3 millions de chômeurs : déjà en 1993, sous Pierre Bérégovoy...

 |   |  607  mots
AFP
AFP (Crédits : AFP)
Comme en 2012, il y a vingt ans, fin 1992, une majorité socialiste alors au pouvoir craint de voir la France franchir le cap des 3 millions de chômeurs. Le Premier ministre, Pierre Bérégovoy, se lance alors dans un traitement social du chômage de grande ampleur.

Un président socialiste à l'Elysée; une majorité à l'Assemblée nationale; un gouvernement socialiste au pouvoir... Et la barre symbolique des 3 millions de chômeurs en passe d'être franchie... 2012 ? Non, c'était il y a tout juste 20 ans, à la fin 1992... Avec François Mitterrand président de la République et Pierre Bérégovoy Premier ministre et... Martine Aubry au ministère du Travail. Les élections législatives de la fin mars 1993 approchaient et Pierre Bérégovoy était obsédé par le fait de ne pas laisser la France franchir - pour la première fois alors - ce seuil des trois millions de chômeurs. Dix ans plus tôt, en 1982, son prédécesseur, Pierre Mauroy, avait été traumatisé par le passage des deux millions de chômeurs... Comme Raymond Barre en 1977, quand le cap du million avait été dépassé pour la première fois.

1992/1993 les grandes années du traitement social

Que faire alors pour Pierre Bérégovoy ? Sur le plan économique, pour soutenir une activité déprimée - le PIB n'a progressé "que" de 1,5% en 1992, un niveau qui serait considéré comme inespéré 20 ans plus tard - son gouvernement a d'abord laissé filer les déficits jusqu'à près de 3% du PIB - soit la limite fixée par le traité de Maastricht tout juste adopté. Dans la loi de finances initiale, le gouvernement prévoyait un déficit de 89,5 milliards de francs (13,5 milliards d'euros ), finalement il atteindra 184 milliards de francs (28 milliards d'euros)... Et le service de la dette est devenu le deuxième budget de l'Etat, derrière l'Education (comme en 2012 !).
Sur la plan social, ensuite, la machine du traitement social s'est déchaînée alors que le taux de chômage s'élève à 10,5% (10,1% à la fin du premier semestre 2012). Le nombre d'empois aidés augmentent de 25% en 1992, principalement les alors fameux "contrats emploi-solidarité" (CES) dont le nombre atteindra 600.000 en 1993, à comparer aux actuels 400.000 contrats aidés actuels !!! Les préretraites aussi progressent de façon drastique. Par ailleurs, un million de demandeurs d'emploi inscrits depuis plus d'un an à ce qui était encore l'ANPE ont été convoqués. Parmi eux, environ 250.000 sont entrés en CES, 170.000 ont bénéficié d'actions d'insertion et de formation et 75.000 de "contrats de retour à l'emploi" (contrats aidés dans le secteur marchand)....

Quant aux plus récalcitrants, ils ont été rayés des listes. Ce qui provoquera une grande polémique sur ce que l'on appellera les "nouveaux pauvres". Par ailleurs, l'exonération de 30% des charges sociales pour les embauches à temps partiel concerne, au bout de trois mois, 30.000 personnes. Et les exonérations de cotisations pour l'embauche de jeunes profitent alors à 100.000 moins de vingt cinq ans.

Plus de trois millions de chômeurs pendant 7 ans

Bref, le gouvernement socialiste met le paquet et dépense des milliards. Il n'empêche, la gauche est balayée aux élections législatives des 21 et 28 mars. Et c'est Edouard Balladur, le nouveau Premier ministre de droite tout juste installé à Matignon, qui devra annoncer, le 30 mars, que pour la première fois la France connaît plus de trois millions de chômeurs. Il faudra attendre 1999 pour que la barre soit de nouveau franchie dans l'autre sens, sous le gouvernement Jospin. Edouard Balladur laissera aussi filer les déficits ; il privatisera, il inventera le premier mécanisme d'allègement général des cotisations sociales. Malgré tout, la France connaîtra en 1993 sa première récession (- 0,7%) depuis 1950. Et quand il quittera Matignon en 1995, le taux de chômage se situera à 12%. Faute de croissance, les faits sont têtus. Ceci reste vrai en 2012.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2012 à 15:53 :
De toute façon, comme on le sait, le problème n'est pas le chômage mais les chômeurs. Ils n'ont qu'à se débrouiller pour trouver du boulot. Quand on veut on peut et c'est tout de même pas la lune ma ptite dame. La solution est simple : moins de chômeur = moins de chômage mon bon monsieur.
a écrit le 30/08/2012 à 7:27 :
On nous prend pour des gogos , pas de crise ,il y a vingt ans et déjà le problème ,aujourd hui, le chiffre est diminué ,nous sommes à plus de 5 millions ( radiation, emplois précaires ...) on nous ment ,cela est sûre ,j ai une zone industrielle près de chez moi ,il y a dix ans ,elle était resplendissante ,aujourd hui quasiment vide,alors ou est la vérité....
a écrit le 29/08/2012 à 22:21 :
Comme quoi quand on ne tire pas les leçons du passé,on est condamné à le revivre !
Réponse de le 02/09/2012 à 15:49 :
Si c'était aussi simple...
a écrit le 29/08/2012 à 16:57 :
l'histoire nous raconte nos erreurs mais il semble que notre memoire oublie .
on recommence les memes solutions avec les memes resultats.
il faut reconnaitre que nous n'aimons pas le changement.
nous priviligions le confort a la durée
a écrit le 29/08/2012 à 15:39 :
Quand on dilapide sans compter l'argent des contribuables, il y a nécessairement un retour de bâton. Ce qui a été dépensé ne peut pas être investi dans des outils de travail (du capital). Cela crée mécaniquement du chômage. Une étude internationale a montrée que quand les prélèvements de l'état dépassent 40% du PIB, il y a automatiquement une augmentation massive du chômage. Le taux de 40% a été atteint sous Giscard. Tiens, c'est justement à partir de ce moment là que le chômage n'a cessé de croître.
a écrit le 29/08/2012 à 15:10 :
Oui mais la population française en 1992 était de 56 millions alors qu'aujourd'hui elle est de 65 millions, donc pour arriver au même ratio il faudrait que le chômage atteigne les 3,4 millions de personnes.
Réponse de le 02/09/2012 à 18:20 :
Aujourd'hui la situation est pire, car les intérimaires ne sont pas comptabilisé comme demandeurs d emploie, alors qu en 1992 il l'étaient .
a écrit le 29/08/2012 à 14:41 :
Il y a une erreur dans cet article. L'histoire des "nouveaux pauvres" (ces 300.000 chômeurs à qui on a coupé les vivres par décret) date de 1983, quand Bérégovoy était ministre des Affaires sociales dans le gouvernement Mauroy. Pour se justifier, il a dit : "C'était cela ou le naufrage de l'Unedic"...
Réponse de le 29/08/2012 à 15:37 :
Remarque tout a fait exacte, c'est une erreur de ma part et je vous prie de m'excuser. En revanche, fin 1992, on a rappeler cette histoire à Beregovoy en lui reprochant de rééditer la même chose en radiant des chômeurs de longue durée. Merci de votre lecture attentionnée.
Réponse de le 30/08/2012 à 2:40 :
Merci à vous !
a écrit le 29/08/2012 à 14:14 :
Vous avez voulu mhollande...vous l'avez !! et ce n'est que le début des problèmes. Plus de 58 000 chomeurs en Juillet, et le PS donne tous les droits aux ROMS ... de cette manière les salaires seront tirer vers le bas ... et plus de 22 000 fonctionnaires engagés en 2013 !!
OUI, le chomage c'est MAINTENANT et pour longtemps... MDR
Réponse de le 29/08/2012 à 14:36 :
@MOI : "plus de 22 000 fonctionnaires engagés en 2013 !! OUI, le chomage c'est MAINTENANT". Logique non ?
Réponse de le 29/08/2012 à 14:46 :
le chomage cela fait depuis longtemp gauche et droite confondue, il n'a pas attendu le président normal
Réponse de le 29/08/2012 à 16:03 :
@MOI "le PS donne tous les droits aux ROMS " LOL il fait exactement la même politique que Sarko, ils expulsent, faut suivre ! "plus de 22 000 fonctionnaires engagés en 2013 !" et 22 000 supprimés ailleurs, les effectifs de fonctionnaires resteront les mêmes il y en aura plus dans l'EN c'est tout, faut suivre !
Réponse de le 29/08/2012 à 16:47 :
C est tout à fait possible oui, il s agit d appréhender correctement l économie avant de se pavaner sur les forums et d en diminuer la qualité...

Combien d emplois privés détruits ou non crées suite au 22 000 fonctionnaires supplémentaires embauchés hmm ?
Réponse de le 29/08/2012 à 16:54 :
oui mais 150 000 emplois bidon inutile d'avenir en plus, quasi assimilé fonks; faut suivre. Et puis comment mettre + de fonk EN et police, justice, promesses du mou et où réduire?? hôpital, impôts,? que vont dire les camarades CGT et autres Sud?
a écrit le 29/08/2012 à 14:05 :
Il faut le dire.
La spéculation immobilière est facteur de chômage des jeunes car elle empêche la mobilité géographique, elle ne favorise pas les faibles rémunérations car se loger est trop cher. Mais cette spéculation fait un bien fou pour notre génération.
Réponse de le 29/08/2012 à 17:26 :
C'est clair.
Vous pourriez acheter une maison 200 KE (son prix en 2000) et faire 150 K de travaux (travail, PIB, etc) pour avoir un petit palace qui ne consomme pas d?énergie (maison passive).
Mais non, la maison en l'état (authentique meulière, état d'origine :) vaut 400KE, donc pas de budget travaux, pas de PIB, etc. et vous enverrez votre argent à nos amis des émirats pour vous chauffer. Nickel !

Du coup, votre génération a plus d'argent mais elle est obligé d'aider la mienne (30 ans) et celle de vos parents (80-90 ans). Je ne suis pas sur que vous y gagnez vraiment.
a écrit le 29/08/2012 à 13:05 :
Le chomage, c'est maintenant.
Réponse de le 29/08/2012 à 14:51 :
le chomage c'est depuis quand ? le 6 mai 2012, avant il n'y avait pas de chomeur lol
a écrit le 29/08/2012 à 12:10 :
Lire les commentaires de la Tribune c'est un peu comme voyager dans le temps. Retour en 1962 après la baie des Cochons, l'Est contre l'Ouest. Deux clans aussi lobotomisés l'un que l'autres. On revient en 2012 : pas de changement si j'en crois les termes utilisés dans les commentaires : socialo-communistes, capitalisme sauvage,...
OH !! Reveillez vous ! Sortez un peu de ces carcans, le monde change mais a priori pas vous....
Réponse de le 29/08/2012 à 15:46 :
mais non voyons, le manque de compétitivité de la france est presque entièrement due aux congés payés instauré par le front populaire en 36...
Réponse de le 29/08/2012 à 16:19 :
@Chich mais dites nous donc ce qui change dans ce monde, moi je vois pas trop là... des riches de plus en plus riches, du chomage qui monte, la croissance qui baisse, la routine depuis 15 ans quoi ...
a écrit le 29/08/2012 à 12:08 :
L'article montre bien que nos dirigeants politiques avec leurs méthodes classiques et usées sont totalement impuissants. Pour augmenter le nombre d'emplois, on doit changer de paradigme.
Souvenez-vous le japon il y a quelques décennies. Ne pas blâmer le travail, avoir beaucoup de riches dans le pays et non l''inverse car eux ont de quoi investir, formation excellente à tous les niveaux et pas uniquement des universitaires, la créativité doit être mise en avant et non le fonctionnariat, limiter la démographie car c'est bien beau d'avoir en moyenne 2,3 enfants si ils n'ont pas d'emploi, fabriquer des produits à très haute valeur ajoutée. En résumé l'inverse de ce que notre société préconise aujourd'hui.
Réponse de le 29/08/2012 à 15:10 :
On ne peut pas mélanger notre pays avec le Japon ,à l'époque ou ils manquaient de personnel ils se sont posé la question (que nous n'avons pas eu le droit de nous poser) ,devons immigrer du personnel non qualifié étranger ,surtout coréens ,ou faisons-nous autrement.
Les robots ont remplacé les humains ,il n'y a pas de chômage et le salaire médian est de 7000 euro ,qui dit mieux.
a écrit le 29/08/2012 à 11:56 :
Il est beau le premier bilan de socialistes. Bien sur tout ne leur est pas imputale mais la ghausse fulgurante du mois de juillet SI c est directement lie a leur politique. La preuve cela va continuer meme s ils essaient de masquer cela avec des emplois aides... Comme d'habitude.....
a écrit le 29/08/2012 à 11:34 :
Que je sache ces 3 millions de chomeurs sont le résultat d'une politique menée depuis 10 ans par la droite...depuis 30 ans en collaboration avec le capitalisme financier...Et rappelons nous que la gauche ne fut au pouvoir que 14 ans ces 50 dernières années.
Réponse de le 29/08/2012 à 13:52 :
Et alors ?!, et bien la masse salariale n'est rien d'autre que la seule variable d'ajustement puisque l'état ne veux pas toucher aux charges qu'il applique pour protéger cet espèce de de truc que l'on appelle modèle social. Encore un peu de socialisme pour couler tout ça et enfin du fond du trou on pourra dire tout haut ce qui est pensé tout bas. Regarder les USA. Ou autre. Les pauvres il y en aura toujours c'est comme ca.
Réponse de le 29/08/2012 à 15:50 :
"les pauvres il y en aura toujours c'est comme ça" oulalala quelle monstre d'empathie, avec autant d'égoïsme on pas sortie de la m.....
a écrit le 29/08/2012 à 10:49 :
Pitoyable Tribune!
a écrit le 29/08/2012 à 10:48 :
Pitoyable tribune!
a écrit le 29/08/2012 à 10:11 :
j'ai dit trente ans c'est plutot quarante que j'aurais du dire.
a écrit le 29/08/2012 à 10:09 :
Si en france on a pas une politique radicalement opposée à celle qui sévit en france depuis trente ans,les ouvriers français seront des miséreux, pour beaucoup SDF ou en prison,il y a une trentaine d'année il y avait du travail en france et les salaires pouvait suffir,mais maintenant plus pareil.
Réponse de le 29/08/2012 à 11:37 :
Oui ce apitalisme issu de la droite internationale est passé par là ! La ou passe ce capitalisme rien ne repousse...ou pousse sauf le profit! Faisons mentir ce dicton en inversant cette domination, cettedictature.
Réponse de le 29/08/2012 à 12:17 :
Et vous proposez quoi pour "inverser cette domination"?
Réponse de le 29/08/2012 à 13:12 :
Avant une offre d'emploi paraissait il y avait un petit nombre qui si présentait,maintenant il y a une offre et une cinquantaine de personne qui se présente,la france n'a pas fait que des gosses en quarante ans,d'ou vient toute cette main d'oeuvre,en plus des délocalisations.
Réponse de le 29/08/2012 à 13:32 :
Vous me faites marrer avec vos réflexions à "la marge d'une station service de TOTAL".
Réponse de le 29/08/2012 à 14:08 :
Vous m'avez l'air d'un drôle de zozo en effet,votre citation elle émane de qui que veut elle dire?
a écrit le 29/08/2012 à 9:15 :
quelque soit les pays/gouvernements, l'histoire a montré que plus l'état intervient, plus il creuse son déficit et plus le chômage continue d'augmenter. Et l'histoire continue de se répéter sans fin, nos politiques n'apprennent rien du passé! l'endettement de notre pays a atteint un seuil ou toute nouvelle dette devient contre productive et ne créera plus de richesse. C'est la faillite assurée pour la France.
Réponse de le 29/08/2012 à 11:40 :
Dans le manuel du parfait capitaliste financier? Ne pas confondre dirigisme, bolchévisme et interventionnisme de l'etat. L'état intervient beaucoup aux USA ou en Chine....ou en finlande...ou au danemark...ou en suède...Le déficit n'est pas un problème d'état mais de bonne gestion. La preuve? Les déficits n'ont jamais été aussi grands en Espagne, grèce, france que quand la droite était au pouvoir.
Réponse de le 29/08/2012 à 14:09 :
et j ajouterai meme, si les états n'étaient pas intervenus ses 5 dernieres années....... votre modèle ultra libérale serait déjà du passé.... à méditer....
a écrit le 29/08/2012 à 9:05 :
PS???? Ecologie? 14+5 ans Socialist 14+5 ans= -19 ans not job pour la France 2018????????? merci?
Bonjour? je recherche un job j'ai 20 ans et papa à 80 ans ???? et maman 70 ans ????
Petite france qui et très limité dans l'action et voir la vérité en face voila! a++
Réponse de le 29/08/2012 à 11:42 :
36 années de droite ces 50 denières années et leur capitalisme de la finance et du seul profit " apatride" nous ont coulé?
Réponse de le 29/08/2012 à 13:08 :
sauf que dans ce qui est appelé les 30 ruineuses, il y a exacte parité entre gouvernements dit de droite comme de gauche.
Il faut vivre dans le monde réel, arrêter de faire l?hélicoptère et redescendre sur le sol, ou quitter la tour d'argent. L'époque n'est plus à l'idéologie stérile et à la lutte des classe mais bel et bien au pragmatisme...
La tâche est ardue: gérer la décroissance, construire une société de la connaissance et refonder l'enseignement, ouvrir de nouvelles voies.
Tous les volontaires son bienvenus, les idéologues sont au contraire notre faillite.
a écrit le 29/08/2012 à 8:52 :
Malheureusement à part mettre le smic à 500 ?, il n'y a pas de solution contre le chômage des jeunes, ils sont condamnés à la précarisation, aux trafics, à l'oisiveté. C'est le résultat d'une politique familiale généreuse, quand un pays n'a que 0.5% de croissance par an, l'accroissement de la population dépassant l'augmentation du PIB, il y a paupérisation mais c'est surtout aux nouveaux arrivants qu'elle frappe, il faut une politique malthusienne, ou arrêter d'inciter les ménages précaires à faire des enfants pour toucher des allocs. Le taux de chômage en Allemagne et au Japon est bien plus faible car moins de jeunes. Merci la CAF
Réponse de le 29/08/2012 à 9:09 :
@cavaliere: parce que le chômage des moins jeunes qui ont des charges familiales est plus enviable peut-être ???
Réponse de le 29/08/2012 à 9:11 :
Bonne réponse pour les ménages précaires à faire des enfants pour toucher des allocs et aussi pour jouer au LOTO et bien autre la CAF???????????????
Réponse de le 29/08/2012 à 10:24 :
@mastery: faut pas généraliser ton cas :-)
Réponse de le 29/08/2012 à 11:29 :
@Cavaliere
Moins de jeunes, c'est aussi moins de soldats pour la guerre. Un pays peuplé de vieux est une proie facile. C'est cela aussi la réalité. Et s'il y a trop de monde dans le même espace vital, le problème se règle toujours de la même façon, l'élimination du surplus, en commençant par les plus faibles.Le malthusianisme 'est une idée élitiste destinée à protéger les élites, avec tous les abus qui ne manqueraient pas de se produire, pires que la sélection naturelle.
Réponse de le 29/08/2012 à 16:12 :
@JB38: commentaire drôle, mais la réalité, c'est que les jeunes courent plus vite que les vieux quand le canon tonne :-)
a écrit le 29/08/2012 à 8:50 :
Vivement le retour pour maintenir la compétitivité de la France (Ironie) de l' autorisation de licenciement , on y reviendra et comme ceci pas de nouveaux soucis pour les statistiques à venir , on pourra donc continuer dans la joie à dissimuler la réalité de l'économie française.
Réponse de le 29/08/2012 à 11:43 :
Oui, qui dissimule sinon la droite qui fut 36 ans au pouvoir ces 50 dernières années?
Réponse de le 02/09/2012 à 21:14 :
L'autorisation de licenciement ne veut plus rien dire quand on pratique la sous-traitance à tout va, quand les employeurs ont largement recours à l'intérim, quand les salariés deviennent des "autoentrepreneurs", quand on n'a plus à offrir aux jeunes que des stages où très souvent ils occupent un emploi, quand on embauche pour virer à la fin d'une longue période d'essai, etc.
Je vous rappelle aussi que CDI n'a jamais voulu dire sécurité d'emploi dans le privé et qu'un licenciement pour cause "réelle et sérieuse" peut l'être pour n'importe quelle fadaise pour peu qu'elle soit acceptée par les Prud'hommes. Donc arrêtez de nous bassiner avec la liberté de licencier qui serait la principale cause du manque de compétitivité de nos entreprises. Le problème est ailleurs et je l'attribue tout à la fois à l'inadéquation de la formation professionnelle, au défaut d'investissement dans l'humain, à la désindustrialisation, à l'Euro fort qui plombe nos exportations, à l'invasion de produits à bas coûts qui anesthésie notre désir d'entreprendre, etc.
a écrit le 29/08/2012 à 8:44 :
les emplois d ' avenir...
c' est du saint-Augustin !!!

en fait, les emplois qui vont être attribués à grand renfort de millions d' euros,

sont des emplois qui ne seront pas attribuables à d ' autres ne satisfaisant pas aux critères électoralistes ..;

C ' est un exemple de vases communicants , avec addition d' eau , au robinet des finances publiques.. !!

CELA NE CHANGE RIEN AU CHOMAGE GLOBAL ? MALHEUREUSEMENT !!!!
Réponse de le 29/08/2012 à 8:59 :
@pasquedubien: tout à fait d'accord, mais je crois que la politique actuelle consiste à calmer les arderus insurectionnelles du peuple en espérant qu'après la pluie viendra le beau temps :-) mais cela fait déjà une trentaine d'années qu'il pleut sans relâche :-) la solution, à mon humble avis, serait de changer de parapluie plutôt que de croire au miracle :-)
Réponse de le 29/08/2012 à 11:50 :
Ce sera des " créations d'emplois"et non des emplois que l'on retirera à d'autres comme le faisais la loi TEPA qui encourageait les heures sup aux dépens de l'embauche.
a écrit le 29/08/2012 à 8:15 :
A l'époque de Béré la France pouvait dévaluer sa monnaie ce qui mécaniquement diminuait la dette , nous vivions dans une économie fermée .Ces mêmes aujourd'hui prônent des remédes inefficaces et très co^teux ,(emplois d'avenir )a 15000 euros la formation !!!
a écrit le 29/08/2012 à 0:08 :
Pffff , il n y a donc pas plus de chômeurs ce jour qu en 1992??
Est ce qu un jour ces manipulations de chiffres seront révélées? , et surtout des idées et mesures trouvées pour les solutionner ?
Mensonge hypocrisie falsification et j en oublie vive la politique!
De plus tout est relayé par les médias, qui martèlent et cautionnent!
Ou va t on? En tous cas pas vers des 30 glorieuses et plutôt vers 300 pleureuses, quel gâchis!!!
Réponse de le 29/08/2012 à 9:30 :
Je suis ok avec toi pour les médias mais il y a une réalité france de ne pas aller vers le haut. Je suis né en france j'ai fait l école dans le 93 puis la suite l'age 19 ans j'ai fait des stages sur le 75 et en suite interim puis pôle emplois et la suite j'ai 42 ans je suis informaticien et rien rien donc je pense à celui qui à BAC +5 OU +6 OU BTS cela doit étre RED dure!
La question et ce que ils y a des lois pour TV? ou pour les méchant médias.? merci!!!
Réponse de le 29/08/2012 à 9:43 :
Tout à fait, nous avons de nombreux ingénieurs qui n'ont jamais trouvé de travail... peut être un jour on voudra faire de la croissance alors on changera de mentalité.
Réponse de le 29/08/2012 à 15:29 :
Dans ma boîte est arrivé un ingénieur venant de la prestigieuse école d'arts et métiers ,c'est sans doute le titre qui a impressionné la drh.
Il a failli couler la boîte ,fermer l'usine.
Le vieux contremaître qui avait débuté au bout de la ligne a repris tout ça en main ,je ne sais même pas s'il avait le certif.
Est arrivé un autre en stage en attendant une éventuelle embauche ,comme il était sympa je me suis occupé de le former ,ses connaissances étaient catastrophiques ,ça sert à rien dans une entreprise de résoudre une série de fourier ,une équation au 2ème degré quand on ne sait même pas utiliser une perceuse par exemple.
A mon époque nous n'étions pas formés par des professeurs mais par des spécialistes dans leur métier ,c'était génial.
a écrit le 28/08/2012 à 23:33 :
Nous n'avons jamais su et ne saurons jamais qui l'a "suicidè" mais les chomeurs eux n'ont jamais disparus !!!
a écrit le 28/08/2012 à 22:53 :
La gauche depensiere a dans ses genes le chomage... Cela lui fait des electeurs en plus...
Réponse de le 28/08/2012 à 23:30 :
sarko a donne aux riches, doublé le deficit public et c'est aux plus pauvres de payer ! Et les 35h ont ete effectives en 2002, donc ce qu'a ecrit squer est idiot !
Réponse de le 29/08/2012 à 1:25 :
Et le riche , il re introduit une partie de son capital en investissement , ce qui génère de l offre et des emplois ... Mais plus maintent , qu'elle idée de capitaliser si on se fait spolier à la sortie ??? Du coup le riche vous sourie de face et capitalise ailleurs ... Regardez le résultat déjà au bout de 100 jours, le changement c est maintenant !!! Prochaine étape : manifs dans les rues ...
Réponse de le 29/08/2012 à 6:49 :
Marre de cette chasse aux sorcieres des riches. Allez voir ce que rapporte "les riches" l'ISF ne rapporte rien compare a la CSG ou la TVA.
Réponse de le 29/08/2012 à 8:56 :
@snowkite: 1) si tu étais riche, tu saurais que dans tous les pays capitalistes, les taxes et impôts sont similaires. Donc, aller à l'étranger (dans un oays occidental) n'est pas la solution. 2) quand on a de l'argent, on essaye en effet de le mettre là où on paie moins d'impôts, c'est-à-dire dans des paradis fiscaux ou des pays non alignés où les conditions sont meilleures. 3) le riche réinvestit à son profit son argent...et pas forcément dans son pays d'origine comme je l'explique ci-dessus.
Réponse de le 29/08/2012 à 11:48 :
Première nouvelle! Ils accroissent leur capital et les revenus de leur capital, payent peu d'impots et consomment une faible part de leur revenu. Votre théorie est celle du petit livre rouge du capitalisme financier
a écrit le 28/08/2012 à 22:51 :
Memes causes : le socialisme
Memes effets : le chomage
Réponse de le 29/08/2012 à 11:46 :
Croyez vous qu'en 3 mois c'est la gauche qui est responsable alors que la droite depuis 10 ans dirige le pays et désindustrialise la France? Alors que Sarkosy a négocié avec le patronat de repousser les licenciements après les élections?
Réponse de le 02/09/2012 à 21:22 :
C'est bien comme ça que je lis cet article tendancieux.
a écrit le 28/08/2012 à 20:33 :
Meme part meme resultat. Le socialisme c'est le chomage
Réponse de le 28/08/2012 à 21:30 :
Dans l'article il est écrit :
"Il faudra attendre 1999 pour que la barre soit de nouveau franchie dans l'autre sens, sous le gouvernement Jospin".
Jospin était et est toujours socialiste.
les faits sont têtus
Réponse de le 28/08/2012 à 22:50 :
Inutile de citer Staline votre idole sans doute. Tout le monde sait que la croissance est revenue en 1999 sur la planete entiere grace a la bulle internet mais que la France est un pays a en avoir le moins profiter a cause des 35h. Meme quand cela arrive pas hasard les socialistes savent mener la bataille contre l'emploi
Réponse de le 29/08/2012 à 10:28 :
@squer: et que vient faire Staline dans ce commentaire incompréhensible ???
Réponse de le 29/08/2012 à 10:42 :
"les faits sont tetus" est une citation de staline, desole ne pas simplifier assez
Réponse de le 29/08/2012 à 15:28 :
@Lecture, Jospin n'est pas responsable de la croissance mondial des années 1999/2000, par contre la croissance a été plus faible en France que dans les pays voisins et ça il en est responsable. De plus ces mêmes pays voisins ont profité de la croissance pour faire des réformes alors qu'en France Jospin nous a mis un boulet au pied avec les 35 heures, donc oui les faits sont têtus et ça ne plaide pas pour Jospin !
Réponse de le 29/08/2012 à 15:57 :
heu si les 35H sont un si grand boulet pourquoi chirac ne les a pas supprimé ?? et heu pourquoi sarkozy ne les a pas supprimé non plus ??? facile de tout rejeter sur les 35H alors que vous aviez 10ans pour les supprimer !!
Réponse de le 29/08/2012 à 17:27 :
@France, pour plusieurs raisons, ce serait très compliqué sur quelle base revenir aux 39 heures (travailler plus pour gagner pareil ?), ce serait très impopulaire, ça désorganiserait encore une fois de plus le travail dans les entreprises, les grandes entreprises du CAC40 s?arrange très bien avec les 35 heures car ils ont eu des compensations qui leurs conviennent (pas les PME), beaucoup de fonctionnaires et assimilé font moins de 35 heures et cela augmenterait encore les inégalités avec le public, et surement d'autres raisons encore...
Réponse de le 29/08/2012 à 18:24 :
@jarod, vous mettez le doigt là ou ca fait mal : les grandes entreprises s'accomodent très bien des 35H. pour les PME et les ETI en revanche elles sont un véritable cauchemar. pourtant c'est elles qui ofnt aujourd'hui tourner la France, les grandes entreprises ne sont tournées que vers l'extérieurs et de surcroit ne veulent plus participer au budget et donc à la vie du pays.
a écrit le 28/08/2012 à 19:54 :
encore bravo a la tribune pour cette superbe photo de bérégovoy!
a écrit le 28/08/2012 à 19:44 :
a mon avis, si ayrault s'engueule avec hollande, il aura tres envie de se suicider avec le colt 45 ( charge, balle dans la culasse, dans la boite a gant) que son garde du corps ex parachustiste aura laisse ' sans faire expres'......... et si la balle est chemisee, c'est encore mieux

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :