Croissance, eurobonds, Grèce, calendrier... ce qu'a évoqué François Hollande mardi

 |   |  999  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Premier grand oral télévisé en tant que Président de la République pour François Hollande. Si vous avez raté son intervention mardi soir, voici ses principales déclarations.

L'Europe et la Croissance

François Hollande a réaffirmé son voeu de faire revenir la croissance en Europe, son cheval de bataille pendant la campagne présidentielle. "Nous devons aller beaucoup plus loin, faire en sorte que ce soit des mesures immédiates et pas simplement renvoyées à plus tard", a-t-il réclamé. "L'Europe a une capacité d'investissement très grande, elle doit la mettre en oeuvre", a-t-il en outre plaidé. A cet égard, le chef d'Etat évoque depuis plusieurs semaine les "projects bonds", un projet d'obligations européennes servant à financer les grands travaux.

"Merkhollande"

Ce type d'investissement a les faveurs d'Angela Merkel, la chancelière allemande que François Hollande à rencontré officiellement pour la première fois en tant que président français le soir même de son investiture. Elle "admet le principe de la croissance comme (lui-même) admet le principe du sérieux budgétaire", a affirmé le chef de l'Etat lors de son interview télévisée mardi soir. "Vous voyez que ça peut ouvrir un certain nombre de compromis" a-t-il estimé.

S'il espère trouver "bon équilibre dans la relation entre la France et l'Allemagne", François Hollande à répété son voeu de se montrer " respectueux de nos partenaires et aussi des institutions européennes". Il refuse un couple franco-allemand qui serait "l'unique moteur" de l'Europe et qui représenterait une mauvaise démarche à ses yeux. Malgré la "nécessité d'une amitié entre la France et l'Allemagne, nous avons besoin des autres", a-t-il expliqué .

Eurobonds

Sur la question des "eurobonds" auxquels à la différence des "projects bonds", l'Allemagne est hostile, François Hollande laisse entendre qu'un accord à long terme pourrait être trouvé avec la chancelière en relevant qu'elle envisageait d'en discuter, mais "pas tout de suite". Le président français a demandé la semaine dernière, lors du sommet informel de la zone euro, que la "perspective" de ces euro-obligations, une forme de mutualisation des dettes, soient inscrites à l'ordre du jour du prochain sommet en juin. Mais Angela Merkel rejette toujours cette solution n'y voyant pas "une contribution à la croissance". 

Grèce

A propos de la Grèce, où de nouvelles élections législatives 17 juin, très attendues, sont considérées comme une sorte de référendum sur le maintien de l'euro, Franfçois Hollande a émis le souhait que "les Grecs fassent le choix de l'Europe". "Ce que vous allez décider le 17 juin va avoir des conséquences, pour vous et pour nous", a-t-il lancé. "Nous vous respectons. Je vous respecte. C'est un changement par rapport à la période antérieure", a poursuivi François Hollande.

François Hollande a par ailleurs critiqué à demi-mots les propos de l'ex-ministre française Christine Lagarde, qui a déclaré dans une interview que "les Grecs devraient commencer par s'entraider collectivement" et ce, en "payant tous leurs impôts", et en se disant moins préoccupée par leur sort que par celui des enfants d'Afrique. "Je crois que les Grecs ont beaucoup donné dans cette dernière période, en termes de pouvoir d'achat, de renoncement des droits", a souligné le Chef de l'Etat en réponse à une question sur le sujet. "C'est vrai qu'il y a des Grecs très riches qui échappent à l'impôt, et ça ne doit pas être accepté. Mais je ne crois pas que cela soit le bon moyen de dire à des Grecs: vous savez, vous devez regardez votre situation par rapport à des Africains qui vivent plus durement que vous", a-t-il dit, concluant: "Cela s'appelle le respect. Je suis pour le respect".

Calendrier des réformes en France

En pleine crise européenne, François Hollande a affirmé vouloir tenir "toutes" ses promesses de campagnes. "Ce que j'ai promis, je le tiendrai dans le calendrier tel qu'il est prévu", s'est-il engagé, et ce, même s'il doit atteindre également son objectif de réduction du déficit public à 3% du produit intérieur brut en 2013 et à zéro en 2017. "Quand nous n'avons pas d'argent, nous ne pouvons pas le dépenser", a-t-il reconnu, tout en réaffirmant sa volonté de tenir certains engagements apparament coûteux, "par exemple (sur) la question des retraites, notamment pour ceux qui ont commencé à travailler tôt". Le gouvernement avait chiffré à 5 milliards d'euros cette mesure.

françois Hollande dit par ailleurs avoir "anticipé (...) une croissance légèrement plus faible" que prévue initialiement. La Commission européenne table sur 0,5% la croissance en France cette année. "Nous trouverons des économies ailleurs mais je veux dire aux Français que nous n'allons pas baisser les bras", a voulu rassurer François Hollande. qui ajoute: "il va falloir faire un effort, c'est certain, mais cet effort sera justement réparti" avec des "décisions fiscales qui s'adresseront à ceux qui ont le plus" et seront annoncées en juillet et août.

Smic: un coup de pouce de rattrapage

Concernant la revalorisation du salaire minimum, le président de la République a promis un "coup de pouce (qui) devra rattraper ce qui n'a pas été accordé cette dernière année. Il devra aussi veiller à ce que cela ne déstabilise pas les entreprises". Il ne fait ainsi que réaffirmer la position qu'il a tenu pendant la campagne et que son ministre du Travail, Michel Sapin a entrepris de défendre.

Syrie

Par ailleurs, face à la situation en Syrie, François Hollande n'a pas exclu une intervention militaire étrangère, mais exclusivement sous mandat de l'ONU. Plus tôt dans la journée, il a renvoyé l'ambassadrice de Syrie en France.

Législatives

Enfin, pour les scurtins législatifs des 10 et 17 juin, François Hollande a sollicité des Français une majorité "claire, solide, cohérente". "J'ai présenté des engagements au cours de la campagne présidentielle, je veux les tenir, mais je ne les tiendrai que si j'ai une majorité à l'Assemblée nationale qui me permette de voter les lois qui correspondent", a-t-il argué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2012 à 14:55 :
quelle délicatesse : je donne tout avant les élections mais en juillet, vous allez voir ce que vous allez voir : je repique tout en impôt csg et tva ! non mais!
a écrit le 30/05/2012 à 13:34 :
Les projects bonds européens ? Le temps que tout le monde (27 Etats) se mette d'accord sur leur mise en route et sur les modalités, nous serons dans le trou. Réveille-toi, Hollande, ce sont 1000 emplois/jour qui disparaissent. Les euro-bonds ? T'as pas entendu la dame, Hollande, elle a dit nein ! Pour demain ? On ne peux plus attendre, c'est maintenant, qu'il faut agir : sortie ordonnée et immédiate de l'UE et de l'Euro avant que tout ne s'écroule !
a écrit le 30/05/2012 à 12:26 :
Mis à part une déclaration de guerre à la Syrie en bonne et due forme, prononcée par manque d'expérience, pas grand chose de neuf ou de pertinent : monsieur Le Normal est toujours en campagne électorale.
a écrit le 30/05/2012 à 11:50 :
a danielvarrick ,:l'ENA un machin que personne ne comprends disait De Gaulle
a écrit le 30/05/2012 à 11:46 :
blablabla ...c'est encore les classes moyennes qui vont en patir.
les reformes non financées au jour d'aujourd'hui vont couter beaucoup d'argent et en aucun cas relancer l'économie.
Les impots vont augmenter pour les classes moyennes qui sont pour les socialistes la vache à lait idéale !!!
comment va-t-il financer 60.000 fonctionnaires en plus, la retraite à 60ans, une réévaluation du smic, la TIPP,l'augmentation de l'aide à la rentrée scolaire etc etc...
bien sûr il se défile et donne rdv en septembre
a écrit le 30/05/2012 à 11:20 :
M. F.HOLLANDE est un chef d?État que les Françaises et les Français attendaient dans la nuit des temps.Il a fait L'ENA ,sa vision pour la France a commencée où celle de M. SARKOZY s'est arrêtée.
Réponse de le 30/05/2012 à 11:48 :
qu'est ce que tu racontes tu as tt juste ton certificat d'etudes toi !
Réponse de le 30/05/2012 à 13:07 :
vous parler de quelqu'un qui a fait l'éna parlons en ce n'est même pas capable de parler l'anglais et ce n'est pas pour ça que ça en fait un bon président et vous croyez encore qui va payer pour la retraite a 60 ans et pour l'instant tout ce qu'il a promit il revient dessus et oui beaucoup de promesse maintenant pour l'augmentation du smic ça va être un petit coup de pouce pas ce qu'il avait promit le smic a plus de 1500 euros
Réponse de le 30/05/2012 à 17:12 :
le coup de pouce au SMIC c'est comme un toucher rectal, voyez ce que je veux dire, va falloir vous y habituer.
a écrit le 30/05/2012 à 11:17 :
Sur les Eurobonds : ...FH laisse entendre qu'un accord à long terme pourrait être trouvé avec la chancelière en relevant qu'elle envisageait d'en discuter, mais "pas tout de suite".
Quel autorité ! On sent que le patron est là et qu'il a pris les affaires de l'Europe en main. lol.
a écrit le 30/05/2012 à 11:06 :
pas un mot sur la réforme fiscale, on va attendre les vacances quand tous le monde sera sur la plage.
Réponse de le 30/05/2012 à 14:06 :
NON NON LES IMPÔTS ARRIVENT JUILLET ET AOUT .....LES VACANCES IL N'Y AURA QUE LES CASS...ET CEUX QUI NE PAIENT PAS D?IMPÔTS...
a écrit le 30/05/2012 à 10:53 :
Voici encore des déclarations d'intentions d'un homme en campagne électorale. Venons en aux détails maintenant:
Qu'en est-il de la réforme bancaire qui doit séparer l'activité d'investissement de celle de banque de détail ?
Va t-il tenir sa parole et ne pas ratifier le pacte de stabilité s'il n'y a pas d'eurobunds?
Va-t-il modifier la constitution et y faire entrer la loi de 1904 et la séparation de l'église et de l'état : avec une suppression des spécificités de l'Alsace - Moselle ?
Ce sont ces questions qui semblent importante pour l'avenir du pays et pour le choix des francais aux législatives.
Réponse de le 30/05/2012 à 19:24 :
En fait, toutes ces interventions que je doit qualifier de pacte négatif par avance à l'égard du nouveau Président, je suis étonné de ne pas en avoir entendu de la sorte lorsque son prédécesseur a déployé le bouclier fiscal pour avantager les plus riches qui finissent par investir à l'étranger en guise de remerciement, et qui a amené les plus démunis à davantage de détresse !
Même pas le temps de faire ses preuves et HOP.... on est contre tout ! Moi je veux voir les gens à l??uvre avant de critiquer par idéologie !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :