La Chine stoppe son mécanisme de suspension des échanges boursiers

 |   |  1232  mots
Depuis la mise en place du disjoncteur, le mécanisme a été utilisé à deux reprises, lundi et jeudi.
Depuis la mise en place du "disjoncteur", le mécanisme a été utilisé à deux reprises, lundi et jeudi. (Crédits : REUTERS/China Daily)
Après la fermeture des marchés chinois pour cause de forte chute des indices, les investisseurs ont adopté une position défensive. Le CAC 40 a ouvert sur une baisse de 3%, à l'instar des places de Francfort et de Londres. Du côté du pétrole, le WTI et le Brent chutaient de près de 3%, jeudi.

17h44- Le CAC 40 reste sous pression

Le CAC 40 a fini en baisse de 1,72% à 4.403,58 points après avoir perdu jusqu'à 3,5% en séance. Aucune valeur composant l'indice phare de la Bourse de Paris n'a gagné de terrain.

La Bourse de Milan a cédé 1,14%, celle de Londres 1,96% et Francfort 2,29%. L'indice Stoxx 600 , qui regroupe les principales valeurs européennes, recule de 2,32% en clôture provisoire.

A Londres, l'indice FTSE-100 des principales valeurs a perdu 119,30 points, soit exactement 1,96%, pour terminer à 5.954,08 points.

16h46 - La Fed tient les marchés chinois à l'œil

La Réserve fédérale américaine surveille avec attention les turbulences financières actuelles en Chine mais il est encore trop tôt pour dire si la baisse des actions chinoises et du yuan aura un impact important sur l'économie américaine, a déclaré jeudi Jeffrey Lacker, le président de la Réserve fédérale de Richmond.

"Il n'est pas clairement établi que les événements de cette semaine en Chine auront des implications importantes pour les fondamentaux des Etats-Unis, mais bien sûr, nous surveillerons cela de près", a-t-il dit à des journalistes à Raleigh (Caroline du Nord).

15h54 - Le "disjoncteur" boursier chinois est suspendu

Le régulateur boursier chinois (China Securities Regulatory Commission's) a annoncé sur le réseau social chinois Weibo sa décision de suspendre le mécanisme de suspension des échanges boursiers instauré l'été dernier, selon Bloomberg. Ce dispositif du "disjoncteur" permet de fermer les marchés en cas de forte baisse. Depuis son activation, ce mécanisme a été utilisé à deux reprises, lundi et jeudi. Les transactions sont interrompues pour l'ensemble de la séance dès lors que la variation atteint 7%.

15h40 - Wall Street en baisse comme prévu

La Bourse de New York a ouvert en forte baisse jeudi, prise à son tour dans la tourmente lancée en Chine qui emportait les autres marchés du monde: le Dow Jones perdait 0,67% et le Nasdaq 2,07%. A 15h40, Le CAC 40 perdait quant à lui 1,82%.

15h - Les sept places financières du Golfe sont dans le rouge

Les sept places financières du Golfe ont clôturé dans le rouge, dont la Bourse saoudienne, la plus importante de la région en termes de capitalisation. L'indice Tadawuk All-Shares de la Bourse saoudienne a fini sur une baisse de 4,5% à 6.225,22 points, son niveau le plus bas en trois ans.

13h46 - Un début de crise, selon le milliardaire Georges Soros

Lors d'un forum d'investisseurs à Colombo au Sri Lanka, le milliardaire américain Georges Soros s'est alarmé:

"Malheureusement, la Chine a un très gros problème d'ajustement, a de nombreux choix à faire et peut transférer ses problèmes au reste du monde en dévaluant sa monnaie et c'est ce qu'elle fait."

Et d'insister: "Nous faisons face à un très grave problème d'ajustement qui est assez récent et je dirais que cela équivaut à une crise et nous en sommes au début. Quand je regarde les marchés financiers, je vois une situation sérieuse qui me rappelle la crise que nous avons eue en 2008".

13h08 - Ouverture de Wall Street en baisse

Les futures (contrats à terme) sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 2,5% pour le Dow Jones et de 3,3% pour le Nasdaq tandis que l'indice MSCI monde qui suit 46 marchés perd 1% à un creux de trois mois, accusant sa sixième séance de baisse d'affilée. L'indice des marchés émergents recule de son côté de 2,5% à ce stade de la journée.

12h17 - Les valeurs chinoises attendues en recul à Wall Street

Le géant chinois Alibaba pourrait souffrir, comme l'ensemble des valeurs chinoises cotées à New York, après un nouveau plongeon des Bourses chinoises dans le sillage d'une dévaluation du yuan. Le géant chinois du commerce en ligne perdait 4,7% à 73,72 dollars dans les échanges d'avant-Bourse.

11h36 - Le prix du pétrole continue à dégringoler

Après avoir atteint un plus bas depuis juillet 2004, jeudi, le brent continue à chuter, affecté par la déconfiture des marchés chinois. A 11h22, il chutait de 2,62% atteignant une valeur de 33,48 euros le baril. Même son de cloche pour le WTI, dont le cours chutait de 2,79% à 33,09 euros.

11h - Les Bourses scandinaves chutent de plus de 4%

Les indices boursiers à Stockholm, Oslo et Helsinki chutaient de près de 4% en milieu de matinée jeudi, entraînées par les craintes des répercussions de la crise boursière en Chine sur les économies nordiques. Vers 9H35 GMT, Stockholm reculait de 3,77%, Helsinki de 4,16%, tandis qu'à Oslo la baisse était de 4,09%.

Copenhague baissait aussi, mais moins fort, de 2,49%, après la publication de bons chiffres pour l'emploi au Danemark. En Suède l'équipementier télécoms Ericsson reculait de 4,40%. En Norvège, le poids lourd Statoil (-6,19%) faisait les frais de la perspective de prix bas du pétrole pendant longtemps. En Finlande, Nokia, bien implanté sur le marché chinois, perdait 3,22%.

10h40 - Madrid perd plus de 3%

La Bourse de Madrid perdait près de 3% jeudi, un peu plus d'une heure après l'ouverture, inquiète de la nouvelle déroute des marchés chinois qui ont fermé prématurément pour la deuxième fois en une semaine.

L'indice vedette de la Bourse de Madrid, l'Ibex 35, lâchait 2,89% à 8.931,40 points vers 10H30 (09H30 GMT), après avoir décroché de plus de 3%.

9h20 - Les matières premières en baisse

L'indice sectoriel des valeurs liées aux matières premières enregistre la plus forte baisse en Europe (-5,17%). A Paris, ArcelorMittal chute de 6%. Les prix du pétrole continuent parallèlement de baisser et atteignent des niveaux inédits depuis les années 2000, entraînés par le ralentissement de l'économie chinoise mais également par la hausse des stocks et les tensions au Moyen-Orient, qui rendent improbable une baisse de la production. Le baril de Brent perd 4,2% à 32,65 dollars.

9h08 - Forte baisse du CAC 40 à l'ouverture

A Paris, l'indice CAC 40 est en baisse de 2,47% à 4.369,76 points à 9h08 et aucune valeur n'est en hausse au sein de l'indice élargi SBF 120. La Bourse de Londres perd 1,99% et celle de Francfort 2,83%. L'indice EuroStoxx 600, qui regroupe les principales valeurs européennes, recule de 2,41% et l'EuroStoxx 50 des valeurs vedettes de la zone euro cède 2,57%.

7h - La Chine et Wall Street en berne

Plus tôt dans la journée, les Bourses chinoises ont fermé de manière anticipée au terme de moins d'une demi-heure d'échanges après avoir chuté de plus de 7%, déclenchant ainsi pour la deuxième fois de la semaine le dispositif du "disjoncteur" qui permet de fermer les marchés en cas de forte baisse. Mais la fermeture de Wall Street a également contribué à provoquer ce mouvement baissier. La Bourse de New York a ainsi fini, mercredi, à un plus bas de trois mois à 16.906 points, soit une baisse de 1,47%.

La baisse du yuan annoncée par les autorités chinoises ont de nouveau attisé les spéculations autour du ralentissement économique chinois. Les minutes de la Réserve fédérale américaine (Fed) n'ont pas permis de rassurer les investisseurs sur la solidité de la reprise économique américaine. Enfin, l'annonce par la Corée du Nord d'un essai "réussi" de bombe à hydrogène a également accentué le risque géopolitique.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2016 à 17:58 :
Vous avez aimé la crise financière de 2008? Vous allez adorer celle de 2016 !

En 2008 c'est la Chine qui avait sauvé le monde en ne lâchant pas d'un coup sa dette US, sinon on aurait vécu un effondrement total et planétaire.

Que va t'il se passer quand ce sera la bourse chinoise qui va s'effondrer et que cette superpuissance financière, économique, industrielle et commerciale rentrera en crise financière, économique mais également politique?

Les marchés boursiers n'ont que la réalité qu'on veut bien leur donner.
Quand une place peut perdre 1300 milliards de dollars de valeur en une seule séance, c'est bien la preuve que l'estimation des entreprises qu'elle cote est totalement virtuelle et sans fondement sérieux.

La chute des marchés devrait donc nous laisser totalement froid, sauf que les spéculateurs ont acquis, avec la complicité des politiques, le moyen de nous faire payer en cash et en bon argent, au prix de la sueur, du sang et des larmes, les "pertes" virtuelles qu'ils ont subi. Les 7 dernières années nous illustrent bien la chose avec les crises des dettes souveraines, la monté des extrémismes, l'économie réelle en berne.

Il y a tout un environnement qui y concoure, et les leçons de 2008 n'ont jamais été totalement tirées. Il n'y a toujours pas de séparation des banques de dépôt et des banques de spéculation, les garanties bancaires sur les comptes particuliers sont dérisoires et n’empêcheront pas un cash-run des épargnants au prochain doute, les règles prudentielles sont insuffisantes et les crash test sur les banques sont des aimables plaisanteries qui ne trompent que les gogos.
a écrit le 07/01/2016 à 16:33 :
En route pour la 3° guerre mondiale. Not'Président nous a prévenu, Nous sommes en guerre...Pour être cynique: La guerre... une bonne façon de réduire les problèmes...le chômage... la crise... la surpopulation...
a écrit le 07/01/2016 à 14:18 :
Macro gestion/économie, c'est notre mal...
a écrit le 07/01/2016 à 12:04 :
Cela ne fait que confirmer que la hausse des matières première n'a été qu'une bulle spéculative.

Il en va de même pour la hausse des prix suite au passage à l'euro....

tant que vous trouverez en europe des différences de 100% sur certains produits
ie shampoing loreal à moins de 2 euros en allemagne et en 4 et 6 euros en France posez vous des questions.

tant qu'on vous dira que si vous ne prenez pas la carte vous n'avez pas droit au prix adhérant ou aux bons d'achats alors sachez que vous payez systématiquement trop cher pour un service de base.
a écrit le 07/01/2016 à 10:43 :
La baisse mondiale de la consommation, enrayée partiellement par les opérations financières mais c'était reculer pour mieux sauter, commence à peine à se faire sentir.

L'économie ne peut pas se faire sans les 7 milliards d'individus qui la compose, cette obsession néolibérale nous mène droit dans le mur.

Pour redresser la barre d'urgence la seule solution serait d'instaurer un revenu minimum d'existence universel, le problème est que pour que les états aient assez de capitaux pour la financer il faudrait supprimer les paradis fiscaux et mon petit doigt me dit que de nombreux personnages puissants ne le voudront jamais.

Dommage, coulons alors...
Réponse de le 07/01/2016 à 11:36 :
Supprimer les paradis fiscaux ? mais le Luxembourg et dans une moindre mesure l'Irlande en sont et ils sont intégré dans la CEE . Le chef de la commission qui devrait dormir au cachot pour ses actions frauduleuses est issu d'un Paradis fiscal .
C'est sans espoir , on a été tondu,; on se fait tondre et on se fera tondre .Copions les : mettons notre agent en Suisse avant qu'ils fassent une OPA dessus , utilisons que des banques et produits financiers hors CEE hors de portée.
Réponse de le 07/01/2016 à 12:36 :
dans les pays neocommunistes genre allemagne de l'est ou roumanie de ceaucescu, y avait pas de revenu minimum, juste des camps ' qui n'ont rien d'ultraliberal' pour ceux qui sont pas contents des entrepots vide sde jaruselski
et dieu merci c'est toujours vrai en coree du nord qui n'a rien d'ultraliberal pour deux sous, vu que la gauche et les libertes ( des autres) , ca fait 2!!
Réponse de le 07/01/2016 à 13:11 :
En effet très bien vu. Les paradis fiscaux sont l'obligation du capitalisme pour tuer les états. Pour ceux qui voudraient creuser, cherchez les mesures prises par Roosevelt pour remettre l'économie des us en marche en 1932. La vengeance des banques fut à la hauteur, mais elles se firent punir à la fin de la guerre.
Réponse de le 07/01/2016 à 13:41 :
Cher Kafou, je comprends et partage en partie votre pessimisme cependant j'ai eu l'imprudence de faire des enfants et du coup je me dois d'espérer de tout coeur que la raison économique l'emportera enfin sur la passion oligarchique même si en effet, comme ces derniers détiennent en quasi totalité les outils de production, cela va être très compliqué.

Il faut espérer que tout les acteurs économiques ne soient pas complètement corrompus ou aliénés et que certains d'entre eux sachent encore penser.
Réponse de le 07/01/2016 à 13:46 :
Churchill, vous me parlez d'une époque révolue à laquelle je ne donne que très peu d'importance pour ma part le modèle communiste comme vous dites n'étant pas mon modèle, je n'en ai pas d'ailleurs, j'analyse simplement ce qu'il en est.

Mon modèle c'est l'économie intelligente, or dans l'accaparation de celle ci par quelques uns elle ne peut pas devenir intelligente, elle ne le deviendra que quand elle profitera à tous, l'économie a besoin d'être au service de l'humanité pour être oxygénée sinon comme on le constate un peu plus tout les jours elle est littéralement étouffée.

Il faut avancer dorénavant et arrêtez de suite de regarder l'économie avec un regard militant daté comme vous le faite, la binarité de la pensée ne peut que nous faire régresser, avançons dorénavant il serait temps.
Réponse de le 07/01/2016 à 13:53 :
Cher Yvan, je suis entièrement d'accord avec ce que vous avez écrit rajoutant que du coup tuer les états c'est tuer les peuples et tuer les peuples c'est tuer l'économie.

Après l'énorme erreur des banques en 2008 qui nous ont précipité dans cette crise sans fin, les chefs d'états avaient l'opportunité de les rappeller à l'ordre mais hélàs, néolibéralisme oblige, cela n'a pas été le cas et je pense que nous payons actuellement très cher cette erreur politique car les tenants de l'économie actuelle ne peuvent pas la gérer seuls, on constate bien qu'ils n'en sont pas capables car manquant tout simplement de repère au réel. Même pour leurs biens à eux les présidents auraient du les sanctionner et récupérer une partie de leurs pouvoirs mais comme on le voit bien, nous avons laissé les margoulins gérer seuls l'économie, rien de bien ne pouvait en sortir maintenant nous le savons bien, la chance ne suffit pas il faut être doté d'un minimum de bon sens.
Réponse de le 07/01/2016 à 14:32 :
Cher Bernardo. Si vous n'avez pas encore compris que les "dirigeants" ne le sont plus et sont PILOTES par les plus riches afin de se faire élire, c'est qu'il vous manque encore un soupçon de bon-sens. Là, le bon-sens viendra de la masse, qui fait de plus en plus peur, et qui n'en pourra plus de voir l'erreur de l'existence des trop riches.
Réponse de le 07/01/2016 à 15:48 :
Yvan, le problème de votre analyse est que le peuple français est bien trop confortablement installé ou piégé par les crédits pour donner l'impression qu'il va réagir, oui ce serait bien qu'il descende dans la rue pour faire entendre sa voix mais d'une part il n'en a plus l'habitude et d'autre part il est complètement conditionné par des médias appartenant à ceux dont l'intérêt et de ne surtout rien changer voir de reculer si possible même.

Votre expérience personnelle vous permet de percuter sur la réalité de notre société, n'attendait pas qu'il en soit de même pour la majorité de la population, fondé un espoir sur une compréhension subite universelle me semble plutôt franchement déraisonnable pour le moment en tout cas.
Réponse de le 07/01/2016 à 17:09 :
Ca me fait bien marrer cette belle complaissance...

Pour moi, l'economie mondiale est comme un gateau qu'on se partage ! Et actuellement, on en mange une grand part du gateau !
On est dans la mondialisation. Et de ce fait, on est dans une situation assez confortable car il y a certains peuples qui ont un coup de travail beaucoup moins chere que nous

Dans le monde des bisounous, il faudrait que tous le monde gagne à peu pres le meme salaire..... Du coup, notre pouvoir d'achat sera fortement diminué......
Réponse de le 07/01/2016 à 19:53 :
Bonsoir Joeblack "Ca me fait bien marrer cette belle complaissance..."

Vous pourriez préciser ceci je vous pris, quelle complaisance ? Vous parlez de quoi ?

"Pour moi, l'economie mondiale est comme un gateau qu'on se partage !"

C'est peut-être de là que vient votre erreur d'analyse et le fait que vous soyez complétement perdu en économie, c'est une science vous savez. Il faut bien quelqu'un qui le conçoive ce gâteau non ? Il ne se fait pas tout seul quand même si ? Vous pensez que le gâteau tombe du ciel ? Enfin voyons un peu de sérieux je vous prie, vous êtes sur un site spécialisé en économie, un minimum de connaissance de base est indispensable.

L'économie n'est pas une croyance, seuls ceux qui ont besoin de justifier des faits erronés le suggèrent.
Réponse de le 07/01/2016 à 21:10 :
Le "zoeblack" harchement au courant... C'est ça, d'être d'extrême-droite, on a peu d'infos. Juste un "détail" : en Espagne ET en Allemagne, le niveau de vie est largement inférieur à la France. Mais FAUT aller se renseigner et, réfléchir. Certes, c'est DUR... Tiens, gamin, sors-moi le smic portugais, qu'on se "marre"...
Réponse de le 08/01/2016 à 9:48 :
C'est l'avantage d'un site technique comme la tribune, les trolls sont rapidement dépassés dès qu'il faut penser et à part ressasser leurs éternelles obsessions comme "hollande est nul" que l'on entend sans arrêt de leur part, ça fait vachement avancer les débats, parce que hollande n'est pas nul il sert simplement l'oligarchie comme le faisait sarkozy et comme le fera avec encore plus de motivation le pen ou n'importe qui d'autre du front national et je mets mélenchon dans le même sac. Ou bien le sempiternel "c'est la faute aux étrangers" qui ne va nulle part si ce n'est vers ce qui se fait de pire, "c'est la faute aux fonctionnaires", aux "gauchistes" aux « amerloques » à « obama » à « taubira », aux "bobos-écolos-trostkos-islamos-anarchos-rigolos-(ajouter le ressentiment du matin)" et-c..., que des dogmes stupides, du prêt à penser arriéré qui au lieu de nous faire avancer nous font régresser encore un peu plus et on en a vraiment pas besoin, c'est bon on a déjà eu suffisamment notre dose de pensées au raz des pâquerettes.

Bref le troll d'extrême droite rejette sans arrêt la faute de n'importe quoi sur ceux, nombreux, qu'il n'aime pas, ce qui sur un site sans âme dorénavant comme rue89 (même s'il y reste des irréductibles que je salue au passage) est facile mais sur un site économique ou bien de façon générale ne se contentant pas de regarder le doigt l'est beaucoup moins, ils se ridiculisent bien souvent tout seuls, il n'y a rien à répondre c'est parfait. C'est vraiment particulièrement reposant ici.
a écrit le 07/01/2016 à 10:24 :
Burn Baby, Burn !
a écrit le 07/01/2016 à 10:19 :
Mon assurance-vie! Ma pauvre assurance-vie!! Si la bulle des bourses éclate, que va devenir mon assurance-vie..???
Réponse de le 07/01/2016 à 16:39 :
moi,j'ai préféré placer en livret...(pas obligataire)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :