LES STRUSTS PETROLIER SE CONVERTISENT A CES NOUVELLES ERNERGIES VERTE S IL NE VEULENT PAS FAIRE FALLITE??? AVEC LES MATIERES FOSSIL ON POURAS INVENTE D AUTRE PRODUIT PLUS UTILE AUX HOMMES QUE SE DE LES BRULES BETEMENT DANS DES MILLIARDS DE VOITURES???
a écrit le 06/02/2016 à 7:27 :
Si on parle d'énergie, les Américains, comme les Français manifestent systématiquement une réaction d'opposition. Pourquoi?
Réponse de le 06/02/2016 à 17:25 :
@gépé: on parle de taxes ! que ce soit sur les champignons de Paris ou l'énergie, les gens en ont marre de cette litanie de taxes et impôts :-)
a écrit le 05/02/2016 à 22:26 :
10 USD , sur sa démagogie BCBG ...sa rapporte plus...
a écrit le 05/02/2016 à 21:34 :
Obama défend le gaz de schiste.
a écrit le 05/02/2016 à 18:55 :
pas qu'en France ou la réponse a chaque problème est une nouvelle taxe ; sauf que la période n'est pas faste pour le pétrole
a écrit le 05/02/2016 à 16:00 :
Une très bonne idée, pas nouvelle. Sa qualité : être provisoire. Les américains ont inventé la Tennessee Valley Authority en début du siècle précédant pour des aménagements ponctuels. Ce processus a été repris à l'identique -quoiqu'on en dise le contraire- en France sous le nom étrange de TVA avec la mauvaise idée de l'avoir rendu entre-temps perpétuel et inquisiteur de telle sorte qu'il se résume de nos jours à un véritable hold-up contre les entreprises qui doivent payer avant d'avoir gagné. Quelques perroquets l'affublent pourtant du qualificatif de "neutre" sans y avoir jamais regardé. Parmi mes principes s'affiche en bonne place le projet de suppression totale de la TVA qui peut s'effectuer raisonnablement en 15 ans comme je l'ai déjà évoqué sur ce fil il y a longtemps. Bref, un effort national ponctuel est donc tout a fait possible pour un objectif clairement défini. Je préconise d'ailleurs une idée proche sous forme d'une sorte de LBO pour la formation d'un fonds privé, national et souverain. Ici Obama nous dit que les prix du pétrole vont poursuivrent leur descente que j'ai évoquée à 17 dollars et se fixeront à un seuil bas. Cette anticipation est un signe économique bien venu.
a écrit le 05/02/2016 à 15:41 :
Tous les grands naïfs internationaux devraient se rendre compte que toutes ces guerres un peu partout dans le monde coûtent de l'argent, et que donc il faut taxer tous azimuts !
a écrit le 05/02/2016 à 15:29 :
"L'industrie pétrolière assure que cette taxe, qui serait appliquée progressivement sur une durée de cinq ans, augmenterait de 25 centimes de dollars le prix du gallon (environ 3,8 litres) de pétrole et nuirait à la révolution du gaz de schiste"

Encore une bonne idée d'Obama donc, mais en général quand les gros gueulent contre une idée c'est qu'elle est bonne.

Pour l'ensemble de la population bien entendu pas pour les plus riches.

Sanders président.
a écrit le 05/02/2016 à 14:30 :
Le problème c'est que les pétrolieres sont en mauvais état actuellement, les dividendes et bénéfices sont déja répartis dans la poche des actionnaires et des banques...avant l'heure c'est pas l'heure, aprés l'heure c'est un trop tard...
a écrit le 05/02/2016 à 14:26 :
C'est dommage que les USA n'ai pas été capable de financer l'Obamacare et les transports publiques car il s'agissait de 2 réformes principales et promises par les Démocrates. Maintenant cela va être trés difficile de continuer des réformes qui ne sont pas financées faute de volonté politique. La classe intermédiaire a beaucoup souffert de promesses non tenue, c'est trés dur pour la classe moyenne actuellement.
Réponse de le 05/02/2016 à 15:43 :
En tous cas pas pour le secteur de la santé, @Bernie's. Les américains ont regroupé de façon importante des géants du "health" dans plusieurs segments, qui ne demandent qu'a fusionner : distribution hyper, pharmacies, hôpitaux, matériel, assureurs, laboratoires, prescripteurs, grossistes, OTC, pharma. Je ne cesse de souligner que cette évolution et ces géants vont faire exploser nos structures françaises privées, mais aussi sécurité sociale, assurances et retraites. Personne ne s'en préoccupe et surtout pas la Presse. La mesure est-elle celle de Obama ou d'un cartel financier parti à la conquête de nos économies ? Peut importe, le Président actuel gardera cette seule étoile à son plastron.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :