Mario Draghi prêt à "agir" dès mars pour relancer l'inflation

 |   |  163  mots
Mario Draghi veut relancer l'inflation dans la zone euro.
Mario Draghi veut relancer l'inflation dans la zone euro. (Crédits : VINCENT KESSLER)
La Banque centrale européenne considère que la faiblesse des cours de l'énergie et les turbulences des marchés financiers contribuent à réduire les anticipations inflationnistes. Mario Draghi se dit déterminer à "agir" pour conjurer les effets de ces deux éléments.

La Banque centrale européenne (BCE) est prête à assouplir davantage sa politique monétaire le mois prochain si les turbulences sur les marchés financiers ou la faiblesse des prix de l'énergie contribuent à réduire les anticipations d'inflation dans la zone euro, a déclaré lundi Mario Draghi.

"Premièrement, nous allons examiner la vigueur de la transmission de la faible inflation importée sur les salaires et la formation des prix et sur les anticipations d'inflation", a dit le président de la BCE lors d'une audition devant la commission des Affaires économiques et monétaires du Parlement européen.

"Deuxièmement, à la lumière des récentes turbulences financières, nous allons analyser la qualité de la transmission de nos incitations monétaires par le système financier et par les banques en particulier", a-t-il ajouté.

"Si l'un de ces deux facteurs entraîne des risques baissiers sur la stabilité des prix, nous n'hésiterons pas à agir."

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2016 à 23:07 :
c'est un vrai voleur que nos politiques ont mis à ce poste. Il est grandement responsable de la situation actuelle, mais il n'est pas le seul. Pour sauver les ultras riches de ce monde ( dont il doit tirer profits) il est prêt a sacrifier tous les "gueux" de ce monde et surtout de l'Europe. Tant que les banquiers ne paient pas pour leurs conneries, et surtout tant que nous avons des marionnettes aux pouvoirs la situation ne changera pas. Qu'allons nous faire quand les robots remplaceront les ouvriers et employés, et que nous n'aurons plus de moyens de tout?
a écrit le 16/02/2016 à 22:07 :
Quelle blague ! Toutes les autres Banques Centrales ont déjà essayé, et, à part relancer l'inflation sur les actifs financiers, on voit bien que ça ne marche pas !
a écrit le 16/02/2016 à 13:23 :
Il est très crédible que la BCE intervienne pour les banques en particulier. La question des pose des fusions de Citi et Banque of América et autres pour les USA, les japonais doivent mettre un grand coup de balai aussi tandis que les chinois veulent un maintient du yuan et sont prêts à accorder des contreparties. Une intervention massive est donc possible. On parle de 200 milliards pour l'Italie. Le pays devra accepter d'importantes compensations et la vente d'une partie des actifs bancaires. UK est aussi en situation difficile tandis qu'il veut consolider ses assurances et vendre de nombreuses entreprises et se trouve prêt à des accords. L'allemagne se trouve dans une situation détestable d'un point de vue bancaire et doit réformer ses entreprises dans les grandes dimensions, l'Espagne n'est pas mieux. la France est un peu le pays qui se promène avec une grande épuisette pour récupérer tout ce qui tombe mais désire aussi un soutien massif à ses agriculteur et la mise en place d'une certaine forme de protectionnisme à la veille des élections. Tout s'aligne pour que la BCE puisse agir. Il est improbable que cet épisode agisse sur l'inflation, que par ailleurs personne ne souhaite voir progresser, mais, qui s'en soucie pourvu qu'on le prétende tel un prétexte et qu'il se passe ?
Réponse de le 16/02/2016 à 17:32 :
@Corso 16/02/2016 13:23
Mario n'a aucun mandat pour intervenir aux EU, au Japon, en UK (sauf Irlande) et en Chine donc hors sujet.
Pour les banques Italiennes, il a explicitement répondu hier devant le Parlement Européen (en Italien, après en avoir demandé la permission, la question étant posée par un député Italien) que ce n'était pas dans le mandat de la BCE de les renflouer. donc c'est pareil pour les Allemandes ou autres pays. Cela m'étonnerait que la BCE obéisse à une telle demande du Conseil Européen (réunion des Chefs des Etats membres de la ZE).
En ce qui concerne l'inflation, il a répété à plusieurs reprises que l'objectif de la BCE était d'obtenir un chiffre d'inflation le plus voisin mais inférieur à 2% (c'est un des mandats de la BCE). La question est de savoir si on va y arriver avec les nouvelles mesures qui pourraient être annoncées le mois prochain.
Cordialement
a écrit le 16/02/2016 à 8:21 :
C'est dingue la BCE. On a pas plus de 1% de vrais épargnants. Les gagnants de la mondialisation, qui vole l'argent des uns pour se le partager, qui ne réalisent aucun investissement productifs et on en est encore à essayer de relancer une inflation anémique en enrichissant ceux là même qui sont la cause de la déflation (banques, distributeurs et états). Le seul vrai moyen de relancer l'inflation, c'est de donner à chaque citoyen 10 K€. Là, on aura vraiment de l'inflation. Sinon, on continuera avec des bulles spéculatives et financières, de la création monétaire qui ne profitera qu'à ceux qui investissent hors d'europe. C'est toujours le même problème de caste. On se focalise sur les cours de bourse qui n'ont aucun intérêt réel. Par exemple, à quoi sert-il d'alimenter un marché de robots en THF? Quel est l'intérêt réel, hormis l'enrichissement de pervers?
a écrit le 16/02/2016 à 7:46 :
Pouvez-vous m'expliquer comment la BCE dont l'une des missions principales, un de ses fondements est de surveiller que l'inflation ne dépasse pas les 2% en zone euro, en est à vouloir relancer l'inflation
La conséquence principale est la ruine des épargnants
a écrit le 16/02/2016 à 6:28 :
Si on regarde la croissance publiée, pour 17 pays d’Europe, inclus le RU, la Norvège ou la Suisse, on trouve que depuis 1980, les croissances faibles sont de 0,42 en 1981, de 0,18 en 1993. Pour les USA on relève -0,2 en 1980, -1,9 en 1982, -0,1 en 1991 puis deux années consécutives en 2008 et 2009 suivies d’une moyenne de 2,2. Pour l’Europe, la moyenne 10-14 est de 0,65 pour un chômage élevé. Par ailleurs, en 2008 et 2009, la croissance est également faible à négative. Mais en 2012 elle est de -0,82 et en 2013 de -0,11 ce qui fait une rechute en négatif. En 2014, l’Europe fait 1,31 contre 2,4 aux usa. La croissance nette d’inflation en France est de 0,76 entre 87 et 00 contre 0,49 en Allemagne puis entre 01 et 07 elle est de -0,17 contre +0,34 Outre-Rhin. La moyenne 01-14 donne -0,41 en France et également en négatif en Allemagne à -0,14. Les Pays-Bas par exemple, passeraient entre 87 et 00 de 1,35 à -0,74 entre 01 et 14. L’Europe n’a-t-elle pas un problème de performance économique ? L’INFLATION au Japon sur 80-86 est de 2,23 puis sur 87-97 on note 0,80 soit 35% puis sur 98-13 on relève -1,19. En Europe, l’inflation 87-07 serait de 3,3 de moyenne et sur 08-14 de 1,4 soit 42% ou 1,3 sur 10-14... Les américains auraient 2,5 d’inflation puis 1,6 sur la seconde soit 64% un chiffre meilleur comme la croissance qu’en Europe, sommes-nous en période pré-déflationiste et ne devrait-on réformer les institutions pour une meilleure performance et moins d’hétérogénéité ? Y aura-t-il d’autres mouvements de protestation comme la croissance est faible sans plein-emploi ?
a écrit le 16/02/2016 à 6:27 :
Il va tous nous ruiner pour sauver ses copains des banques....
a écrit le 16/02/2016 à 5:24 :
Toutes ses mesures ont échoué à relancer l'inflation, alors pourquoi attendre mars et en quoi ce qui a échoué va tout d'un coup réussir?
a écrit le 16/02/2016 à 1:02 :
Le pire c'est qu'il va reussir.
a écrit le 15/02/2016 à 20:37 :
Waouh, il faut vite se débarrasser des euros dont la valeur fond comme neige au soleil. Vite, de l'or !
a écrit le 15/02/2016 à 20:08 :
Je pense que si il ose encore ajouter du pire au grave , cette fois , Schaüble va jaillir de sa chaise roulante et lui appliquer quelque chose quelque part.
Ce type ne comprend simplement rien aux ordres qu'on lui dicte.
a écrit le 15/02/2016 à 19:58 :
Comme toujours, on part du virtuel pour faire du concret alors que le concret en est la base!
a écrit le 15/02/2016 à 19:55 :
Pour l'instant il est en train de prier! Comme d'hab!
a écrit le 15/02/2016 à 19:42 :
Quelqu'un pourrait-il m'expliquer ce qu'est : "La vigueur de la transmission de la faible inflation importée sur les salaires et la formation des prix et sur les anticipations d'inflation"?
Super Mario, tu es tout simplement super!
a écrit le 15/02/2016 à 19:30 :
Leurs réponses qui sont les mêmes depuis 20 ans, en utilisant sans cesse les mêmes leviers afin de compenser la baisse générale des salaires, qui n'ont aucune incidence sur la situation économique à moyen terme, ils appellent cela de l'action ces clowns.

Alors que ce n'est que de la poudre aux yeux, de la continuité dans l'inaction...
a écrit le 15/02/2016 à 19:22 :
en d'autres termes ..cela s'appelle la fuite en avant tranquille ...l'avantage de cette politique ...c'est que si vous êtes en faillite ...ce n'est pas dangereux immédiatement...Mais après ...? l'ardoise risque d être sévère....
a écrit le 15/02/2016 à 17:47 :
Surtout prêt à agir pour une dévaluation déguisée de l'Euro...
a écrit le 15/02/2016 à 17:31 :
Ses moyens sont extrêmement limités, n'en croyons mot...en substance; beaucoup de gueule, mais peu d’efficacité !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :