La Tribune

La Corée du Sud dit déjà adieu à la 4G pour s'attaquer à la 5G

Les connexions en 5G, mille fois plus rapides que celles en 4G, permettent de télécharger un film en haute définition en une seconde.
Les connexions en 5G, mille fois plus rapides que celles en 4G, permettent de télécharger un film en haute définition en une seconde.
latribune.fr  |   -  389  mots
Le gouvernement sud-coréen a annoncé mercredi 22 janvier le lancement d’un projet de 1,1 milliard d’euros pour la mise en place d’un réseau 5G en 2020.

Alors même que la 4G traîne à s'imposer auprès des consommateurs européens, la Corée du Sud a annoncé mercredi 22 janvier le lancement d'un projet de 1,1 milliard d'euros pour la mise en place en 2020 d'un réseau de cinquième génération (5G).

Les connexions en 5G sont mille fois plus rapides que celles en 4G. Elles devraient permettre aux utilisateurs de télécharger un film en haute définition en une seconde, ou même d'accéder à internet depuis un train à grande vitesse (500km/h).

Un temps d'avance

"Nous avons aidé à la croissance du pays avec la 2G dans les années 90, avec la 3G dans les années 2000 et la 4G aux alentours de 2010. Il est temps à présent de se mettre en mouvement pour développer la 5G", a déclaré le ministère de la Science dans un communiqué.

La Corée du Sud semble systématiquement avoir un temps d'avance. Déjà fin 2012, 28% des appareils mobiles de la péninsule sud-coréenne était équipés pour l'usage de la 4G, contre 1% en Europe, estime une étude menée par la GSM Association en juin 2013.

Cependant, ajoute le ministère, "certains  pays en Europe, la Chine et les États-Unis ont redoublé d'efforts pour développer la technologie de la 5G (...) et nous pensons qu'il y aura une énorme concurrence sur ce secteur dans quelques années".

Commercialisation prévue pour 2020

En novembre dernier, le chinois Huawei avait déjà annoncé prévoir un lancement commercial de la 5G pour 2020, avec un investissement de départ à hauteur de 442,5 millions d'euros. Mais Samsung reste le premier acteur à avoir déclaré en mai dernier, suite à des tests concluants, être prêt pour une commercialisation du réseau de nouvelle génération pour 2020.

L'Europe n'est cependant pas en reste : le projet Metis travaille au développement de la 5G et regroupe vingt-neuf acteurs du secteur des télécoms, parmi lesquels les européens Alcatel-Lucent, France Telecom-Orange, Ericsson, ou encore Nokia.

Doté d'un budget de 27 millions d'euros, le projet a entre autres bénéficié d'un soutien de la Commission européenne, dont le total des subventions adressées au développement de la 5G s'est élevé à 50 millions d'euros en 2013.

Les Européens espèrent également commencer la commercialisation de la 5G en 2020.

Réagir

Commentaires

pm  a écrit le 18/02/2014 à 23:32 :

Pour l'instant, on en est à des débits (théoriques) respectivement de 100Mbps et 1Gbps; soit un rapport de 1 à 10... Pour multiplier celui ci par 100... on va attendre un peu !

Dédé35  a écrit le 23/01/2014 à 19:29 :

Je pense que la NSA est déjà branché sur la 5G et qu'elle a les algorithmes ad-hoc pour y surveiller nos courriers,...
Pour envoyer un message secret il suffira de modifier qques images au milieu d'une vidéo, si cette dernière est transmise en une seconde, bonjour la recherche,...

CRC32  a répondu le 23/01/2014 à 23:43:

Pour protéger votre vie privée le plus sûr c'est de chiffrer vos communications par les mêmes algorithmes (RSA, El Gamal, etc) que ceux employés par la NSA. Des logiciels libres disposant de tels algorithmes sont à la portée de tous (pour peu qu'on s'y intéresse). Concernant la recherche d'une information dans un flux de données non chiffré [en clair] (texte, image, son ou animation), c'est un véritable jeu d'enfant comparativement au déchiffrement dont la difficulté repose intégralement sur la puissance de calcul de la machine de déchiffrement.

CRC32  a écrit le 23/01/2014 à 18:49 :

"Les connexions en 5G sont mille fois plus rapides que celles en 4G." La 5G n'existe pas car aucun standard n'est actuellement défini. L'emploi du présent semble indiquer la présence d'un gros baratin...

Gros malin  a écrit le 23/01/2014 à 13:35 :

Qui génère du chiffre pour qui???

Toto  a répondu le 23/01/2014 à 14:46:

Aux boîtes qui exploitent la techno : les opérateurs télécom qui payent des impôts et versent des dividendes.... Et l'état qui vend les licence d'exploitation aux opérateurs !

gerard71  a écrit le 23/01/2014 à 11:41 :

A quoi cela sert-il?
A plumer les pigeons qui sont pret à dépenser pour chaque nouvelle technologie meme inutile. Et après on va se plaindre du pouvoir d'achat. Calculer ce que vous coute les nouvelles technologies et vous verrez l'importance de leur poids dans le budget d'une famille.
Il y a d'autres besoins à pourvoir
A commencer par couvrir les zones blanches.
Assurer l'internet pour tous. ET pour ceux qui reçoivent Internet, leur assurer un débit suffisant pour la réception TV
Dans les grandes villes, tout semble à peut pret correct, mais il ne faut pas vivre à la campagne.

Toto  a répondu le 23/01/2014 à 12:14:

Pourquoi s'enteter avec la télé ? C'est abrutissant et aux mains du pouvoir en place.
Seul internet permet de croiser les sources et pour les films et les séries c'est beaucoup plus vaste sur le net.

CRC32  a répondu le 23/01/2014 à 18:54:

@Toto

Sauf que toutes les communications sont sous la surveillance de la NSA. Vivons heureux vivons cachés...

Monteloup  a écrit le 23/01/2014 à 10:10 :

Moi je vais attendre la n+1 G...

Toto  a écrit le 23/01/2014 à 9:52 :

nokia n'est plus européen.
Ue met 50 millions avec 27 pays
La Corée du sud qui est seule met 20 fois plus.
Ne cherchez pas pourquoi on plonge, on n'investit pas ds l'innovation qui génère du chiffre...

CRC32  a répondu le 24/01/2014 à 0:02:

Générer des clés de chiffrement coûte 20 fois moins cher pour protéger nos secrets industriels. Investir beaucoup c'est bien, investir efficacement c'est mieux. En France nous avons l'esprit créatif, mais bien souvent nos idées sont commercialisées par nos concurrents, notamment nos "amis" des USA qui n'hésitent pas à nous espionner pour s'accaparer les travaux de nos scientifiques. La propriété intellectuelle n'est pas respectée sur le sol américain car les "nains" français ne peuvent se défendre devant une cour de justice acquise aux sociétés américaines.