Etonnant voyageur

 |   |  433  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Voici mise à l'encan une (partie seulement) collection d'un passionné de voyages: livres, manuscrits, journaux de bord, cartes, photographies, objets ethnographiques, tous de qualité exceptionnelle, ayant un rapport avec l'ailleurs, si possible lointain. Un voyage en salle des ventes.

Il y a « docteur Morin », ancien directeur financier de Publicis disposant toujours d'un bureau dans les locaux du groupe et « mister Jean Paul », insatiable collectionneur de tout ce qui vient d'ailleurs. Petit-fils du peintre Jean Sala, fils de médecins parisiens, l'homme au catogan est un passionné de voyages. Pas seulement pour avoir parcouru tout ce que la planète connaît comme lieux extrêmes, mais aussi, surtout même, pour amasser avec goût tout ce que l'exploration, la géographie et l'ethnologie peuvent contenir en explications. Les livres bien sûr, mais essentiellement les premières éditions, si possible très anciennes, les cartes d'époque à condition qu'elles mentionnent des contrées étranges, les photographies s'il s'agit de tirages authentiques, les objets issus de cultures lointaines...

A l'occasion d' un grand ménage dans ses richesses, il met en vente cette masse énorme de trésors, une quantité tellement importante que deux autres vacations sont déjà prévues pour le premier semestre de 2012. Cette fois sous l'égide de la SVV Pierre Bergé et associés, le 4 novembre à Drouot (deux salles sont nécessaires) ce sont 316 lots de très grande qualité qui sont mis aux enchères.

A commencer par 145 ouvrages rares de bibliophilie, notamment 12 livres reliés de Théodore de Bry « Grands voyages » (estimation 160.000 euros), un très rare exemplaire des « Oiseaux dorés à reflets métalliques » (120.000 euros) ou un « Voyage au pôle Sud » en deux volumes de 1801, et 23 tomes 1837 par Dumont D'Urville (80.000 euros). Moins chers, entre 5 et 30.000 euros, un ensemble de 14 volumes des relations des voyages du Capitaine James Cook (15.000 euros), une « Ambassade de la compagnie des Provinces unies vers l'Empereur de Chine », 1665 (12.000 euros), un « Détail sur la navigation aux côtes de St Domingue » 1787 (10.000 euros) ou un atlas « A la recherche de l'ancienne civilisation Meroë » 1823 de Frédéric Caillaud (6.000 euros). A noter un manuscrit « Hourrah l'Oural !», poèmes de 1932 d'Aragon (30.000 euros).

Suivent une quarantaine de lots dédiés aux photographies anciennes, 2.500 tirages albuminés ou argentiques: de 500 à 10.000 euros chaque. Enfin, 133 objets d'ethnographie, essentiellement d'Océanie, mais aussi d'Amazonie ou du Groenland, la plupart entre 1.000 et 5.000 euros, mais une pagaie de danse de l'île de Buka devrait dépasser les 7.000 euros de l'estimation tout comme une lance d'apparat des Amirautés annoncée à 25.000 euros. Collectionneur entasseur, Jean Paul Morin a réuni une véritable armada de modèles réduits de pirogues du Continent austral: de 1.000 à 3.000 euros). Les expositions des 2 et 3 novembre à Drouot méritent à elles seules le voyage.

Le 4 novembre, Drouot Richelieu, salles 1 et 7, renseignements: www.pba-auctions.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :