La Tribune

Assurance-vie : "Nous sommes au creux de la vague"

DR
DR
Propos recueillis par Eric Leroux  |   -  285  mots
Pour l'économiste Philippe Crevel, les fonds en euros n'ont pas dit leur dernier mot.

À quel niveau de rendement attendez-vous les fonds en euros en 2011 ?

Ils devraient se situer entre 3 et 3,1 % en moyenne, car le faible niveau des taux d'intérêt des obligations continue à entraîner les rendements vers le bas. Par ailleurs, les provisions que les assureurs vont devoir passer sur la Grèce ou les actions n'amélioreront pas cette situation. C'est le prix de la sécurité offerte aux épargnants, qui doivent accepter une moindre revalorisation en échange de cette sécurité, plus qu'appréciable aujourd'hui.

Et cela va encore durer ?

Je pense que nous sommes au creux de la vague. À moyen terme, les taux d'intérêt devraient remonter - ils sont à un niveau historiquement très faible, qui témoigne de la fragilité de nos économies - et entraîner une reprise du rendement des fonds en euros. Mais attention, ils ne s'envoleront pas et reviendront dans une fourchette de 3 à 4 %. Pour que les performances bondissent, il faudrait une forte hausse des taux d'intérêt ; forte hausse qu'aucun économiste ne voit venir aujourd'hui et qui de toute façon perturberait le marché obligataire.

Pour l'épargnant à la recherche de sécurité, existe-t-il d'autres solutions ?

Pas vraiment. Les liquidités ne rapportent quasiment rien, hormis quelques livrets boostés qui peuvent faire mieux pendant quelques semaines ou quelques mois seulement. L'immobilier, qui atteint des niveaux élevés, n'offre pas de garantie sur le capital et ses rendements sont devenus relativement faibles. Les obligations, très peu rentables, peuvent voir leur valeur diminuer si les taux remontent. Le fonds en euros, avec la diversification des actifs qu'il renferme et sa sécurité, reste donc indétrônable, malgré la diminution régulière de ses rendements.

Réagir

Commentaires

bizo  a écrit le 04/11/2011 à 11:40 :

Pourquoi quand la parole est donnée à ce M.CREVEL en matière d'épargne, jamais ses fonctions au sein du groupe GENERALI -et filiales ou structures- ne sont mentionnées ? Hein ? Voilà, c'est fait