La discrimination au travail touche plus les femmes, surtout en période de crise

 |   |  271  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Environ trois actifs sur dix déclarent avoir été victimes d'au moins une discrimination au travail. Une grande majorité estime que la crise augmente le risque d'être touché, selon un baromètre réalisé par l'Ifop et rendu public lundi.

Ce ratio va crescendo. D'après la sixième édition du baromètre réalisé pour le Défenseur des droits et l'Organisation internationale du travail (OIT), près de trois actifs sur dix estiment avoir été victimes de discrimination sur leur lieu de travail.

1 Français sur 4 en janvier 2012

Selon cette enquête, 29% des agents de la fonction publique et 30% des salariés du privé déclarent avoir été la cible de discrimination au moins une fois. L'année précédente, ils étaient 26% dans cette situation dans le public et 28% dans le privé. Pour rappel, en janvier dernier, plus d'un Français sur quatre affirmait avoir été victime de discrimination au travail.

Le facteur crise

Pour les personnes interrogées, dont 34% ont été témoins d'au moins une discrimination, la crise et la détérioration de la situation sur le marché de l'emploi ont une forte influence sur la fréquence des discriminations dans le travail. 81% d'entre elles jugent en effet que cela augmente le risque.

Surtout les femmes

Parmi les principaux critères de discrimination cités par les victimes, c'est l'âge qui tient la corde (en particulier dans le privé: 32%, contre 20% dans le public), suivi du sexe (22% et 26% respectivement) et de la grossesse ou la maternité (21% et 24%). Sans surprise, ce sont donc les femmes qui apparaissent comme étant les plus touchées (+11 points dans le privé et 8 points dans le public). Ce qui va également dans le sens de l'enquête réalisée par l'Insee en juillet dernier. Selon laquelle les femmes étaient déjà les plus désavantagées, au stade... de l'embauche.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2013 à 12:22 :
Ces chiffres sont alarmant, lorsque l'on sait qu'une femme sur 4 s'est déjà sentie victime de discrimination au travail lors de sa grossesse, et surtout lors du retour de congé maternité.
Il est rassurant de voir que la justice appuyée par le Défenseur des Droits ( ex- Halde) reconnait de plus en plus ces discriminations; l'exemple récent de l'affaire Caudalie en est une parfaite illustration.

Stéphanie
www.sosdroitdutravail.com
a écrit le 16/01/2013 à 19:43 :
@ patoder, la justice pourquoi pas mais pour tous, non pas celle à 2 vitesses
a écrit le 15/01/2013 à 11:12 :
patoder : quelle justice
a écrit le 14/01/2013 à 19:35 :
Pourquoi de tout temps il y à eue de la discrimination raciale, d'embauche, sexuelle, de couleur de peau, de diplôme, de différence de capacité intellectuel et de capacité professionnelle, c'est dans l'ordre de la vie, bon il y à qui accepte et qui finisse par s'intégrer, et les autres, la personne gentille qui ne demande rien qui travaille ou pas, la société est ainsi faites, à chacun de trouver sa place, et d'y tenir mais parfois c'est dur et pour certain plus dur
Réponse de le 15/01/2013 à 7:31 :
Vous pensez que les gens doivent accepter les discriminations sans réclamer la justice ? Vous pensez que la justice n'existe pas ?
Réponse de le 25/02/2013 à 18:02 :
Effectivement de tout temps il y a eu des discriminations et des injustices. Il me semble pourtant que la civilisation humaine devrait tendre vers plus de justice sinon à quoi bon fonder le fonctionnement sociale sur la base d'un code civil, d'une morale, de valeurs humanistes si on accepte comme le suggère pathinder de reproduire socialement une sélection naturelle qui reviendrait à vivre selon les lois de la Jungle, les plus forts écrasant les plus faible avec l'appui d'un système qui organiserait ainsi des discriminations et des injustices suivant ses propres inclinaisons et visions du bien fondé du maintient d'un minimum de sélection en fonction de tel ou tel critère plus ou moins objectif et pour le moins discutable. Faisons ainsi vous avez raison Monsieur et " vive l'injustice" on s'en portera que mieux j'en suis persuadé biensûr!!!!!!!
a écrit le 14/01/2013 à 16:27 :
@ taranis : vous auriez du vivre quand la femme à commencé à être reconnu à part entière dans cette société quand à la pizza, on peut la manger dans une pizzeria ou se la faire livrer ou mettre une pizza au micro-onde, ou la faire sois même, ce que j'avoue ce que je ne sais pas faire.
a écrit le 14/01/2013 à 16:20 :
@ Taranis, je serais entièrement d'accord avec l'internaute encoreaveccca d'en parlez en 2012 tiens du délire, quand ont voit les femmes docteurs, conducteurs de bus de tram qui ont des postes à responsabilité je dis ben voilà le progrès est là tant pour l'homme que pour la femme, vous êtes assez intelligente pour vous battre pour la femme que vous êtes vous travaillez, vous vous amusez, vous avez une vie privée assez riche, mais quand on à un accident qui nous fauchent en pleine jeunesse, même à la naissance, pensez-vous ce que ressent un ou une handicapée qui est égale à n'importe qui, et combien de gens éprouve de la pitié et de la compassion, c'est comme une femme harcelé mais par rapport à nous handicapé, elle peut démissionner quitter sa vie demander le divorce, ou porter plainte, faut-elle qu'elle en est le courage, nous ne sommes pas dans un pays ou il y à une didacture, ou un pays ou la religion régit les gens de ce pays, nous sommes en France Taranis ou l'homme et la femme sont de plus en plus sur le même pied d'égalité, tout dépend de la force de caractère de l'homme et de la femme, mais en ce qui concerne le monde de l'handicap nous avons encore beaucoup de chose à prouver pour être reconnu à part entière dans notre société, et hélas dans pas mal de pays.
a écrit le 14/01/2013 à 12:37 :
Sans blagues ont en est encore à parler de ça en 2012 ? Il y des milliers de DRH Femme, de patronnes, de manager femme ... cette idée que ce sont les hommes qui discriminent les femmes est à mourir de rire, les femmes ne peuvent pas s'encadrer dans le travail mais bon continuons de croire que nous sommes en 1970, et que seul les femmes savent mettre une pizza surgelé dans le four !
Réponse de le 14/01/2013 à 15:40 :
Encore une bonne raison pour continuer. Vous ne faites rire personne ,votre ignorance naïve est plutôt pathétique. Et ce ne sont pas les Hommes individuellement qui discriminent, mais la construction sociétale qui perpétue une tradition de domination fondée bien avant 1970. D'ailleurs vous pouvez faire cuire votre pizza tout seul. CQFD.
Réponse de le 14/01/2013 à 18:04 :
"construction sociétale" waooo la phrase cliché, vous allez parfois dans un supermarché vous y voyez beaucoup d'hommes, vous allez dans les agences Pole Emploi, vous allez prendre l'avion ... mais vous vivez OU ? A évidement quand je dis simplement qu'un homme n'est pas complètement débile et peu mettre une pizza on a l'impression que ça vous bouleverses ! On est en 2012 on parle de mariage pour tous !
Réponse de le 15/01/2013 à 9:22 :
Je vis simplement dans le monde des femmes ordinaires ,qui ne correspondent pas a tous vos stéréotypes, en quoi vivre cote à cote montrerait un signe d égalité, oui nous sommes la moitié de l humanité il est normal de partager aujourd hui en France les même lieux c est parce qu il y a des filles comme moi qui ose dire les choses vraies que vous masquer pour la plupart derrière quelque signes d acceptation, nous ne vous accablons pas mais nous voulons au moins une digne reconnaissance 81 % des femmes entre 25 et 50 ans travaillent, elles continuent d assumer majoritairement les soins aux enfants et aux personnes dépendantes et les charges domestiques. Ce cumul emploi/famille est, entre autres raisons, l une des causes des inégalités qui perdurent entre hommes et femmes dans la sphère professionnelle. Que dire de votre insolence sur notre parcours , bien sur que nos civilisations sont bâties sur la domination masculine Pendant des siècles la femme n a pas été libre de son destin : tout d abord soumise à l autorité paternelle, le mariage ne lui accordait pas la liberté, elle était alors placée sous l autorité du mari. La société patriarcale ne reconnaissait à la femme que deux fonctions : celle d épouse et celle de mère. A la fin du XIXème siècle, mais surtout au XXème siècle, divers courants dépensée à travers l Europe et aux Etats-Unis, relayés par le féminisme sont venus remettre en cause le rôle traditionnellement dévolu à la femme par la société faite par et pour les hommes. De Louise Michel à Simone de Beauvoir, ouvrières, intellectuelles, toutes soeurs de sang ont collaboré à cette révolution de la pensée, prônant parfois la lutte des sexes, mais surtout le combat de la femme pour obtenir les droits attribués aux hommes par l usage et la tradition. En 2013, le combat de la femme est-il achevé ? Bien sur que non malgré les dispositions prises par le législateur, l égalité homme femme n est pas toujours respectée : les salaires des femmes sont souvent inférieurs à ceux des hommes, à compétence égale et à situation semblable, dans le secteur privé. Il y a également inégalité au niveau du droit d accès au travail, le nombre de chômeurs est plus important chez les femmes que chez les hommes (surtout pour les emplois peu qualifiés).Dans le domaine politique, si la parité est respectée sur les listes électorales, elle est mieux respectée au niveau des élections locales, qu au niveau national : la parité au niveau des députés et des sénateurs est encore un euphémisme.
Avant de brandir les nouvelles libertés comme un étendard, il faudrait déjà faire évoluer votre propre mentalité. Il n y pas si longtemps l homosexualité était une maladie mentale .Je ne pense pas que vous ayez participé à l acceptation de ces différences. Rien se fait dans l ignorance.Quand à la pizza c'est totalement caricatural, et je m'excuse de m'en être servi. Personnellement c'est moi qui cuisine pour mes amants et ils savent me remercier pour notre plus grand bonheur.

a écrit le 14/01/2013 à 9:58 :
@ taranis, bonjour je vois que vous défendez avec vigueur les droits de la femme, et pour ça je vous respecte, mais avez vous lu le commentaire de l'internaute Oubi, que la discrimination des femmes soit présente dans notre société je suis d'accord avec vous, alors que dire des handicapés donc que je suis, 95 % des patrons quand on leur dis qu'on est handicapé on sent de la gêne, voir de la pité, alors avec un grand sourire il nous remercie et à trop tendance à nous faire croire à un emploi et enfin de compte on reçoit peu de temps après si on reçoit une lettre de retour de candidature une réponse négative, de plus un patron peut harceler la gente féminine malgré que certaine femme ont le courage de faire face à son harceleur soit en le traînant en justice mais en ce qui concerne une personne handicapé avec les mêmes qualités si un patron ne désire pas engager cette handicapé, il paiera une amende, et cela lui permettra d'e..........r ces employées pour qu'il arrive à ses fins, vous savez taranis le harcèlement sexuel comme la violence faite sur une femme est intolérable, mais en ce qui concerne les travailleurs handicapé si vous me le permettez si je vous dis ce mot qui pourrais être fort, pour les travailleurs handicapé c'est de la discrimination, mais vous allez pensez et je vous donne raison que je prêche pour ma paroisse, peut-être avez vous dans vôtre entourage des ami(e)s handicapé, mais posez leur la question que cela soit un homme ou une femme, sur ce permettez-moi de vous souhaitez une bonne journée.
Réponse de le 14/01/2013 à 13:10 :
Etre féministe, ce n est pas être sectaire et dédaigner les autres discriminations pas plus que stigmatiser les hommes sur la lente évolution des nos m?urs pour l acceptation d une égalité dans les faits et dans le respect mutuel. Notre seul but contribuer à promouvoir une société plus fraternelle et plus citoyenne Et pour échanger avec vous je dirais que si le handicap a longtemps été envisagé en termes médicaux comme conséquence d un problème de santé, il est devenu une question politique et sociale. Sachant que dans les pays de l OCDE, une personne sur sept en âge de travailler déclare avoir un problème de santé ou un handicap de longue durée affectant sa vie quotidienne, l accessibilité et la participation sociale des personnes handicapées constituent de véritables enjeux socio-économiques au niveau européen.et en effet je connais par évidence des amis dont les difficultés sont patentes. Des avancées ont été effectuées, mais il reste encore à faire pour que les handicapés bénéficient des mêmes droits que les autres citoyens. Le chemin conduisant à l emploi des personnes en situation de handicap reste difficile et semé d embûches,. La lutte pour la prévention du handicap et sa prise en charge dans la perspective d une réduction réelle des inégalités constituent pour toutes les associations qui luttent dans le même domaine.des inégalités la base de toute réflexion et toute action dans ce domaine Toutefois, notre société s ouvre peu à peu à la différence, notamment à la faveur de la mobilisation. Si l on constate encore l expression de préjugés et de tabous, parmi les employeurs comme parmi les salariés, de nouveaux objectifs semblent néanmoins pouvoir être atteints, dès lors que l on s attache à réduire le décalage existant entre les principes et valeurs auxquels notre société contemporaine adhère et la faiblesse des moyens de leur mise en ?uvre. La base des discriminations est toujours la même , c est la différence de l autre que l on accepte pas et souvent c est dans l inconscience. Bonne journée et bon courage
Réponse de le 14/01/2013 à 21:28 :
Echange vie d'handicapé avec les traitements à vie et les prises de sang et les séjours à l'hôpital contre vie normale, conduire, travailler, la simplicité quoi une vie normale, les emmerdes, les vacances à crédit, avoir des projets de vie.
a écrit le 13/01/2013 à 21:07 :
Il ne faut pas oublier que la discrimination au travail concerne avant tout les handicapés, même lorsque le travail considéré ne leur pose aucun problème. Et ne pas oublier les discriminations comme l'impossibilité d'étudier à l'école Polytechnique, qui rejette toute personne ayant des problèmes de vue, ouie, cardiaque, etc, ce qui est une discrimination organisée et totalement inacceptable.
a écrit le 13/01/2013 à 19:32 :
sans compter les milliers de femmes Françaises diplômés, qui ont choisi de se couvrir les cheveux pour des raisons spirituels, elles sont totalement exclus du marché de l'emploi, et doivent s'expatrier en Angleterre ou ailleurs pour pouvoir trouver un emploi.
1905: séparer l?église et l'état
2005: interdir les gens de pratiquer la religion de leurs choix, quel progrès
Réponse de le 13/01/2013 à 23:42 :
@Nomad: la religion, comme les affaires de cul, est un problème individuel qui ne devrait pas sortir de la maison :-) et les Anglais ne seront peut-être pas aussi contents que tu les crois de t'accueillir dans leur Londonistan, mais bon voyage quand même :-)
Réponse de le 14/01/2013 à 10:44 :
et pourquoi pas? vous pouvez m'expliquer?
Réponse de le 14/01/2013 à 17:18 :
@Nomad: lis la presse anglaise et tu sauras pourquoi.
a écrit le 13/01/2013 à 19:20 :
Si plus d'hommes obtenaient la garde principale des enfants suite à un divorce ce serait les hommes qui auraient été pénalisés car la charge d'un enfant est handicapant pour le monde de l'entreprise. D'ailleurs les femmes privilégient souvent la vie familiale au détriment d'une carrière professionnelle ce qui explique la tendance statistique.
Réponse de le 13/01/2013 à 22:04 :
Dans la plupart des divorces les hommes ne réclament pas le droit de garde
Réponse de le 14/01/2013 à 9:34 :
C est exact tant que la parentalité n évoluera pas d avantage les jugements resterons dans ce cliché qui lie la femme aux enfants pénalisant ainsi les pères les plus courageux prêts a assumer les taches dévalorisées mais nobles normalement dévolues aux mères. Non Messieurs un enfant n est pas un handicap mais un bonheur dans votre questionnement il y donc la réponse. Le niveau d implication reste inégalitaire, cette fois c est à vous de vous engager pour rétablir votre entière paternité sans cette hypocrisie égoïste.
Réponse de le 14/01/2013 à 12:39 :
@paflechien : "les femmes privilégient souvent la vie familiale au détriment d'une carrière professionnelle"... êtes vous vraiment sûr qu'il s'agit d'un choix ? Personnellement je me passerai bien de cumuler ma vie pro et ma vie au foyer mais je n'ai pas le choix, il faut bien que ça se fasse !! alors oui quand il s'agit d'organiser des réunions dans la fin d'après midi et que je sais qu'il me reste encore au moins 2h de corvées ménagères en rentrant (repas,enfants...) c'est moins facile pour moi que pour des collègues plus "libres"... et c'est forcément pénalisant
a écrit le 13/01/2013 à 19:07 :
Ça m étonne pas toujours les femmes les pauvres harcelées violées assassinées Un calvaire leur vie
Réponse de le 13/01/2013 à 21:20 :
+1
"Parmi les principaux critères de discrimination cités par les victimes, c'est l'âge qui tient la corde" et le titre c'est "La discrimination au travail touche plus les femmes". Cherchez l'erreur... Cette façon de modifier/tronquer/falsifier l'information est franchement détestable.
Réponse de le 14/01/2013 à 9:12 :
Toujours le même dénigrement, et si vous dites « Jeune Femme Enceinte » vous réunissez les 3 critères .Curieuse méthode sexiste de ne pas savoir additionner. Déjà le terme « jeune »réuni autant d hommes que de femmes. Sur ce critère il a déjà égalité et les 2 suivants nous sont directement attribués. Mais la 1 ère discrimination est bien sur l absence de reconnaissance de l inégalité contre laquelle nous luttons et le nouveau gouvernement sous l impulsion du Ministère Du Droit des Femmes avec la mise en oeuvre de moyens et d outils qui nous font défaut depuis tant d années. Votre sexisme est profondément ancré en vous et revient comme une rengaine urticante , mais vous n êtes hélas pas le seul. Le droit et le changement des mentalités n évoluent pas au même rythme. Si cela peut vous rassurer pour une féministe un Jeune est aussi bien un Garçon ou une Fille puisque nous allons vers l égalité et la mixité de notre société
Réponse de le 14/01/2013 à 12:34 :
Quoique vous en dites, taranis, c'est votre grille de lecture qui est sexiste, à vouloir continuellement faire un distinguo entre les hommes et les femmes... Il est clairement indiqué dans cet article que le premier facteur de discrimination est l'age et non le sexe (et en ce qui concerne les personnes handicapées, je n'ose imaginer les implications à l'embauche comme décrit dans les récents commentaires). J'estime donc avoir le droit de dénoncer le caractère partial du traitement de cette information, sans pour autant que vous me prêtiez des intentions que je n'ai pas...

Personne ne vous fera grief de votre implication dans la défense des droits des femmes, cependant vous n'en serez que plus crédible si vous faites preuve de réalisme et d'objectivité. Car ce réflexe de traiter de "sexiste" tous ceux qui peuvent avoir une différente vision que la vôtre, est non seulement désobligeante, mais empêche aussi tout dialogue constructif et enrichissant.


Réponse de le 14/01/2013 à 15:30 :
Ninilepetit, votre mauvaise foi est évidente; nos lecteurs feront la différence, je vous accorde la primauté du critère « jeune » si cela vous fais du bien et je fais abstraction de la discrimination du sexe à l intérieur même de ce critère sachant qu une jeune femme est toute suis vue comme une mère potentielle à cout terme. Dire que l article ne parle pas de notre discrimination comme des tas de rapports , d observations , d études, est consternant de votre part, le journal ne fait que relater des faits qui nécessitent la mise en place de plans européens et nationaux pour mettre en ?uvre une politique d égalité professionnelle réelle. Lisez au moins l article jusqu au bout et arrêtez vos trucages, c est bien moi qui suis réaliste et objective et votre façon de dénigrer systématiquement tout article traitant du désavantage des femmes dans le monde du travail ne vous permet pas de dire que votre opinion est plus jute que la réalité des constations que tous citoyens honnêtes nous confère , notre dossier est si volumineux qu un ministère de plein droit a pris en charge les problèmes pour que nos droits soient effectivement respectés . je n ai aucun problème, mais on ne peut raisonnablement discuter d une chose dont votre contradicteur nie une existence croulant sous les statistiques. Et c est bien cela être sexiste.Je ne suis que le relais de bien d autres, ne cherchez pas à me prendre pour une originale obsessionnelle. Certaines valeurs sont fondamentales et la femme est un être humain tout comme un homme.Pourquoi voulez vous que reste dans ma boite parce que cela vous arrange de ne pas nous entendre.Acceptez l?évidence après je pourrais accepter les critiques sur la méthode car je ne demande qu'a dialoguer d?égal à égale.
Réponse de le 14/01/2013 à 17:17 :
Encore une attaque personnelle et non fondée (où ai-je déclaré que les femmes ne pouvaient pas être discriminées en raison de leur sexe ?)... Franchement, un tel militantisme a de quoi faire peur : "... votre mauvaise foi est évidente", "... consternant de votre part", "arrêtez vos trucages", "Pourquoi voulez vous que reste dans ma boite..", etc... Vous ne dialoguez pas, taranis, vous voulez seulement imposer votre point de vue en inventant un discours qui n'a jamais eu lieu ! Je maintiens qu'il existe une propagande de lobbyistes féministes dans les médias, cependant je vais nous mettre d'accord : une femme agée, handicapée, qui attends un enfant, n'échappera pas à de la discrimination dans le monde du travail. Cela vous va ?
Réponse de le 15/01/2013 à 10:07 :
@ninilepetit: La représentation du mouvement féministe depuis l ONU jusqu aux associations de terrain qui relèvent les victimes de violences morales et sexuelles, si pour vous cela est seulement de la « propagande », alors en effet aucun dialogue ne peu avoir lieu. Le féminisme n est pas une religion à la gloire de tous les seins, c est remettre la femme à sa place dans un monde établi sans tenir compte de sa qualité égalitaire. C est personnel oui car votre opinion ne repose que sur votre propre jugement que les permissions doivent être données par les hommes suivant leurs exigences et à leur rythme sans que les femmes les harcèlent de leur droits en continu Systématiquement donc vous démontez et minimalisez chaque étude , chaque rapport pour faire croire que tous cela est de la manipulation de lobbys , c est totalement faux ,tous nos arguments se recoupent et c est bien pour cela que la cause gagne du terrain auprès des hommes de bonne volonté ,je ne défend pas « mon point de vue » je m inscrit dans un mouvement progressiste ,nous sommes très majoritairement humanistes et désintéressées de tous ingérences non acceptées, bien sur que dans le sillage il y a des intrigantes qui surfent sur la vague, nous insufflons aussi notre liberté de dire ,de penser et d'agir et alors ? c est la nature humaine et nous sommes vos égaux aussi dans l imperfection.
a écrit le 13/01/2013 à 18:00 :
évidemment, déjà "avant", alors par temps de "crise", vous pensez! la double peine, quoi!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :