Les vrais chiffres des effectifs des cabinets ministériels

 |  | 573 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
523 personnes travaillent au service du Premier ministre ; 157 au cabinet du ministre de l'Économie et des Finances ; 88 pour le cabinet du ministère de l'Éducation nationale. Les documents distribués aux parlementaires en annexe du projet de loi de finances 2013 sont très instructifs...

L'examen d'un projet de loi de Finances par le Parlement est toujours instructif. Certes, la lecture des articles du texte peut s'avérer fastidieuse. En revanche, le décryptage des "jaunes budgétaires", ces documents explicatifs distribués aux parlementaires permet parfois de tomber sur des perles ou des données rares, difficilement trouvables ailleurs. Il en va ainsi des effectifs exacts des cabinets ministériels et de la masse salariale mobilisée.

A la lecture du " jaune budgétaire" consacré aux "personnels affectés sans les cabinets ministériels", il est rappelé que dans "le prolongement de la diminution de 30 % des rémunérations du Président de la République et des membres du gouvernement, le gouvernement a souhaité fixer des objectifs pour la composition des cabinets". De fait, selon les documents, s'agissant des membres de cabinets, les effectifs au 1er août 2012 sont en baisse de 12 % par rapport à la moyenne de la période précédente (2007-2011). Cette réduction des effectifs a été notamment permise par la fixation de plafonds : 15 collaborateurs au maximum pour les cabinets des ministres et 10 collaborateurs pour les cabinets des ministres délégués...

Ce qui donné lieu à quelques moments épiques.  En ce qui concerne les "fonctions support" (huissiers, cuisiniers, secrétaires, etc.), les effectifs sont également en diminution de 10 % par rapport à la moyenne de la période précédente, et de 6 % au regard de la seule année 2011. Voici quelques exemples de ministères (effectifs physiques), y compris,  éventuellement, avec les ministères délégués et/ou les secrétariats d'Etat.

Effectifs

- Services du Premier ministre. Total : 523 ; Membres de cabinet : 73 ; Fonctions support : 450
- Redressement productif . Total : 98 ; Membres de cabinet : 25 ; Fonctions support : 73
- Economie et Finances . Total : 157 ; Membres de cabinet : 45 ; Fonctions support : 112
- Education Nationale. Total : 88 ; Membres de cabinet : 25 ; Fonctions support : 63
- Défense. Total : 253 ; Membres de cabinet : 25 ; Fonctions support : 228
- Travail et Emploi : Total : 97 ; Membres de cabinet : 21 ; Fonctions support : 76
- Artisanat, Commerce et Tourisme : Total : 39 ; Membres de cabinet : 10 ; Fonctions support : 29

Au total, en tenant compte des 39 cabinets ministériels, 2.903 personnes y sont employées dont 525 en cabinet et 2.378 en fonctions support.

Rémunérations

S'agissant des rémunérations versées, en additionnant les rémunérations des fonctionnaires détachés dans les cabinets avec les personnels recrutés sur contrat et ceux mis à disposition, la masse salariale annuelle brute s'élève à :

- 18, 689 millions d'euros : Services du Premier ministre
- 659.538 euros : Education nationale
- 1,412 million d'euros : Economie et Finances
- 1,322 million d'euros : Redressement productif
- 1,069 million d'euros : Travail et Emploi

Attention cependant, ces données brutes ne prennent pas forcément en compte les rémunérations annuelles brutes de tous les personnels des cabinets puisque les rémunérations des agents affectés ou détachés dans un corps de la fonction publique d'État suivent les règles de droit commun prévues par le statut général de la fonction publique, les statuts particuliers des différents corps, les différents textes réglementaires en matière d'indemnités et les pratiques de gestion propres
à chaque ministère employeur à l'intérieur des cadres réglementaires et législatifs.

De même, compte tenu des règles de confidentialité relatives aux rémunérations individuelles, il n'a été possible de collecter de manière systématique que la rémunération des agents mis à disposition lorsque celle-ci est remboursée à l'organisme d'origine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/06/2013 à 12:14 :
On confond allegrement fonction publique et ponction publique, a moins que ce soit deux termes jumeaux?
a écrit le 18/10/2012 à 18:04 :
ont peut nous faire voire tout les chiffres que l'ont veux , nous ont ne peut rien vérifier sur la réalité des ces donnés ,de plus c' est quand même un peut déroutent quand ont viens nous dire que l'ont va nous donner des vrais chiffres sa laisse sous entendre qu'ils ont toujours été faux ?
a écrit le 18/10/2012 à 15:13 :
OUPS, je corrige! (précédent post)
l'article est pourtant clair: 12% d'effectif en moins!
a écrit le 18/10/2012 à 15:10 :
"c'est vrai, c'est écrit dans le journal" disaient les anciens!
Si cet article est destiné à montrer le souci d'économies du gouvernement actuel, peut-êter devrait-il comparer le nombre ministres/collaborateurs avec les époques Sarkozy, Chirac, Mitterand... N'avons nous pas 35 ministres contre 15 sous sarko? Même avec 30% de salaire en moins, ça ferai tout de même environ 2,5 fois plus cher rien que pour les ministres? mais nous n'avons les autres chiffres...
Et entre nous, 30% de réduction de salaire pour la moitié moins de travail, c'est pas se foutre de la gueule du monde?
Réponse de le 18/10/2012 à 17:26 :
A force de ne pas vouloir voir la vérité, vous y êtes... Pov' pom
a écrit le 18/10/2012 à 9:54 :
Cet article ne nous apporte rien de précis car ne sont pas évalués les services de l'Elysée (et là la quantité de personnel et les salaires doivent être démentiels) ni le nombre des agents détachés et leurs salaires. Autrement dit on reste dans le brouillard quant au quantitatif et global salaires des fonctionnaires ministériels. Constat: le ministère de la justice n'est pas pris en compte,là il vaut mieux passer sous silence...
a écrit le 18/10/2012 à 8:57 :
"le prolongement de la diminution de 30 % des rémunérations du Président de la République et des membres du gouvernement"

il me semble que le conseil d'etat a annule la diminution de salaire du president ,non?
a écrit le 18/10/2012 à 8:18 :
Il y a beaucoup de personnes qui sont payées à ne pas faire grand-chose et c'est un euphémisme ! et ce n'est que la partie visible ! Les profiteurs du système sont tellement sûrs de leur bon droit qu'ils pensent qu'ils n'ont rien à craindre ?
a écrit le 18/10/2012 à 1:20 :
que d'inutiles et de rentiers !!!!!!
c'est CA le gouvernement ???
et quand on voit le nom des services rattachés au premier ministre, comme un, sur l'évolution de la société (rue de varenne je crois ??) à quoi sert-il sinon à recaser les copains et surtout les plus incapables !!
la solution pour ne rien foutre quand on ne sait rien faire : devenir politique ou haut fonctionnaire
a écrit le 17/10/2012 à 23:33 :
Si Mac Mahon vivait il dirait :que de soupe , que de soupe et le prefet lui répondrait :et encore vous ne voyez que le dessus !
Serrez vous la ceinture braves gens pour que çà continue...
a écrit le 17/10/2012 à 23:08 :
Les chiffres parlent d'eux mêmes ! Et après ils vont nous dire de se serrer la ceinture ... Les hommes politiques d'aujourd'hui ne sont que les nobles d'antant et vivent plus que gracement avec notre argent.
Réponse de le 17/10/2012 à 23:28 :
tout fait d'accord ils ce prenent pour des princes ( consord ) quand ils sont mauvais
a écrit le 17/10/2012 à 21:34 :
Il est certain que pour atteindre l'objectif de 3% de déficit du PIB, l'Etat ne pourra pas se contenter d'augmenter les impôts. Cette fois, il est temps que l'Etat entreprenne les réformes structurelles pour réduire son train de vie tout comme les français sont déjà priés de le faire! Il faut aussi décloisonner le marché du travail et en finir avec le clivage: le marché de l'emploi à vie versus celui de l'emploi "flexible". Il faut aussi rappeler le contexte du transfert accru de compétences vers les institutions européennes qui devraient naturellement dépeupler les ministères et assemblées français. Si ce n'est pas la cas alors ceci donne très clairement la direction vers laquelle il faut s'orienter pour faire des coupes budgétaires et rendre nos économies plus compétitives. YES, WE CAN!
Réponse de le 17/10/2012 à 22:31 :
Remarquons que l'ETAT, c'est nous,et que les députés et sénateurs marchandent le budget du gouvernement; celui de l'ETAT, ce sera dans une autre République.
a écrit le 17/10/2012 à 20:48 :
Notes pour les journaleux extasiés par la baisse de salaire des ministres.
a écrit le 17/10/2012 à 19:42 :
Il faut réorganiser toute cette fonction publique, trop de personnel, trop de charges. Je propose un bon plan social:
Baisse des salaires de 15%.
Licenciement de 20% des effectifs.
Licenciements du ministre du Travail qui échoue dans sa mission, du ministre du redressement productif qui ne redresse rien, de 6000 fonctionnaires de l' éducation qui glandent toute la journée dans des réunions et des formations qui ne débouchent sur rien de productif, et du premier ministre qui devrait regagner sa ville de Nantes.
Réponse de le 18/10/2012 à 10:53 :
la seule solution pour redresser la France ce n'est pas des taxes des taxes et encore des taxes !!! il faut dégraisser le "mamouthe" tiens ça me rapelle quelque chose...
L'étât millefeuilles y en a marre, tous ces emploies pour les copins et copines, il faut que ça cesse.
La gauche ou la droite c'est toujours les classes moyennes qui trinquent, ils protégent les riches (pas de taxes sur les oeuvres d'arts) mais augmentation de toutes les prestations pour les 52% qui ne savent pas ce qu'est l'impôt ... Et c'est encore les retaités qui vont casquer pour tout ces gens là ...
Pauvre FRANCE ou FRANCE bénie pour les pauvres ?
Réponse de le 18/10/2012 à 12:34 :
faut-il s'en étonner ?charité , vue par les socialistes , commence par soi-même, et solidarité par les amis, voyons! ce n'est pas nouveau,chez eux: on débat de touT => on fait des commissions...pour éviter de prendre des décisions...et on fait durer le plaisir d'une rémunération qui dure , qui dure...
Notre cher président "normal" donne l'exemple en recrutant tous ses camarades de promo de l'ENA pour leur confier des missions, qui à leur tour invitent les copains au Banquet.
Pour que le festin dure, il suffit de tondre ces "veaux "de français qui n'ont pas le bon sens de se faire fonctionaires. Et en plus ils votent pour les Rape-tout de la "solitarité "!Faut-il qu'ils soient bêtes! profitons en , et créeons même un ministère du redressement productif...de la fonction publique,, pourquoi pas ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :