Les études et les congés maternité mieux pris en compte dans le calcul des retraites

 |   |  229  mots
Les congés maternités seront mieux comptabilisés dans le calcul des montants des retraites / Reuters
Les congés maternités seront mieux comptabilisés dans le calcul des montants des retraites / Reuters (Crédits : Reuters)
Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales a réaffirmé, ce jeudi, la volonté du gouvernement de mieux tenir compte de l'allongement des études, des congés maternités et des périodes de chômage dans le calcul des montants des retraites.

Les congés maternités, les études et les périodes de chômage seront mieux comptabilisés dans le calcul des montants des retraites pour les personnes ayant commencé à travailler jeunes, a rappelé, ce jeudi 29 août, la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, lors d'une réunion avec des retraités à Lille.

"Dans le cadre du décret (...) qui permet à des hommes, des femmes qui ont commencé à travailler jeunes de partir avant 62 ans, il sera désormais compté pour valider les droits deux trimestres supplémentaires de chômage" et "l'ensemble des trimestres que les femmes ont interrompus pour leur maternité", a-t-elle expliqué.

>> Voir notre infographie : Quand allez vous prendre votre retraite ?

1.000 euros d'aides par trimestre racheté

La ministre a notamment indiqué que tous les trimestres d'apprentissage seront pris en compte. Ce matin sur France Inter, Marisol Touraine avait déjà précisé que les étudiants bénéficieront d'une nouvelle aide de 1.000 euros pour chaque trimestre racheté afin de compléter leur durée de cotisation, dans la limite de quatre trimestres. Soit 4.000 euros au total. Seul hic: ce rachat devra se faire entre 5 et 10 ans après la fin des études.

La réforme des retraites, présentée mardi soir par Jean-Marc Ayrault, prévoit un allongement de la durée de cotisation à 43 ans en 2035 pour les personnes nées à partir de 1973.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2013 à 23:15 :
Le continent sauvage en maternité, les minutes passent, les secondes restent, les heures s'allongent et le tout (le résultat) est là.
a écrit le 31/08/2013 à 11:20 :
Il faut taxer le 2ème enfant.
a écrit le 30/08/2013 à 20:34 :
Un nouvel écran de fumée pour ponctionner et baisser les pensions des prochaines générations.
a écrit le 30/08/2013 à 12:08 :
Pensez à vivre avant de penser à la retraite.
a écrit le 30/08/2013 à 11:29 :
Je suis apprentis, mais je trouve que la décision de compter les études en apprentissage dans la retraite est abusive. On passe 1/3 du temps en cours, il est donc normal que tous les trimestres ne soit pas comptés. Faut pas vouloir le beurre et l'argent et du beurre.
Réponse de le 30/08/2013 à 16:05 :
même si vous passez 1/3 de votre temps en cours , vous méritez qu'on s'intéresse à vous !! les salariés ont aussi des périodes de formation permanente et des droits pendant ces périodes ! ne vous sous-estimez pas ! et bonne chance.....
a écrit le 30/08/2013 à 10:44 :
Je suis consternée par les remarques concernant la prise en compte des congés maternité dans le calcul de la retraite. Il faudra peut-être penser à intégrer dans ce type de raisonnement franchement macho que sans enfants, le contrat de génération serait déjà rompu depuis bien longtemps !! Par ailleurs, on sait bien que les femmes sont pénalisées dans leurs évolutions de salaires justement en raison des maternités ... il faut peut-être éviter la 'double peine' systématique !
Réponse de le 30/08/2013 à 11:01 :
@Ecopote92. Pourquoi est on macho dès lors que l'on parle de bon sens ?? Il faut juste rappeler que la retraite (comme la maladie ou la branche famille) sont des mécanismes d'assurances. En conséquence, pour la retraite, la pension est censé refleter une période de cotisations (pour le privé en tout cas). Le gouvernement actuelle (et même avant, la droite) a réussi à faire passer l'idée que l'on doit corriger par la retraite les inégalités sociales ou professionnelles... Il y a d'autres politiques pour ça. Et pour les femmes avec enfants, il existe des mécanismes publiques et une politique sociale. De surcoit, les femmes vivent déjà plus longtemps que les hommes et bénéficient donc, sur le long terme, d'une retraite proportionnellement plus avantageuse si on la rapporte à la période de cotisations. Arrêtons de tout mélanger
Réponse de le 30/08/2013 à 11:47 :
HEY JOE: Ces mesures sortent des conclusions d un rapport étayé et fourni, à vocation sociale et égalitaire, pas d un bons sens phallocratique qui serait la bonne voie pour continuer à discriminer les femmes. C'est Vous qui confondez allégrement « bon sens » et opinion libérale bien arrêtée
On peut y relever que pour femmes, le départ à la retraite se fait dans des conditions bien plus difficiles. Les interruptions de carrière, bien plus fréquentes dans leur parcours professionnel que dans celui des hommes ont un impact sur le nombre de trimestres validés (malgré certains mécanismes de compensation), et par conséquence sur la décote, « double peine » appliquée en cas de nombre de trimestres validés insuffisant, ainsi que sur le coefficient de proratisation Elles partent plus tard à la retraite : 25 % des femmes prennent leur retraite à 65 ans ou plus contre 15% des hommes. Les écarts de retraites entre femmes et hommes sont de 42 % La pension moyenne des femmes n est que de 930 euros pour les droits propres (retraite de base + complémentaire) contre 1600 euros pour les hommes Presque 1 retraitée sur 3 touche une pension totale inférieure à 700 euros. La moitié des retraitées touche une pension inférieure à 1000 euros. 2 retraités pauvres sur 3 sont des femmes. Nous sommes déçues, les mesures annoncées sont extrêmement en-deçà des attentes et ne permettront pas de réduire les écarts de pensions entre les femmes et les hommes., cela devrait vous rassurer
Réponse de le 31/08/2013 à 11:04 :
Joe n'a pas tort. Après tout, certaines femmes au foyer se plaisent à la maison. Vouloir corriger les pertes de revenus dues à une période volontairement non travaillée, c'est plus le rôle de la politique familiale, ce qui existe déjà puisque la CAF cotise pour les femmes. Il existe des femmes au foyer qui n'ont pas d'enfants à élever, elles toucheront la pension de réversion de leur conjoint, on pourrait aussi dire qu'elles ont sacrifié leur carrière pour s'occuper d'un homme et de son intérieur à temps plein et qu'elles ont le droit à une retraite complète...
a écrit le 30/08/2013 à 9:48 :
Evidemment ce n'est pas dans le (bon) sentiment larmoyant ambiant, mais je suis contre permettre de compter les congès mater à l'infini. Ca rapporte quoi à la collectivité de payer (en plus des allocs) pour ceux qui ont par choix 12 enfants ? Sans compter, effectivement, l'espérance de vie bien plus importante (qui justifierait de ne pas compter de congès mater du tout comme solution simple et non discriminante) ...
Réponse de le 30/08/2013 à 14:05 :
Et vous vous avez un un Pénis que nous n'avons pas c'est aussi très discriminant
Mais à bien réfléchir je préfère ne pas en avoir et jouir de celui de mes amants , ils ne m'ont jamais déçu et savent comprendre ma nature biologique pour mon plus grand plaisir.
Au fait majoration de pension de 10% bénéficie actuellement essentiellement aux hommes Pour avoir des arrêts de travail pour maternité et une retraite cotisée,il faut travailler, avec 12 enfants à élever contentez vous de la minuscule retraite de mère de famille ou embaucher des assistantes maternelles en 3/8
a écrit le 29/08/2013 à 23:07 :
Pyramide de Ponzi, inutile de calculer et faire des plans sur la comète !! L'arnaque saute aux yeux, le système des retraites est basé sur les revenus, qui régressent depuis les années 70 (augmente moins vite que l'inflation), augmentation du nombre des retraités 60 % entre 2005 et 2050. Le nombre des cotisants, plus 10 % environ pendant la même période. Les jeunes attendent la prochaine réforme qui ne saurait tarder pour satisfaire les retraités « passez la monnaie...passez la monnaie » .
http://www.observatoire-retraites.org/index.php?id=101 
http://www.challenges.fr/economie/20120214.CHA2181/en-france-les-salaires-n-augmentent-plus-aussi-vite-que-l-inflation.html
a écrit le 29/08/2013 à 20:24 :
Une injustice de plus alors que les femmes vivent plus longtemps que les hommes. Et les hommes qui prennent un congé pour élever leurs enfants y auront 'ils droit ?
Réponse de le 30/08/2013 à 13:33 :
Drôle d analyse de l égalité En 2009 les hommes retraités percevaient en moyenne une retraite mensuelle de 1 749 ? et les femmes de 1 165 ?, soit un écart tout juste d un tiers de tout juste Réduire cet écart a l horizon 2029 n a rien d une injustice Modes de garde, congé parental : c est seulement les mères qui portent le poids économique de la parentalité. En juin dernier, l INSEE rappelait que plus d une mère sur deux interrompt ou réduit son activité professionnelle après l arrivée d un enfant. Ce n est le cas que d un père sur neuf.et je rappelle que sous sa forme actuelle la majoration de pension de 10% « bénéficie essentiellement aux hommes », alors qu elle devrait par la suite « elle bénéficiera principalement aux femmes, premières concernées par les interruptions d activité. »
a écrit le 29/08/2013 à 19:33 :
mieux tenir compte de l'allongement des études pour les personnes ayant commencer à travailler jeune ... c'est à dire n'ayant pas fait d'études
Réponse de le 29/08/2013 à 20:17 :
Il y a des jeunes qui suivent leurs études à l'université et qui travaillent en parallèle. Allez chez McDo voir ces jeunes qui bossent.
Réponse de le 29/08/2013 à 20:26 :
Et ceux qui sont en apprentissage.
a écrit le 29/08/2013 à 19:27 :
Que les parents assument leur désir d'enfants! Pourquoi pénaliser tous les français pour les baby-boomers? Combien cela va coûter sur les salaires et le pouvoir d'achat des français?
Réponse de le 29/08/2013 à 20:18 :
Eh ouais mon pote, mais comme t'as perdu le mode d'emploi, tu peux pas savoir...
a écrit le 29/08/2013 à 17:45 :
Valider "l'ensemble des trimestres que les femmes ont interrompus pour leur maternité", ça va coûter combien ? La période n'est elle pas aux économies ??? Je pensais qu'il y avait déjà d'autres mécanismes d'assurance pour ça. Je suis sans doute un peu basique, mais je trouve ça anormal dans la mesure où la période de maternité n'est pas travaillée et que celle ci relève d'un choix personnel.

Réponse de le 30/08/2013 à 11:12 :
Le système de retraite est intergénérationnel, et la démographie et la natalité en sont les piliers , les mères sont donc les actrices principales et sont normalement reconnues par notre système social , les pères aussi d'ailleurs ...Sinon votre système d'assurance il faudrait commencer par l'appliquer à vous même c'est le principe de l?épargne retraite , c'est la que réside le choix ...Passer d'une politique familiale et solidaire à une politique individuelle ultralibérale...Il vaut mieux dans ce cas bien gagner sa vie. Laissons parler la démocratie pour la suite à donner....
a écrit le 29/08/2013 à 16:56 :
Je lis que ces mesures sont "pour les personnes ayant commencé à travailler jeunes" ? C'est_à-dire ? Peut-on préciser ?
Réponse de le 29/08/2013 à 20:20 :
T'inquiètes pas. Ce n'est pas rétroactif.
Réponse de le 30/08/2013 à 14:54 :
Si paulette, puisque les mesures s'applique au décret de 2012 permettant de partir à 60 ans en ayant les cotisations requises et donc ayant travaillé de fait jeune ( le décompte peut être plus favorable) . Pour les autres il faut que la loi soit voté en septembre.
a écrit le 29/08/2013 à 16:23 :
Si valider d autant de trimestres que de périodes de 90 jours de congés maternité va dans le bon sens. Étendre cette majoration aux familles dès le premier enfant et non pour les seules familles de trois enfants serait également un progrès. Mais agir uniquement sur les droits familiaux et sur les petits temps partiels est largement insuffisant. Si la baisse du quota d heures nécessaires pour valider un trimestre (passage de 200 à 150 heures SMIC de cotisation) et le report des cotisations non utilisées pour valider un trimestre sur l année suivante sont des mesures importantes pour les salarié-e-s à temps partiel, elles doivent être accompagnées de dispositifs visant à réduire le nombre de femmes en temps partiel subi. 85% des emplois à temps partiels sont occupés par des femmes, ce qui veut dire salaires partiels et retraites partielles. Une surcotisation à la charge des employeurs permettrait de diminuer le nombre global d emplois à temps partiels. Aujourd hui, 40 % des femmes ne peuvent partir à la retraite à taux plein, contre 23 % des hommes. Cette mesure est d autant plus pénalisante qu est maintenu le système de la décote qui leur est particulièrement préjudiciable : en effet, les femmes subissent en moyenne une décote plus importante que les hommes, avec 12 trimestres pour les premières contre 9 pour les seconds.
a écrit le 29/08/2013 à 16:06 :
Ils se fichent de nous ! 5 à 10 ans après les études, quel jeune va pouvoir se payer cela durant les premières années à part quelques haut cadres ?
Réponse de le 29/08/2013 à 16:55 :
Je trouve ça court aussi comme délai. Et c'est pas valable pour les gens nés comme moi en 1980... Pourtant je vais subir l'allongement de la durée de cotisation.
Réponse de le 29/08/2013 à 22:32 :
Je pensais la meme chose, ne en 1980, j ai un peu plus de 10 ans de cotisation et un bac+5, le nombre d'annees ne cesse d'augmenter donc la retraite vers 65 ans au tarif actuel plus probablement 67 et surtout quel montant? va falloir compter sur la retraite minimum; aujourd'hui je paye pour les retraites actuelles plus un supplement pour le deficit.
Réponse de le 30/08/2013 à 11:01 :
Faisons un petit calcul d'ordre de grandeur: prenons un enseignant certifié (je n'en suis pas eu mais c'est un ordre d'idée puisqu'il y en a un bon paquet en France, qui représente donc un bon paquet de la classe moyenne du pays). Il fait désormais fait 5 ans d'études après le bac. Il touche à 26 ans en moyenne de l'ordre de 1800 euros (c'est un ordre de grandeur...)

Le rachat de trimestre d'étude lui coûte au minimun 1300 euros le trimestre.
Cela fait donc 1300x4x5 euros. A ceci on peut déduire 4000 euros au maximum, d'après notre bon agrégé d'allemand.
Il doit donc se débrouiller pour récuperer (1300x4x5-4000)/(12x5) chaque mois sur 5 ans...
, ce qui fait 366 euros...

Faisons rapidement un ordre de grandeur de son budget: un loyer moyen en banlieue parisienne pour un celib est de l'ordre de 650 euros (il se contente d'un petit studio bien loin de paris...), 160 euros d'impot, 80 euros d'impot locaux, 200 euros pour sa voiture, 250 euros d'assurance, d'électricité, de gaz, d'abonnements divers au tel et à l'internet...
Mmm, cela nous fait : 650+150+80+200+250=1330 euros... Mmmm, il va être complique de faire rentrer les 366 euros dans les 1800-1330= 470 euros qui lui reste chaque mois...

Bon, donc des certifiés pauvres en fin de carrière, ça va se généraliser. Ou pas, si les gens ne font plus certifié...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :