Les "emplois francs" pourraient être expérimentés

 |   |  200  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
le ministre de la ville François Lamy s'est dit favorable à l'expérimentation de ce système d'exemption de charges en cas d'embauche d'un jeune de "quartiers en difficulté".

Les « emplois francs » vont être expérimentés. Le ministre de la Ville, François Lamy, a annoncé ce lundi qu?il était favorable à ce dispositif promis par François Hollande pendant la campagne électorale. Ce dispositif prévoit d?accorder de larges exemptions de charges aux entreprises qui accepteraient d?embaucher des jeunes issus des « quartiers difficiles ».

Emeutes violentes

C?est à Amiens, dont les quartiers nord ont été frappés la semaine passée par des émeutes violentes, que François Lamy a annoncé vouloir « travailler dans le cadre d?une politique plus globale ». Le ministère devrait étudier si les quartiers difficiles d?Amiens pouvaient être choisis comme lieu de cette expérimentation.

« Redéployer les moyens »

Le ministre de la Ville doit à la rentrée redéployer les moyens de la politiques de la ville pour la rendre plus efficace et, a-t-il répété lundi, « concentrer les moyens où l?on en a besoin ». Pour François Lamy, le temps de « la politique de la ville, de l?emploi et de l?éducation » est venu après la priorité de la sécurité qui avait dominé la semaine passée, lorsque les heurts étaient en cours.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/08/2012 à 19:52 :
philanthrope sur le fond vous avez entièrement raison, mais nos élus veulent que les gens dit de cité soit les jeunes travaille, il serait idéal vôtre idée que ces emplois soit tournés dans les secteurs liés à l'exportation pour augmenter la compétitivité des PME et PMI, mais malheureusement ces emplois francs vont surtout être dirigés sur les collectivités locales, hospitaliers, dans le secteur scolaire, quand vous voyez ces jeunes qui devant une certaine difficulté baissent les bras et préfère ne pas y retourner le lendemain à ces fameux emplois francs qui n'est pas la solution la meilleur enfin..................
a écrit le 22/08/2012 à 8:09 :
Une mesure relative aux emplois francs pourrait s'avérer efficace non pas dans le domaine où le gouvernement s'apprête à le faire, mais dans les secteurs liés à l'exportation afin d'augmenter la compétitivité de ses entreprises, et notamment des PME/PMI. Ceci favoriserai l'embauche et la relance économique. Tout est lié, le social est subordonné au développement de l'emploi. C'est là la clef de la réussite. Les artifices ne feront qu'alourdir le marché de l'emploi.
a écrit le 21/08/2012 à 14:51 :
Aujourd'hui Amiens, demain Roubaix ou Mulhouse. Il y a tellement de zones de non-droit en France que les troubles vont se multiplier ci ou là. Pas d'avenir pour la jeunesse. Les jeunes diplômés envisagent tout naturellement l'exil. La disparition de notre belle culture semble évidente (livre idéaliste "les corps indécents") Le changement n'est pas en mieux mais hélas bien en pire. L'insécurité est partout. C'est effrayant.
a écrit le 21/08/2012 à 11:19 :
Donc si j ai bien compris, la réponse à la délinquance c est des subventions !!! Fini la prison pour un délinquant violent multirécidiviste , on l envoie faire du sport en colo ... Les pauvres , vous comprenez, personne ne les comprends alors ils s expriment en agressant, crachant ouvertement à la figure de ceux qui les subventionne à rien foutre... Ne les grondez pas enfin, soyez juste compréhensifs , un peu d humanisme svp ...
a écrit le 21/08/2012 à 10:49 :
"Ce dispositif prévoit d?accorder de larges exemptions de charges aux entreprises" De quelles entreprises parlons nous ? entreprises public ou privée ? Si c'est d'entreprises privée dont nous parlons je crois rêver. Par ailleurs j'avais le sentiments que les patrons sont des esclavagistes suceur de sang. Comment vont ils traiter cette jeunesse ? ils vont les exploiter ces pauvres enfants des cartiers défavorisé. il ne faudrait quand même pas rajouter de l'esclavagisme a la misère du quotidien.
Réponse de le 21/08/2012 à 11:30 :
Si vos propos ne sont pas de l'humour, alors vous ne devriez pas vous contenter d'une impression sur les patons des PME"suceurs de sang".
Allez donc voir autour de vous des patrons qui sacrifient leur vie, et parfois leur maison, et non celle de leurs collaborateurs.
Quand à leur utilité, les PME c'est 80% de l'emploi en France.
Ne soyons pas sectaires, et ne restons pas aveuglés par des cas particuliers.
a écrit le 21/08/2012 à 10:10 :
ça dure depuis 20 ans et pourquoi ça s'arrêtera dans un pays où le chômage sera permanent et très élevé.
a écrit le 21/08/2012 à 10:06 :
Dans 20 ans, il y aura des favelas autogérées dans ce pays, l'érosion continuelle de la compétitivité, contrainte budgétaire ne permettant plus faire du social mais simplement donner le minimum d'allocations pour acheter la paix sociale, priorité donnée à l'électorat retraité majoritaire, il faudra donc accepter que la France se brasilianise et se libanise comme le prévoyait le brillant Eric Zemmour, un de nos plus grand intellectuel visionnaire contemporain.
Réponse de le 21/08/2012 à 11:18 :
Le mieux serait justement de stopper les aides sociales et de moins charger les entreprises qui embauchent localement. Il va falloir renoncer à l'avenir aux aides en tout genre la france n'a plus les moyens avec la mondialisation.
Réponse de le 21/08/2012 à 11:25 :
Devenons tous des Eric Zemmour. La coissance certes sera une bonne rustine qui tiendra temporairement face à une crise aïgue du moment. La croissance infinie me semble derrière nous. Pourquoi ? Elle nous dirigera dans le mur qui s'appellera "hyperdémographie mondiale" et "insuffisance de matières premières". Il faudra réinventer d'urgence une société qui ne fonctionnera plus "que grâce" à la croissance, mais "qui prospère avec la décroissance". C'est cette solution qui sera la clé du problème posé, non seulement à la France en particulier, mais à la société humaine. Mais dans un système "mondialiste" cela ne pourra se réaliser que par une entente internationale, G 20 ou mieux l'ONU. Sont-ils "mûrs" pour repenser une société où l'on ne "booste" plus l'expansion des des grands groupes industriels, ou l'industrie agricole, etc. etc. mais où l'on commence à freiner progressivement ces mastodontes de la croissance mondiale en mettant en progressivement en place une nouvelle pensée et avec elle un nouveau mode de fonctionnement. Nous sommes de nouveau à une époque d'Erasme ou de François Ier,
mais coincés dans des enjeux considérablement plus étendus. Il semblerait qu'il y ait eu il y a peu un G 20 au Bresil qui a pour la première fois planché sur une perspective d'une société sans croissance. Bonne initiative ! Que l'on continue. Nos matières premières, contrairement à une idée répandue, connaissent quelque part leurs limites et à cet endroit et celui de l'explosion démographique qu'il faudra travailler d'arrache-pied. Il ne s'agit pas ici d'idéalisme, mais froidement de réalisme.
a écrit le 21/08/2012 à 9:57 :
Il faut accepter un taux de pauvreté croissant dans notre pays, avec une croissance quasiment nulle pour cause d'une part d'un marché mature et d'autre part des contraintes budgétaires, il n'est plus possible de s'occuper de tout le monde, il faut essayer de s'en sortir de façon individuelle et non collective dans ces quartiers défavorisés. La seule solution est mettre une politique malthusianiste et arrêter de subventionner les mères célibataires, la natalité galopante. Il faut dire la vérité, il n'y a pas de possibilité de sortir de la misère par des études médiocres en fac, tout le monde ne peut être des médecins ou des ingénieurs, ni boulangers, ni restaurateurs, ni entrepreneurs, PAS DE CROISSANCE !!!! donc perspective zéro. D'ailleurs pour accéder au logement il faudra soit hériter soit que les grands parents achètent ou prêtent un bien immobilier sinon c'est de la précarité, délinquance et de l'assistanat jusqu'au dépôt de bilan.
Réponse de le 21/08/2012 à 23:59 :
Cavalière, vous citez Malthus et bientôt Nietch (pardonnez-moi si j'ai mal orthographier ce nom) pourquoi pas les grands penseurs du 19 e siècle à la perfection, nous ne sommes pas tous né avec les fées penchées sur nôtre berceau, quand vous parlez d'héritage que les petits enfants ont ils ont bien raison d'en profiter car les jeunes savent très bien quelle avenir notre chère gouvernement nous réserve, heureusement que vous êtes là pour nous rappeler à l'ordre, merci C-A-V-A-L-I-E-R-E.
a écrit le 21/08/2012 à 9:07 :
plus vous etes dans l'illégalité, plus vous avez de droit § bravo . les gens honn^tes sans emploi savent ce qui leur reste a faire: "bruler des voitures" belle morale
Réponse de le 21/08/2012 à 9:57 :
Pourquoi voulez vous que les pouvoirs publics fassent quelque chose : les voitures brûlées appartiennent aux voisins de ces ''jeunes''... Ils se font du tort entre eux !!!
Pour bien connaître le ''Pigeonnier'', je peux vous assurer que le seul moment où c'est calme, c'est le dimanche, jour de marché, où ils font tous leur ''business'' (si vous voulez des Nike à 80? au lieu de 150?...)
Certes, le tissu industriel s'est appauvrit avec la fermeture de Lee Cooper et autres employeurs historiques, les coupes chez SANEF, L'Hôpital Nord qui ferme des services etc... mais cela n'excuse en rien leur comportement : s'il n'y a pas de boulot, il faut sortir d'Amiens ou le créer et arreter de tout mettre sur le dos de la société.
a écrit le 21/08/2012 à 9:07 :
Tous les problèmes sont dans la photo sous le titre. La solution serait de casser ces ensembles et répartir leur population. C'est compliqué, il faut trouver des espaces, il faut de sous, certes, mais si on ne le fait pas, nous aurons à longueur de journaux télévisés les images de violence, un débat permanent sur l'insécurité,et corollairement une montée du front national.
a écrit le 21/08/2012 à 9:07 :
Tous les problèmes sont dans la photo sous le titre. La solution serait de casser ces ensembles et répartir leur population. C'est compliqué, il faut trouver des espaces, il faut de sous, certes, mais si on ne le fait pas, nous aurons à longueur de journaux télévisés les images de violence, un débat permanent sur l'insécurité,et corollairement une montée du front national.
Réponse de le 21/08/2012 à 10:08 :
Avec votre argent ? Un grand emprunt ? Rappelez moi les perspectives de croissance et le taux d'endettement de la France.
a écrit le 21/08/2012 à 8:21 :
bonne idée, bonne mesure car le travail permet, entre autres, d'intégrer les jeunes issus des quartiers pauvres.
a écrit le 21/08/2012 à 7:11 :
et une niche fiscale de plus!les autres cités qui se tiennent tranquilles n'auront que leurs yeux pour pleurer:pas de vacances gratuites,charges plein pot.la france,pays ou on encourage les moins vertueux!
Réponse de le 21/08/2012 à 8:24 :
Soit l'entreprise a du travail et embauche du personnel qualifié pour répondre à la demande, soit elle n'a pas de contrat et exploite une niche (l'argent du contribuable). Ce n'est pas au gouvernement à s'immiscer dans la conduite du business.
a écrit le 21/08/2012 à 1:35 :
Ce quartier d'Amiens, Le Pigeonnier, est bien équipé, bien entretenu et bien desservi en transports en commun et en voies de circulation. Il avait déjà une certaine réputation dans les années Mitterrand. Elle s'est confirmée pendant les années Chirac et Sarkozy. Elle est désormais nationale. Soyons un peu sérieux ! Une baisse de charges ne modifiera pas fondamentalement l'image désastreuse donnée à ce quartier par les violences commises par une partie de ses habitants. Et si cela marche, cette aide ne fera que déplacer le problème de l'emploi en favorisant l'embauche de résidents d'un quartier agité au détriment des résidents des autres quartiers. Le chômage et les difficultés sociales existent aussi dans les quartiers où rien ne brûle.
a écrit le 21/08/2012 à 0:49 :
La gauche bienpensante a toujours le don de créer des usines à gaz.
Il ne sert à rien de couper dans les charges non plus. Il faut selon moi une réforme de fond de notre fiscalité. Un des premiers éléments de cette réforme est de faire financer intégralement par le consommateur les cotisations sociales et les aides du type RSA. J?appellerai cela non pas TVA sociale mais Taxe URSSAF. Ainsi les produits importés participeraient aussi au financement des côtisations sociales et les entreprises qui produisent en France verraient leur compétitivité à l'export améliorée. Le coût d'un salarié étant plus faible les entreprises seraient plus enclines à embaucher, même la main d'oeuvre non qualifiée.
a écrit le 21/08/2012 à 0:43 :
Commençons par extraire les éléments violents, multirécidivistes de ces quartiers et par les exclure du département sous peine ferme de trois ans de prison et les choses iront beaucoup mieux ... avec suivi et formation professionnelle obligatoire. J'ai entendu le maire d'Amiens parler de 180 millions supplémentaires pour les quartiers d'Amiens. Rien que ça. Plan inefficace programmé, la chiiracquie continue.
a écrit le 20/08/2012 à 23:11 :
Il manque un dico sur cette politique "sociale" de la ville. Qui est difficile, qui est en difficulté? la population ? Les "jeunes"? Les moins jeunes? Le maire? Le ministre? Et de quelle difficulté parle t-on? Bref, il y a un magma de mots mais on ne dit jamais de quoi l'on parle réellement : pourtant voilà un nouveau terme, l'emploi franc, qui promet de l'humour. Retour au franc? Emploi réserve au fran(cais)?
a écrit le 20/08/2012 à 20:06 :
Créer des CES, des Contrats d'avenir, les fameux TUC, pour ce genre de personnes qualifiés ou pas, déjà il faudrait qu'on coupe toute les allocations des gens qui vivent dans ces citées vous verrez qu'il accepterons toute sorte de travail, pourquoi ces jeunes des citées iraient travailler ils ont tout et quand ils on besoin ils vont s'adresser vers une assistante sociale, il faut s'attaquer au racine de l'arbre qui cache la forêt au lieu de leur faire une coupe en été ou les abattres.
a écrit le 20/08/2012 à 19:48 :
Et revoilà les Socialistes avec leurs emplois bidons alors que la seule solution est un allègement massif des charges. De toutes façons les "jeunes" n'ont pas besoin de travailler puisqu'ils les allocations et vivent de "travaux annexes". Les entreprises, celles qui existent encore, ne veulent pas de ce type de main-d??uvre non qualifiée...
Réponse de le 20/08/2012 à 23:00 :
De toutes façons les "jeunes" n'ont pas besoin de travailler puisqu'ils les allocations et vivent de "travaux annexes".
En plus d être faineant il sont tous voleurs et bien sur toi tu es honnête et travailleur.
Réponse de le 20/08/2012 à 23:44 :
Gilles1 : pourquoi reprochez vous à la gauche de ne pas faire en 3 mois ce que la droite n'a pas fait non plus en 17 ans ? (allègement massif des charges)
Il faut vous rendre à l'évidence, au regard de la dette PERSONNE ne prendra la décision d'alléger l'impôt, quel qu"il soit... au contraire nous devrons passer par un effet de ciseau (hausse de l'impôt et baisse des dépenses)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :