Attentat de Londres : trois morts, la piste islamiste privilégiée

 |   |  666  mots
Le niveau d'alerte terroriste au Royaume-Uni est fixé depuis août 2014 à grave, le quatrième sur une échelle de 5.
Le niveau d'alerte terroriste au Royaume-Uni est fixé depuis août 2014 à "grave", le quatrième sur une échelle de 5. (Crédits : EDDIE KEOGH)
La police britannique a mené jeudi matin une perquisition à Birmingham et procédé à sept arrestations dans le cadre de l'enquête.

| Article mis en ligne le 22/03 à 16h40, dernière mise à jour le 23/03 à 10h03.

Une attaque qualifiée de terroriste par la police a eu lieu mercredi dans le centre de Londres, sur le pont de Westminster et dans l'enceinte du Parlement britannique, faisant des victimes. La police britannique a mené jeudi matin une perquisition à Birmingham et procédé à sept arrestations dans le cadre de l'enquête.

L'assaillant, seul selon les premières pistes, a dirigé sa voiture contre des piétons sur le pont de Westminster avant d'avoir un accident. Il s'est ensuite dirigé vers le Parlement britannique pour continuer son attaque terroriste, d'après le commissaire adjoint Mark Rowley, chef de l'antiterrorisme. La police a confirmé qu'il y avait quatre personnes décédées, dont le policier attaqué à l'arme blanche et l'assaillant. Au moins quarante personnes ont été blessées, dont trois policiers. Un bilan de cinq morts, dont le tueur, avait été communiqué mercredi soir par la police, mais Mark Rowley, patron des services antiterroristes, l'a révisé à la baisse jeudi matin.

Scotland Yard a annoncé avoir été appelé à environ 14h40 locales pour un "incident à Westminster Bridge lié à des armes à feu""Des policiers, et notamment des policiers armées, restent sur place et nous traitons [ces faits] comme un incident terroriste jusqu'à preuve du contraire", a dit la police dans un communiqué.

Un hélicoptère de secours a atterri peu après l'incident sur place. Au moins deux ambulances étaient stationnées près du pont de Westminster, près du parlement, a constaté une journaliste de l'AFP. La police a dégagé la foule sur le pont, indiquant que le lieu "n'était pas sûr". La Première ministre britannique, Theresa May, est saine et sauve, a annoncé un porte-parole.

Trois lycéens français blessés

 Trois élèves français d'un lycée de Concarneau (Finistère) ont été blessés dans l'attaque survenue mercredi à Londres, ont annoncé les autorités françaises.

"Solidarité avec nos amis britanniques terriblement frappés, plein soutien aux élèves français blessés, à leurs familles et leurs camarades", a déclaré le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, sur Twitter.

"Nous confirmons que 3 élèves du lycée Saint-Joseph de Concarneau qui se trouvaient en voyage scolaire figurent parmi les blessés", a quant à lui annoncé le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Romain Nadal, sur Twitter.

Pas un hasard, dit May

Cette attaque intervient un an jour pour jour après les attentats de Bruxelles - à l'aéroport de Zaventem et dans une station de métro proche des institutions européennes. La Première ministre britannique, Theresa May, a relevé que le lieu de l'attaque, qu'elle a qualifiée de "répugnante et ignoble", n'était pas un hasard.

"Le terroriste a choisi de frapper au coeur de notre capitale, là où les gens de toutes nationalités, de toutes religions, de toutes cultures se rassemblent pour célébrer les valeurs de liberté, de démocratie et de liberté d'expression", a-t-elle dit devant sa résidence du 10, Downing Street.

Les tentatives de renversement de ces valeurs sont vouées à l'échec a-t-elle ajouté.

L'enquête de la police s'oriente vers un attentat lié "au terrorisme islamiste", a précisé le chef de l'antiterrorisme. La police pense avoir identifié le tueur mais ne fournira pas de précisions à ce stade, a-t-il dit.

13 attentats déjoués depuis juin 2013

En mai 2013, deux islamistes britanniques avaient tué à l'arme blanche un soldat dans une rue du sud-est de Londres. Scotland Yard a annoncé début mars que les services de sécurité britanniques avaient "déjoué treize tentatives d'attentat terroriste depuis juin 2013" au Royaume-Uni.

Le niveau d'alerte terroriste au Royaume-Uni est fixé depuis août 2014 à "grave", le quatrième sur une échelle de 5. A la suite des attentats de novembre 2015 en France, la police avait annoncé le déploiement de 600 policiers armés supplémentaires à Londres, portant leur nombre à 2.800.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2017 à 22:56 :
D'ou l'importance de quitter l'eu et de retablir des frontieres fortes ! Brexit NOW
a écrit le 22/03/2017 à 20:27 :
Mme MAY était fière il y a quelques jours de déclarer que ce n'est pas au Parlement de définir quelle doit être la longueur des jupes des femmes... On comprend bien, avec cette soumission, d'où vient le "Londonistan" et pourquoi cet attentat affreux a été commis aujourd'hui. Condoléances et soutien aux victimes et à tous leurs proches.
a écrit le 22/03/2017 à 19:40 :
Ouais, même que maintenant l'assaillant va se taper les 71 verges !
a écrit le 22/03/2017 à 19:05 :
Le maire de Londres et Anne Hildalgo vont sans doute nous expliquer qu'il s'agit d'un feu d'artifice mal organisé, car il s'agit d'un citoyen britannique privé de couscous et donc sous pression occidentale :-)
a écrit le 22/03/2017 à 16:45 :
Ils y vont fort les anti-brexit tout de même...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :