La note Triple A de la France n'est pas menacée selon Standard and Poor's

 |   |  383  mots
Copyright Reuters
La France mérite à l'heure actuelle la note AAA de sa dette souveraine, déclare le président de l'agence de notation Standard and Poor's, Deven Sharma, dans un entretien aux Echos. Le ministre du Budget et porte-parole du gouvernement français a tenté de tordre le coup à une rumeur de marché selon laquelle cette note serait bientôt placée sous surveillance négative.

La France mérite à l'heure actuelle la note AAA de sa dette souveraine, déclare le président de l'agence de notation Standard and Poor's, Deven Sharma, dans un entretien aux Echos.

Il rappelle toutefois qu'aucun pays n'est à l'abri de perdre sa note AAA. La rumeur a couru mardi sur les marchés que S&P pourrait placer la note française sous surveillance négative.

Il n'y a aucune inquiétude à avoir sur la note souveraine de la France, qui est une valeur refuge avec l'Allemagne, avait déjà déclaré mardi François Baroin. Le ministre du Budget et porte-parole du gouvernement français s'exprimait après que des sources de marché ont fait état mardi d'une rumeur de placement de la note souveraine AAA de la France sous surveillance négative par l'agence de notation Standard & Poor's.

"Il n'y a aucune inquiétude, il n'y a aucun risque, nous sommes une valeur refuge avec l'Allemagne", a-t-il dit lors du compte rendu du conseil des ministres.

François Baroin a fait valoir que les fondamentaux de l'économie française étaient solides et que son système bancaire était "parmi les plus solides au monde".

"Nous avons aussi une détermination sans faille à tenir nos objectifs (de réduction des déficits-NDLR) qui sont intangibles", a-t-il ajouté.

"Nous avons engagé des réformes structurelles, la réforme des retraites, nous allons les poursuivre. Donc il n'y aucune interrogation, aucune inquiétude".

La prime demandée par les investisseurs pour détenir des emprunts français à 10 ans par rapport aux emprunts allemands de même échéance a augmenté mardi matin pour atteindre près de 59 points de base, son plus haut niveau depuis début avril 2009.

Le président Nicolas Sarkozy a évoqué en conseil des ministres l'accord européen intervenu au cours du week-end pour venir en aide à l'Irlande, exprimant "sa confiance dans la solidité de ce plan parce qu'il est durable, parce qu'il est important, parce qu'il est bien périmétré, parce que sa voilure correspond parfaitement aux besoins".

Le chef de l'Etat a exprimé en outre "sa détermination à continuer de convaincre les investisseurs de l'absence absolue de faiblesse dans la volonté de la zone euro à défendre sa monnaie", a rapporté François Baroin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2010 à 18:22 :
Crier sur les toits que l'on n'est pas menacé n'est que la première défense face à une menace identifiée,...
a écrit le 02/12/2010 à 4:43 :
Pourquoi dites-vous que le ministre du Budget "a tenté de tordre le coup à une rumeur", alors que le titre est "La note Triple A de la France n'est pas menacée", et que ce n'est pas une simple opinion, mais une déclaration autorisée?
a écrit le 01/12/2010 à 12:03 :
SARKOSI est " brillant , imprévisible , susceptible , etc ... " . En fait c'est grâce à lui qu'on reste debout . Imaginer l'immaculée conception de Poitiers , le jacobin d'Autun ou la salamiste de Lille aux affaires ...
Réponse de le 01/12/2010 à 20:20 :
Ce ne serait guère différent ! ce sont les financiers qui gouvernent ! pas Sarko
qui fait beaucoup de com pour peu de résultats ! les chefs d'état sont de simples marionnettes - tant pis si cela ne vous plaît pas...
a écrit le 01/12/2010 à 9:30 :
Pour l'instant la note n'est pas menacée, quand sera t il en 2011... les agences de notation tiennent les pays par les coucougnettes ...
On nous avait dit la meme chose pour l'Irlande et on a bien vu ce qu'il vient de se passer
Réponse de le 01/12/2010 à 13:23 :
Ah bon, qui avait dit ça pour l'Irlande ?
a écrit le 01/12/2010 à 9:01 :
N. SARKOZY devrait, pour réduire les dépenses de l'Etat, s'attaquer à l'administration territoriale française qui est le monde des mégachiffres : 36.783 communes, 100 départements, 26 régions économiques, 18.000 établissements intercommunaux, 525.000 élus locaux, plus de 1,8 million de fonctionnaires essentiellement concentrés dans les communes, 30 à 40.000 créations nettes d'emplois par an entre 2000 et 2008, selon l'Observatoire des finances publiques, et 200 milliards d'euros de dépenses locales.
Réponse de le 01/12/2010 à 11:50 :
Vous avez entièrement raison quand l'Allemagne stabilisait ses fonctionnaires territoriaux, nos régions, départements et communes les augmentaient de 700 000 fonctionaires de plus soit avec l'Etat et la fonction publique hospitalière 5,5 millions de fonctionnaires (traitements + pensions = plus de 50% de nos déficits structurels. Ce n'est plus viable notre économie et les français n'en peuvent plus sans compter l'horrible complication de nos administrations (procédures avec mille lenteurs, redondantes, peu efficaces, dévoreuses de temps et de lauer ajoutée). C'est ani-économique et donc au final anti-social. Pas étonnant que les français s'appauvrissent dans ces conditions.
Réponse de le 01/12/2010 à 17:52 :
Je suis 100% d'accord avec les analyses ci-dessus.
J'ajouterai seulement que tout les déficits de l'Etat français sont abyssaux bien que notre pays soit champion du monde des prélèvements obligatoires (payés par moins de la moitié de la populations).
a écrit le 30/11/2010 à 22:30 :
Déjà si on vient nous rassurer ce n'est pas bon signe.
a écrit le 30/11/2010 à 22:26 :
Je lis: "Il n'y a aucune inquiétude, il n'y a aucun risque, nous sommes une valeur refuge avec l'Allemagne"
On peut mettre en face:
? La fiscalité la plus lourde du monde
? Des déficits budgétaires chroniques depuis plus d?un quart de siècle.
? Une balance du commerce extérieur en déficit chronique
? Un taux de chômage inconnu parce que biaisé à la sauce Soviétique.
? Un niveau scolaire qui a baissé de manière irrattrapable.
? Une université en état de déliquescence avancé.
? Une désindustrialisation incontrôlée.
? Un droit du travail complètement paralysant.
? Une évasion de capitaux impossible à évaluer du fait du passage a l?Euro.
? Des syndicats irresponsables voire suicidaires !
J?arrête, la place va manquer !
Tout va bien, dormez braves gens et surtout dormez bien parce que c?est en vous réveillant que le cauchemar va commencer ! N?oubliez pas de donner un peu d?argent aux Restos du c?ur, vous allez peut être en avoir besoin !
Réponse de le 01/12/2010 à 7:37 :
Gregory, difficile de ne pas être d'accord avec vous; mais avant de dégrader la France il y aurait lieu de dégrader les pays les plus laxistes et à commencer par le champion du monde : les USA
Réponse de le 01/12/2010 à 7:46 :
D'accord avec vous, mais en fait presque tout cela se résume à un seul problème : il y a trop de fonctionnaires en France qui administrent bien trop de choses et qui, par leur coût, plombent la fiscalité. Je ne les critique pas en tant qu'individu mais c'est un véritable cercle vicieux qui s'est mis en place. Et si l'Etat a fait quelques progrès en la matière, les collectivités locales continuent à se gaver. Peut être leurs futurs problèmes de financement les aideront à y voir un peu plus clair et à déterminer des priorités dans leurs actions. A pat couper les robinets, je ne vois vraiment aucune solution pour calmer cette boulimie de dépenses.
Réponse de le 04/04/2011 à 15:12 :
pour le nombre de fonctionnaires ,je pense qu'il y a une mauvaise repartition et ensuite le clientelisme qui fait qu'on embauche le parent ou les amis
a écrit le 30/11/2010 à 22:12 :
l'année prochaine ou dans 2 ans,cela sera peut etre plus la meme chanson !!
n'importe comment comment,les notations des agences sont loin d'etre la bible.
en effet,quelques temps avant l'éffondrement de la grande banque américaine en septembre 2008,celle-çi était notée triple A.
Réponse de le 01/12/2010 à 13:01 :
Lehman Brothers n'a jamais été notée AAA, je crois (à vérifier) que sa meilleure notation a été AA-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :