Sans surprise, la BCE maintient ses taux inchangés

 |   |  319  mots
Le taux de refinancement, principal instrument de la politique monétaire de la BCE, reste à zéro, le taux de la facilité de dépôt à -0,40% et le taux de prêt marginal à 0,25%
Le taux de refinancement, principal instrument de la politique monétaire de la BCE, reste à zéro, le taux de la facilité de dépôt à -0,40% et le taux de prêt marginal à 0,25% (Crédits : © Ralph Orlowski / Reuters)
L'institution de Francfort a en outre répété qu'elle s'attendait à maintenir ses taux à leurs niveaux actuels, voire plus bas, pour une période prolongée et au-delà de la fin de ses rachats d'actifs, prévue (au moins) jusqu'en décembre.

La Banque centrale européenne (BCE) a laissé jeudi sa politique monétaire inchangée, maintenant le niveau de ses taux directeurs et le montant mensuel de ses rachats d'actifs. Cette décision était largement attendue en pleine période électorale en France, même si, selon des sources, les responsables monétaires européens sont soulagés par la première place d'Emmanuel Macron au premier tour de l'élection présidentielle française. Dans la foulée, l'euro a très légèrement fléchi, sous 1,0890 dollar, après cette annonce.

Dans le détail, le taux de refinancement, principal instrument de la politique monétaire de la BCE, reste à zéro, le taux de la facilité de dépôt à -0,40% et le taux de prêt marginal à 0,25%. Les rachats d'actifs, qui ont été abaissés ce mois-ci de 20 milliards d'euros conformément à ce qui avait été annoncé en décembre et confirmé en mars, sont maintenus à 60 milliards d'euros dans le cadre du programme dit d'assouplissement quantitatif (QE). Ces rachats se poursuivront au moins jusqu'en décembre.

Vers un prolongement des rachats d'actifs ?

La BCE a en outre répété qu'elle s'attendait à maintenir ses taux à leurs niveaux actuels, voire plus bas, pour une période prolongée et au-delà de la fin de ses rachats d'actifs. Elle a aussi affirmé que ces rachats, destinés à encourager le crédit pour soutenir l'activité et l'inflation dans la zone euro, pourraient être amplifiés ou prolongés si les perspectives pour la zone euro devenaient moins favorables.

Cette politique d'assouplissement quantitatif sera poursuivie "jusque fin décembre 2017 ou au-delà, si nécessaire, et, en tout cas, jusqu'à ce que le Conseil des gouverneurs observe un ajustement durable de l'évolution de l'inflation conforme à son objectif" d'une hausse des prix légèrement inférieure à 2%, a déclaré le Conseil des gouverneurs dans un communiqué.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2017 à 23:20 :
Tout va "mieux". Mais pour qui..??
a écrit le 27/04/2017 à 19:17 :
Et dire que c'est vous qui ètes les économistes, donc vous devriez savoir que l'on ne peut pas arréter un QE. Draghi va nous enfumer jusqu'a plus faim !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :