Le déficit commercial français se creuse encore

 |   |  129  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Depuis le début de l'année, le déficit commercial français dépasse 54 milliards d'euros fin septembre, contre près de 38 milliards un an plus tôt.

Le déficit commercial de la France s'est creusé en septembre, à 6,303 milliards d'euros, après 4,310 milliards d'euros (révisé) en août, selon les données corrigées (CVS/CJO) publiées ce mardi par les Douanes. Le déficit pour août avait été annoncé début septembre à 4,97 milliards d'euros.

Le solde négatif cumulé de la balance commerciale depuis le 1er janvier s'établit à 54,177 milliards d'euros, contre 37,834 milliards sur les neuf premiers mois de l'an dernier.

Les exportations FAB en données CVS/CJO sont ressorties à 36,971 milliards d'euros en septembre contre 30,549 en août. Les importations ont augmenté à 42,757 milliards d'euros après 36,165 milliards en août.

En septembre, la France a vendu dix-huit Airbus qui lui ont rapporté 1,28 milliard d'euros contre seize en août pour 1,35 milliard.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2011 à 14:21 :
Tout a fait d'accord avec Lucio. Cherchez une partie de la raison de notre desindustrialisation dans l'euro surevalue ... Cet Euro (1.35/1.40 $ en pleine crise ...) penalise notre competitivite et exportations, et a dope ceux de l'Allemagne qui a sciemment mene une politique de desinflation competitive ces 10 dernieres annees. Il serait peut etre temps que la France pense egalement a son interet national ( terme devenu obsolete et vulgaire dans cet euroland). Oui a une monnaie commune, non a cet euromark.
a écrit le 08/11/2011 à 13:30 :
comment faire pour les mettre tous dehors? Un nouveau coluche?
Réponse de le 08/11/2011 à 17:53 :
@banco: c'est aux jeunes à prendre leur avenir en main comme d'autres l'ont fait (en mai 68) au lieu de jalouser les 700 euros de retraite de leurs parents.
a écrit le 08/11/2011 à 13:27 :
Si le déficit s allonge c'est que nous ne sommes plus competitif d une part et que nos industriels ne restent pas assez sur place comme le font les allemands aussi il ne faut pas s étonner si on est à la remorque et ce n est pas à cause des gens qui voudraient bien travailler et en plus on laisse des gens dans une panade impossible. et par dessus le marché nos syndicats ne sont pas des patriotes car ils ne cessent de dire comme le disait KRAZUKI "LA GREVE LA GREVE LA GREVE" aussi cela n insite pas a donner du travail aux français car cela retarde les commandes./.
a écrit le 08/11/2011 à 12:16 :
Le gouverneemnt parle de plan de rigueur, ce défict mon,tre l'inutilité de M. Lellouche, ministre politique donc incompétent.
Dans un pays industriel le commerce dépend des industries et services et non du politique. Notre pays ,n'ayant aucune marge de manoeuvre, cette marge qui a permis pendant des années de faire des affaires avec l'argent du contribuable, pir avoir vécu deux décennies à l'etranger j'en ai des cadeaux à faibles taux et à rentabilité douteuse comme cette période où une banque française de premier plan à l'époqueET D'ETAT acceptait la confirmation des engagements irakien dont un grand nombre n'ont pas été réglés par la Bank of Irak amis par le contribuable bleu blanc rouge.
Cela concerne autant la droite que la gauche aussi pitoyable pour parler business.
Etre énarque et homme d'affaire n'est pas compatible voir la dernière de Dexia, 8 énarques sur 9 dans le conseil d'aministration.
Dans un pays "normalement" démocratique ce Ministre aurait déjà démissionné pour manque de résultat mais nous sommes en France où en politique tout est permis, m^me le plus grotesque.
a écrit le 08/11/2011 à 12:14 :
ce n'est certainement pas avec l'UMPS et tous nos politicarts, que l'on va relancer le pays!!!!!ILS NE PENSENT QU'A REDUIRE,REDUIRE ET REDUIRE....ILS VOIENT TOUT EN NOIR!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 08/11/2011 à 11:14 :
Précision : Airbus n'est pas seulement français mais européen (RFA, Espagne etc.).
a écrit le 08/11/2011 à 11:11 :
Avec l'appui de la CGT entre autres, l'industrie française n'a cessé de décliner. Quant à l?agriculture, elle n'est plus le fameux "pétrole vert". Ne restent que les fonctionnaires qui ne semblent pas s'exporter.
a écrit le 08/11/2011 à 10:57 :
Forcement, parce-que l'excèdent commercial de 14 Milliards par mois que s'offre la Mère Merkel, il faut bien qu'il vienne de quelque part. Qui dit excèdent dit forcement déficit. Loi des vases communicants.
a écrit le 08/11/2011 à 10:50 :
L?Euro est bon pour l'Allemagne (sous évalué par rapport à un Deutschemark) et mauvais pour le reste de l'UE (surévalué par rapport au Franc, à la Lire etc...) qui se désindustrialise à la vitesse grand V. L'Euro est bon pour ceux (USA, Chine etc?) qui importent massivement en Europe et raisonnent à court terme (l?avenir de l?Europe ils s?en fichent). Alors soit la France quitte l'Euro volontairement, soit elle attend le désastre comme la Grèce, puis l?Italie, puis? Allez, tous aux urnes en 2012 !
Réponse de le 08/11/2011 à 11:07 :
Tout à fait d'accord. Christine Lagarde l'avait dit il y a déjà quelques temps, quand elle était encore ministère des finances, mais on a fait en sorte de limiter la diffusion de ses propos, amitié franco-allemande oblige!
a écrit le 08/11/2011 à 10:28 :
rien à signaler comme d'habitude!
a écrit le 08/11/2011 à 9:49 :
s il y a quelque chose à taxer c'est bien les importations....
a écrit le 08/11/2011 à 9:05 :
svp à quoi çà sert de publier un tel article étant donné que tous les trimestres le déficit bat des records !! en france on n'est pas capable de fonder un projet innovant basé sur l'industrialisation mais seulemnt sur les taxes , on change qlq taxe et on invente d'autre C la seule source de recette
Réponse de le 08/11/2011 à 14:05 :
Tout a fait d'accord avec Lucio. Cherchez une partie de la raison de notre desindustrialisation dans l'euro surevalue ...
Cet Euro (1.35/1.40 $ en pleine crise ...) penalise notre competitivite et exportations, et a dope ceux de l'Allemagne qui a sciemment mene une politique de desinflation competitive ces 10 dernieres annees.
Il serait peut etre temps que la France pense egalement a son interet national ( terme devenu obsolete et vulgaire dans cet euroland).
Oui a une monnaie commune, non a cet euromark.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :