Sept cadres sur dix pour une plus grande flexibilité du contrat de travail

 |   |  188  mots
Copyright Reuters
Selon un baromètre Ifop-Cadremploi, 70% des cadres estiment que les recrutements seraient facilités par une plus grande flexibilité des contrats de travail. Mais seuls 35% d'entre eux seraient prêts à changer de contrat pour un CDI plus flexible.

Alors que la loi sur la sécurisation de l'emploi, qui instaure notamment une plus grande flexibilité pour les entreprises, sera présentée en Conseil des ministres le 6 mars, 70% des personnes interrogées estiment que cette plus grande souplesse permettra de favoriser l'accès à l'emploi, selon un baromètre Ifop-Cadremploi publié lundi. Pour les cadres du secteur du commerce et ceux du BTP, la proportion grimpe à 75 et 77%.

La moitié souhaite une augmentation de salaire

Toutefois, une grande majorité (65%) d'entre eux refuserait de changer de contrat de travail pour un CDI flexible, avec temps de travail et rémunérations variables. La proportion est encore plus élevée pour les cadres des entreprises de plus de 5.000 salariés (73%) et ceux de l'administration (75%).

Plus globalement, 68% des cadres se disent optimistes pour leur emploi ou leur recherche d'emploi, 4 points de moins qu'en juin dernier. Mais seuls 14% jugent favorables les perspectives pour le marché de l'emploi en général. La moitié (51%) réclamera malgré tout une augmentation en 2013. Près de 4 sur 10 (38%) envisagent un changement d'entreprise, un chiffre stable. Et plus d'un tiers (39%) l'envisagent pour avoir un salaire plus élevé.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2013 à 17:02 :
1) C'est bien connu : ce qui est assez bon pour les autres ne l'est jamais vraiment pour soi, hein...
2) Alors que depuis des lustres la majorité des recrutements se fait sous contrats précaires, on se demande bien en quoi ça a amélioré le marché du travail ?
3) La vice-présidente de l'Ifop est Laurence Parisot, patronne du Medef.
Bravo, le bourrage de crânes !
a écrit le 18/02/2013 à 14:21 :
Le sondage dit que les cadres pensent que la flexibilité faciliterait les recrutements. Le titre en déduit que les cadres sont 'POUR' la flexibilité. La déduction implicite est le fait du journaliste. Pour ensuite constater que les cadres ne voudraient pas changer leur contrat de travail. Un titre accrocheur ...mais rien à voir avec le sondage.
a écrit le 18/02/2013 à 14:10 :
On est pas capable de faire de la croissance, il faut assurer le renouvellement des générations.
a écrit le 18/02/2013 à 14:04 :
' not in my backyard'; de la flexibilite, oui, mais chez les autres... soit tt le monde y va, soit personne ( et ca ira ou ca ira)
Réponse de le 18/02/2013 à 15:35 :
@churchill: c'est la réaction typiquement française "on veut bien, mais pour les autres" :-) et ce manque d'acceptation de ses propres responsabilités est le gros problème de la France actuelle. C'est toujours la faute des autres et on peut faire des changements, mais seulement pour les autres !!!
a écrit le 18/02/2013 à 13:55 :
Ils sont trop drôles les cadres, ils sont pour la flexibilité, mais pas pour eux-mêmes, or ce qu'on attend d'un cadre c'est de montrer l'exemple.
A l'image d'un François 1er disant :«Qui m'aime me suive! », ou les officiers Israèliens attaquant en avant de leurs troupes.
De toute façon au maximum seulement un cadre sur deux est utile à l'entreprise, il sert seulement à compenser les erreurs de management de la direction.
a écrit le 18/02/2013 à 13:06 :
A voir les commentaires des internautes, on comprend que les Francais vont devenir pauvres. Ils font tout pour .A croire, qu'ils le veuillent !
a écrit le 18/02/2013 à 11:41 :
Quelle mentalité ignoble, et ce sont eux qui encadrent les autres salariés. On comprend que les conditions faites aux jeunes soient aussi dégradées.
Réponse de le 18/02/2013 à 15:14 :
Flexibilité = kleenex! lkes jeunes ne sont pas au bout de leurs peines, mais apparemment, tellement de Français sont pour...alors...!
a écrit le 18/02/2013 à 11:16 :
Belle mentalité, l'on comprend mieux pourquoi ces gens là sont les + exploités du monde du travail, avec une telle solidarité y'a pas photo. Et la flexibilité n'a jamais crée des emplois, sinon depuis le système des 35 heures ça se saurait... Seuls les actionnaires en ont bénéficié financièrement... !
Réponse de le 18/02/2013 à 13:04 :
Cela se sait ! Partout dans le monde, ou il y a plus de flexibilité, il y a moins de chômage.
Car "no fire, no hire ". Un employeur qui ne peut licencier facilement, n'embauche pas . C'est pourtant facile à comprendre. Même à Cuba, ils commence à comprendre.
Réponse de le 18/02/2013 à 15:03 :
Eviter de prendre ses désirs pour des réalités, partout en Europe, comme ailleurs ce n'est pas le cas... La flexibilité est appliqué dans les groupes partout dans le monde, et en France de même et à outrance, de jour comme de nuit, et ceci encore plus depuis la mise en place des 35 heures... ! Plus de flexibilité n'a pas empêché les vagues de licenciements, et demain cela n'ira qu'en s'accentuent. Eviter de réfléchir avec les médias comme seul et unique cerveau... Et s'intéresser de plus prêt à la réalité du terrain, serait beaucoup plus vital pour l'avenir de notre industrie, et non pas pour celui des seuls profiteurs de cette politique inhumaine... !
Réponse de le 18/02/2013 à 15:30 :
Un employeur qui peut licencier facilement n'embauche pas... Cela est prouvé partout dans le monde, et particulièrement en Espagne, en Italie, au Portugal...etc... etc... La flexibilité n'a jamais rempli un carnet de commandes. Et les profiteurs n'ont jamais été les payeurs... Merci d'avoir une réflexion plus réaliste du terrain svp et non calquée sur ce que vous entendez...
Réponse de le 18/02/2013 à 17:18 :
+ 100
a écrit le 18/02/2013 à 11:03 :
Il est interessant de voir que La Tribune utilise une image de la ville de Frankfurt pour un article sur un sujet purement Francais. Intentionelle?
a écrit le 18/02/2013 à 10:38 :
Bref, on veut :
- de la flexibilité pour les autres, les jeunes notamment
- de la sécurité pour nous, en place
- des augmentations de salaires, pour nous

La situation, c'est :
- radieux pour nous, en sécurité
- sombre pour le reste du monde, en précarité

Ce n'est pas vraiment l'esprit de conquête et de remise en cause des privilèges qui dominent visiblement.
a écrit le 18/02/2013 à 10:28 :
C est un sondage fait à la sortie de pole emploi, c est du delire. 10 cadre sur 10 ont peur de perdre leur travail, pas besoin de sondage pour dire la verite
a écrit le 18/02/2013 à 9:04 :
Bien sur , ils sont pour la flexibilité pour les autres mais par pour eux mêmes, c'est triste ces articles , enfonçant les portes ouvertes, et qui manipulent l'info!! Le sondage peut être aussi résumé , sur le titre en disant que 70% des cadres refusent la flexibilité
a écrit le 18/02/2013 à 8:40 :
Quel tapis d'inepties. Pourquoi ne pas baisser aussi leur très haute rémunération à ces chers messieurs. Quand on est dans un logement on l'occupe le mois entier le loyer il est plein pot et pas en intermitent. Bonjour l'exclusion et les futurs nouveaux pauvres avec cette loi du 11 janvier si elle pense en l'état. C'est du pain béni pour tous les tauliers qui vont licencier par camion.
Réponse de le 18/02/2013 à 15:17 :
eh! oui, mais bon, certains disent que c'est ce qu'il faut pour pouvoir réactiver" le boulot...pas si sûr, pour les ouvriers.......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :