Les industriels boudent l'investissement

 |   |  255  mots
Copyright Reuters
Selon l'Insee, le secteur n'envisage qu'une très faible progression de ses investissements (+1%) pour l'exercice 2012. Surtout, les industriels affirment qu'ils investiront moins en 2013.

Les industriels broient du noir. D?après une étude de l?Insee ce vendredi, les chefs d?entreprise du secteur ne prévoient qu?une très faible progression de leurs investissements (+1%) en 2012. "Ils ont abaissé de quatre points leurs précédentes prévisions recueillies en juillet 2012", constate l?Institut. Toutefois, cette révision ne concerne pas le secteur des industries agricoles et alimentaires, qui table sur une hausse de 6%. De même, "la hausse des dépenses d?équipements reste soutenue dans le secteur du matériel de transport (+9%), avec une forte accélération dans l?automobile (+25%)", précise l?Insee.

Baisse des dépenses d?équipement en vue

Problème, les industriels ne compte pas investir davantage en 2013. Pis, les industriels prévoient une diminution de leurs investissements entre le second semestre 2012 et le premier semestre de l?année prochaine. "En moyenne sur l?année 2013, ils anticipent une diminution de leurs dépenses d?équipement de 2% par rapport à 2012", souligne l?Insee.

Reste que ces chiffres sont à manier avec des pincettes, puisqu?ils reposent sur les dires des industriels au mois d?octobre. Soit avant l?annonce du nouveau mécanisme du Crédit d'Impôts pour la Compétitivité et l'Emploi (CICE) du gouvernement, qui vise à relancer la machine industrielle d'ici 2016.

 

Lire aussi :

>>

Le Crédit d'Impôt pour la compétitivité et l'emploi va-t-il relancer l'industrie française ?



>>

Crédit d'impôt pour la compétitivité : dernier rempart contre la chute des investissements

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2012 à 11:16 :
Qui sème le vent...
a écrit le 09/11/2012 à 21:15 :
Comment imaginer qu'une (bonne mais trop partielle encore) décision annoncée début novembre puisse effacer 30 ans d'un déluge de décisions anti-industrielle? Tout celà agrémenté, cerise sur le gateau, d'un discour ultra virulent et anti-patronat depuis 4-5 mois d'arrivée au pouvoir d'une bande de guignolos qui ne connaissent rien de rien à l'entreprise? Faut pas rêver, il faudra au moins 5 à 10 ans pour espérer redonner des couleurs aux entreprises industrielles Françaises. Les cycles sont long dans ce secteur de l'économie et les politiques risquent de s'essoufler avant malheureusement.
Réponse de le 10/11/2012 à 3:06 :
5 à 10 ans!!!arretez cet optimiste beat,ça me gache mon insomnie
a écrit le 09/11/2012 à 18:44 :
Quand les dirigeants politiques insultent les chefs d'entreprises et taxent "à tour de bras" les entreprises. Comment trouver des investisseurs ? il faudrait être maso ! Vous mettriez vos économies dans une entreprise qui demande des fonds ?
a écrit le 09/11/2012 à 12:07 :
yaka obliger tous les salariés à peindre des oeuvres d'art et les patrons à les acheter
a écrit le 09/11/2012 à 11:39 :
a trop vouloir ponctionner les résultats du travail,a trop vouloir "infiltrer " les syndicats dans la gestion des entreprises nous récoltons ce que nous semons ,les barrières ,les termes employés par Montebourg vis a vis des patrons tout ceci provoquent un malaise palpable ,les financiers préfèrent la sécurité et la tranquillités pour leurs investissements ,malheureusement
nos dirigeants sont bornés et obtus et préfèrent flatter par démagogie le plus grand nombre
a écrit le 09/11/2012 à 11:23 :
Oui, mais pourquoi investir si la consommation plonge partout en Europe? C'est ça la récession et l'austérité. La baisse des salaires est censée rendre nos économies plus compétitives, mais par rapport à qui? Aux Asiatiques qui restent 20 fois moins chers que nous?
Pour être compétitif à l'Allemande, il faut que des "cigales" consomment, sinon c'est l'austérité généralisée. Et il y a fort à parier que les pays émergents fermeront leurs frontières si l'Europe devenait une machine exportatrice comme l'Allemagne.
Et comme les entreprises n'investissent que si elles ont des débouchés....
a écrit le 09/11/2012 à 11:23 :
Oui, mais pourquoi investir si la consommation plonge partout en Europe? C'est ça la récession et l'austérité. La baisse des salaires est censée rendre nos économies plus compétitives, mais par rapport à qui? Aux Asiatiques qui restent 20 fois moins chers que nous?
Pour être compétitif à l'Allemande, il faut que des "cigales" consomment, sinon c'est l'austérité généralisée. Et il y a fort à parier que les pays émergents fermeront leurs frontières si l'Europe devenait une machine exportatrice comme l'Allemagne.
Et comme les entreprises n'investissent que si elles ont des débouchés....
a écrit le 09/11/2012 à 11:12 :
Bien sur qu'il faut prendre ces chiffres avec des pincettes, ce sera pire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :