L'union bancaire a-t-elle sauvé l'Europe comme le dit Emmanuel Macron ?

 |   |  1380  mots
Qui a sauvé l'euro, François Hollande ou Mario Draghi ?
Qui a sauvé l'euro, François Hollande ou Mario Draghi ? (Crédits : Kai Pfaffenbach)
Dans une interview à Libération, le candidat d'En Marche ! affirme que sans l'union bancaire "l'Europe explosait dans les deux mois". Une vision contestable.

L'interview d'Emmanuel Macron accordée ce vendredi 24 mars à Libération est sans doute passionnante, mais il en est un élément qui suscite beaucoup de perplexité. Le candidat d'En Marche ! affirme en effet par deux fois que c'est « l'union bancaire » qui a sauvé « l'Europe ». « Sans l'union bancaire, tout aurait flambé », explique-t-il, avant de poursuivre, peu après : « sans l'union bancaire, l'Europe explosait dans les deux mois ».

L'union bancaire évoquée en 2012

Ces remarques sont pour le moins étrange. On ignore exactement ce à quoi l'ancien ministre de l'Economie fait allusion en parlant de « flambée » et « d'explosion ». L'hypothèse sans doute la plus probable est que, pour le candidat, c'est l'union bancaire qui a mis fin à la crise de la dette de la zone euro, seule crise qui, réellement, ait menacé l'union monétaire d'une explosion rapide. Cette vision est-elle crédible ?

Certes, lors du conseil européen du 29 juin 2012, les chefs d'Etats et de gouvernements évoquent l'établissement d'un « mécanisme unique de supervision pour les banques de la zone euro incluant la BCE ». Une fois ce mécanisme prévu, le Mécanisme européen de stabilité pourrait, poursuit le communiqué, « avoir la possibilité de recapitaliser les banques directement ». C'est effectivement le premier pas de l'union bancaire qui vise à briser le lien entre le risque souverain (« d'Etat ») et le risque bancaire. A l'époque, la zone euro est en effet clairement au bord du gouffre.

Les taux continuent à monter

Mais cette décision a-t-elle mis fin à la crise qui, effectivement, est intervenue un mois plus tard ? La réponse est clairement négative. Le taux italien à 10 ans, par exemple, passe entre le 29 juin et le 20 juillet de 5,819 % à 6,166 %. Son équivalent espagnol monte encore plus vite sur la même période : de 6,329 % à 7,267 %, alors même que le communiqué demande à l'Eurogroupe et au MES d'agir vite sur l'Espagne pour maîtriser le risque bancaire. Or, ces deux pays sont alors les « maillons faibles » de la zone euro. On craint qu'ils perdent leur accès au marché qui, alors, compte tenu du poids de leur dette, aurait pu ouvrir la voie à un éclatement de l'union monétaire.

« L'union bancaire », ou du moins son projet n'a donc pas eu un effet apaisant sur les marchés. Et en réalité, à ce moment, personne ne croit qu'un tel projet, nécessitant la mise en place d'une supervision unique nécessairement longue, puisse répondre à l'urgence d'un emballement des marchés qui, depuis deux ans, testent la capacité de la zone euro à mettre en place une vraie solidarité. L'union bancaire n'a pas davantage stoppé la crise européenne que le Mécanisme européen de stabilité, établi au printemps, ou que le pacte budgétaire, annoncé en décembre 2011. Les marchés ne croyaient alors guère à ces machines à gaz européenne.

Mario Draghi a mis fin à la crise, pas l'union bancaire

Ce qui a mis fin à la crise, ce qui a empêché, alors, l'explosion de la zone euro et fait baisser les taux italiens et espagnols, c'est la déclaration de Londres du président de la BCE Mario Draghi, le 26 juillet 2012 au cours de laquelle il se dit prêt à faire « tout ce qu'il faut » (« whatever it takes ») pour sauver l'euro. Il ajoute : « et croyez-moi, cela suffira ». Il confirme alors les rumeurs qui ont déjà fait un peu baisser les taux depuis une semaine. Cette détermination de la banque centrale était clairement ce qui manquait aux marchés. Le 4 septembre, Mario Draghi confirme son action par la mise en place de l'OMT (« Outright Monetary Transactions »), permettant à la BCE de racheter sans limites des bons souverains sur le marché secondaire. La menace de l'OMT sera suffisante, la crise financière de la zone euro s'apaise, même si la crise économique, sociale et politique ne fait que commencer.

Le fruit de la fermeté italo-espagnole

La vision d'Emmanuel Macron est donc fausse et biaisée. Cet été 2012 prouve non pas la grande force de l'action des gouvernements, notamment de François Hollande, dont il est alors le secrétaire général adjoint, mais celle de la BCE. Et si la BCE a pu agir, c'est sous la pression des marchés, mais aussi parce que, au cours de ce même sommet des 28 et 29 juin 2012, deux chefs de gouvernements européens, Mario Monti pour l'Italie et Mariano Rajoy pour l'Espagne, ont exercé une forte pression sur Angela Merkel pour qu'elle accepte ce qu'en Italie, on appelait alors un « bouclier anti-spread ». Les deux hommes ont même menacé de quitter le sommet si on ne les écoutait pas. Ils ont été écoutés alors même que François Hollande ne les soutenait pas et se contentait d'un fantomatique « pacte de croissance » qui s'est révélé n'être qu'un leurre.

On comprend pourquoi Emmanuel Macron préfère donc voir dans l'union bancaire la source de la résolution de la crise. L'OMT est en effet la preuve qu'une opposition déterminée à l'Allemagne peut faire avancer l'Europe dans le bon sens. Or, toute la stratégie européenne du candidat repose sur l'idée inverse, à l'image de celle de François Hollande voici cinq ans : il faut ménager Berlin pour en obtenir des concessions. L'été 2012 et l'évolution de la zone euro depuis semble prouver le contraire...

L'union bancaire inachevée

Et l'union bancaire ? Elle a été fort longue à se mettre en place, preuve supplémentaire que ce n'est pas elle qui a sauvé la zone euro. Du reste, pendant les discussions, la zone euro a connu, en mars 2013, une nouvelle crise bancaire à Chypre. Il a fallu attendre 2014 pour disposer de la supervision unique sous l'égide de la BCE, supervision taillée sur mesure par l'Allemagne pour que l'essentiel de son marché de détail y échappe. Et ce n'est qu'en 2016 que le mécanisme de résolution unique a vu le jour. En revanche, le « troisième pilier », la garantie paneuropéenne des dépôts de moins de 100.000 euros, reste un horizon lointain. Le gouvernement fédéral allemand y voit une « socialisation des risques » et la refuse catégoriquement.

Une union bancaire bien différente du projet initial

L'union bancaire a donc finalement une forme très différente de ce qui avait été établi en 2012. Le MES ne peut intervenir que temporairement et sous fortes conditions. La supervision unique ne prévoit pas de réduire la détention de bons souverains et la dépendance vis-à-vis d'agences de notation qui n'ont guère brillé par leur capacité d'anticipation. La résolution unique doit la priorité au bail-in, faisant payer les créanciers, les actionnaires et les déposants de plus de 100.000 euros. Une méthode employée à Chypre en 2013 et qui pose bien des problèmes macroéconomiques dans la mesure où les créanciers et les déposants peuvent être des ménages et des PME n'ayant pas eu conscience de ces risques. Et comme le troisième pilier n'existe pas, il n'est même pas certain que tous les pays de la zone euro puissent assurer la garantie de 100.000 euros. Ce n'est qu'ensuite que vient la « solidarité », sous la forme d'un fonds auquel les banques cotisent et qui est assez faible (une cinquantaine de milliards d'euros quand le grand fonds de garantie de la crise de 2007-2008 en Allemagne seulement s'établissait à 200 milliards d'euros).

Un fonctionnement peu convaincant

L'union bancaire instaure une très faible solidarité interne à la zone euro et elle n'a guère eu d'impact sur la résolution de la crise. Pire même : pour le moment, le mécanisme de résolution effraie plus qu'il ne rassure. La preuve la plus éclatante en est que la Grèce, le Portugal et l'Italie ont tout fait pour éviter d'y avoir recours. Et Bruxelles a permis dans deux de ces trois cas des aides d'Etat directes. En Italie, notamment, le gouvernement Renzi a craint les effets d'une participation des créanciers particuliers dans un pays où les banques ont souvent vendu leurs obligations comme des « placements sûrs ». Le bon fonctionnement de l'union bancaire et son achèvement reste donc à faire. C'est dire si on est loin de la version délivrée par Emmanuel Macron.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2017 à 22:18 :
Macron ne reprend que l'argumentaire de Attali sur le sujet, donc il suffit de lire Attali pour comprendre ce que Macron à voulu dire.
a écrit le 26/03/2017 à 19:04 :
Merci pour cette excellent article.

Ce sont les banques qui dirigent l'union européenne et emmanuel macron il est évident qu'il est là pour elle et pour perpétuer cette perpétuelle politique d'austérité qui permet aux banquiers et à leurs actionnaires d'engraisser.

"Une réforme bancaire qui enchante les banquiers" https://www.monde-diplomatique.fr/2013/03/PLIHON/48816
a écrit le 26/03/2017 à 16:57 :
L'union bancaire est un mythe. Ce sont, à mon humble avis, les assouplissements quantitatifs et les rachats massifs d'obligations souveraines qui ont repoussé le problème qui est toujours une épée de Damoclès sur l'Europe. L'Europe en tant que telle n'existe pas, c'est un conglomérat de nations bien différentes que veut contrôler l'Allemagne. Le redressement de la France passe par une modification profonde du système pour le render démocratique et éviter qu'un quasi monarque règne en maître en plaçant ses copains souvent incompétents aux postes clés. Ce système, c'est la corruption assurée :-)
a écrit le 26/03/2017 à 4:22 :
Macron a bel et bien raison ! C'est bien la mise en place de l'union bancaire et un ensemble de mesures qui étaient nécessaire à la bonne marche et pérennisation du sauvetage ainsi que la sécurisation de l'ensemble. Pour rappel l’idée de former une union bancaire a fait son chemin au cours de l’été 2012 comme une des réformes à mener pour éviter la désintégration de l’UEM et ses conséquences potentiellement très néfastes. L’objectif avoué d’une telle union était de rompre les liens dangereux entre les crises des dettes souveraines et les crises bancaires au sein de la zone euro. La Commission a énoncé les principaux éléments de l’UBE tout en traçant la trajectoire de sa construction à suivre et a fourni via ses propositions une base de discussion en vue d’une prise de décision. Etant donnée l’insuffisance des mesures budgétaires et financières pour assurer la stabilité de la zone euro, les dirigeants européens ont pris la décision d’autoriser la recapitalisation directe des banques européennes par le MES. Ceci à son tour a motivé la décision de créer un mécanisme de supervision unique, qui débouchera à terme sur l’Union bancaire européenne (UBE) comme l'ont suggéré les propositions de la Commission européenne. L’analyse de l’architecture de l’UBE révèle des avantages potentiels importants. L’UBE est fondée sur quatre piliers : un corpus unique de règles ou « règlement uniforme », une autorité européenne chargée d’une surveillance centralisée des banques sous la responsabilité de la BCE, un régime de résolution unique des crises bancaires, et un système commun de garantie des dépôts. La Commission a proposé un cadre commun de règles et de compétences, à savoir le règlement uniforme, afin de préserver la stabilité financière de l’Union européenne (UE) tout en assurant que les actionnaires et les créanciers des banques assument pleinement leur part de responsabilité en cas de pertes bancaires et de coûts de recapitalisation. En effet, les fonds propres des banques étaient largement insuffisants pour faire face à la crise. De ce fait, les autorités nationales européennes étaient obligées d’apporter un soutien au secteur bancaire d’un montant de 4,5 billions d’euros et les contribuables supporter un coût potentiellement très élevé. L’objectif de ce cadre était d’aider les États membres à mieux prévenir les crises bancaires et, le cas échéant, à les gérer de manière plus ordonnée et plus efficace en suivant des principes prédéfinis en accord avec les bonnes pratiques internationales et en respectant totalement les règles de l’UE en matière d’aides d’État. Pour assurer une meilleure résolution des crises bancaires, la Commission a proposé la constitution d’un fonds de résolution national ex ante financé par les contributions des banques et la mise en place d’une facilité d’emprunt mutuel avec des limites précises et à caractère contraignant pour les systèmes nationaux. C'est donc bien, pour faire simple, l'ensemble de ces mesures dont l'union bancaire qui étaient nécessaires et E. Macron a parfaitement raison.
Réponse de le 06/04/2017 à 0:02 :
Ce post est un copié-collé pur et simple de passages de l'article de Meixing Dai et Samuel Sarfati, "L’Union bancaire européenne permet-elle de sauver l’euro ?", Bulletin de l'Observatoire des politiques économiques en Europe, N° 27 - Hiver 2012 (http://opee.unistra.fr/spip.php?article280).

Premièrement, à moins d'être un des ses auteurs (mais pourquoi le dissimuler ?) il est parfaitement malhonnête de citer cet article sans donner sa référence. Sauf si évidemment on souhaite s'approprier le travail d'autrui et affecter de déployer une réflexion économique dont on est incapable par soi-même…

Deuxièmement, les conclusions des deux auteurs de cette étude sont loin d'être optimistes quant à l'avenir de l'eurozone, même dotée d'une union bancaire fonctionnelle (celle mise en place est qualifiée de "sub-optimale"), sans réalisation d'un véritable fédéralisme budgétaire (vous savez, le truc qui est impossible au regard de la Loi fondamentale allemande et dont les Allemands dans tous les cas de figure ne veulent pas entendre parler…).

Détourner sans le citer un article très prudent dans ses conclusions, pour faire passer l'idée que l'Union bancaire a sauvé l'eurozone et que donc "Macron avait raison" relève de l'escroquerie intellectuelle. Ou du trollage pro-macron, plus simplement.

Bon courage à Romaric Godin qui tente ici de préserver ici un peu de lucidité. Il a du pain sur la planche.
a écrit le 25/03/2017 à 13:44 :
Quand on fait une erreur et que l'on cherche tout les moyens pour l’effacer, signifie t il que l'on sauve la situation?
a écrit le 25/03/2017 à 3:50 :
L'UE est dirigée et contrôlée par l'Allemagne. Sa solidité financière garantie l'ensemble de la zone monétaire. Résultat, Grecs , Espagnols , Portugais et malheureusement la France ,ces pays club Med ont pu emprunter à des taux qui ne correspondaient pas au niveau de leurs économies.
Résultat, la crise grecque et, un endettement surréaliste de pays n'ayant pas la capacité de rembourser. Les allemands demandent de la rigueur, les autres pays acceptent , on arrive à quoi, un chômage de masse et une croissance nulle. Le péché originel de l'euro, c'est d'avoir mélangé des pays ne sont pas au même niveau économique et qui n'ont pas la même approche des problèmes.
Réponse de le 25/03/2017 à 8:40 :
Donc !! ni l'Europe ni l'Euro ne peuvent fonctionner.Sic.
Réponse de le 25/03/2017 à 8:40 :
Donc !! ni l'Europe ni l'Euro ne peuvent fonctionner.Sic.
Réponse de le 25/03/2017 à 11:09 :
Soit, il y a un peu de cela, "et alors" diraient d'autres.
C'est un peu comme une classe d'école, si on ne réunit que des cancres, il n'y a jamais d’émulation, ni de progression.
Ce contexte de taux bas aurait aussi pu servir à booster l'économie et à faire de l'EuroGroup une puissance économique et technologique. Et pas seulement une espèce de "marché du dimanche matin", en caricaturant un peu. L'exemple d'Airbus montre que l'on peut faire des projets communs et devenir leader mondial. Encore faut il que les grands groupes ne se contentent pas que de la prédation intra-européenne, ou que des pays ne pratiquent pas du dumping fiscal ou social.

Rappels historiques :
En ce moment de commémoration du traité de Rome signé le 25 mars 1957, il faut aussi se rappeler du pourquoi de la construction Européenne.
Une phrase d'un article du Monde signé Edouard Pflimlin résume bien l'un des principaux enjeux : "Le constat, après la seconde guerre mondiale, est que les nationalismes d’extrême droite et les divisions entre Etats ont conduit à une guerre particulièrement destructrice".
A l'époque il était déjà question de fédéralisme et même d'une armée commune CED.

Il y a eu de nombreux succès et il est trop tard pour regretter les échecs. Il faut simplement corriger les erreurs et aller plus loin dans la construction européenne.
De toute manière on n'a plus le choix, l’économie est maintenant mondialisée et un pays seul ne pèse pas grand chose dans ce contexte.
Même si la France fait encore partie des bons élèves (en dehors de l'endettement) on a besoin de nos partenaires Européens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :