Ayrault supprime des commissions, Bercy programme l'austérité ministérielle

 |   |  656  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Jean-Marc Ayrault a annoncé la suppression de 100 commissions consultatives, à l'issue d'un comité interministériel pour la modernisation de l'action publique. De son côté, Bercy entend accentuer les contraintes budgétaires sur les ministères, y compris les prioritaires.

Le gouvernement s'est réuni ce mardi, pour un premier comité interministériel consacré à la MAP, la modernisation de l'action publique. Il s'agit de déterminer les meilleurs moyens de rationaliser les interventions publiques, en réalisant, surtout, des économies budgétaires. Trois grands chantiers ont été lancés. Le premier consiste à simplifier l'action administrative. L'objectif est de supprimer certaines normes, synonymes de surcoûts, et de simplifier les démarches quotidiennes, des entreprises comme des particuliers. Très symboliquement, Jean Marc Ayrault a annoncé la suppression de 100 commissions consultatives. Le deuxième chantier consiste à accélérer la transition numérique. Enfin, s'agissant du troisième, le gouvernement lance une série d'évaluations des politiques publiques. Celles-ci pourraient déboucher sur des économies....  mais tout reste à faire. 

Trois points de PIB en moins pour la dépense publique

Ces annonces un peu minces -qui peut croire, sérieusement, que la suppression de 100 commissions sera synonyme d'économies importantes?- tombent le jour même où Bercy actualise sa programmation des finances publiques. Le vote du Crédit d'impôt compétitivité a amené en effet Bercy à réviser la programmation des finances publiques à échéance 2017, présentée en septembre. Financé pour moitié par des économies sur les dépenses publiques, ce crédit d'impôt permettra, en théorie de baisser le taux de prélèvements obligatoires dès 2015, après la forte hausse de 2013, selon les nouveaux calculs de Bercy. Le taux de prélèvements obligatoires diminuerait alors très légèrement à 46,2% du PIB, contre 46,3% en 2013 et 2014, un record. Il passerait à 45,9% du PIB en 2017. En contrepartie, des efforts devront être faits sur la dépense publique. A partir de son niveau record de 56,3% du PIB, elle diminuerait régulièrement, jusqu'à 53,1% de la richesse nationale. Cela correspond aux 60 milliards d'euros d'économies évoqués par François Hollande. Il s'agit en fait de 60 milliards économisés par rapport à la tendance naturelle à la dérive des dépenses. Celles-ci continueront d'augmenter, mais très peu. Bien en dessous de la tendance de +2% l'an en volume constatée au cours des années passées.
Les crédits de l'ensemble des administrations publiques n'augmenteraient que de 0,4%, en volume, en 2014, puis +0,2% en 2015. Et ce en dépit d'une augmentation des dépenses sociales (retraites, assurance maladie) supérieure à 1%. Autant dire que l'Etat devra nettement baisser ses crédits.

Moscovici et Cahuzac assurent que les priorités pourront être financées
Dans un communiqué commun, Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac assurent que ce programme n'empêchera pas le financement de priorités des ministères. Mais, à voir le montant des crédits attribués à chaque mission ministérielle d'ici 2015, et ce, avant même les économies liées au crédit d'impôt compétitivité, la tâche s'annonce ardue pour les membres du gouvernement. Le programme de Modernisation de l'action publique, sur lequel le gouvernement s'est réuni ce mardi matin, risque donc fort de ne pas être à la hauteur.

Même les ministères prioritaires sont sous forte contrainte
Exemples : alors que Vincent Peillon, le ministre de l'Education, est soumis à de fortes pressions pour revaloriser les salaires des enseignants, l'enveloppe de l'enseignement scolaire, mission pourtant prioritaire, passera seulement de 45,69 milliards d'euros en 2013 à 46,1 milliards en 2014, et  à 46,58 milliards en 2015. Soit une hausse limitée à 1,9% sur deux ans. Compte tenu d'une augmentation des effectifs d'enseignants de 60.000 sur le quinquennat, on voit mal comment des mesures de revalorisation de la condition des profs pourraient être validées par Bercy et l'Elysée...
Quant à la mission emploi, ses crédit passeraient de 10,13 milliards en 2013 à 9,68 milliards en 2014...
La justice, à bout de souffle face à l'explosion de son activité, verra son budget également comprimé, (6,20 milliards en 2013, 6,32 milliards en 2015).
Ces chiffres sont bel et bien établis avant prise en compte des 10 milliards d'euros d'économies de annoncés avec le Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE).
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2012 à 14:06 :
Ça me fait beaucoup de peine que notre petit système de captation des richesses commence à s'éventer. Pourtant nous avons tout fait pour occulter l'alliance objective entre nous les rentiers et nos amis les fonctionnaires, pour pomper les richesses produites par les entreprises et les salariés du privé. Mais les gens du privé commencent à comprendre que travailler plus, ça ne sert qu'à payer plus pour que nos petites situations de rentes et de privilèges comme les régimes spéciaux et les niches fiscales continuent... J'en suis tout démoralisé, tiens !
a écrit le 19/12/2012 à 13:57 :
Si on parle dépenses, il faut parler des déremboursements et des gaspillages de l'hopital. On relève que: Il s'agit du déficit de la sécu 15,5 milliards. La population est unanime sur le sujet : 91 % se disent ?inquiets sur la capacité du système de santé à se financer tout en conservant son niveau de prestations actuel?. Ainsi le gouvernement de la non réforme agit en défendant des avantages catégoriels comme celui de ne pas travailler ou bien de trafiquer les comptes. En somme on refuse d'assurer la santé de la population... Ne devrait-on pas mobiliser nos concitoyens sur le grave sujet de la maladministration.
a écrit le 19/12/2012 à 13:11 :
Article à rapprocher de celui du figaro ci-après : http://www.lefigaro.fr/politique/2012/12/14/01002-20121214ARTFIG00351-ile-de-france-luxe-voyages-et-notes-de-frais.php
On est bien loin du compte...
a écrit le 19/12/2012 à 12:01 :
Citation de l'IREF à méditer: "France : 80 Mds d?euros de dépenses supplémentaires. En 2013, l?Etat ne fera pas d?économies. Dans les documents de synthèse fournis par Bercy, le taux de dépenses publiques sera identique en 2012 et 2013, soit 56.3% du PIB. Avec une hypothèse de croissance à 0.8%, la dépense augmentera en valeur d?environ 30 milliards d?euros par rapport à cette année. Quant aux prélèvements obligatoires, ils augmenteront de 53 milliards. Au total, c?est donc plus de 80 milliards d?euros à la charge des contribuables et des entreprises. De quoi relancer la place de l?Etat mais pas la véritable croissance, qui vient du secteur marchand."
Réponse de le 19/12/2012 à 12:58 :
Ils nous prennent pour des imbéciles on le sait.Mais s'ils le font aussi avec l'Europe (BCE,Bruxelles,Merkel....) ça pourrait chauffer.
Réponse de le 19/12/2012 à 15:11 :
Vous dites ça pourrait chauffer, c'est une gageure. Tout ce qu'on peut dire c'est que la population s'abstient. Prenons récemment les résultats de législatives partielles. On relève entre 50 et 70% d'abstention. Par ailleurs, le départ de notre ami Depardieu. Conclusion logique: nous devons organiser la RESISTANCE contre un ETAT OPPRESSIF. Il doit être accusé d'avoir attenté à la LIBRE ENTREPRISE et doit être tenu pour responsable du COUP DE TRAFALGAR dont nous sommes victimes. Voyez comme ils tirent à boulets rouges sur la population: ce n'est que taxes, impôts, chômage et pauvreté. On fait de l'incitation à la paresse et on élimine la jeunesse à tour de bras! Ne parlons pas de la mascarade qu'est l'éducation. Nous devons nous opposer à cette PIRATERIE!
a écrit le 19/12/2012 à 11:53 :
Dans le monde on lit que les dépenses vont se réduire de 60 milliards et les prélèvements augmenter de 40. On parle de 10 pour la compétitivité. Seulement 40 de prélèvements, il y a déjà 50 d'IR... et 40 d'IS... On parle aussi d'une réforme des retraites pour 19, les actifs vont-ils encore payer? Prélever sur l'activité, n'es-ce pas une mauvaise idée?
a écrit le 19/12/2012 à 11:47 :
@ideologie : les niches fiscales créent bien une distorsion de traitement entre les contribuables ( pas une distorsion de "marché", ce qui n'a aucun sens en matiere d'impôts). Le propos n'était pas ici de faire une analyse sur les niches fiscales et de dire si elles sont opportunes ou non. Il s'agissait de dénoncer le fait que supprimer des niches fiscales ne peut tenir lieu de réduction des dépenses publiques. Supprimer des niches fiscales c'est faire ENTRER plus d'impôts dans les caisses de l'Etat, alors qu'une vraie politique de réduction des dépenses publiques consisterait à DÉPENSER MOINS.
a écrit le 19/12/2012 à 11:14 :
un coup mediatique ......on ne touchera pas nos privileges et ceux de notre clan
a écrit le 19/12/2012 à 11:12 :
Lorsqu'il sera évident dans 2 - 3 mois qu'il ne pourra pas boucler le budget, il sera obligé de faire des économies plus conséquentes !
Réponse de le 19/12/2012 à 11:51 :
Oui et on aimerait savoir à l'avance sur quoi elles porteront, pourquoi ne pas ouvrir le débat dès maintenant ?
a écrit le 19/12/2012 à 11:07 :
En France,après de longues discussions sur les problèmes, tout se termine toujours par des ponctions:impôts,taxes...
a écrit le 19/12/2012 à 10:00 :
pour une fois qu'il ne s'agit pas d'annoncer une nouvelle taxe, meme si l'economie espérée est symbolique, soyons heureux.
a écrit le 19/12/2012 à 9:46 :
Pas trop vite M. Ayrault, surtout faudrait pas se fouler le poignet. Sommes nous cnesés nous contenter de ça ?
a écrit le 19/12/2012 à 9:33 :
rappelons que la cours des comptes a pointé du doigt les 1244 agences d'état <;nous avons aussi 700 comités theodule les 100 suppressions de mr herault sont vraiment de la poudre aux yeux aLLEZ VOIR AUSSI SUR LE NET LE SENAT POUR 2013 a voté une prime chauffage de3945 euros pour chaque senateur et chaque fonctionnaire (ils sont 1120 +348 senateurs ) faites le compte vous verrez aussi que les jardiniers du senat touche la prime de nuit etc etc
a écrit le 19/12/2012 à 9:17 :
Titou a parfaitement raison. J'ajouterai juste que les politiques ces 30 dernières années ont été au dessous de tout dans des buts purement électoraliste et de maintien des avantages de cette caste décidément très particulière. Toutes ces réformes auraient du être menées depuis longtemps et particulièrement par l'UMP qui ne s'est pas assez attelée à la tâche sur les économies. On a perdu un temps précieux. Qu'a fait Chirac à part une dissolution absurde ?
Réponse de le 25/11/2014 à 10:51 :
On ne peut pas être contre tout...Des dépenses d'investissement, c'est tout de même mieux que l'alimentation des bulles sur les actifs ou le creusement des deficits jumeaux...
a écrit le 19/12/2012 à 8:42 :
"Très symboliquement, Jean Marc Ayrault a annoncé la suppression de 100 commissions consultatives.le gouvernement lance une série d'évaluations des politiques publiques." Rassurez moi l'évaluation des politiques publiques c'est une commission qui s'en charge ...les 100 commissions supprimées c'est seulement symbolique ... Heuresement
a écrit le 19/12/2012 à 8:34 :
Le premier ministre, une fois de plus enfume les français avec des décisions qui n'en sont pas. La suppressions de 100 commissions ne réduira que fort peu le niveau des déenses publiques, c'est une goutte d'eau dans la mer....Si le premier ministre avait du courage..mais cela ce saurait, il s'attaquerait à des domaines comme la suppression des 35 heures (coût 27 Mds d'allègements) les RTT : 5,5 Mds, la formation professionnelle : 27 Mds, le logement : 4 % du PIB contre 1 % pour l'Allemagne, la réduction du nombre des collectivités locales : France 36.500 communes contre 8000 en italie et Espagne, 101 déparatements, 16 communauts urbaines avec un total de 618.384 élus (record du monde), qui sont majoritairement de gauche....le nombre des fonctionnaires : 6,7 fonct pour 100 hab en France contre 4,7 en allemagne qui compte 18 millions d'hab de plus que nous.Les dépenses de santé, avec un surcout de 18 Mds qui provient eszsentiellement des hopitaux : l'effectif hospitalier est de 2,4 personnes par lit en Fce contre 1,8 personne par lit en Allemagne soit 50 % de plus de personnel par lit....les allemlands sont-ils moins bien soignés que les français ? revoir les indemnités de chomage .....remettre à niveau les régimes de retraites publics/privé, supprimer les régimes spéciaux (RATP, EDF, SNCF...) revoir les nombre de députés et sénateurs....à voir si le sénat est utile et nécessaire, car il a refusé de voter dernièrement des projets de loi et c'est l'assemblée en 2ème lecture qui a eu le dernier mot.....et la liste est encore longue....mais pour mettre tout cela en application il faut du courage et cela est beaucoup plis difficile que de supprimer 100 commissions ..
Réponse de le 19/12/2012 à 9:43 :
il est plus facile de vendre du vent et de faire croire plutot que de s'attaquer au vrai probleme puisque les deputes et senateur font et votent les lois ils ne vont pas couper la branche ou ils sont assis et ou ils tirent beaucoup de benefices cumul de mandats et donc de revenus enveloppe discretionnel( non surveiller ,non imposable ) que la moitie des deputes permettrait deja d'economiser quelques milliard par an ,par nos impots elevés nous payons des personnes rarement present a l'assemblée
Réponse de le 04/02/2013 à 16:09 :
La MAP d'Ayraut sera forcément plus efficace que la RGPP du gouvernement UMP, qui n'a été qu'une orgie pour les consultants privés. Rien que le cadrage budgétaire 2014 met déjà la barre nettement plus haut que tous les pseudo-efforts entrepris à grand renfort de comm et de marketing dans les 5 années précédentes. La complexité reste de réduire la dépense publique sans détruire trop d'emplois publics, et sans créer trop d'inégalités sociales à travers des déremboursements (sécu) ou des dégradations de services publics type éducation ou justice...
a écrit le 19/12/2012 à 8:14 :
il faut que ce gouvernement baisse les dépenses en commencant par tous ces députés et sénateur qui ne servent a rien puisque c'est l'europe qui nous dirige.
François Hollande n'est pas a la hauteur de sa tache et doit etre "liciencé" par ses employeurs a savoir les contribuables. Nous les payons et n'avons pas le droit les licencier dans les entreprises qui marchent toute personne qui ne remplit pas contrat est viré.
Réponse de le 19/12/2012 à 8:48 :
les contribuables sont les employeurs de nos représentants et gouvernants, ils sont a même de reconduire les fonctions d'un élus ou de lui retirer, dans ce cas la non réélections se concrétise par un rejet (dans le privé c'est une mise a la porte) et l'ancien élus est privé instantanément de ses priviléges, quand un président ne représente pas 50% des inscrits il est le président de la minorité, les abstentions et les votes blanc expriment le rejet de la politique,
a écrit le 19/12/2012 à 7:48 :
Tocqueville, vous faites dans le style idéologue : les niches fiscales sont un moyen de spolier les uns (ceux qui n'en bénéficient pas et qui les compensent)au profit des autres (ceux qui en bénéficient et les intermédiaires qui en profitent)
Il n'y a aucune égalité devant l'impôt à revenus comparables. Je m'attends que fort de votre mauvaise foi de soit disant libéral, vous me démontriez que les niches fiscales ne sont pas une distorsion de marché...
Réponse de le 19/12/2012 à 8:50 :
bien sur que oui les niches fiscales génèrent une distorsion de traitement, mais c'est la faute a qui ?, les politiques ont mis en place ces systèmes afin de favoriser certains secteurs ou activités a préserver. DOM TOM, création audiovisuel, culture, etc ...autant de secteur qui entretiennent l'électorat
a écrit le 19/12/2012 à 7:46 :
Finalement mis à part l'effet d'annonce il est à craindre que la réduction des dépenses soit déjà lettre morte tout comme la séparation des banques de dépôts et d'affaires , de la communication sans plus comme le gouvernement précédent, la seule différence un seul acteur sur tous les fronts du temps de la droite et sous la gauche une multitude d'acteurs avec un président normal discret!!!!
a écrit le 19/12/2012 à 6:03 :
Le problème est le suivant : Si l'on supprime disons la moitié des sénateurs et des députés (en fait, il faudrait en supprimer les trois quarts) que vont devenir ces gens là ? Des bonimenteurs. Quelle entreprise voudrait embaucher cette catégorie de personnes ? Ils ont déjà ruiné le pays et ils ruineront de la même façon l'entreprise qui les embauche ! Notre gouvernement en est bien conscient. C'est la raison pour laquelle le gouvernement ne bouge pas. Il y a bien assez de chômeurs comme ça sans en rajouter une couche.
Réponse de le 19/12/2012 à 7:05 :
Pourquoi les embaucher. Ils ont dix fois l'age de la retraite.
Réponse de le 19/12/2012 à 8:40 :
Si vous réduisez le nombre des députés et sénateurs, vous ne créez pas de chomeurs, car bon nombre sont d'un âge canonique et pour ce qui concerne les députés, 35 % sont des fonctionnaires qui disposent déjà d'un emploi ..... Pour tous ceux qui travaillent dans le privé, comment pouvez vous accompir à 100 % un job dan le privé et être en même temps député à temps plein, seuls les fonctionnaires sont capables d'un tel exploit...
a écrit le 19/12/2012 à 5:58 :
Ils ont oublié la plus importante ; la commission Fuca qui sert à faire passer la dragée fiscale.
Réponse de le 24/11/2014 à 20:32 :
la leçon à tirer du Japon est toujours la même: anticipations rationnelles ou pas le monetarisme comme le keynesianisme sont des heresies du passé que la mondialisation financière tourne alternativement en ridicule ou en danger public quotidiennement
a écrit le 19/12/2012 à 5:54 :
Si les politicards ne sont pas capables de tailler dans leurs effectifs, sortons les politicards !
a écrit le 19/12/2012 à 5:52 :
La dernière commission concernait la déontologie en Politique. Elle a coûté 2 millions et demi d'Euros aux contribuables pour Quatre mois de travail. Présidée par Monsieur Jospin et composée par ses proches (son épouse, Bachelot fils etc). C'était la commission sur le népotisme toujours très actuel.
Réponse de le 19/12/2012 à 15:17 :
Le népotisme dans l'administration c'est un sujet. On donne des thèses à des gens qui ont des zéro et on les attribue de manière géographique sans rapport avec les résultats... Il est avéré que certains qui ont passé un concours catégorie A n'ont pas pu avoir leur emploi par déficit de "relations". La république du mérite, c'est une farce...
a écrit le 19/12/2012 à 5:43 :
Cela ne fait aucun doute, Il y a un très grand malaise en France. Il a longtemps que les politiques sont déconnectés avec la réalité. Nous comprenons que ces gens-là vivent et travaillent surtout pour leur avenir et donc leur carrière avec les avantages et privilèges qui s'y attachent. La prochaine étape pourrait bien être la rue, dans un an ou deux ans. "Quand des millions de personnes se rendront compte que l'on ne peut plus vivre comme par le passé, la révolution sera logique et inévitable". D'après un livre idéaliste "les corps indécents" sur une jeunesse complètement désabusée et désorientée. Et si tel devait être le cas ? Si des centaines de milliers de personnes en colère descendraient les Champs-Elysées ?
a écrit le 19/12/2012 à 5:29 :
Tout cela est bidon. La grosse majorité des dépenses publiques est représentée par la masse salariale.. Il y a d'énormes gaspillages dans la dépense publique. Pour mettre fin à ces gaspillages, il faut donc supprimer des postes. Pour cela, il faut pouvoir le faire. Or, le statut de ces salariés leur garantit un emploi à vie. La toute première mesure préalable consite donc à ABOLIR LE STATUT DES FONCTIONNAIRES, de façon à pouvoir librement supprimer les postes inutiles, superflus, coûteux pour les contribuables et la nation.
Tout le reste, c'est de la poudre aux yeux, et en particulier des "économies" qui reviendront à encore augmenter les impôts des contribuables.
Réponse de le 19/12/2012 à 6:02 :
Il y a également d'autres sources de réduction des dépenses publiques : les allocations familiales, la prime de rentrée scolaire, la prime de Noel, les diverses aides aux associations, la déduction de 10 % sur les impôts sur le revenu, la prime d'Etat du PEL, limiter le RSA à 3 ans maxi, les trimestres gratos pour la retraite, etc...
a écrit le 19/12/2012 à 4:46 :
beaucoup de symbole mais sur le fond rien aucun politique de droite comem de gauche ne veut et non ne peut pas diminuer les dépenses de l'Etat car cela remet en cause la vaibilité de la classe politique. on voit bien l'effet d'annonce du prof d'allemand il supprime 100 commissions mais rien finnacièrement car ces commissions sont des coqquuille vide sans personnel et sans coût. Nous avons vu M. Sarkozy et la bande UMP nous faire lE même cinéma avec la RGPP mais le rapport de l'IGF montre que ce politqiue et non économiste a gonflé le nombre de fonctionnaire de 6 pour cent dans les fameuses et fumeuses commissions affaire Luc Ferry et a augmenté le coût de ces m^mes commissions de 10 mds. Je pense que les Citoyens ne croient plus dans les incompétents de la totalité de la classe politique et que leur mensonge ne fait que monter la colère. Toute la classe poliItque et compris nos deux bobos des extremes M. Mélenchon et Mme Le Pen sont bon à mettre à la "poubelle". Les dernières élections partielles dont certains se gargarisent du résultat montre que leur légitimité est politique mais pas citoyenne car être élu avec 60 pour cent d'abstention montre la réalité la classe politique est dans une vision bananière de sa représentation.
a écrit le 19/12/2012 à 0:14 :
@ Sophie : supprimer les "niches", c'est facile , mais c'est un trompe l'œil : ça ne consiste pas a réduire la dépense publique mais cela revient à augmenter les impôts. Ne confondons pas tout !
a écrit le 18/12/2012 à 23:46 :
( Beaudelaire - Recueillement ):

Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Tu réclamais le Soir; il descend; le voici :
Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
Aux uns portant la paix, aux autres le souci.
---------------------------------------------------------------
a écrit le 18/12/2012 à 22:52 :
Moins y a d'élèves, plus y a de profs et d'illétrés... de la grande vadrouille à la grande garderie. Si on baisse les dépenses, de 56, on annonçait 58, les recettes, elles, posent un sérieux problème. citation d'un article de l'administrateur de l'IREF: "En 2012, les prélèvements obligatoires seront en hausse de 44,5%, contre 41,9% en 2010. Le projet de loi de finances prévoit même d?ores et déjà qu?il atteigne 45,4% en 2015. Par comparaison, le taux de prélèvements obligatoires dans les pays de l?OCDE était en moyenne de 36,5 % en 2008." J'ai une question: comment on peut faire un trou de 5 points de pib quand il y en a 17!!
a écrit le 18/12/2012 à 21:50 :
Il faut savoir ? C'est pour quand le changement ? Maintenant ou dans 2 ans ?
a écrit le 18/12/2012 à 21:24 :
La plus grosse commission demeurant toiut de même le gouvernement, déclare-t-on chez Lotus et Renova :-)
Réponse de le 18/12/2012 à 22:26 :
Triple épaisseur chez Moltonel....
Réponse de le 19/12/2012 à 5:48 :
@Exact Patrickb. Qu'ils ommençent par tailler sévèrement dans les effectifs. Quand on pense que les expatriés de France qui habitent aux quatre coins du monde bénéficient de 11 nouveaux députés depuis cette année alors que tous les gens qui travaillent hors la France se trouvent soumis aux lois et règles des pays d'accueil. Autrement dit 11 nouveaux députés qui ne servent à RIEN. Qui ne font RIEN. Mais qui vivent sur un grand train de vie aux frais des contribuables français. Lamentable. Et ils se gardent bien de le faire savoir.
Réponse de le 19/12/2012 à 16:23 :
@Mariel: tout à fait d'accord, tous ces nouveaux "représentants des Français à l'étranger" ne servent absolument à rien. L'énorme majorité des Français de l'étranger a d'autres soucis que de s'occuper des problèmes en France, même si on se renseigne. Pour info: je fais partie de ces Français de l'étranger.
a écrit le 18/12/2012 à 21:23 :
Tours rien du côté des collectivités ou des économies substantielles sont possibles.
a écrit le 18/12/2012 à 21:19 :
Du vent, encore du vent ... Cela représente combien ? Sûrement le dixième de la moitié d'une goutte d'eau dans un océan ! On nous prend soit pour des minables (ceux qui partent) ou soit pour des imbéciles (ceux qui restent).
a écrit le 18/12/2012 à 20:40 :
le courage c est ce qui manque a ces énarques
Louis XVI en a perdu la tete
Réponse de le 18/12/2012 à 20:59 :
Le courage come pour Sarkozy Wauquiez Accoyer Ghéant Hortefeux Morano Pécresse Raffarin Fillon et l'innéarable Copé, etc ... c'est de cogner sur les faibles... et tirer sur les ambulances !!!
Réponse de le 18/12/2012 à 21:51 :
Mes enfants font pareille. Pour ne pas parler de soit on parle des autres !!!! Hors sujet.
a écrit le 18/12/2012 à 20:36 :
Il y a 50% des agences à supprimer, on peut recupèrer 30 milliards des 50 milliards, Le précédent et le nouveau gouvernement, ne savent même pas à quoi elle servent, mis à part l'anpe. quelle bande de naze, qui ce soit de droite ou de gauche.
Réponse de le 18/12/2012 à 21:48 :
D'où vient votre chiffrage ?? 30 milliards pour 100 commissions, cela représente 300 millions par commission. Ce n'est pas crédible.
Réponse de le 24/11/2014 à 23:24 :
Le problème de la France est en France uniquement et ce depuis des années...N'importe qui peut comprendre qu' il est à la fois absurde et suicidaire de "relancer" son Economie par de l'endettement pour acheter plus cher des produits importés dont on n'a pas toujours besoin
a écrit le 18/12/2012 à 20:36 :
Enfin. Au moins ce gouvernement tient ses promesses. Ça nous change de leurs prédécesseurs ... C'est l'heure de rationaliser tout ça. De grosses économies sont au bout.
Réponse de le 18/12/2012 à 23:42 :
le precedent
a écrit le 18/12/2012 à 20:32 :
Même si l'on supprime toutes ces commissions, l?état économisera 180 millions d'euros.
Autant dire rien. On peut espérer mieux C'est 50 milliards d?économie qu'il faut trouver voir 200 milliards d'euros si l'on veut atteindre le niveau de prélèvement de l'Allemagne qui ne pique à ses contribuables que 57 % de la richesse nationale contre 62 % en France.
Réponse de le 18/12/2012 à 20:48 :
50 milliards ? Fastoche !!!
En 2011, Fillon avait eu la riche idée de commander une étude à l'Inspection générale des Finances sur l'efficacité des niches fiscales et sociales accordées par l'Etat. Dans ce rapport titanesque de 6.000 pages, l'IGF n'avait scruté que 70% des niches du moment : 339 des 470 niches fiscales (exonérations d'impôt) et 46 des 68 niches sociales (allègements de cotisations). Verdict : 19% des niches fiscales (pour un coût de 11,7 milliards) et 9% des niches sociales (pour un montant de 3,3 milliards) ont été estimées "inefficaces". De la même manière, 47% des niches fiscales (pour un montant de 28 milliards) et 27% des niches sociales (pour un manque à gagner de 9,5 milliards) ont été estimées "peu efficientes". Soit une facture totale de 52,5 milliards d'euros pour des dispositifs dont la totale utilité n'est pas prouvée.
De quoi inspirer Jean-Marc Ayrault !
Réponse de le 18/12/2012 à 23:11 :
En même temps, les niches fiscales cachent souvent une réalité : le fait que les taux d'imposition soient trop forts.
a écrit le 18/12/2012 à 20:30 :
Justement les socialistes ont toutes les clefs pour réformer le pays...qu il le fasse hier c'est du passé ces trop tard on s'en fou ....
Par contre si la gauche fait rien le changement c'est maintenant va se faire dans la douleur......
a écrit le 18/12/2012 à 20:12 :
C'est génial de supprimer des commissions qui ne coûtent pratiquement rien à l?État. Nous voilà sauvés par nos grands gouvernants... Il faut taper ailleurs, vite et fort...
a écrit le 18/12/2012 à 19:54 :
J'espere que ce n'est qu'un debut .. A quand la suppression de la CESE , couteuse et inutile ou grenouillent amis du pouvoir , copains d'ecole , syndicalistes et autres ? Il faut supprimer tous ces organismes aussi couteux qu'inutiles qui pondent des rapports que personne ne lit !... A quand la reduction de moitie du nombre de deputes et senateurs qui beneficient de veritables privileges payes par les Francais ??? Organisez donc un referendum et demandez l'avis de ceux qui paient pour cette gabegie , les Francais .
Réponse de le 18/12/2012 à 20:16 :
C quoi la CESE ?
Réponse de le 18/12/2012 à 20:58 :
Le Comite Economique Social et Environnemental ... Son role est de "conseiller le Premier Ministre" ... qui a deja une floppee de conseillers ... qu'il n'ecoute pas vraiment .
Voyez en la composition et vous aurez compris a quel point cet organisme est inutile ..
Ils blablatent sur des sujets de societe ... C'est tout dire .
a écrit le 18/12/2012 à 19:34 :
Je viens de voir l'intéressé à la TV, il a failli s'endormir pendant sa déclaration.
a écrit le 18/12/2012 à 19:27 :
"Hot air" que tout celà! Comment un gouvernement, des assemblées élues, des collectivités peuplées essentiellement de fonctionnaires peuvent-elles envisager de se saborder ou même simplement de réduire à la marge leurs dépenses. Il faudra "une chute du mur" pour que la France socialisée s'effondre pour le bien de tous.
a écrit le 18/12/2012 à 19:14 :
Il y a de grandes économies à faire en supprimant purement et simplement les agences économiques blas blas banquets qui n'ont en rien empêché les friches indsutrielles, fermer boucler les centres de faux experts, à commencer par fermer Oseo Innovation ax anvar et ses pléthoriques dépensières dépendances qui ne servent à rien du tout et qui ont à leur passif le déclin de la France reléguée effondrée dans un gouffre à la 68ème place mondiale en matière d'efficacité de l'innovation ... de même pour les pôles de compétivité invention Sarkzienne Estrisienne en 2004 qui ne sont que des loges obédiences du Medef pour détourner des fonds publics nationnaux et européens et dont le bilan après 8 ans d'existance se lit dans le déclin de la France...
Réponse de le 18/12/2012 à 20:47 :
Pour accentuer les économies, il faut aussi fermer les CCI Chambres de Comemrce et d'Industrie qui n'ont en rien empêché les firches industrielles, et dont les stagiaires débutants et diplômés bons à rien jouent un mauvais rôle de comédiens de CCI, faisant de surcroît concurrrence déloyale aux professions libérales et aux consultants qui paient des charges et des impôts !!! les salariés des CCI ourront se reconvertir en troupes de comédiens intermitents du théatre low cost, ils ne sont pas bon à autre chose ...
Réponse de le 19/12/2012 à 6:36 :
Les CCI et agences economiques locales qui soutiennent l'activite des fabricants des petits fours et de vins petillants, a grand frais, sans parler des libertes comptables prises par ses structures
a écrit le 18/12/2012 à 19:03 :
cela est la période , l'enfumage , c'est pour les saumons , mais non la c'est pour les francais . les francais sentent bon la siure de bois
Réponse de le 18/12/2012 à 23:47 :
marchons sur la tete actuellement vivement que ça change
a écrit le 18/12/2012 à 18:42 :
DÉJÀ SUPPRIMER 2 COMMUNES SUR3 ET LES FRAIS D?ÉLECTION 2013 SERONT DIVISES PAR 2 !!!!!!!!! ET APRÈS LE RESTE, AUTRE HISTOIRE ???
a écrit le 18/12/2012 à 18:40 :
360000maires +deputes +sénateurs +++++++++la politiques est surement pire que les patrons , les acteurs .plusieurs millions de politiques vivent grassement . exercer en me
me temps dentiste veterinaire
a écrit le 18/12/2012 à 18:24 :
Du vent !! De l'enfumage !! De la poudre aux yeux !! Et tous ces inutiles dont le nombre pourrait être divisé par deux sans que çà change en rien le fonctionnement du pays !!
Sénateurs Députés fonctionnaires copains de nos gouvernants ect...ect...Regardez les dormir dans leurs fauteuils à l'assemblée ou au sénat !! Nous n'avons plus les moyens d'engraisser tout çà !!! Normal 1er et Zayrault manquent de courage !! Aidons les !!!
Réponse de le 18/12/2012 à 19:00 :
Avant de sortir vos lieux communs habituels, je vous invite à lire l'article de la Tribune de ce jour "Dépenses publiques: s'inspirer du "succès" allemand?" dans la rubrique "sur le même sujet".
Par ailleurs, il me semble que l'année dernière nous avions le même nombre de sénateurs Députés fonctionnaires, rappelez moi qui était président ?
Réponse de le 18/12/2012 à 21:44 :
Bien sûr, comme le gouvernement précédent n'a rien fait, on ne fait rien. Avec cette attitude, nous serons toujours au même stade dans plusieurs siècles !
Réponse de le 18/12/2012 à 22:24 :
@ @Delenda: quel est le gouvernement qui a augmenté le nombre de députés ?
a écrit le 18/12/2012 à 18:20 :
Par contre création d'une nouvelle commission par la ministre de l?écologie: "le comité de la fiscalité écologique". Comme sont nom l'indique il aura pour mission de ponctionner 3 milliards d?euros de recettes d?ici à 2016.
a écrit le 18/12/2012 à 18:08 :
les economies rien de plus simple ,reductions des salaires de deputes et senateurs qui dorment dans les sieges ,renumeres a la leur presence "pointage" suppressions du nombre de ces postes ,suppression des primes en tout genre ,des voyages gratuit ,.......et la liste est longue!!!!!
a écrit le 18/12/2012 à 18:01 :
Pronostic : il n'y aura pas de baisses des dépenses , mais des transferts d'affectation sur de nouvelles entités ou comptes hors bilan en utilisant les subterfuges habituels (changement de périmètre des segmentations budgétaires,introduction de nouveaux concepts de comptabilité,reports d'affectations de dépenses,et aussi usage sans doute abusif de la notion "de dépenses d'investissements" destiné à masquer des dérapages de dépenses de fonctionnement )
Résultats d'ici 2015 ?
Réponse de le 18/12/2012 à 21:48 :
Je vote à 99% pour votre scénario !
a écrit le 18/12/2012 à 17:48 :
Ayrault va taxé les oeuvres d ,arts, Ayrault va taxé le C 40, etc .....on peut rêvé non!!!
a écrit le 18/12/2012 à 17:41 :
100 commissions, ce n'est pas encore le Pérou, mais chaque pas est important contrairement à ce que dit l'auteur. En chassant toutes ces dépenses inutiles, on trouvera facilement une dizaine de milliards d'euros qui ne servent à RIEN.
a écrit le 18/12/2012 à 17:37 :
c'est un bon début mais il doit y en avoir
au moins 3 fois autant à supprimer
que vont devenir les copains!!?
d'accord pour supprimer le Sénat
et pourquoi pas la moitié des Députés
Là ce n'est pas grave il y a un gros
effectif de fonctionnaires qui vont
retourner au travail
a écrit le 18/12/2012 à 17:33 :
Enfin le gouvernement commence à ébaucher quelque chose dans le bons sens. Quant aux salariés concernés, les dirigeants ont sans doute aussi d'autres fonctions rémunérées.
a écrit le 18/12/2012 à 17:26 :
Français aisés ou français moyens, préparez- vous à un nouveau choc fiscal en 2013! D'un côté , ce gouvernement montre bien dans ces premières approches qu'il est incapable de faire une VRAIE réduction des dépenses publiques , contrairement aux autres pays d'Europe; de l'autre côté , il semble bien , hélas, probable que nous subissions en 2013 une récession dévastatrice ( cf. Article sur le site de la Tribune à propos du baromètre "fiducial"
De confiance des petits patrons). Faute de pouvoir creuser encore plus le déficit, le gouvernement sera alors contraint à un nouveau tour de vis fiscal. ( suppression de toute niche fiscale, du quotient familial, plafonnement des allocations familiales etc..) Le ciel s'assombrit pour tous les "patriotes" contribuables !
Réponse de le 18/12/2012 à 18:46 :
Quand on vote depuis 40 ans pour des gens qui défendent des intérêts particuliers : ceux des fonctionnaires et des rentiers par exemple, il ne faut pas s'étonner que tout parte à vaux l'eau... Les français ont les dirigeants qu'ils méritent. Qu'ils ne se plaignent pas !
a écrit le 18/12/2012 à 17:20 :
Et que vont devenir tous les salariés quasi-fictifs de ces comités théodules ? Il n'y a déjà plus de place dans les placards de la Caisse des Dépôts ;)
a écrit le 18/12/2012 à 16:57 :
C'est un début dans le bon sens.
a écrit le 18/12/2012 à 16:54 :
reste a supprimer le Senat et les wagons de collectivités locales départementales et régionales ...
Réponse de le 18/12/2012 à 19:03 :
Et ne garder qu'un leader maximo, un fuhrer, un génie des Carpate, un petit père du peuple, un grand timonier?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :