Cour des Comptes : les dépenses pour lutter contre la maladie d'Alzheimer doivent être mieux contrôlées

 |   |  404  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Pour lutter plus efficacement contre la maladie d'Alzheimer, la Cour suggère notamment de mieux évaluer et contrôler les dépenses engagées, d'achever la construction d'un parcours de soins et de créer de nouveaux dispositifs de prise en charge à domicile ou à l'hôpital.

Malgré la mise en ?uvre successive de trois plans de santé publique spécifiques depuis 2001, la lutte contre la maladie d'Alzheimer peut encore être améliorée estime le rapport annuel de la Cour des comptes présenté ce mardi au public. En France, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) estime que 860.000 personnes sont aujourd'hui atteintes de la maladie d'Alzheimer ou d'une maladie apparentée. Au-delà de 75 ans, l'affection touche environ 13% des hommes et 20,5% des femmes.

Un coût mal évalué

Cette amélioration d'autant plus souhaitable que le coût de ces efforts reste élevé et mal contrôlé. «Les deux premiers plans n'ont fait l'objet d'aucun chiffrage prévisionnel global lors de leur lancement ni non plus, à leur expiration, d'évaluation précise de l'effort supplémentaire qu'ils ont représenté. Aucun bilan formalisé du plan 2001-2004 n'a été réalisé. Pour la période 2004-2007, le bilan produit est resté succinct et ne chiffrait pas systématiquement le coût final des actions entreprises. Sur le plan financier, la dépense principale qui est à rattacher à ce deuxième plan est la reconnaissance de la maladie d'Alzheimer comme affection de longue durée: les prises en charge à ce titre par l'assurance maladie, tous régimes confondus, de 2,6 milliards d'euros en 2007, ont atteint 2,9 milliards dès 2010. Le troisième plan a, au contraire, affiché dès le départ une enveloppe financière de 1,6 milliard sur cinq ans dont 226 millions pour le volet sanitaire et 192 millions pour la recherche, le volet médico-social représentant 1,2 milliard», détaille le rapport.

Mieux évaluer les traitements médicaux

Pour mieux contrôler ces dépenses, pour mieux chaîner le parcours de soins entre les différents acteurs, pour mailler celui-ci plus étroitement dans les territoires, pour mieux prendre en charge à domicile ou à l'hôpital les patients, plusieurs recommandations sont formulées parmi lesquelles procéder à l'évaluation méthodique des nouveaux dispositifs de prise en charge avant d'envisager leur reconduction et leur pérennisation, réaliser une évaluation médico-économique rigoureuse des médicaments pour traiter la maladie d'Alzheimer. La Cour propose aussi de faire strictement respecter par la totalité des consultations mémoire l'obligation de documenter la Banque nationale Alzheimer et en cas de lancement d'un nouveau plan Alzheimer, en d'organiser un suivi financier précis selon une méthodologie commune aux diverses administrations concernées.*

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2013 à 3:33 :
il faudrait rappeler à rocard l'existence de prise en charge
a écrit le 12/02/2013 à 11:47 :
Depuis 10 ans, je prends en charge ce type de patients, en tant qu'orthophoniste. cela retarde indiscutablement les effets de la maladie, et à cinq ans, certains de mes patients ne se sont pas dégradés. mais cela dépend de chaque malade, certains se détériorent quoi que l'on entreprenne. Nous ne guérissons pas cette affection neurologique. Cela coûte très cher, en effet. Faut-il cesser ces prises en charge? A la cour des comptes de rendre son verdict.Et à la société de répondre, vaste débat qui n'est pas uniquement économique, mais éthique, philosophique, humain: accompagner ces personnes et leur famille, ou les jeter à la poubelle parce qu'ils coûtent trop cher? Aïe! Il faut réfléchir....
Réponse de le 12/02/2013 à 12:01 :
vous savez, c'est triste à dire, et aie! c'est sûr, que c'est difficile, mais certains veulent se débarasser gentiment des "vieux", et retraités, sur le forum, alors on peut se demander quelles seraient leurs véritables appréciations sur le sujet........, !! ils coutent chers", voyez vous, on peut déjà déceler une petite approche, au vu des commentaires !
Réponse de le 12/02/2013 à 14:07 :
les bons sentiments n'empechent pas de s'inquieter de la bonne utilisation des fonds. Perso je trouve bien de s'occuper de tous les vieux et pas uniquement des "Alzheimer" et je regrette cette tendance actuelle à faire des plans pour un type de maladie avec des réseaux qui sont surtout pretexte à dépenser n'importe comment mais qui font "serieux".
Réponse de le 12/02/2013 à 17:18 :
D'où sort l'affirmation de l'utilité de l'orthophonie ? S'agit il simplement de l'avis des orthophonistes ou est ce une évaluation indépendante menée de manière rigoureuse ?
a écrit le 12/02/2013 à 11:41 :
...et allez ! contrôles, contrôles, mais ue font ils des contrôles des super nantis, à commencer par le gouvernement, et tout ce qui va avec ! dégoûté à un point !! inimaginable!
Réponse de le 12/02/2013 à 18:37 :
Le social, c'est trop souvent beaucoup de bons sentiments sur des questions graves et peu d'efficacité... Mais ça rassure de faire qque chose même si ça ne sert à rien...
a écrit le 12/02/2013 à 11:35 :
le pb ici c'est qu'on ne se souvient plus de combien on a depense...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :