Nucléaire : l'administration américaine retoque le projet d'EDF

 |   |  262  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
L'autorité de régulation nucléaire américaine (NRC) a rejeté la demande d'EDF de construire un EPR à Calvert Cliffs, aux Etats-Unis.

Les projets nucléaires américains d'EDF s'éloignent encore un peu plus dans le temps. La Nuclear Regulatory Commission (NRC) américaine a rejeté jeudi une demande d'autorisation déposée par la filiale d'EDF, UniStar, pour la construction d'un nouveau réacteur de type EPR, à Calvert Cliffs, sur la côte nord-est des Etats-Unis. Ce refus était attendu puisque la loi américaine impose un actionnariat majoritairement américain pour tout acteur désireux de construire et d'exploiter une centrale nucléaire.
Or, EDF et son partenaire électricien américain Constellation se sont spectaculairement séparés fin 2010. Pourquoi l'électricien français n'a-t-il pas alors retiré sa demande d'autorisation auprès de la NCR ? Mystère. EDF ne commente pas ce vendredi. Ce refus démontre néanmoins une chose : EDF n'a toujours pas trouvé de remplaçant à Constellation.

Gaz de schiste
Là aussi, ce n'est pas complètement surprenant. La relance du nucléaire aux Etats-Unis, tant annoncée en 2005/2006, est gelée par la crise financière mais aussi par l'abondance du gaz de schiste. La compétitivité de nouveaux projets nucléaires paraît très incertaine face aux centrales électriques à gaz, alimentées par une matière première très bon marché. Sans compter qu'aux Etats-Unis, les électriciens nucléaires sont de petites sociétés, sans les moyens financiers nécessaires pour se lancer dans les forts investissements qu'exige le nucléaire. Henri Proglio, le PDG d'EDF, avait admis début 2012 que ses projets américains seraient « décalés dans le temps ».
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2012 à 9:24 :
Je tiens à signaler que j'ai écrit une grosse bêtise: en effet, la puissance nucléaire en France n'est pas de 63000GW mais de 63 GW (63000 MW). Autant pour moi.
Réponse de le 03/09/2012 à 14:58 :
Ben moi de mon côté je me suis pas trompé et je redonne mes chiffres et sources (principalement l'AIE) pour les prévisions mondiales d'installations en énergie solaire:
2017: 230 GW - 2020: 300 GW - 2030: 1000 GW - 2050: entre 3 000 et 9 000 GW
http://article.lechodusolaire.fr/?id=acakahai1007eujp
http://www.pv-magazine.com/news/details/beitrag/japan--power-shortages-and-fits-clear-way-for-pv_100006700/#axzz1v7cq0jvW
http://www.enerzine.com/1/9704+aie---25-pct-de-lelectricite-dorigine-solaire-en-2050+.html
http://www.bloomberg.com/news/2011-08-29/solar-may-produce-most-of-world-s-power-by-2060-iea-says.html
Réponse de le 03/09/2012 à 16:19 :
Et ils vont faire comment? Ils vont recouvrir la Terre entière de panneaux solaires?! Je ne vois que ça! En Espagne, il y a une centrale solaire de "haute puissance" qui a une superficie d'au moins deux réacteurs nucléaires pour combien? 20 MWé!! Quelle rigolade!
Réponse de le 03/09/2012 à 18:09 :
Quelle rigolade en effet ! Examinons les chiffres: Sans tenir compte des améliorations futures du solaire pv, (avec la technologie d'aujourd'hui des panneaux c a d rendement 12%) il faut 5 000 km2 pour installer 500 GW de solaire pv, c a d 1/100 du territoire français ou seulement 30% des toitures déjà existantes en France. Pour vous donner un ordre d'idées de ce que ça représente 500 GW de solaire pv: en France ça produirait 500 TWh/an , quelque chose comme la totalité de la consommation annuelle du pays. Le scénario Français le plus "extrémiste" en solaire est www.negawatt.org, il envisage 150 GW de solaire installé en 2050, c'est à peine 10% de la surface des toitures existantes. On est donc très très loin de "...couvrir la terre entière...". Idem au niveau mondial, 9 000 GW d'installations solaires pourraient facilement être posées sur 10 % des toitures déjà existantes donc un impact visuel très faible comparé aux avantages. Pour l'éolien les ratios surfaces/productivité sont les mêmes. Conclusion: contrairement à une légende bien Atom'cratique, les enr on largement la place pour se déployer partout sans nuire aux autres usages des sols.
Réponse de le 03/09/2012 à 20:10 :
Et le coût de tout ça? Les emplois?
Un EPR représente environ 1000 emplois, contre 2000 pour le solaire, MAIS grace aux économies réalisées par la puissance et le coût de construction, avec un EPR, il ya des emplois créés (par milliers) aussi dans le scolaire, les hôpitaux... (cf. "Avec le nucléaire" d'Henri Prévot).
Réponse de le 03/09/2012 à 20:18 :
Rendement de 12%? Etes-vous sûr de cela? J'ai lu dans le livre cité plus haut que le solaire était plus proche du 100% que du 12! Sans compter que le premier réacteur ELECTRONUCLEAIRE (et non expérimental) français (c-a-d destiné à la production d'électricité pour la consommation) faisait 70MWé (Chinon A-1) contre moins de 500kW pour les premiers panneaux solaires. D'ailleurs, leur évolution est limitée: ils ne sont guère plus puissants depuis leur création il y a quelques décennies de cela.
Donc bon, les améliorations dont vous parlez, je ne pense pas qu'elles soient pour maintenant, ou d'ailleurs, même pour plus tard.
a écrit le 02/09/2012 à 11:09 :
C'est grace au nucléaire que la France s'en sortira: exemple, pour remplacer Fessenheim, il faudrait minimum 60 éoliennes! Sans compter les prix de l'électricité qui vont augmenter et, tout simplement, les paysages qui vont être défigurés... De plus, la majorité des français sont pour l'atome. La France a le prix électrique le plus faible d'Europe et laissez-moi vous dire que ce n'est pas grace au solaire ou à l'éolien...
Réponse de le 02/09/2012 à 15:26 :
Avec le nucléaire le prix ne va pas augmenter? 60 démantèlements a 5 Mds pièce, des tonnes de déchets a "gérer". Déjà les déchets miniers ne sont pas traités car cela reviendrait trop cher. EDF/Areva qui accumule les dettes. 60 éoliennes ça défigure la France mais 60 pilonnes HT non? Je t'accorde cependant qu'a Fukushima ils auront sans doutes de beaux paysages bientôt.
Réponse de le 02/09/2012 à 16:18 :
" la majorité des français pour l'atome..." c'est plus vrai depuis Fukushima
http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/54-des-Francais-pensent-qu-on-peut-se-passer-du-nucleaire-497512
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/03/26/97002-20120326FILWWW00326-nucleaire-les-francais-mefiants.php
Quant au "...prix de l'électricité pas cher grace au nucléaire..", c'est du passé, et encore il manque au budget une grosse prime d'assurance contre les accidents
http://www.lefigaro.fr/conso/2012/07/18/05007-20120718ARTFIG00417-la-facture-d-electricite-bondira-de-50-d-ici-a-2020.php
http://www.liberation.fr/economie/2012/07/18/en-2020-les-francais-paieront-l-electricite-50-plus-cher_834119
Réponse de le 03/09/2012 à 9:11 :
Parce que croyez-vous,aka, que pour évacuer l'électricité éolienne, il ne faut pas aussi des pylônes HT? Les démantèlements dont vous parlez, on n'aura pas besoin de les chiffrer si on n'arrête pas les réacteurs, pourquoi les arrêter?
Pourquoi ne critiquez-vous pas les prix du renouvelable, sachant qu'ils sont au moins deux fois plus élevés, puisque vous critiquez celui du nucléaire?
Réponse de le 03/09/2012 à 9:22 :
A Fukushima , c'est limite s'ils ne l'ont pas cherché ce qu'il s'est passé.
a écrit le 02/09/2012 à 9:07 :
A la lecture de tous ces commentaires, on se rend compte que les français ne connaissent même pas leurs propres entreprises. EDF est le 1er électricien du monde, leader ou dans les premiers dans de nombreux pays développés ou en voie de développement. La France, qui est sa base, n'est plus considérée par l'entreprise comme stratégique. Le nucléaire, s'il est le fer de lance de la société en France, ne l'est pas forcement pour les autres pays du globe : EDF construit des barrages, des champs d'éoliennes, etc.

Enfin, je lis qu'EDF utilise nos impôts. C'est faux : EDF est une SA qui réinvestit l'argent gagné dans d'autres projets. EDF Energy est devenu le premier producteur d'électricité au Royaume-Uni, et quoi qu'en disent certains, les EPR seront construits.

Je rappelle en fin à Aka que ce n'est pas EDF qui a perdu 9 mds d'euros, mais AREVA. J'ai remarqué dans vos posts que vous ne faisiez pas la distinction, pourtant ces deux entreprises n'ont rien à voir. Le nucléaire est une "religion" ? Vous ne connaissez pas les personnes qui travaillent dans ce domaine. Allez leur parler, vous découvrirez un monde totalement différent de celui que vous imaginez, où la remise en question est permanente.
Réponse de le 02/09/2012 à 14:37 :
Popop, la bonne vieille méthode coué c'est ce qui marche le mieux: "..au royaume uni, quoi qu'en disent certains les epr seront construits..." serait-ce un mantra à apprendre par coeur pour les adeptes de la religion nucléaire ? "...dans le nucléaire il y a une remise en question permanente..." Oui en effet depuis Fukushima ils commencent à remettre en question le dogme (fissuré comme les cuves de Doel ou Tricasin) "d'une chance sur 1 millions d'avoir un accident" !
Réponse de le 02/09/2012 à 15:29 :
Au niveau des stats se serait plutôt un accident majeur tout les 12 ans environ (Japon, Ukraine, USA,GB). Un incident moyen tout les 6 ans (St Laurent des Eaux, Tricastin, etc...)
Réponse de le 02/09/2012 à 20:24 :
Non yan13, la remise en question date de bien avant Fukushima. On peut être contre le nucléaire, encore ne faut-il pas raconter n'importe quoi. Vous n'avez pas idée du travail qui est réalisé par les personnel d'EDF, d'AREVA ou de Westinghouse pour assurer la sûreté des centrales.
Réponse de le 02/09/2012 à 23:26 :
A bon, avant Fukushima, vous aviez des responsables du nucléaire en France qui remettait en cause le possibilité "d'1 chance sur 1 million d'avoir une catastrophe" ??? Donnez nous svp les noms, dates, lieux, entreprise...et je vous offre une médaille en chocolat si vous en trouvez !
Réponse de le 03/09/2012 à 13:27 :
@yan13 : voyez, votre problème est que vos imaginez les personnes travaillant dans le nucléaire selon vos vues : fières, qui ne se remettent pas en question, etc. Vous ne connaissez pas ce domaine technologique.
Réponse de le 25/09/2012 à 9:29 :
Le nucléaire et la fusion nucléaire sont l'avenir de la société. En tout cas, le jour où vous verez votre facture EDF doublé ou triplé car votre électricité aura été produit principalement par du renouvelable, tout en sachant que la demande est toujours plus fort car (on a de plus en plus de machine électrique)... et bien, pas sûr que vous tiendrez le même discourt. Le nucléaire, il y a des risques calculés avec des gens pour le surveillé à cause des erreurs humaines, des tentatives d'attentats, ou des défaillances techniques. Par contre, on peut regretter qu'il n'y ait pas assez d'investissement dans le démantèlement des centrales et le traitement des déchets.
a écrit le 01/09/2012 à 15:13 :
Réponses un peu naïves de nos anti-nucléaires qui se déchaînent sur une déclinaison purement idéologique et se plaindront plus tard que le pays n'a pas d'industrie et ne crée pas d'emploi. La problématique est beaucoup plus stratégique. Il faut répondre dabord aux différentes questions simples : Edf constitue avec le nucléaire des véhicules financiers sur 30 ou 40 ans. Le problème n'est donc pas de savoir quel est le prix du gaz bon marché aujourd'hui aux USA mais quelle sera sa courbe d'évolution. Le choix d'implantation a été fait à une époque de titrisation qui voyait des capitaux abondants chercher des placements tangibles et rentables pour des années. Ce temps est passé et le projet stratégique a été modifié et le partenaire devenu "défaillant" s'est éloigné. Mais le mécanisme est pertinent et peut être réactivé, les anciens partenaires ne sont pas très loin. Par ailleurs c'est leur présence qui permettait la réalisation d'une participation "américaine" répondant à la contrainte que posait la fédération. Cette pratique est cependant très contestée. Faire valider le refus concernant une demande non américaine permettra de poser des jalons dans d'autres domaines pour une pratique réciproque en Europe. Cette acceptation continentale concerne également la Russie et certaines zones africaines. Dans cette affaire et en période électorale les américains n'ont donc pas été assez rapides pour modifier leur règlementation. S'agissant de farine le savoir faire culinaire est largement en notre faveur. La question est totalement différente en Grande Bretagne et sur toute la zone nord qui voie sa ressource pétrolière de la mer du Nord s'épuiser sur un calendrier très très court désormais : 5 ans, 8 ans, 14 pour le plus lointain et alors que ces capacités sont pratiquement toutes vendues par anticipation, si ce n'est payées. Des tuyaux sont installés par exemple avec la Norvège. Dans le pays pratiquement ruiné la question est celle du timing et du cofinancement. Les refus, retards, et gaps divers sont bien souvent des paliatifs stratégiques. Passons à l'essentiel : le pétrole est un outil économique qui tient de la variable d'ajustement. personne ne croit réellement que le prix affiché corresponde à une réalité de prospection ou encore mieux d'offre et de "demande" qui sont des arguments pour les crédules. L'erreur serait donc de penser que le "renouvelable" échapperait à cette nécessité économique et stratégique. La lattitude financière laissée correspond uniquement à la période d'investissement jugée nécessaire pour ce développement nouveau, rien d'autre. Par ailleurs on sait que le prix s'il est fixé arbitrairement par un cartel d'intérêts a tout de même besoin d'une "histoire de vente" même simple pour que les populations y adhèrent, une nébuleuse. Quelque chose d'invérifiable. Pour le pétrole personne ne va voir à 5000 mètres sous la mer s'il y en a ou pas. C'est parfait pour organiser un prix fluctuant élevé. Pour d'autres ressources EnRon avait tenté d'en organiser une autre nébuleuse dans une spirale financière qui a été jugée dangereuse principalement pour une mise en cause possible du pétrole. Cela s'est terminé par la mort de son PDG. Il s'agit donc de ménées particulièrement névralgiques. Edf avec le nucléaire a la possibilité d'organiser ce type de nébuleuse au niveau mondial. Elle organiserait l'articulation du renouvelable et de tout le reste de l'énergie et en fixerait le prix. Face à la IT et l'informatique qui a été un booster durant des années mais qui se révèle dégressive désormais très rapidement, la solution française serait une réponse probante si elle est bien conduite. Nous y travaillons.
Réponse de le 02/09/2012 à 16:35 :
"résultat pour l'économie" : un pays ruiné. La participation majeure de l'Etat étant le nucléaire si ça avait un effet bénéfique (comme il le prétend), il serait au contraire plein aux as.
a écrit le 01/09/2012 à 14:47 :
On ne crée pas de l´énergie, celles que nous utilisons ne sont que le résultat de la transformation de l´énergie primaire (du soleil) sur le climat en énergies utilisables (éolien, hydraulique, photovoltaïque, biomasse, marée ou plus anciennes avec les fossiles) ou de la formation de notre planète (géothermie et nucléaire).
L´électricité n´est autre que des électrons en mouvement, comme on ne sait pas stocker du mouvement, il faudra donc passer à une transformation (hydrogène, air comprimé, retenue d´eau etc...)
Regardons le nucléaire, il vaut mieux ne pas détruire un patrimoine (centrales nucléaires) de 75 Milliards d´euros, Nous importons par an 8000 t de minerai d´uranium à un coût de 600 Millions d´euros. Le remplacement par de l´éolien + gaz ou charbon, augmenterait nos importations en 20 milliards d´euros en produits fossiles, sans parler de l´investissement initial. Regardez le surcoût des énergies fossiles en Espagne avec ses 20.000MW d´éoliens ainsi que le déficit de la balance commercial dû à l´importation de gaz au Japon après Fukushima. L´Allemagne remplace le nucléaire par du charbon et lignite (350 ans de réserve) en saccageant un territoire immense. Aujourd?hui en Europe, la Norvège comme la Russie n´augmenterons pas leurs fournitures de gaz dû à un déclin très proche de la production (Norvège) et une stagnation de la Russie.
Sans chiffrer le coût du remplacement du nucléaire, tout est possible. Le charbon est le seul substitut au nucléaire par son abondance. Aux USA le charbon a une teneur de 1 à 4 ppm de produits fissiles (Oak Ridge National Laboratory) résultat en cent ans (1940-2040) 800.000t d´uranium et 2 millions de tonnes de thorium libérées dans l´atmosphère, pire que le nucléaire, et chez nous? Les renouvelables (éolien et photovoltaïque) ne sont que des énergies d´appoints qui, en Europe, par grand froid produisent trois fois rien. Voir le lien sur le foisonnement et les gaz de schistes. La fusion, on sait toujours pas comprendre, ni simuler les disruptions d´un plasma, comme les explosions solaires, qui s´attaquent aux parois avec des contraintes mécaniques énormes.
Aujourd?hui plus personne ne parle franchement et on nous gratifie de la plus belle langue de bois. A commencer par le développement durable, où est la durabilité quand les experts disent que nous consommons 1,5 planète ce qui veut dire que nous attaquons le stock des matières premières renouvelables ainsi que la biodiversité. Même le développement soutenable ne l´est pas, avec une terre finie nous nous acheminons vers la raréfaction des matières premières non-renouvelables principalement des fossiles, sans elles le monde perd sa mobilité et la presque totalité de tout ce qui nous entoure. Grâce à elles, l´humanité c´est offert 200 ans d´un immense développement, mais retournera avant la fin du siècle vers un 1820 amélioré, c´est à dire avant la révolution industrielle. Nous devrions parler plutôt de la résilience de notre société et comment y faire face, programme beaucoup plus vaste et complexe que le discours actuel.
http://www.sauvonsleclimat.org/production-denergie/energies-renouvelables/intermittence-et-foisonnement.html
Gaz de schistes en Europe
http://www.aspo2012.at/wp-content/uploads/2012/06/Zittel_aspo2012.pdf
Gaz de schistes USA
http://www.aspo2012.at/wp-content/uploads/2012/06/Berman_aspo2012.pdf
a écrit le 01/09/2012 à 13:51 :
Le reve Americain de Gadonneix s'est transforme en cauchemar financier . Resultat des courses , des pertes estimees a plus de 4 milliards de dollars pour EDF .... et ses clients et actionnaires . Sans que personne n'assume ses responsabilites , bien sur . Le prochain fiasco qui se profile est l'Angleterre ou EDF est supposee construire une "flotte d'EPRs" .Il est facile d'imaginer connaissant le contexte actuel , les surcouts et retards de l'EPR , que la facture risque d'etre abyssale . D'autant que le gouvernement Anglais ne fera pas de cadeaux ... Decidement le nucleaire semble en bien mauvaise posture meme pour Areva avec l'affaire Uramin .. Le chant du cygne ?
Réponse de le 02/09/2012 à 9:11 :
Gadonneix n'est plus PDG d'EDF depuis quelques années.
Et EDF ne construit pas de réacteurs : le retard d'une éventuelle construction d'EPR au RU sera payé par le concepteur (AREVA) qui s'engage pour un délai de construction auprès d'EDF et du gouvernement anglais. EDF est producteur.
a écrit le 01/09/2012 à 9:27 :
Le nucléaire est loin d'avoir fini sa route, ne vous en faites pas! Les projets de constructions vont bientôt reprendre, sans compter que la fusion nucléaire arrive. C'est l'avenir, l'atome, et non le gaz de schiste ou, la meilleure blague du monde, le renouvelable!
Réponse de le 02/09/2012 à 17:19 :
Le nucléaire sans accidents, sans déchets, sans démantèlement est surement bon marché mais c'est une vue de l'esprit. Le nucléaire avec accidents, avec déchets, avec démantèlement est cher, plus que la pire des ENR.
a écrit le 01/09/2012 à 0:33 :
Dans le même genre des aventures hasardeuses on bien avisé de se demander qui va faire notre coq gaulois radioactif (EDF) en Angleterre alors toutes les entreprises , publiques et privées, se sont retirées des appels d'offres sur le nucléaires. Le soldat EDF, qui s'est construit sur le dos des contribuables Français, doit il se sacrifier à la place des autres ? EDF ne serait-il pas une sorte de kamikaze de la noble cause (perdue) du nucléaire qui irait se faire financièrement Hara kiri là ou tout les autres se sont débinés par ce qu'il n'y a que de l'argent à perdre ?
Réponse de le 02/09/2012 à 9:12 :
@yan13 : vos liens sont orientés. Que diriez-vous si je mettais un lien vers le site d'Areva pour appuyer mon argumentation ?
Réponse de le 02/09/2012 à 11:04 :
Sérieusement, vous pensez vraiment que le renouvelable est l'avenir? Hahahaha!! Laissez-moi rire! Où avez-vous la tête?
Réponse de le 02/09/2012 à 14:04 :
Popop, tout est orienté dans le vie sinon elle n'a aucun sens. Evidement que Négawatt est un choix politique orienté volontariste de Transition Energétique , et alors ? De la même manière quand la décision 100% nucléaire a été décidée en catimini entre quelques Technocrates dans les années 70 c'était très orienté et même totalement anti-démocratique !
Atomic D, j'ai la tete tournée vers le futur, la résilience,les économies d'énergie, les source d'énergies propres, pacifiques, non contaminantes, économiques, décentralisées, démocratiques, créatrice d'emplois, accessibles et exportables partout dans le monde et plus particulièrement chez 4 milliards de pauvres qui ne demande qu'à améliorer un peu leur vie quotidienne....mais si vous aimez les chiffres, en voila: rien que pour le solaire, les estimations actuelles de la très peu écolo Agence Internationale de l'Energie vont de 3 000 à 9 000 GW installés en 2050
http://www.enerzine.com/1/9704+aie---25-pct-de-lelectricite-dorigine-solaire-en-2050+.html
http://www.rfi.fr/contenu/20100512-vers-une-technologie-boostee-solaire-ici-2050
http://article.lechodusolaire.fr/h/mensuel.php?MD=8
Réponse de le 02/09/2012 à 20:33 :
Oui, tout est orienté. D'où la nécessité d'avoir un vrai débat de fond. De vous à moi, je ne crois pas au solaire, si ce n'est pour des usages domestiques très limités ; même les spécialistes du solaire (ingénieurs, chercheurs, etc.) n'y croient pas, je vous l'assure; je les côtoie tous les jours. Je vous accorde que d'un point de vue purement français, nous pourrions probablement changer dans le durée de mode de production. Mais il faut garder à l'esprit que : 1) si nous voulons garder le peu d'industries qu'il nous reste, ou en attirer de nouvelles, il faut assurer une production de masse, et hormis le charbon, le pétrole et le nucléaire, il n'existe pas de moyen de production de masse (l'éolien est encore considéré comme de l'appoint), et 2) les pays en voie de développement vont vers des mixtes énergétiques intégrant le nucléaire (cf. Chine, Inde, Brésil, Argentine, Afrique du Sud, etc.). La France doit-elle abandonner un de ses domaines d'excellence alors que des marchés s'ouvrent ?
Le nucléaire mérite un vrai débat de fond, un débat citoyen. S'il a des défauts incontestables, il n'est pas le satan qu'on peint, loin de là.
Réponse de le 02/09/2012 à 23:53 :
"..les spécialistes du solaire n'y croient pas..." vous devez drolement être à court d'arguments pour écrie de tels inepties ! Faites un petit effort pour ne pas perdre votre crédibilité: donnez nous les noms et les témoignages de vos "spécialistes du solaires". Pour vous ouvrir un peu à des idées autres que la "consommation et production centralisée de masse du 20° siècle" allez étudier comment au 21° siècle on peut faire beaucoup plus décentralisé, sécurisé, résilient, démocratique et économique: www.negawatt.org et http://www.umweltbundesamt.de/uba-info-medien-e/index.htm et www.transitionfrance.fr
Réponse de le 03/09/2012 à 9:16 :
Dites-donc, yan13, 3000 à9000 GW solaires d'ici 2050... C'est énooooorme.... Rien qu'en France, on a 63 000 GW nucléaires alors bon, le solaire, une énergie d'avenir, peut-être, mais pas dans les pays développés (à part au Japon parce que quand on pense qu'ils ont été assez idiots pour installer des centrales nucléaires en bord de mer dans l'endroit le plus sismique du monde...).
Réponse de le 03/09/2012 à 13:25 :
@yan13 : pourquoi devenir agressif ? Je ne suis pas à cours d'arguments, je vous affirme juste que les spécialistes du photovoltaïque ne croient pas en leur technologie. Vos liens je les connais, sauf qu'ils ne parlent jamais de la technique, de l'ingenierie et de la science qu'il y a derrière toute technologie. Tout le monde peut faire des plans, des projections, etc. Se frotter à la technique conduit à se rendre compte que les possibilités ne sont pas si nombreuses. Encore une fois, vous souhaitez sortir du nucléaire. Très bien. Nous utiliserons donc du charbon et du pétrole, et non de l'éolien et du photovoltaïque.
Réponse de le 03/09/2012 à 14:43 :
Atomic, Je trouve révélateur que vous fassiez de telles erreurs sur les chiffres, un peu comme les "erreurs" de la commission Péon qui prévoyait au minimum 100 réacteurs nucléaires nécessaires pour les années 2000. Idem votre agression envers les industriels Japonaise qui étaient reconnus en France par tout le lobby nucléaire, avant Fukushima , comme de très grands partenaire de la technologie nucléaire la plus avancée (je vous met au défie de me trouver un document qui dit le contraire !). Si désormais vous changez votre fusil d'épaule et traitez les japonais de "crétents" alors soyez crédible et posez vous des questions sur Areva qui a vendu du mox à presque tous les opérateurs du Japon (le mox fait aussi parti du désastre de Fukushima). Vous allez l'aire de bien connaitre les acteurs de ce millieu, peut être allez vous nous faire avaler une nouvelle couleuvre: Areva serait une entreprise peuplée "d'innocents ingénieurs bisounours" qui ne s'impliquent jamais dans les process industriels de leurs clients ? Popop: vous n'aurez aucune crédibilité tant que vous ne fournirez pas les noms, dates et discourts/textes de vos soit disant "spécialistes" du solaire.
Réponse de le 03/09/2012 à 16:25 :
L'industrie nucléaire japonaise est la plus avancée?! Alors là, je crois qu'on touche le fond. Vous avez eu le résultat de leur "superbe avance" en mars 2011, comment vous interprétez cela? C'est la France qui a une 'industrie nucléaire de pointe, en aucun cas le Japon, qui ne sait part faire que des télés et des jeux vidéos,
Réponse de le 03/09/2012 à 16:39 :
Au fait yan13, juste une question: avez-vous des panneaux solaires ou une éolienne? Il est vrai que ce n'est pas malin de ma part de poser cette question sur internet: vous pourrez très bien mentir sans que je n'aie aucune façon de le savoir.
Vous savez, chez Areva, puisque vous les agressez, ils ne sont pas tous méchants, ils sont utiles et travaillent pour l'avenir de la France. Areva ne travaille pas que dans le nucléaire non-plus, vous savez.
Pour le MOX, avez-vous une explication quant à son bon fonctionnement en France, puisqu'apparemment, au Japon, ç'a participé à l'accident? Puisque si le MOX était vraiment nul, comme vous dites, ne croyez-vous pas qu'il y aurait des problèmes en France aussi?
a écrit le 31/08/2012 à 23:04 :
Tiens la masse des pro-nucléaire n'est plus là bizarrement pour commenter cet article...
Petit rappel croustillant qui date de l'année dernière :

"On obtiendra la licence de construction en 2012 et nous vendrons un premier réacteur EPR aux Etats-Unis entre 2012 et 2015 qui sera achevé pour 2020. C'est une certitude, déclare M. Besnainou."
Dixit le PDG visionnaire (une habitude dans l'industrie nucléaire) d'AREVA US

http://www.france-amerique.com/articles/2011/05/17/nucleaire_us_areva_certaine_de_vendre_un_epr_en_2012.html
a écrit le 31/08/2012 à 20:45 :
Encore un PDG que le monde entier nous envie pour ses grandes qualités et ses grands succès, un visionnaire, ce qui justifie son salaire stratosphérique : il faudrait qu'il parte a l?étranger !
Misère de misère...
DEHORS ! et en slip !
a écrit le 31/08/2012 à 19:08 :
NRC, pas NCR. Et je préfère largement "rêve disloqué" à "projet retoqué" lol - Ce rêve "d'avenir" nucléaire qui ne sera bientôt plus qu'un vilain cauchemar hexagonal
a écrit le 31/08/2012 à 18:21 :
Encore une politique d'investissement hasardeuse de "l'état stratège" donneur de leçon. Combien le contribuable devra encore fournir quand ces visionnaires viendrons pleurer qu'ils ont perdu leurs billes? l'Etat c'est un Kerviel puissance 10 qui courre toujours.
Réponse de le 02/09/2012 à 9:14 :
Rien. Les impôts ne financent pas EDF, qui est une société privée cotée en bourse. Les années 80 sont loin derrière nous. C'est votre facture qui permet à EDF de financer ses projets, pas vos impôts.
Réponse de le 02/09/2012 à 11:42 :
@popop : peut-etre, sauf que les investissements hasardeux de EDF l'ont pousse a de-provisionner plusieurs dizaines de milliards d'? dedies au demantelement des centrales ete ne plus, a ne pas provisionner les milliards a prevoire pour l'avenir :

http://energie.lexpansion.com/energie-nucleaire/combien-coutera-le-demantelement-du-nucleaire-_a-32-3067.html.
http://blogs.mediapart.fr/blog/lionel-peignet/280511/le-cout-du-demantelement-des-centrales-nucleaires-francaises-une-fac.
http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/energies-environnement/energies-classiques/221137475/vrais-comptes-et-mecomptes-cou
Réponse de le 02/09/2012 à 17:14 :
@Popop/ Il y a déjà 70 Mds de dettes chez EDF (40 de dettes+ 30 crédit NR). Or on n'est que au début de la gestions des déchets et des démantèlements. Officiellement il y a 8 Mds de provisionné au bilan d'EDF pour se faire (introuvable au bilan). Or une centrale allemande en cours de démantèlement a déjà consommé 2,5 Mds pour 1/2 du projet. A moins de demander aux actionnaires dont l'Etat de remettre régulièrement au pot Edf ne sera pas capable de faire face à ces échéances. Dans les 2 cas c'est bien le contribuable qui sortira son cash pour boucher les trous.
Réponse de le 02/09/2012 à 20:39 :
@Aka : pour info, EDF est le seul électricien a avoir un aa+. Les investisseurs considèrent donc que l'entreprise peut faire face à ses engagements. Je suis preneur d'un lien vers le démantèlement du réacteur allemand, qui me semble excessif ; êtes-vous sûr qu'il s'agit d'un réacteur civil ? Est-ce bien un réacteur à eau pressurisé ou à gaz ?
@Steph : je vous rejoins. L'argent stocké a été dépensé (dans l'achat de British Energy notamment), et EDF renfloue les provisions (je crois que le rapport de la cour des comptes l'a signalé).
Réponse de le 03/09/2012 à 11:50 :
Normal le aa+, le gros des dépenses est repoussé a après 2017 ça laisse le temps de dégrader la note. De plus l'Etat paye déjà la sécurité, la R&D, il paiera les surcoûts d'autant qu'il est actionnaire. Un lien/ réacteur allemand (tu pourrais toi même chercher quand même) - /http://www.dailymotion.com/video/xk7lm4_le-demantelement-sans-fin-d-une-centrale-nucleaire-allemande_news -
Réponse de le 03/09/2012 à 13:33 :
Bonjour Aka,
Non, c'est EDF qui paie la mise au norme des centrales, certainement pas l'Etat. Cette information est clairement accessible dans le rapport financier de l'entreprise et dans le rapport de la cours des comptes. J'ai regardé votre lien (merci, etr désolé de n pas avoir cherché par moi-même) : les 2,5 milliards sont le coût total pour la centrale, qui a 5 réacteurs, soit 500 millions d'euros par réacteur. C'est le chiffre avancé par les spécialistes.
Réponse de le 03/09/2012 à 14:21 :
ils parlent de 4,1 Mds dans le lien, ça a monté depuis c'est bien 5 au total (si ça ne s'alourdit pas d'ici la fin). Quand je pense sécurité payé par l'Etat c'est la gendarmerie par exemple. Heureusement que EDF paye la mise aux normes faut pas pousser quand même. Déjà avec le CEA il finance du lourd.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :