Année 2012 très maussade pour le commerce extérieur tricolore

 |   |  417  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Certes, le déficit commercial n'a pas dépassé le record établi en 2011. Toutefois, à 67,2 milliards d'euros, il symbolise la perte de vitesse du made in France sur les marchés étrangers. Les exportations se sont essoufflées malgré le niveau relativement faible de l'euro.

C'est une bien maigre consolation. En 2012, le déficit commercial s'est élevé à 67,2 milliards. Etabli à 74,2 milliards, le record de 2011 n'a pas été battu malgré une envolée de la facture énergétique. L'année dernière, celle-ci a augmenté de 7 milliards à 69 milliards.

Malgré ces chiffres absolument désastreux, qui symbolisent la perte de vitesse de l'industrie tricolore depuis le début des années 80, le gouvernement tente de sauver les apparences.

Un pari audacieux

« Ces chiffres, en nette amélioration pour la première fois depuis 2009, s'expliquent par une croissance des exportations françaises (+3,2%) couplée à une stabilité de nos importations (+1,3%) », explique Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur qui s'est fixé pour objectif d'équilibrer la balance commerciale des produits manufacturés à la fin du quinquennat.

En effet, si la ministre se réjouit de la croissance des exportations, elle a sans doute oublié que celles-ci avaient bondit de 8,4% l'année précédente... Pourtant, les entreprises françaises ont pu bénéficier de la faiblesse de l'euro face au dollar pendant une bonne partie de l'année.

Le Grand large ne fait plus peur aux entreprises

Un point positif est toutefois à noter. « En 2012, le principal soutien à la croissance des exportations vient des pays tiers (+8,1 %, après +8,8 %), alors que les ventes ralentissent fortement vers l'Union européenne (+0,3 %, après +7,2 %). Vers l'UE, les ventes s'essoufflent vers l'Allemagne, ainsi que vers les nouveaux entrants (NEM) et fléchissent vers les pays de l'Europe du Sud. S'agissant des pays tiers, les exportations accélèrent fortement vers les Etats-Unis, dans un contexte de vigueur de l'activité et de dépréciation de l'euro face au dollar en moyenne sur l'année. Elles sont également très dynamiques vers l'Asie, grâce notamment au bond des livraisons aéronautiques », observent les Douanes.

En revanche, les ventes marquent le pas vers l'Afrique, en particulier celles de produits agricoles et aéronautiques. Le repli se poursuit vers le Proche et Moyen-Orient, principalement vers l'Iran.

L'aéronautique et le spatial à l'affiche

Sur le plan sectoriel, les livraisons aéronautiques et spatiales rebondissent, affichant un bond de 18,3 %, après une quasi-stabilité de +0,6 % en 2011. Les exportatins de produits pharmaceutiques, qui représentent l''essentiel des ventes de produits de santé augmentent de 13,1% après un repli de 6,6% en 2011.

Parmi les secteurs en perte de vitesse, citons, sans surprise, l''industrie automobile dont  les ventes ont reculé de 5,1%, après avoir augmenté de 6,2 % en 2011.

Petit rappel, le dernier excédent commercial remonte à 2002. Il s'élevait à 3,5 milliards d'euros.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2013 à 6:39 :
à part des bouteilles de vin,airbus (avec les allemandes) missiles,et chanel 5,rien ne sort plus
de France.Tout est fabriqué à l'etranger et labelisés " made in France " c'est de l'arnaque trés
mais trés tolerée.Il faut agir comme les allemandes,sans pitié et avec cinisme.C'est une des
solution plus à la portée de la France.Le contraire c'est disparaitre du marché.
a écrit le 07/02/2013 à 17:27 :
comment voulez vous que notre déficite commercial baisse alors que personne ne veut acheter français car c'est cher. Si mêmes les français trouvent les produits français chers, alors que vont penser les pays importateurs qui on beaucoup moins de pouvoir d'achat que nous.
Réponse de le 07/02/2013 à 20:04 :
Le problème n'est pas que les produits français sont chers, mais que le rapport qualité/prix ne joue pas. Pourquoi la Suisse a un excédent commercial avec une Franc suisse qui a augmenté de 30 % en 6 mois en 2011.
a écrit le 07/02/2013 à 17:23 :
Les jeux sont faits ! Je lis "pessimisme ambiant" il va falloir distinguer le "pessimisme" du "réalisme" tant que l'on fera les autruches et que la catastrophe est appelée pessimisme alors tout va continuer à exploser. Je ne suis pas certain que tout le monde se rende bien compte de la situation ?! Par contre le jour ou on parlera de "réalisme" et que l'on fera quelque chose alors peut-être que l'on verra un peu plus de lumière, mais ce n'est pas pour demain, la France n'est plus qu'un musée nostalgique, si on écoute BFM et qu'on reste en France il est clair qu'on se prend pour des cadors !
a écrit le 07/02/2013 à 14:39 :
Le commerce exrerieur de nos voisins tricolores avec 150ME d'excedent en moyenne est depuis des decennies dans le vert. Bravo l'Allemagne.Par contre pour les francais malgre un euro plus faible qu'actuellement, les exportations sont en berne. Je crains que rien ne change a court terme.
a écrit le 07/02/2013 à 14:25 :
Même si on regresse un peu, notre pays regorge d'activité et tout est encombré, surchargé chaque jour dans toutes le villes de France. Par contre il faut s'habituer à un peu de décroissance et à 10/20 % de chômeurs irréversible.Tout le reste n'est que comptabilité subjective.
a écrit le 07/02/2013 à 14:21 :
titre: Balance commerciale : "les perspectives d'exportation pour 2013 sont mauvaises"; un déficit après un autre, et 2013 pourrait être une nouvelle année record.
a écrit le 07/02/2013 à 14:01 :
Il y a quand même un peu d'optimisme à avoir : croissance des exportations, orientation vers les pays tiers, et ceci pendant deux années d'affilée. Cela peut marquer un début de changement. Par contre, la baisse des importations n'augure rien de bon.
Réponse de le 07/02/2013 à 16:00 :
Si on veut réduire son déficit extérieur, il faut bien baisser ses importations ! l'Allemagne l'a fait en réduisant les salaires. Ce n'est pas toujours catastrophique de consommer un peu moins ou un peu plus français !
a écrit le 07/02/2013 à 13:54 :
Quant l'industrie automobile plonge, c'est le début de la fin...
a écrit le 07/02/2013 à 13:52 :
vous utilisez une image (Reuters) d'Airbus qui est vieille de plusieurs années ! le logo et les couleurs ont bien changé depuis... allez faire un tour sur www.airbus.com, vous y trouverez plein de belles images et photos.
thomas,
(un fier employé d'Airbus)
a écrit le 07/02/2013 à 13:16 :
Hé. Hé... Je vous avais prevevenu...plus personne n'écoute la France! Sarko vous a entubé ds les grandes largeurs. Pas un contrat export signé depuis 5 ans malgré ses gesticulations pathétiques. Du vent, de l'air, un pet sur une toile cirée...et maintenant la faillite! :)
a écrit le 07/02/2013 à 13:05 :
Au moins Mr Piliu ne rentre pas dans logique qu'un mauvais chiffre, lorsqu'il devient légèrement moins mauvais, ne soit plus mauvais. Effectivement le déficit commercial est mauvais. Le problème est ailleurs, il y a sytèmatiquement confusion à propos des déficits. Un pays peut être en excellente santé économique et avoir en permanence, année après année un déficit commercial. Tant que le surplus d'importation est correctement financé, il n'y pas de soucis. Mais lorsque tous les autres indicateurs possibles et imaginable sont au rouge, ce déficit devient "mauvais", il indique le manque de compétitivité des acteurs économiques. Par contre un déficit permanent et grandissant du budget d'état, des caisses sociales, d'assurances chômage met en péril l'avenir d'un pays.
Réponse de le 07/02/2013 à 16:45 :
Oui tout à fait, c'est le principe comptable de la balance des paiements qui comprend en principe différents comptes/soldes. Dans le cas de la France, seul le tourisme est au vert, le reste au rouge ce qui entraine un besoin de financement énorme. Le financement du système social, c'est la cerise sur le gateau!
a écrit le 07/02/2013 à 12:55 :
Ce qui faut surtout retenir, c'est que le déficit commercial a diminué. Le reste n'est qu'à l'image du pessimisme ambiant à la mode.
Réponse de le 07/02/2013 à 14:43 :
Si le déficit commercial a diminué c'est dû à moins d'importations et pas à plus d'exportation. C'est pas vraiment une bonne nouvelle : il est probable que les français consomment moins se qui compense la baisse des exportations. Mais la consommation est justement le dernier moteur de l'économie française, si là aussi ça baisse, ça sent le sapin.
Réponse de le 07/02/2013 à 15:07 :
Je suis tout à fait d'accord avec vous. Si les exportations augmentent c'est bon, si les importations ont baissé pas grave, on sait déjà par les douanes, que les produits raffinés (gasoil), les voitures, l'electronique et l'électroménager, les boissons étrangères ont été moins importés cette année qu'en 2011. Ceci n'est pas une perte pour la France, moins de gasoil a été consommé, et de plus les produits qui ont chuté en importation sont fabriqués à bas coût à l'étranger donc défavorise la balance commerciale. Par contre l'Allemagne a vu ses exportations baisser de 3,4 % et là personne n'en parle.
Réponse de le 07/02/2013 à 23:27 :
@aka:
"Si le déficit commercial a diminué c'est dû à moins d'importations et pas à plus d'exportation"
Faux: Les importations n'ont pas baissé, elles augmentent: +1.3%

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :