Passer du storytelling au storymaking : une nouvelle dynamique du marketing digital

 |   |  764  mots
(Crédits : DR)
L'ère du digital n'a pas seulement révolutionné la sphère des vecteurs de diffusion des contenus à la disposition des marques. Elle développe aujourd'hui un vivier de ressources créatives, en marge des professionnels. Le « Storymaking » ouvre la porte à plus d'innovation et d'originalité pour les marques, voire à une communion avec leurs consommateurs. Par Benoît Bergeaud, Président de l'Agence 1969

Le « Storymaking » ou comment les marques associent le public et les consommateurs à la création...

Le bien connu storytelling consiste à raconter une histoire pour la transmettre. Il s'agit d'utiliser cette histoire en support de communication publicitaire. Le « storymaking » est participatif et collaboratif. Il embarque le consommateur et le public dans un univers capable de capter leur attention, de susciter des émotions et les met souvent dans une position de puissance créatrice au service de la marque.

Le « Storymaking » au cœur de la révolution digitale...

Le public et les consommateurs de la marque deviennent un puissant levier, une ressource à la disposition de son marketing digital. Son effet de levier repose sur le participatif et les communautés digitales. La communication publicitaire n'est plus seulement l'œuvre de la chaîne des professionnels. Le « Storymaking » intègre la cible et le public au processus créatif. Ils deviennent acteurs impliqués !

Oui, les frontières établies se délitent. Le fonctionnement en silos des métiers du marketing devient poreux, laissant filtrer le fluide de contenu entre les différents émetteurs : les marques deviennent des médias, les médias relaient du contenu de marque, les consommateurs se transforment en producteurs de contenu, etc. Mais, les contenus ou « micro contents » sont des expériences créatives et des sources d'attention profitables à une marque parce qu'elles s'affichent ! Fil d'actu Facebook, Snapschat Stories, Instagram, Vine 6sec, Ultravisual... Et ces carrefours d'audience, de « micro content » et de connexions émotionnelles avec les marques peuvent leur échapper.

S'appuyer sur des talents digitaux

Face à ce constat : Comment intégrer à la stratégie du marketing digital ces opportunités que porte le « Storymaking » ?

- Commencer par pénétrer l'univers digital des consommateurs ; appréhender différemment les communautés digitales pour

1) collaborer, co-créer et diffuser du contenu de la marque ;

2) définir un cercle prolifique de relais de contenus par les consommateurs et les communautés digitales sur la marque. Ils s'approprient le storytelling pour le partager et le propulser sur leurs réseaux digitaux : storymakers digitaux du « storymaking » de la marque.

- S'appuyer sur des talents digitaux. Il s'agit de sélectionner des talents créatifs sur le web, ayant une forte communauté de followers online, pour la création de projets. L'approche de ces talents digitaux est un point clé. Chacun a émergé grâce à la relation forte qui l'unit à sa communauté. Pour préserver ce capital, ils doivent interpréter le projet à leur manière, proposer une expérience de marque qui correspond à leur communauté web. Parce que leur personnalité fédère leur audience. Certains talents digitaux ont une audience comparable à des médias : les instagramers français VuThéara et NathParis cumulent une audience de près de 1,5 million de followers ; le magicien américain Zach King sur Vine (2 millions de followers) qui vient de réaliser des vidéos très inspirées pour Lacoste ou Opel.

- Créer et/ou utiliser des outils digitaux, véritables plate formes d'échanges qui donnent aux consommateurs les moyens de participer au contenu de la marque. Le public digital est un créatif en puissance. Le magazine américain « Wired » titrait au mois d'août 2014 : « Smartphone, the Creative Explosion ». Une multitude de voies permet, en effet, aux consommateurs de s'exprimer, de faire entendre leurs voix : Snaphat Stories, SoundClound mix, Slowmotion Vine, Timelaps Instagram, etc. Ces dispositifs de co-création entre la marque et les consommateurs sont le cœur du « Storymaking ». Elles aboutissent toujours à un véritable engagement du public, au-delà même des consommateurs de la marque, puisqu'ils ont été partie prenante au processus créatif.

- Élever le niveau d'exigence créative du social média développé par les marques. Il est récurrent que le social média des marques ne soit pas suffisamment considéré par les annonceurs. Or il s'agit d'un point de contact essentiel avec leurs consommateurs. Il est fondamental que tout contenu des marques soit réalisé avec la même ambition de pouvoir embrasser tous les supports médias existants et insuffler cette connexion émotionnelle du consommateur grâce au « Storymaking ».

Un réel potentiel inexploré

A l'évidence, il existe un réel potentiel inexploré à développer en matière de « Storymaking » dont les marques doivent se saisir.

Albert Einstein disait « L'imagination est plus importante que la connaissance car la connaissance est limitée... tandis que l'imagination engendre le monde entier ». Aujourd'hui, l'imagination du monde entier repousse les limites de nos connaissances en e-marketing pour ouvrir aux marques une nouvelle terre de possibles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/11/2014 à 13:20 :
Ou comment renommer (dois-je dire "rebrander") la curation de User-Generated Content. Bravo, monsieur, demain la roue ?
a écrit le 19/11/2014 à 14:32 :
Si c'est tout en anglais c'est que ça doit être bien. Comme il est intelligent le monsieur ! !
a écrit le 19/11/2014 à 14:00 :
Il semble que les diafoirus prospèrent encore
a écrit le 19/11/2014 à 13:15 :
Pas inintéressant; mais un des aspects fondamentaux du "storytelling" est occulté: le mensonge ou (au moins) le travestissement des faits. Qui doivent être confortés, amplifiés par les "follow-és" pour que ce soit efficace. A ne pas oublier chez les "storymakers".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :