"En France, l'Etat est en faillite" considèrent 63% des Français

 |  | 188 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
La formule d'un "Etat en faillite" a été reprise il y a quelques jours par le ministre du Travail Michel Sapin, après avoir été employée par François Fillon en 2007.

"Il y a un Etat mais c'est un Etat totalement en faillite" a lancé Michel Sapin sur Radio J dimanche dernier. Bien qu?il soit revenu sur ses propos en début de semaine, il semble exprimer un ressenti réel des Français. En effet, selon un sondage de l'institut CSA publié ce jeudi, 63% des personnes interrogées sont d'accord avec l'idée qu'"en France, l'Etat est en faillite".

La question précise était : "Pensez vous que qu?il soit justifié de dire que l'Etat est en faillite", et 45% des sondés ont estimé "plutôt justifiée" une telle affirmation, tandis que 17% l'ont jugée "tout à fait justifiée", soit un total de 63%.

Pour décrire, selon ses dires, la situation prévalant en 2007, et non la situation actuelle, le ministre du Travail Michel Sapin avait approuvé dimanche la formule de François Fillon utilisée cette année-là et a évoqué un Etat "en faillite".

Le sondage de l'institut CSA a été réalisé en début de semaine, selon la méthode des quotas.

POUR ALLER PLUS LOIN :

» Un Etat peut-il faire faillite ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2013 à 14:45 :
Moi petit entrepreneur pas de salarié je me suis fait seul je ne veux pas d aide juste qu on me laisse bosser !
Moi criminel de vouloir gagner de l argent pour mieux vivre
Moi j aime mon travail qui m epanouie
Moi qui ne peut plus emmener ma famille au ski
Moi qui suis si mal considéré parce que je me suis arraché à mon destin avec mes mains
Moi qui en ai marre de la France qui décourage ses forces vives
Gloire au travail !
Vive la Liberté
a écrit le 02/02/2013 à 9:16 :
Etant presque totalement incompétent en économie , je ne peux que me taire devant la situation économique actuelle ,très compliquée , même pour quelques économistes un peu plus au courant que d'autres Certes , il est possible de diriger un Pays avec des sondages très défavorables Mais le total des dettes est à lui seul éloquent et les causes en sont connues pour l'essentiel Les électeurs , du moins ceux qui ont voté ,ont finalement voté selon des promesses et des mensonges ! La seule question qui puisse se poser est donc : que faire ?
Réponse de le 02/02/2013 à 11:08 :
pas de complexe jefferson, ceux qui vous font de grosses théories économiques ne font que compliquer les choses simples, partir dans des approches multidimensionnelles où tout est dans tout, aucun chiffrage des propos et des conclusions à l'emporte pièce. L'économie est simple, c'est du grand bon sens de père de famille et la gestion c'est analyser les phénomènes et agir de suite sur ce qui est important. Tout le contraire dans le monde politique et public, des discours, surtout éviter ce qui pourrait fâcher et donc on arrose, on dépense, on ne touche à rien, l'usine à créer la dette et le chômage et donc tuer l'emploi ....pas de complexe, ces économiciens et politiciens couleraient n'importe quelle pme en 6 mois là où vous auriez vu de suite où est le problème et la solution simple...que faire ? baisser la dépense publique de 30%, baisser les impôts et les charges et utiliser cette manne financière à aider les pme...trivial, on est les seuls à avoir cette manne de dépense inutile réductible, la question est comment obliger le monde politico-administratif solidaire à sortir de la léthargie, à commencer à gérer et traiter les vrais problèmes : gros problème, on est esclave de ce monde là qui nous saigne pour maintenir son confort et absence de vague pour garder le pouvoir !!!
Réponse de le 02/02/2013 à 11:26 :
super marion !, quel beau résumé et mise en évidence de l'impasse, on est cerné par la dictature politico-administrative, pas simple d'avancer!!. La solution de mise en mouvement serait à salaire constant de mettre 20 à 30% de part variable indexée sur l'évolution de la dette, chômage, déficit extérieur, et là ils vopnt commencer à regarder ce qui serait utile aux résultats !!! et ce qui serait d'une grande logique comme dans toute entreprise : payés aux résultats ! mais retour à la case départ : qui va mettre en oeuvre ?
a écrit le 01/02/2013 à 15:16 :
Celà veut il dire que les plus privilégiés parmi ces 63 % sont prets à faire des efforts pour ramener le degré de la faillite de raisonnable à désastreuse ?
Réponse de le 01/02/2013 à 15:42 :
tout dépend ce qu'on fait. si on traite le surendettement par le surendettement, effectivement on va vers la situation de la Gréce. Si on rationalise le monde public et politique, qu'on optimise la dépense publique pour plus de services, l'organisation, l'efficacité de la dépense, ce qui permet de dégager 30% de gains pour financer l'aide aux pme, baisser les impôts et charges, on va vers la situation de la Suéde, prospérité, emplois et de meilleurs services publics. Aucune fatalité, c'est au choix, il faut gérer comme dans toute pme
a écrit le 01/02/2013 à 13:55 :
les français ont totalement intégré la situation et ne comprennent pas le déni des politiques, les mensonges, à croire que le canabis est déjà libéralisé à l'assemblée et à matignon. Et c'est bien l'absence de mesures à la hauteur du problème qui les inquiète, raison pour laquelle ils épargnent à fond. Car avec 1900 millards de dette, 100 millards de déficit du commerce extérieur, 5 millions de chomeurs ou précaires, il suffit que les taux d'intérets augmentent un peu pour qu'on ne puisse plus rembourser les intérêts, faillite ...ne parlons pas de rembourser la dette, sur 10 ans, il faudrait sortir 190 millards de plus par an ... et la faute est aussi trés bien assimilée : notre dépense publique record au niveau de l'europe, de même que nos armées de fonctionnaires, au moins 30% de dépense de trop qu'on pourrait économiser tout en apportant plus de services, ce qui permettrait de baisser les impots et charges et financer l'aide aux pme pour relancer la croisssance... mais difficile de toucher à son électorat donc on saigne encore plus le privé pour financer ce monstre insatiable d'effectifs et de dépense
a écrit le 01/02/2013 à 13:35 :
. Oui , déjà " nounours " ... disons monsieur Raymond BARRE ... disait et répétait ... que nous , ... NOUS TOUS , ... vivions au-dessus de nos moyens ... Que n'avait-il pas dit là ... Les Tous ensemble ... Tous ensemble là , ... tous ensemble ... étaient là ...lalalala , ... Non dans la rue ... !!! Faites-nous rêver qu'ils demandaient ... !
Donc , satisfait ... le marchand de sable est ... enfin arrivé ... Euh , .euh .Oôônnn ...
a écrit le 01/02/2013 à 11:20 :
d'inconscients... quand même!!
Réponse de le 01/02/2013 à 12:27 :
pourtant plus de 51% ont voté depuis 40ans pour des sociialo-UMP ou UMP-socialo (ca s'appelle l'alternance !) qui n'ont fait qu'acroitre la dette publique tout en soigant généreusement les copains députés, sénateurs, syndicats, hauts fonctionnairers etc !!! Va comprendre Charles ....
Réponse de le 01/02/2013 à 15:37 :
certes, mais jamais un candidat de quelque bord que ce soit n'a eu l'ambition, encore moins un programme, pour rationaliser le monde politico-administratif, comme l'ont fait ceux qui progressent maintenant trés bien. manque de stature à la hauteur du problème
a écrit le 01/02/2013 à 6:48 :
Cela fait plaisir de constater que certain français sont réalistes, ce n'est pas de hier que nous sommes en faillite, la France en général vie aux dessus de ces moyens mais il y a des limites. Nous somme trÚs mal gouverne depuis des années, nos politiciens ne sont intéressés que par les élections et le pouvoir votre destin c'est secondaire, aujourd'hui ils prennent des décisions sous la pression du parlement européen c'est une chance pour nos héritiers.
a écrit le 01/02/2013 à 1:37 :
C?est le système D pour désastre ou déficit ou encore déni? pourtant il suffirait de remettre les choses à l?endroit, qu?on récompense le travail. Il faut produire comme on dit.
a écrit le 01/02/2013 à 1:05 :
C?est pire parce que nous devons résorber la dette. A ce niveau, elle étouffe la croissance, elle ne permet pas à la société de se développer. Redescendre à 60%, c?est taxer un tiers du PIB, soit la bagatelle de? 600 milliards, la moitié des assurances-vie. Nous allons ainsi dire à nos chers riches, veuillez signer ce gros chèque !
a écrit le 01/02/2013 à 0:55 :
Cet Etat est obèse et autiste. Il faudrait qu?une fourmi monte à la Liberté, prenne les manettes et aille taper Godzilla afin qu?il cesse d?écraser tout le monde ! Il faut vendre le château de Versailles, le Louvre et la tour Eiffel ainsi que les palais de l?ancien régime !
a écrit le 01/02/2013 à 0:04 :
Y a qu'à faire de la croissance, ça nous changera! Au moins le diagnostique est clair, écartons les faux médecins, les charlatans qui vous droguent à la dette et qui pelletent dans les nuages!
a écrit le 31/01/2013 à 23:43 :
En faillite, certes, mais quand il s'agit de faire la guerre dans des pays étrangers, alors que je rappelle, nous n'avons même pas été attaqués et que nous prêtons mains fortes à un gouvernement issu d'un coup d'Etat !!! Ca, du pognon, il y en a et immédiatement !!!
a écrit le 31/01/2013 à 23:37 :
L'Etat n'est pas la cause du problème, l'Etat, le patrimoine public est également la cible des attaques financières de l'international, tout comme l'industrie, à cause d'une déréglementation qui favorise une spéculation (inépuisable) sur les différentiels socio-économiques entre les régions et les pays. Nos législateurs ont été grugés par l'utopie mondialiste du "flat world", comme si un nivellement entre les pays était possible - alors que les écarts de revenus et les fractures sociales au sein des pays s'aggravent à mesure que le phénomène de concentration progresse. Halte aux mouvements de capitaux non liés à des transactions d'achat/vente de biens/services. Dans des systèmes socio-économiques différentes, il faudrait s'atteler à reconstruire notre cycle de production / consommation local, interdire la spéculation et la contrebande.
a écrit le 31/01/2013 à 15:47 :
Si l'Etat est en faillite, ce qui n'est que la conséquence d'une volonté politique ayant pour origine la perte de sa souveraineté monétaire, les "sociétés non financières" le sont encore plus( et pas qu'un peu surtout en terme de dette brute et je suis sympa car je ne compte pas les sociétés financières parce que là aussi il y a des choses à rappeler et à dire ) !
On parle toujours de la dette publique mais absolument jamais de la dette privée ?
Bizarre non ? Je crois pourtant qu'il y aurait bien plus à dire, surtout au regard de la comptabilité nationale qui retrace les actifs et les passifs des acteurs économiques (nota. dans le TEE), car l'acteur économique le plus endetté n'est pas du tout celui que l'on croit !
La faillite est plutôt politique !
Réponse de le 31/01/2013 à 18:50 :
Paradoxe du système, c'est la dette publique qui finance la dette privée. Les 5/600milliards qui ont permis de "sauver" les banques, c'est bien l'Etat, donc le contribuable en dernier ressort qui paie. Alors que ce même contribuable n'a pas demandé qu'on lui refile entre autres des subprimes...La logique aurait été qu'on laisse les banques faire faillite. Seulement, c'est pas possible, puisque nos dépôts sont dans leurs coffres. D'où l'absolue nécessité de revenir à des banques de dépôt et des banques "d'affaires". Je verrai même bien la Banque de France en banque de dépôt, nationalisée, elle servirait au moins à quelque chose.
Réponse de le 31/01/2013 à 23:58 :
La perte de la souveraineté évite le tripatouillage. Une monnaie forte, c'est bon pour le pouvoir d'achat! Ne nous servez pas votre mou! Va falloir nettoyer! Nous avons bon espoir qu'on puisse un jour mettre un moteur dans le pays et faire de la croissance!
a écrit le 31/01/2013 à 15:17 :
Le véritable déficit de la France n?est pas de 3 % du PIB comme le prétend benoîtement le gouvernement mais de 20 %. Le déficit c'est la différence entre les recettes fiscales et les dépenses or dans le projet de loi de finances 2013 nous avons 374,6 milliards d'euros de dépenses pour 312,7 milliards d'euros de recettes soit un déficit de 20 %. De plus depuis septembre 2012 les intérêts sur la dette publique se montent delà 47 milliards d'euro en faisant le premier poste du budget de l?État. Donc avant même de commencer payer ses fonctionnaires, profs, soldats, policiers, juges, l?État doit payer les intérêts de cette dette d'un montant total de 1800 milliards d'euros. Alors si cela n'est pas une faillite alors dites-moi ce que c'est?

Réponse de le 01/02/2013 à 1:19 :
Pour les prélèvements 2011, 12 et 13 j?ai selon la PLF 259,2 puis 276,5 enfin 302,2. En 2012 il y avait 20,2 de plus répartis avec l?APUL, les territoires. Ce qui est inquiétant, c?est qu?en parallèle la sécu augmente fortement, ce qui est une menace sur les revenus : 477,1 puis 493,8 et 514,3? Pour le déficit, n?oublions pas les participations de l?Etat, donc notre déficit est plus important qu?il n?y parait. Comme pour la dette allemande, 40% sous le tapis?
a écrit le 31/01/2013 à 15:11 :
Les braves citoyens de nos pays occidentaux sont des indi-niais qui s'insurgent contre les états dispendieux mais qui oublient que les dit états se sont aussi fait aussi refiler des centaines de milliards de dettes privées depuis 2008... Ex : l'état et donc le contribuable espagnol qui éponge les dettes après l'éclatement de la bulle immobilière. D'un autre côté, les con-tribuables espagnols sont aussi les pigeons qui ont cru que les arbres (immobiliers) allaient monter jusqu'au ciel... Bref que chacun se regarde dans la glace avant de couiner !
a écrit le 31/01/2013 à 14:36 :
Si la France est en "faillite", je ne vous explique pas le reste de la planète. Sinon, Jp45, depuis 1492, un état peut se mettre en cessation de paiement. Le premier fut l'Angleterre qui arrêta de rembourser les banques italiennes. Ce qui conduisit à la magnifique banqueroute des banques du dernier pays. Et quelques choses me disent que nous allons revoir ce genre d'amusements sous peu. Malgré le FMI qui est justement là pour "prouver" que les états doivent emprunter pour payer malgré tout.
Réponse de le 31/01/2013 à 15:08 :
Ce n'est pas la France qui est en faillitte mais l'état français.C'est différent.
Réponse de le 31/01/2013 à 17:01 :
C'est pas faux, Carlos. Ghosn. Mais n'y aurait-il pas un léger souci si l'état n'est pas ou plus le pays..??
Réponse de le 31/01/2013 à 17:05 :
Gloups. J'ai encore réfléchi en état bancaire. Le premier pays a refuser de payer fut Carthage face aux Romains... Z'ont ça dans le sang, les Italiens... Notes, ne pas payer, chez eux, ça coûte cher...
a écrit le 31/01/2013 à 14:29 :
Scotché, devant tant de clairvoyance. 63% des français, selon votre sodage sont prêt à manger un jour sur deux, à accepter qu'un de leur proche meure faute de soins, que leurs enfants trainent dans la rue plutôt que d'aller à l'école puisqu'elle sera devenue payante, que les routes ne soient salées en cas de froid qu'aux issues de Neuilly afin de permettent à ses habitants de vaquer à leur saines occupations au palais Broignard ( La bourse), la police pour quelques uns, les pompiers pour personne, etc, etc....
Votre journal est formidable, après vos articles "INFORMANT" que, "les retraités français possèdent en moyenne 335 000 euros de patrimoine" que "les ouvriers d'EDF touchent 2800 euros par mois" et ce sondage, il ne vous reste plus qu'à écrire que le père Noël existe vraiment car 63% des français sont enclins à y croire.
La situation du pays découle directement de ce traité européen auquel nous avons dit NON !!! et qui nous est appliqué contre notre grès.
Cette offencive médiatique, qui ne vise qu'à faire admetre la marchandisation de nos services publics, la fin des retraites par répartition, la destruction de notre code du travail, s'inscrit dans le cadre des directives de Bruxelle.
Messieurs notre peuple est en souffrance, il vous suffirait de vous rendre dans la rue pour le comprendre. Dans notre pays, qui n'a jamais autant accumulé de richesse, parler de faillite est particulièrement ... (je laisse aux lecteurs le soins de rajouter le mot qui convient).
a écrit le 31/01/2013 à 14:26 :
Faillite morale(corruption du politique organisée par les multinationales), faillite de la justice (les donneurs d'alerte sont muselés et condamnés au chômage),faillite économique(l'État fait carpette devant les banques et les forces financières), de là il y a faillite politique et mort programmée de la démocratie et delà civilisation occidentale,faillite écologique( à quand les gaz deshistes en France? Il est prévu que les océans seront vides de toute vie en 2050)l y a
juste le culte du veau d'or et du bénéfice immédiat qulqu'en doit les conséquences, et une
totale faillite de l'intelligence et de la faculté d'anticiption.Victoire de l'égoïsme,de l'immoralité et de la rapacité.
Réponse de le 31/01/2013 à 15:46 :
Très bien !
Réponse de le 31/01/2013 à 16:44 :
Des tombereaux d'assertions pitoyables matinée de visions lapidaires sans une once de factuel ou d'argumentation.. vous étiez à Bugarrache le 21/12?
Réponse de le 31/01/2013 à 18:04 :
J'en vois un autre dans le genre réac qui se paluche en relisant ses grands mots...
a écrit le 31/01/2013 à 14:26 :
L'Etat est endetté, comme quasiment tous les pays développés de la planète. Mais pas en faillite. Si les gens y croient, d'après ce sondage, c'est à force de leur avoir bourré le crane. La seule chose qui soit préoccupante, c'est qu'on n'arrive pas vraiment à réduire le poids de la dette. Mais là encore on est loin d'être les seuls. De toutes façons, la fortune totale des Français est plus de six fois supérieure aux dettes de l'Etat. Je connais beaucoup d'entreprises qui aimeraient avoir une telle trésorerie !!
a écrit le 31/01/2013 à 13:47 :
Un Etat ne peut pas être en faillite puisque contrairement à un individu, il n'a pas d'âge et n'est pas contraint à une durée de remboursement ! Un individu vit 80 ans un Etat est éternel.
Réponse de le 31/01/2013 à 14:15 :
Vous croyez vraiment ce que vous avancez? Il y a 1 million d'années, s'il y avait des États, nous ne les connaissons plus. Oseriez vous prétendre savoir que la France existera toujours dans 1 million d'années? Ce n'est pas parce qu'actuellement les habitants de la Terre sont emprisonnés dans des "États" qu'un jour ils ne s'en libéreront pas.
Réponse de le 31/01/2013 à 14:26 :
C'est dans le programme de François que vous avez lu cette ânerie ? Vous voulez des exemples des états qui ont fait faillite (ou défaut) ?
Réponse de le 31/01/2013 à 14:33 :
@PJ45,
L etat en france remonte a Clovis ! Or entre l epoque de Clovis et la revoution de 1789 l etat a fait faillite une bonne douzaine de fois (sous philippe4 le bel par exemple) !!!!!! D'ailleurs quel creancier attendrait 1000 ans pour etre rembourse !?!
Réponse de le 31/01/2013 à 15:15 :
@PJ45: Le système économique que nous vivons aujourd'hui est devenu bien trop complexe pour qu'un citoyen, quelque soit la logique qui le caractérise, puisse comprendre toutes les subtilités et les mécanismes de cause à effet relatifs à la situation de l'état français. Alors pitié, économistes en bois, ayez au moins une formation de base en économie avant de déblatérer des idioties pareils.
Le mal français c'est aussi le fait que chacun y va de sa petite opinion, fondée sur une analyse ou des clichés complètement faux et biaisés qui relèvent plus souvent du "grand n'importe quoi"; ces-derniers n'hésites plus à descendre dans la rue pour scander les conneries qui entraîneront tout le monde au fond du gouffre à terme, eux-mêmes, leurs entourages, leurs descendants...
Ce paradoxe à conduit à de nombreuses décisions qui aujourd'hui gangrène notre pays. L'état français réside bel et bien sur la fine couche de glace que représente les emprunts sur les marchés financiers réaliser pour supporter un système non-viable sur le long terme; quand un acteur (état, ménage, entreprise, institution) n'est plus capable de maintenir ses comptes à l'équilibre sans faire appel à une aide extérieur potentiellement explosive, cela sonne comme les prémices d'une faillite brutale. La course à l'individualisme, aux faux semblants et le comportement extrêmement individualiste du français moyen vient parachever ce constat.
Les français ne sont plus capables de faire la part des choses et semblent s'engouffrer dans le déni de réalité, l'état ne fait que les brosser dans le sens du poils.
a écrit le 31/01/2013 à 13:37 :
Faillite financière , faillite morale , faillite intellectuelle , faillite faillite faillite ...
a écrit le 31/01/2013 à 13:31 :
C'est normal, la France exporte des riches et importe des pauvres !
Réponse de le 31/01/2013 à 13:45 :
La connerie je crois qu'elle se trouve sur place pas besoin de l'importer...
Réponse de le 31/01/2013 à 14:30 :
@Petit
C'est pauvre comme argumentation !
a écrit le 31/01/2013 à 13:12 :
La baisse des revenus (Président, Ministres...) a été déclarée inconstitutionnelle et donc annulée... dans le plus grand silence !! Vous avez dit complicité ?
Par décision N° 2012-654DC du 9 août 2012 le Conseil Constitutionnel a déclaré non conforme à la constitution l'article 40 de la loi de Finance rectificative qui prévoyait la baisse de salaire de 30% du président, du premier ministre et du gouvernement. Donc, maintenant, ils sont beaucoup plus nombreux qu avant... et payés autant. Comme c'est curieux, personne n'en parle...?

Vérifiable à cette adresse
http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2012/2012-654-dc/decision-n-2012-654-dc-du-09-aout-2012.115426.html
Réponse de le 31/01/2013 à 13:49 :
Merci pour cette information importante que les médias n'omettront pas de transmettre avec vigueur!

Visiblement la présidence normale suit son programme avec beaucoup d'assiduité.
Réponse de le 31/01/2013 à 13:57 :

Certes le conseil constitutionnel, le 9 aout 2012 a invalidé l'article 40 de la loi rectificative des finances 2012, portant sur l'abaissement du traitement des ministres et de celui du président de la république, mais cette modification du traitement des membres du gouvernement et du chef de l'état est passé par décret quelques jours plus tard.
Réponse de le 31/01/2013 à 14:00 :
Merci pour avoir rappelé cette décision du Conseil Constitutionnel. Il y a une chose que je sais c'est que je ne voterai plus de ma vie.Ni pour empêcher quelque de se faire élire (m^me le plus dangereux ou le plus conglés) ou réélire ni pour rien du tout. Au passage avez lu attentivement la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme, c'est à mourir de rire, il s'agit d'une liberté tellement encadrée qu'on voit bien qu'on vit en prison ou sous le contrôle de l'autorité judiciaire. ça fait peur, mais aux US en Russie ou en Chine c'est sans doute pire donc on est content, finalement on des bolosses pas trop mal servis.Au fait regardez vous les grands classiques du cinéma de SF ou lisez vous les romans de SF, c'est à dire se Spéculative Fiction (pas le space Opéra taratata), en fait tous les amateurs de ce genre de littérature ou de cinéma savent pertinemment qu'il n'y a rien de spéculatif dedans, et que la réalité est la fiction en pire parfois et même souvent.
Réponse de le 31/01/2013 à 14:14 :
J'étais écoeuré comme vous et j'ai découvert ce parti : www.u-p-r.fr, vous verrez vous changerez d'avis. En ce qui concerne ce que vos dites sur la liberté, je vous invite à lire ceci :
http://www.u-p-r.fr/actualite/europe/la-commission-europeenne-fixe-des-priorites-inquietantes-pour-leconomie-numerique-en-2013-2014
Réponse de le 31/01/2013 à 14:49 :
Le site upr est repéré par les logiciels de sauvegarde des ordis qui lancent alerte sur alerte donc on voit où ça peut aller le contrôle des libertés (pas le contrôle utile des risques pour la sauvegarde des humains ou de l'environnement, car ce contrôle là, et on le voit tous les jours n'existe pas de l'esbroufe, que de l'esbroufe)). En tout état de cause visionnez Brazil, THX 1138, La Jetée de Chris Marker, l'armée des 12 singes, Soleil Vert, Cube, 1984, etc...ensuite passez vous du Chaplin (encore que) ou des trucs gais (je veux dire drôles) parce que il faut pouvoir encaisser, et continuez comme si de rien n'était; En fait l'homme dans son évolution ressemble de plus en plus à un insecte, il perd ses caractéristiques de mammifère, son environnement déséché et pollué devient artificiel, codé, les individus archi nombreux bouffent et détruisent plus que ne peut en donner la Terre, ils pensent à l'espace comme moyen de survie à coloniser afin de poursuivre leur soif d'hyper exploitation. Conditionnement humain et strates d'individus, je vous renvois à Aldous Huxley (le Meilleur des Mondes, d'actualité en France avec en ligne de mire la procréation artificielle (un futur beau business comme le mariage), mais la fin du bouquin est décevante car très conventionnelle), ou Silverberg (les monades urbaines), le premier date de 1932 et le second de 1971, un des dernières années des grands crus des groupes rock.
Réponse de le 31/01/2013 à 14:59 :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Monades_urbaines
Réponse de le 31/01/2013 à 15:04 :
"Le site upr est repéré par les logiciels de sauvegarde des ordis qui lancent alerte sur alerte". Il suffit que quelques personnes déclarent en un clic un site comme malveilant pour que le site en question soit repéré comme tel par les logiciels de sécurité. Comme ce parti, qui se développe quasiment que par le web (boycotté par les médias de masse), dit la vérité aux français, je vous laisse imaginer ce que les gens, que ce parti dérange, seraient capable de faire.
Réponse de le 31/01/2013 à 15:52 :
il est clair que pour ce qui est de voter pour des cupides, incapables, incompétents, pour moi, c'est fini aussi! Marre de se rendre aux urnes et toujours les mêmes refrains, toujours les mêmes déceptions, les mêmes c..neries, servies, et resservies , la décision est prise et c'est :NIET!
Réponse de le 31/01/2013 à 19:04 :
Que ce soit aux US, le pays où il est normal même dans des firmes renflouées par l'Etat de toucher des bonus de plusieurs millions de dollars ou dizaines de millions de dollars, alors qu'un ouvrier sur les chaines de GM touche à peine 1500 ou 1800 dollars par mois (nouvel engagé), où l'on vote des lois totalement liberticides comme ACTA, un pays ou le port d'armes y compris des armes de guerre est autorisé et où dans le même temps un gars qui débloque son téléphone portable peut être condamné, tenez vous bien, et sauf mal informé, de 500 000 dollars à 1 million de dollars d'amende et de 5 et 10 ans de prison!!!!!!, etc... etc... un pays contrôlé par les lobbies industriels et par la Finance et qui se dit une démocratie avec un président que je qualifierait au vu de ce qu'il fait pour faire réellement évoluer les choses ou changer les choses, de fantoche, je dis que ni aux US ni chez nous il n'est point bon de voter, que cela ne veut rien dire, qu'on a les mêmes technocrates et décideurs au pouvoir, qu'ils représentent la même façon de penser et de décider si le mot décider à un sens puisqu'ils décident pour l compte des les lobbies, là et comme on veut qu'ils décident bien souvent contre les intérêts du peuple éclairé ou le contrôle effectif de ce peuple qu'on crétinise comme dirait Salvador Dali,, et le peuple se fait manipuler, peuple y qui pense comme aux US (ou aux moins une partie, adicte de flingues) que le port d'armes ça sert à se battre contre un Etat totalitaire, ce n'est pas l'Etat totalitaire QUI A LE POUVOIR c'est la petite classe de dirigeants financiers et économico politiques qui partout a mis la main sur le pouvoir et qui d'une certaine façon est totalitaire et les porteurs d'armes eux ne sont que des tueurs en puissance incapables de pensée et de recul, y compris et surtout lorsqu'ils croient qu'ils vont se défendre d'un présumé Etat totalitaire alors qu'ils sont incapables de discernement pour constater que le pouvoir totalitaire est déjà là à l'?uvre et depuis longtemps.
a écrit le 31/01/2013 à 13:10 :
Et 37% sont fonctionnaires
a écrit le 31/01/2013 à 12:58 :
Le duo Sarkozy/Fillon avait 5 ans pour rectifier le tir. Et il ne faut rien attendre de l'actuel président pour qui "il est urgent d'attendre" !
Réponse de le 31/01/2013 à 15:17 :
Détrompez-vous.
mais la situation reçue est tellement déroutante,car des dossiers de la présidence Chirac 1 sont encore encours,que résoudre en moins de 1 an la quasi totalité des cas de figure est impossible.
tout le systéme est grippé,alors agir avec méthode ,logique,précision,s'impose.
a écrit le 31/01/2013 à 12:39 :
Une piste pour renflouer la France : confisquer tous les bien des membres de partis politiques et de tous les dirigeants passés et présent à tous les niveau, ainsi que suppression de leur retraites. Les politiciens peuvent critiquer les salaires et retraites chapeau des patrons, mais ils ne font pas mieux et de plus, ils n'ont jamais créé le moindre emploi, au contraire !
Réponse de le 31/01/2013 à 15:53 :
+ UN ! !
a écrit le 31/01/2013 à 12:25 :
Je vais chipoter, mais dans quel monde 45% + 17% font 63% ?
45 + 17 = 62, non ?
Réponse de le 31/01/2013 à 13:20 :
Tu t'imagines bien ue ce ne sont pas des chiffres ronds..
45,25% + 17,36% = 62,61%
Si on arrondit, on arrive bien à 63%.
a écrit le 31/01/2013 à 12:23 :
Combien de temps l'écran de fumée va-t-il tenir ? de vraies réformes de l'état (c'est-à-dire des mesures radicales par rapport à ce qui est fait aujourd'hui) signifierait la mort politique de Hollande et de la gauche. Pas de baisse prévue de fonctionnaires (au contraire..), pas de suppression de structures inutiles (conseils généraux, etc..). Les économies que comptent réaliser le gvt vont faire maigrir les contribuables, mais pas l'état : baisse des allocations familiales, nouveau calcul de TH & TF, tout ça sous couvert de justice sociale. La consommation va continuer à baisser et la crise s'aggraver. La vraie ambition de Hollande : tenir le plus longtemps possible sans faire exploser la France, jusqu'à ce que la croissance revienne. Le problème, c'est que cela ne sera pas le cas. La trajectoire de la France est donc tracée.
a écrit le 31/01/2013 à 12:18 :
Que veut dire un tel sondage, qu'il y a 63% d'incultes parmi les sondés ? Qu'il faudrait d'urgence créer des cours de sciences éco et y envoyer les français ?
Réponse de le 31/01/2013 à 12:30 :
La réalité est toujours contre la majorité des français...Le déni gagne toujours.
Réponse de le 31/01/2013 à 13:18 :
Quelle "science économique" : ça n'existe pas. La ménagère de 50 ans en connait bien plus en économie que les guignols que l'on voit à la TV.
Réponse de le 31/01/2013 à 15:57 :
c'est clair! mais, bon pourquoi voudriez vous qu'ils s'occupent "d'économie, quand on peut puiser (même à crédit), faire des cadeaux (de dettes), se gaver en superbes retraites, avantages et tout ce qui va avec! ces gens là, n'ont pas le souci du PAYS, ni des FRANCAIS, mais de leur carrière, de leur portefeuilles, et de "l'image" qu'ils laisseront dans "l'histoire"....quoique...!....
a écrit le 31/01/2013 à 12:02 :
L'Etat n'est pas une entreprise ! Il n'a pas vocation à faire des profits !
Lorsque l'on parle de dette publique et de déficit on oublie toujours que la réalité n'est pas toujours celle que l'on montre dans les médias.
Ainsi, on parle toujours de la dette (brute) de l'Etat en criant aux loups sans indiquer , par exemple, que l'Etat possède lui aussi des actifs financiers et non financiers qui sont colossaux.
Toutes ces données sont consultables dans la comptabilité nationale, notamment sur ce que l'on appelle le TEE (tableau économique d'ensemble).
Ainsi, selon le TEE de 2011, les actifs financiers de l'Etat étaient de 921,7 MDS d'euros et donc la dette nette totale n'était que de 1256,1 MDS d'euros (et de 795,3 MDS au sens de la définition de Maastricht)...Et cela sans compter les actifs non financiers de l'Etat dont l'INSEE a estimé la valeur à 1763,4 MDS d'euros (en 2011).
Un Etat étant souverain et n'étant pas une entreprise ne peut pas être en faillite à moins de l'accepter politiquement ! Cela pose le problème du contrôle de la monnaie...
Le plus comique de l'histoire c'est que si l'on se penche un peu plus sur le TEE, que l'on parle de dette brute ou nette des agents économiques on s'aperçoit que les sociétés non financières sont les plus endettés des agents économiques.
Si en 2011 la dette brute des sociétés financières était de 11 937,9 MDS d'euros (6 fois le PIB de la France), il ne faut pas s'alarmer pour autant car leur passif correspond à la "monnaie" (dépôts) et en face de ce passif il existe un actif financier qui est de 12285,5 MDS d'euros (en espérant que ces actifs ne sont pas tous pourris).
Par contre, au lieu de parler de la dette publique, il faudrait aussi s'intéresser à la dette privée des sociétés non financières qui elle est bien plus élevée que celle de l'Etat !
En terme de dette brute elle est aujourd'hui de plus de 7000 MDS (en 2011 dans le TEE elle était de 6837,9 MDS) et en terme de dette nette elle reste toujours largement supérieure à celle de l'Etat (2613,5 MDS contre 1256,1 pour l'Etat / et même avec la définition de Maastricht).
Enfin, il ne faut pas oublier qu'avec le système actuel, aucun Etat ne peut être en équilibre même durablement parce qu'il a des missions qui n'ont pas de caractère de rentabilité qui coûtent de l'argent que les entreprises ne veulent absolument pas prendre en charge sans un retour sur investissement tout comme il doit passer par les marchés financiers pour investir (je rappelle qu'aujourd'hui l'Etat et les collectivités locales sont les premiers investisseurs de France et que sans les marchés publics un nombre astronomique d'entreprises privées ne pourraient pas vivre / Et oui ! Depuis des années les entreprises privées distribuent plus de dividendes et investissent nettement moins que le secteur public) et donc emprunter et au final se retrouve, du fait des "intérêts", dépendant du système alors qu'auparavant ce n'était pas le cas ! Pour ses besoins l'Etat passait par la Banque de France et pouvait emprunter sans intérêts ou très faibles, ce qu'il ne peut plus faire depuis 1993 ! (ce qu'il n'a plus fait alors qu'il le pouvait de manière limitée de 1973 à 1993 par volonté politique).
A ce moment là, lorsque l'on dit cela, on pourrait dire que tous les ETATS sont en faillite (quid des USA) alors que c'est bien plus compliqué que cela et que c'est l'arbre qui cache la forêt..La dette privée (notamment des entreprises) qui est qui en parle ? Presque personne alors qu'elle est bien plus grande et bien plus grave (tout en étant à l'origine de la crise des dettes souveraines) !

Réponse de le 31/01/2013 à 12:18 :
Si l'Etat n'a pas vocation à faire des profits,il a encore moins vocation à accumuler des PERTES!!
Réponse de le 31/01/2013 à 12:23 :
"L'ETAT est en faillite"
=
"Les esclaves ne sont pas assez rentables"!

Merci FR, de rappeler de base que "L'Etat n'est pas une entreprise".
Les gens se laissent conditionner dès la naissance à ce que leur vie soit "une compétition à mort".
Dans ce cas-là, les gens, perdez et mourrez en SILENCE svp. Z'avez qu'à assumer vos choix.
Réponse de le 31/01/2013 à 12:23 :
Et bien écoutez, quand il y aura plus un centime pour le social il sera trop tard!
Je prends les extrêmes la Grèce et l'Allemagne ,votre raisonnement est criminel et conduit,conforte l'erreur des Français c'est presque criminel!
Réponse de le 31/01/2013 à 12:23 :
Et bien écoutez, quand il y aura plus un centime pour le social il sera trop tard!
Je prends les extrêmes la Grèce et l'Allemagne ,votre raisonnement est criminel et conduit,conforte l'erreur des Français c'est presque criminel!
Réponse de le 31/01/2013 à 12:34 :
Votre analyse n'est que partiellement juste, pour plusieurs raisons :
- vous mélangez la dette de l'Etat et celles des organismes sociaux (caisses de retraite, etc...). Les régimes sociaux dépendent de ces organismes et non de l'Etat. La dette de l'Etat n'est donc pas la dette de ces organismes.
- vous oubliez que les collectivités locales sont tout aussi endettées
- vous parlez de non rentabilité des actions de l'Etat. Il n'a jamais été demandé à l'Etat d'être rentable, il lui ai seulement demandé d'équilibrer son budget, comme le ferait n'importe quelle association (qui n'est pas rentable non plus) par exemple, les restos du coeur ou une autre association caritative
- l'Etat doit passer par les marchés financiers pour emprunter, c'est vrai, mais parce qu'il en a décidé ainsi dans le cadre de la convergence monétaire européenne, etc... C'est une vraie question. Cela arrangeait bien le trésor public au départ et c'est une arme qui se retourne (en partie) contre lui aujourd'hui. Contrairement à ce que vous dites, les taux n'ont jamais été aussi bas. Par contre, il n'est plus possible de faire marcher la planche à billet ou l'inflation comme on veut.
Au sens strict, la France n'est pas en faillite. Il suffirait de vendre la ville de Paris pour éponger plus que la dette. Maintenant, qui a envie de vendre la tour Eiffel, le Louvre, etc... ? Et de quel droit ? C'est là où les arrangements financiers du MINEFI croisent la réalité politique - dans le mauvais sens cette fois-ci, on passe de l'état planche à billets pour tous à l'Etat qui avoue qu'il a emprunté à d'autres ce qu'il donnait à tous - et cela fait nécessairement mal!
Réponse de le 31/01/2013 à 13:23 :
Quand l'état n'aura plus de sous, il sera obligé de vendre ses actifs que vous avait listé, sauf qu'ils sera obligé de les brader fortement en dessous de leur valeur c'est ce qui se passe pour la Grèce. La finance piège, par les dettes, les états et ensuite se gave en rachetant ses actifs pour une bouché de pain !
Réponse de le 31/01/2013 à 13:33 :
à fr: pas un mot sur le HORS BILAN de l'état ou des déficits planqués dans des agences vereuses !
Réponse de le 31/01/2013 à 13:34 :
+ 1
Réponse de le 31/01/2013 à 15:26 :
Pour répondre à "mke"...Je ne prends en compte que les APU et pour info, si je prends tout en compte (par exemple au second trimestre 2012 / Etat, ODAC, administrations locales et sécurité sociales / 1433 +9,7+ 161,3+228 / dont 237 à court terme et 1570 à long terme), la dette publique, au sens de Maastricht était de 1833 MDS d'euros...
Il est vrai que les taux sont bas (d'ailleurs il me semble que je ne dis pas le contraire), actuellement (et même parfois négatifs), mais il ne faut pas oublier que le monde financier est en excès de liquidité et qu'il cherche à placer sont argent, d'autant plus sur le marché obligataire, alors que les banques se prêtent relativement peu d'argent (en dehors des banques centrales ce qui est un véritable paradoxe)...le même constat peut se faire dans l'immobilier...Des taux d'emprunt très bas et une relative frilosité des banques à accepter des emprunteurs (particulier ou entreprise). Il est certain que tous les politiques sont responsables des déséquilibres budgétaires depuis 1974 et qu'ils auraient dû voter des budgets en équilibre (que les recettes soient supérieures aux dépenses) mais l'Etat qui n'est pas une entreprise doit nécessairement passer par l'emprunt sur des marchés financiers pour réaliser les investissements nécessaires au développement du pays (ce qu'il ne faisait pas avant) qui n'ont pas tous un critère de rentabilité financière (d'ailleurs ce n'est même pas quantifiable)...
Pour candide, ce que vous dites est une possibilité si nos politiciens laissent faire les marchés financiers et abdiquent...La reprise en main du contrôle monétaire cela existe et cela s'est déjà fait par le passé !
C'est une question de choix politique ! Pour la France, je pense clairement que pour eux le morceau, aujourd'hui, est trop gros car il aurait des incidences politiques et économiques plus que néfastes pour l'économie mondiale car les économies des pays les plus riches (nota en zone euro) reste interdépendantes des unes des autres (l'Allemagne sait très bien que si ses principaux partenaires économiques sont en difficulté trop longtemps elle ne pourra absolument pas continuer la politique qu'elle mène. Imaginons que tous les pays de la zone euro imitent le modèle allemand ? le résultat serait pire qu'aujourd'hui !
Pour VoltR, bien sûr qu'il existe du hors bilan, cependant pour des Etats c'est nettement plus difficile à faire que dans le privé car les normes comptables ne sont identiques et bien plus drastiques, mais celui-ci existe partout et encore plus dans les entreprises privées (En Allemagne celui-ci est explosif, dans l'Etat (d'après certaines sources économiques) / surtout lorsque celui-ci doit reprendre les créances pourris du privé et faire de la "defesance", mais encore plus dans la majorité des entreprises qui contrôlent l'économie du pays). Elles font du hors bilan parce que les normes comptables favorise encore aujourd'hui ces pratiques...Toutes les grandes entreprises (et même les moins grandes) sont adeptes du "hors bilan" ! De Deutchbank à Siemens en passant par Total ou Aventis.

Réponse de le 31/01/2013 à 15:59 :
les Chinois achètent déjà pas mal du patrimoine...il fout pas mal le camp...un peu plus , un peu moins, au point ou nous en sommes.....
a écrit le 31/01/2013 à 11:57 :
Mais pas de soucis, cela va s' arranger grâce à Hollande et son gouvernement de magiciens.
Réponse de le 31/01/2013 à 13:13 :
Et grâce aux magiciens de le COCOE qui savent parfaitement compter !
a écrit le 31/01/2013 à 11:56 :
Que dialbe pourquoi toujours comparer nôtre société à ceux de l'allemagne pardonnez moi du terme " on s'en fout " réglons déjà nos problèmes qui sont hélas trop nombreux en France, c'est comme si on compare les Etats-Unis avec leurs problèmes et les nôtres, restons objectif, car la situation Française est catastrophique
a écrit le 31/01/2013 à 11:52 :
La France ... les politicards français sont en faillite morale ... ca 95% des français le pensent ...
a écrit le 31/01/2013 à 11:40 :
Trop de social c'est plus possible
Réponse de le 31/01/2013 à 11:55 :
Trop de social c'est quoi exactement ? A quel moment c'est trop ou pas assez (9 milllions de pauvres en France) ? Les prestations sociales ne sont pas des cadeaux de l'état, ce sont les cotisations des français. Oui y'en qui abusent mais beaucoup moins que nos élus ou élites. Et les US, ils font trop de social ? Y'a t-il moins de pauvres aux US ? Non, seulement les riches sont juste plus riches."quand le vieux sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt"
Réponse de le 31/01/2013 à 12:06 :
Ne naturalisez plus il n'y a plus d'emploi en FRANCE
Réponse de le 31/01/2013 à 12:21 :
Exacte c'est nous français qui travaillons et cotisons par obligation, seulement quand les cotisations augmente c'est le pouvoir d'achat qui baisse et donc la capacité des français à consommer, si les français consomme moins les entreprises produise moins et c'est à ce moment la que les entreprises commence à licencier ce qui crée de nouveau chômeur qui à leur tour ne pourront plus consommer etc etc etc. Vous comprenez mieux comment sa marche l?économie d'un pays. Donc au final vous regarder quoi la lune ou le doigt?
Réponse de le 31/01/2013 à 12:21 :
Exacte c'est nous français qui travaillons et cotisons par obligation, seulement quand les cotisations augmente c'est le pouvoir d'achat qui baisse et donc la capacité des français à consommer, si les français consomme moins les entreprises produise moins et c'est à ce moment la que les entreprises commence à licencier ce qui crée de nouveau chômeur qui à leur tour ne pourront plus consommer etc etc etc. Vous comprenez mieux comment sa marche l?économie d'un pays. Donc au final vous regarder quoi la lune ou le doigt?
Réponse de le 31/01/2013 à 12:37 :
pas sur que les cotisations soient obligatoires,disons que les français veulent une europe "à la carte"
Réponse de le 31/01/2013 à 12:48 :
"les français veulent une europe "à la carte". Désolé mais les français n'en veulent plus de l'europe.
Réponse de le 31/01/2013 à 13:12 :
Je ne vois pas le rapport avec mon commentaire alors gardez votre condescendance pour vous. Ou avez-vous lu que je pronais une augmentation des cotisations ? Avez-vous répondu à mon interrogation sur le cas US ??? donc je précise : "quand le vieux sage montre la lune (causes macro-économiques), l'imbécile regarde le doigt (conséquences micro-économiques)".
Réponse de le 31/01/2013 à 15:12 :
Super j?apprends que je ne suis pas obligé de cotiser pour: le chômage, ma retraite, l'assurance maladie, la csg, crds, j'en passe et des meilleurs. C'est génial mon salaire va bien augmenter de facile 50% si j'enlève tous les prélèvement "sociaux" facultatif.

Pour répondre à pragmatique, je suis désolé mais je n'ai jamais mis les pied aux US donc je ne peut pas véritablement me rendre compte de la situation là-bas, mais de ce que je vois depuis la France c'est que les pauvres aux US sont comme les pauvres français et que les riches aux US sont comme les riches Français pas de différence. Alors oui c'est sur qu'aux US vous n'avez pas tous le social français et donc pas toutes les cotisations qui vont avec. Mais j'ai quand même bien l'impression qu'aux états unis celui qui ce bouge c'est celui qui peut réussir et bien gagner sa vie, alors qu'en France celui qui tend la main c'est celui qui reçois de l?état (attention je ne blâme pas ceux qui ont perdu leur emploi ne mettons pas tous le monde dans le même panier) alors qu'en France celui qui bosse et qui ce bouge pour bien gagner sa vie sa devient le sale riche ou alors vous faite partis de la classe moyenne aisée donc la personne taxable de tous les côtés. Maintenant si vous ne voulez plus qu'il y est de riche ou de pauvre créons un état à l'image de l'URSS comme sa plus de riche mais que des pauvres.
Je terminerais en vous disant que vous êtes de toute façon un riche qui gagne plusieurs centaines voir même plus d'un millier d'euros par mois quand on vous compare a un citoyen d'un pays du tiers-monde qui ne vie qu'avec quelque dizaines d'euros par mois.
Réponse de le 31/01/2013 à 15:28 :
"je suis désolé mais je n'ai jamais mis les pied aux US donc je ne peut pas véritablement me rendre compte de la situation là-bas" et "un état à l'image de l'URSS". Et en URSS vous y êtes déjà allé ?
Réponse de le 31/01/2013 à 16:21 :
"Et en URSS vous y êtes déjà allé" bien dit en même temps quand le régime soviétique est tombé j'avais 5 ans. Après entre les US et l'URSS ont sait tous les deux quelle régime fonctionne et ne fonctionne pas.
Réponse de le 31/01/2013 à 17:16 :
Aucun des deux ne fonctionne. 13000 milliards de dollars c'est la dette des US avec un état tout "petit" dans l'économie comparativement à la France et où le "social" n'est pas omniprésent. Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il la rage. La propagande qui consiste à dire que le social comme on dit est la cause de tous les maux est complétement contredit par l'exemple américain (modèle qu'on souhaite nous imposer coute que coute alors que c'est une économie artificiellement gonflée par la dette de l'état et des ménages). Nous sommes tellement manipulés par nos médias de masse qu'on parle de la dette sans la comprendre. Par exemple, les intérêts de la dette c'est environ 50 milliards d'euro (le deuxième budget de l'état) et à peu prés le niveau de notre déficit. En clair, même dans une économie atone comme actuellement, le budget serait à l'équilibre sans la charge de la dette. Je ne dis pas qu'on ne doit pas avoir une bonne gestion des finances publiques mais je pose juste une question. Autre question : pourquoi ne parle t-on pas d'une remise en cause de la loi pompidou de 73 ? vous me direz parce qu'on est dans l'UE/euro et que c'est contraire aux statuts. Mais a-t-on vraiment intérêt à rester dans cette UE anti-démocratique avec cette euro trop fort qui tue notre économie ? Pourquoi n'avons-nous pas droit à un débat avec les plus et les moins ? Pourquoi est-ce qu'un expert en la matière (François Asselineau) est boycotté par nos médias ?
a écrit le 31/01/2013 à 11:38 :
A) Tant que la France trouve, à bon compte, des prêteurs, elle n'est pas en faillite. B) Que les finances publiques aient été depuis 30 ans (et restent toujours) mal gérées est par contre certain. Le point A empèche la résolution du point B.
a écrit le 31/01/2013 à 11:35 :
Et combien de français arriveraient à une donner une définition claire et juridiquement adéquate du mot "faillite" ? surement pas 64 %...
Beaucoup de gens en France ont des idées sur tout mais ne savent pas vraiment de quoi ils parlent...
a écrit le 31/01/2013 à 11:32 :
1er budget de l'état : éducation nationale
2ème budget de l'état : intérêts de la dette = environ 50 milliards d'euro, ce qui correspond grosso modo à nos déficits. Question : pourquoi les états (les banques centrales) prêtent aux banques à faible taux pour que ces banques reprêtent aux états à taux plus élevé (depuis 1973) ? La solution évidente : sortir de l'euro/ue et retrouver notre souverainneté monaitaire.
Réponse de le 31/01/2013 à 12:08 :
"Question : pourquoi les états (les banques centrales) prêtent aux banques à faible taux pour que ces banques reprêtent aux états à taux plus élevé (depuis 1973) ?" Ce qui génère de plus en plus d'intérêts et de nouvelles dettes pour payer ces intérêts....
a écrit le 31/01/2013 à 11:26 :
La France est en faillite, mais qui dirige ce pays ? Bien entendu les élus ne sont absolument pas responsable de leur gestion.
Si le " gouvernement" est en faillite pourquoi ne lance-t-il pas un emprunt d'Etat?
Réponse de le 31/01/2013 à 11:46 :
Qui dirige ce pays ? Ben Goldman Sachs. Who else ?
a écrit le 31/01/2013 à 11:25 :
Bien sûr, pour le moment, et le moment seulement l'Etat Français continue à respecter ses obligations: paiement des salaires de la fonction publique, des retraites, de la santé et de la protection sociale, mais pour combien de TEMPS ENCORE ? Et là nos concitoyens voyant ce qui se passe chez nos voisins ne peuvent guère être rassurés: baisse de toute la protection sociale: allocs, chômage, retraites, impôts et prélèvements en nette hausse
mais déficits aussi en France en nette hausse, car nous continuons à nous endetter, pas cher pour l'instant, mais ça ne pourra pas durer plus longtemps que les engagements d'HOLLANDE qui, bien sûr ne seront pas tenus et les Français en sont aussi conscients, nos voisins aussi comme l'Allemagne qui ne prévoit que 0,4% de croissance en 2013, et bientôt les agences de notations.
a écrit le 31/01/2013 à 11:25 :
Oui, ceci dit pour les français la faillite, c'est toujours les autres, dés qu'il s'agit de balayer devant sa porte et de rennoncer à quelques avantages désuets et difficilement justifiable c'est systématiquement innacceptable. Quand à la pertinence du regard porté sur les comptes de l'état par les citoyens, les français sont de grands économistes, c'est bien connu.
Réponse de le 31/01/2013 à 11:49 :
"Oui, ceci dit pour les français la faillite, c'est toujours les autres, dés qu'il s'agit de balayer devant sa porte". L'état est très endetté mais pas les français (nous avons un des taux d'epargne le plus élevé du monde, 17%). Contrairement aux américains qui sont surendettés (état fédéral comme les ménages).
Réponse de le 31/01/2013 à 12:17 :
Certes c'est d'ailleurs sur ce postulat que l'on continue de se financer à vil prix. Mais sauf à organiser un grand soir en faisant un haircut de l'épargne privée pour rembourser la dette publique ce qui ne manquera pas de provoquer une guerre civile je ne vois pas bien ou le raisonnement nous mène.
Réponse de le 31/01/2013 à 13:35 :
"Certes c'est d'ailleurs sur ce postulat que l'on continue de se financer à vil prix". Erreur, on se finance à ce prix parce que la BCE fait marcher la planche à billet. Et que les marchés ont des tonnes de liquidités. Quand les bulles se succèdent aux bulles.....
Réponse de le 31/01/2013 à 16:50 :
Pas du tout, la France a les meilleurs taux car son marché de papier est liquide et profond et qu'elle jouit en dépit de sa croissance anémique, et de son inertie à l'international d'une épargne privée très rassurante pour les investisseurs. Les effets de la politique de la BCE concerne surtout les pays périphériques et non la France et l'Allemagne. Faire marcher la planche à billet est inflationniste et incite les investisseurs à exiger un spread, une prime plus importante sur le papier obligataire, ce n'est pas franchement ce qui se passe donc laissons les planches et la BCE là ou elles sont. Quand à l'excès de liquidité en europe il est en train de s'éponger l'adjudication 3 mois de cette semaine ayant été largement inférieure aux remboursements du LTRO (d'une centaine de milliards) je ne vous facture pas le cours d'éco c'est pour moi aujourd'hui.
Réponse de le 01/02/2013 à 9:39 :
Impressionné par votre cours "magistral". Malheureusement vous êtes à côté de la plaque. Mais tant que vous pensez le contraire, tout va bien.
a écrit le 31/01/2013 à 10:57 :
C'est nouveau ?!
a écrit le 31/01/2013 à 10:55 :
ben non...y a qu'à voir la Grèce, l'Espagne et l'Italie...Y z'empruntent 2 fois plus au FMI et à la Banque Centrale qu'avant 2008...
Preuve en est donc qu'ils ne sont pas en faillie!! AHAHAHAAHHAAHHAAHHAH!!
a écrit le 31/01/2013 à 10:55 :
Faillite ? Oui, mais laquelle ?
Financière ? Pas terrible, mais pas si catastrophique qu'on veut nous le laisser croire, surtout pour mettre sous éteignoir toutes velléités de demandes sociales du bon peuple.
De gestion ? Là est le problème. Notre pays croule sous les textes de loi, les réformes, les décrets, instructions, oukases européens et n'a plus aucun moyens de les faire respecter. Tous les services administratifs de contrôle sont en ruines : douanes, police, gendarmerie,armée, ursaaf, contrôle sanitaires, impôts...., tous ont vu leurs effectifs fondre sous l'impressionante campagne anti-fonctionnaires menée depuis plusieurs dizaines d'année. Croyez-vous vraiment qu'ils étaient paresseux et inutiles ou pouvons-nous penser qu'ils gênaient surtout pour leur action de contrôle ?
Et si on remettait un peu d'ordre dans la boutique.
Il n'est pas question ici de prôner un état totalitaire, mais simplement de faire appliquer les lois, non mieux, La Loi en s'en donnant les moyens.
Sous couvert de liberté on laisse faire tout et n'importe quoi. Notre pays qui protège très souvent plus l'agresseur que l'agressé est en faillite c'est évident.
Mais c'est surtout une faillite structurelle qui détruit peu à peu les fondements même de notre société.
De grâce Mesdames et Messieurs,nos dirigeants, arrêtez de légiférer, agissez...
Réponse de le 31/01/2013 à 11:10 :
un bon grand ménage dans toute cette poussière accumulée!!!!
a écrit le 31/01/2013 à 10:51 :
Je rappelle au passage que l'UNEDIC indemnise les demandeurs d'emplois avec les cotisations des employeurs et des salariés ,que les retraites du secteur privé sont payées par les entreprises et les salariés ,que la SECU et les allocations familiales sont financées par les cotisations sociales payées par les employeurs et les salariés etc.......
Réponse de le 31/01/2013 à 11:54 :
Le complément étant financé par de l'endettement ou du déficit!!!! Il n'y a qu'à voir l'ensemble des déficit de toutes ces caisses citées ci dessus!!!
a écrit le 31/01/2013 à 10:46 :
Je voudrais savoir quand vous voulez vendre votre musée du Louvre avec tous ce qu'il a? LOL
Réponse de le 31/01/2013 à 11:10 :
Nous voulons que le Louvre sera chez nous un jour
a écrit le 31/01/2013 à 10:40 :
63% de français admettent la faillite, est ce que les fonctionnaires grévistes ont été sondés aussi?
Réponse de le 31/01/2013 à 11:00 :
evidemment,les 36/37% qui continuent à croire...l'opium de la france
a écrit le 31/01/2013 à 10:40 :
L'ETAT FRANçAIS EN FAILLITE, TOUT EST RELATIF, ON L'A VU AVEC LA CRISE FINANCIERE. CE QUI EST EN FAILLITE C'EST LA TECHNOCRATIE, LA DEMAGOGIE, LA CREDIBILIT2 DES DIRIGEANTS POLITIQUES ET ECONOMIQUES? BIEN ENTENDU ET AVANT TOUTE CHOSE LES ECONOMISTES (CES ARCHI NULS) LES BANQUES ET LE SYSTEME FINANCIER QUI A ETE "SAUVE" PAR LE JEU DE POKER DES BANQUES CENTRALES (LES FAMEUX TARP OU QUANTITTIVE EASING OU RACHAT DE CREANCES POURRIES OU REFINANCEMENT DES BANQUES ZOMBIES ADOSSES SUR DES ACTIFS MITEUX), LES AGENCES DE RATING, LES CABINETS D 'AUDIT, LE FMI, l'OMC, L' ECOLOGIE DE LA TERRE, LA LUCIDITE ET LA SAGESSE HUMAINE SI TANT EST QU-ELLE EST JAMAIS EXISTER DEPUIS LONGTEMPS;
a écrit le 31/01/2013 à 10:36 :
Mais non l'état n'est pas en faillite ! Regardez cette caste de nababs de fonctionnaires font grève pour des revendications salariales sachant qu ils gagnent plus que le privé. Qui a dit que l'état est surendetté ? Les contribuables et les entreprises devraient descendre dans la rue pour faire grève pour une baisse des salaires et licenciements de fonctionnaires pour cause de surendettement comme la très bien fait d'autres pays de l'U.E. dans leur réforme structurelle.
Réponse de le 31/01/2013 à 10:44 :
Je suis prêt à vous accompagner dans la rue!
qui nous suit?
Réponse de le 31/01/2013 à 11:34 :
Que ceux qui gagnent le SMIC descendent dans la rue, que ceux qui n'ont aucun avantage descendent dans la rue.. ET, là, c'est justifié.. Il y en a mare que ce soit toujours les mêmes que l'on écoute et Messieurs de la classe politique au lieu de vous cacher derrière votre écran de fumée en nous parlant de mariage homosexuel et vote des étrangers, penchez vous sur ces personnes qui travaillent avec un salaire minimum et qui doivent tout payer (sinon c'est l'huissier derrière la porte). N'oubliez pas que ce sont eux qui font tourner le pays et que sans eux il n'y aura plus de pouvoir d'achat...
Réponse de le 31/01/2013 à 11:41 :
Certains fonctionnaires exagèrent certainement mais des gens comme vous, certainement bien incapables intellectuellement de réussir le moindre concours de la fonction publique, n'ont rien à dire...SI vous enviez la situation des fonctionnaires, vous n'aviez qu'à le devenir...mais même un concours de catégorie C serait difficilement accessible à un bon nombre de salariés du privé, plus envieux que cultivés et efficaces.
Réponse de le 31/01/2013 à 12:18 :
Je connais pleins de personnes qui gagnent le SMIC et qui ont fait des études et il y en a plus que vous croyez.. Et le simple ouvrier a le droit de vivre sans avoir peur du lendemain. Comment peut on vivre avec un SMIC quand un loyer d'un studio peut coûter jusqu'à 600 à 700 euros et vous rajoutez les assurances, l'électricité, le prix de l'essence ETC.. Au final, il reste rien et souvent on se prive de nourriture...
Réponse de le 31/01/2013 à 12:18 :
Je connais pleins de personnes qui gagnent le SMIC et qui ont fait des études et il y en a plus que vous croyez.. Et le simple ouvrier a le droit de vivre sans avoir peur du lendemain. Comment peut on vivre avec un SMIC quand un loyer d'un studio peut coûter jusqu'à 600 à 700 euros et vous rajoutez les assurances, l'électricité, le prix de l'essence ETC.. Au final, il reste rien et souvent on se prive de nourriture...
a écrit le 31/01/2013 à 10:24 :
Pour ceux qui pensent à tort que l'ETAT est en faillite; sachez que vos retraites sont payées; votre sécu remboursée; vos allocs réglées ; vos indemnités chômage versées ...par l'ETAT. Sachez aussi que si votre boite "privée" fait faillite vos salaires ne seront pas versés.
Réponse de le 31/01/2013 à 10:37 :
quand l'état est obligé de souscrire chaque jour, chaque mois a des emprunts sur les marchés pour équilibrer, et surtout pour financer son coût, je n'appelle pas ça un état se portant bien. Si l'état n'est pas en faillite, c'est juste que l'obligations d'une boite privé ne sont pas applicables à l'état, bien malheureusement d'ailleurs, et si l'état gérait correctement tout l'argent racketté au contribuable physique ou morale, il n'aurait pas besoin d'un financement extèrieur.
Donc oui l'état est belle et bien en faillite.
Réponse de le 31/01/2013 à 10:39 :
et tout cela avec de l'argent que l'état n'a pas (pour mémoire l'état emprunte en masse à ceux la meme que notre président comme tant d'autres appelle les "spéculateurs")
Réponse de le 31/01/2013 à 10:42 :
Belle analyse:! Mais quand on voit que l'ensemble de ces "services payés au contribuables" sont financés en partie par des emprunts d'Etat qui servent aussi à rembourser les emprunts d'Etat passé... dans cer cas oui je considère que nous sommes en faillite!!! Notre seule chance étant notre notation sur les marchés!!!
As t on déjà vu un citoyen remourser son crédit par un autre crédit? Une entreprise peut elle faire de même??? Non!!!
Réponse de le 31/01/2013 à 10:46 :
La Faillite évidement Gerard que l'on est en faillite quand tu endettes a 100% de ce que tu gagnes tu crois que ta banque va t'aider tu vis au pays des bisounours comme nos politiques on ne fais qu'emprunter pour pouvoir payer tous ca si il nous coupe les crédits on peut mettre la clef sous la porte alors un peu de logique dans ce pays
On est en super faillite et pas l'inverse
Réfléchissez !!!!!!
Réponse de le 31/01/2013 à 10:47 :
L'état paye mais... ...en empruntant et en remboursant des intérêts qui sont aujourd'hui à des niveaux astronomiques sur les marchés financiers internationaux. La France vie au-dessus de ses moyens... raison de son surendettement...
Réponse de le 31/01/2013 à 13:55 :
Bien sur que l'état paie mais en s'endettant et il faudra rembourser et si par malheur les taux augmentent il ne pourra plus payer.
a écrit le 31/01/2013 à 10:20 :
Il y a donc 37 % de français 'inconscients qui ignorent la situation dramatique de l'état
Réponse de le 31/01/2013 à 10:32 :
Sapin a dis que ce n'était pas vrai, c'était juste une boutade! Quoi vous ne faites par partie de ces 37% à croire sur parole le gouvernement? :-)
Réponse de le 31/01/2013 à 11:52 :
La logique de gestion de l'État comme une entreprise, appliquée depuis une décennie, pour satisfaire les anti-fonctionnaires de base (soit disant trop payé, cher... Il faut bien des avantages non ? Qui viendrait y travailler si c'était pire qu'ailleurs ?) à mené l'État a son état de ruine actuel. Tout le monde veut être dans la moyenne et n'admet pas que la France ait des visions différentes de ces voisins, la société s'individualise mais lorsqu'il s'agît de donner des droits aux homosexuels certains se sentent pousser la citoyenneté et un devoir de contestation. Inconscient et assez désespéré par la bêtise générale je vais croire à un meilleur lendemain
Réponse de le 31/01/2013 à 12:36 :
Depuis des décénnies le budget de l'état a été construit sur des taux de croissance fausses et donc surestimé;pour compenser ce déficit on a emprunté et ainsi accumulé une dette irremboursable dans l'état actuel. Une question se pose : Qui est responsable? Dans notre pays le politique n'est responsable de rien - il passe a la caisse,à la suite de se débrouiller..n'en déplaise à Christian Barbier qui nous dit que les députés sont sou-payés!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :