Pierre Gattaz, passé (très) vite du patronat de combat au patronat de dialogue !

 |   |  602  mots
Le nouveau président du Medef, Pierre Gattaz, veut dialoguer avec le gouvernement
Le nouveau président du Medef, Pierre Gattaz, veut dialoguer avec le gouvernement (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Oublié le coté vindicatif qui avait marqué sa campagne pour succéder à Laurence Parisot. Pierre Gattaz, le nouveau président du Medef, veut engager un dialogue - ferme- sur tous les sujets avec le gouvernement: coût du travail, fiscalité, transition énergétique, etc.

Mais où est passé le " patronat de combat " cher à Pierre Gattaz au début de l'année quand il briguait le poste de président du Medef ? Maintenant qu'il est assis dans le fauteuil longuement occupé par Laurence Parisot, le même Pierre Gattaz s'évertue plutôt à représenter un "patronat de dialogue" avec le gouvernement. Certes, le nouveau président du Medef n' pas oublié ses fondamentaux. Il juge même la situation grave pour les entreprises françaises avec « des carnets de commandes qui ne s'améliorent pas et une rentabilité parmi les plus faibles d'Europe ». Il peste aussi sur la « surfiscalité » dont sont victimes les entreprises, ; il conteste la réforme des retraites " qui n'est pas une réforme " ; il craint beaucoup du projet de loi de finances 2014 et la création d'une taxe sur l'excédent brut d'exploitation (EBE) " qui va frapper ceux qui investissent ".

Pour autant, Pierre Gattaz reste serein. Pas question de voir les patrons manifester, " ce n'est pas le genre des chefs d'entreprise de descendre dans la rue ". Mieux, le nouveau président tend la main au gouvernement. Il est prêt à discuter sur tous les sujets, car nous sommes à la croisée des chemins".

Un Medef ouvert au dialogue...

Ainsi de la transition énergétique » qui doit être une formidable opportunité, un marché du futur créateur de dizaine de milliers d'emplois. Ne réduisons pas cette histoire à une simple augmentation des impôts ». Ainsi également de la fiscalité : "nous voulons discuter avec le ministre de l'Economie Pierre Moscovici d'une fiscalité pro-entreprises, c'est-à- dire, une fiscalité qui pèse sur le résultat réel, pas sur l'EBE. Avec le PLF 2014, les entreprises vont devoir encore payer 2,5 milliards d'euros supplémentaires, alors qu'il existe déjà 148 taxes. In fine, les entreprises françaises connaissent une ponction supérieure de 50 milliards d'euros à celle subie par les entreprises allemandes "… Certes, mais le  nouveau président du Medef oublie tout de même de préciser que les entreprises vont bénéficier d'un allègement de 4 à 5 milliards d'euro dans le budget 2014, du fait de la suppression de certaines mesures fiscales applicables en 2013.

lire aussi "Hollande et la fiscalité: le rendez-vous manqué"

Pour alléger le coût du travail....

Dialogue encore sur le coût du travail. Pierre Gattaz a rendez-vous le 23 septembre à Bercy "pour aller au-delà des 20 milliards d'allègements dus au crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) ". On sait que le gouvernement est prêt, en contrepartie de la hausse de la cotisation retraite, à discuter d'un allègement du coût du travail qui passerait par un transfert d'une partie des cotisations "politique familiale". Mais ce simple transfert ne satisfait pas Pierre Gattaz qui insiste sur la nécessaire baisse des dépenses publiques car il n'est plus possible "de dépenser 1.150 milliards d'euros par an". Et là aussi, il est prêt à faire connaître au gouvernement les propositions du Medef en la matière : non remplacement des fonctionnaires partant à la retraite, simplification du « mille-feuille » territorial, rationalisation des dépenses, etc.

lire aussi: "Coût du travail: les vrais raisons du problème français"

... et abolir les 35 heures

Last but not least, le Medef voudrait également avoir l'écoute du gouvernement sur la suppression des 35 heures et l'allègement du droit du travail. Pas certain qu'il soit entendu.

En revanche, une chose est sûre. Le Pierre Gattaz vindicatif de la campagne électorale pour la présidence du Medef, n'a plus grand-chose à voir avec le Pierre Gattaz élu qui pratique la politique d la main tendue… pour l'instant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2013 à 16:23 :
réponse ubuesque, incroyable : face à la proposition de la justice d'un régime unique, ce qui permet de faire 22 millairds de gains et donc d'augmenter les minimas, de simplifier et gérer de façon cohérente et homogène, donc une justice sociale, sapin répond que le régime unique ne doit pas être un dogme, donc il privilégie l'injustice des régimes différents, qui plus est profitant à ceux qui sont aux 35h quand les artisans, agriculteurs ont cotisé pour deux vies de travail (à 70h), donc il choisit l'injustice et l'antisocial des privilèges !! comment voulez vous dialoguer M Gataz avec des esprits sectaires, partisans, bornés, incohérents, antisociaux malgré l'étiquette trompeuse des idées??? ayez un discours clair sur la réalité factuelle, il ne faut pas ménager ces antidémocrates et destructeurs de la société !
Réponse de le 18/09/2013 à 18:52 :
on ne peut pas tout mélanger, les artisans et les agriculteurs ne cotisent pas assez quand ce n'est presque rien , c'est les cotisations des ouvriers du régime générale qui supporte ce coup d'où des petites pensions qui commencent a être servies pour beaucoup de gens ( 340 euros mois des 400 euros mois ) et pour les agriculteurs la barre c'est 700 euros et je ne vous parle pas des étrangers et des caravaniers et de ceux accrochés à l'assurance maladie pour obtenir un handicap . C'est pour cette raison qu'il aurait été judicieux que les bénéficiaires de la PAC remettent cet argent dans le pot commun.
Réponse de le 18/09/2013 à 21:20 :
désolé, mais un seul régime est non seulement possible pais la justice, ç apermet d'avoir un système homogène, cohérent et qui permet d'augmenter les retraites minables notamment des agriculteurs, artisans... dire qu'ils n'ont pas assez cotisé est déplacé puisqu'on a un système de répartition, on ne perçoit pas pour la passé mais pour le présent. quand à privilégier les fonctionnaires et régimes spéciaux à 35h dont la retraite moyenne est de 1700e par mois dans le public contre 1100e dans le privé (cour des comptes) , avec garantie de l'emploi, pas de stress, pas d'objectifs et dire que 600e pour un agriculteur qui travaille dur et 70h par semaines, pas de vacances...est d'une indécence inqualifiable
Réponse de le 18/09/2013 à 22:44 :
il faut mettre de l'argent dans la caisse si on veut qu'il y est un retour correct et pas rêver . ET chacun choisit son métier, faut pas se plaindre quand on se lève le matin à l'heure que l'on veut .
Réponse de le 19/09/2013 à 0:10 :
non, il faut enleber de la caisse la mauvaise dépense (cf C dans l'r de ce soir sur la sécu, des dizaines de milliersd d'économies sur le gaspillage) soit pour baisser les impôts et développer l'emploi, ou mettre cet argent économiser là où c'est efficace : aider les pme le poumom de l'emploi...en un mot, ce que fait chaque pme, ménage digne de ce nom : gérer, prioriser, arbitrer, décider et nom le laxisme politico-administratif : laisser filer la dépense, ne jamais mesure l?efficacité, ne rien arbitrer, ne rien remettre en cause, gaspillage max et donc on ruine le pays, on détruit l'emploi
Réponse de le 19/09/2013 à 0:16 :
ça ne sert à rien de mettre de l'argent dansla caisse quand pour aller au citoyen final, il doit alimenter grassement au passage plus de 5 millions de fonctionnaires, pas étonnant qu'il ne reste plus grand chose à l'arrivée !! d'où l'urgence de faire comme en suéde, supprimer les fonctionnaires, passer par des circuits courts et moins coûteux, et ça apréte l'usine à paperasse, normal ils justifient l'emploi : 11 000 articles dans le code du travail, 54 en suisse, et donc 15000 dans 3 ans,; 20 000 dans 5 ans !!! inapplicales, et tout à l'avenant, l'usine fantome qui produit l'inutile et qui nous coute la dette publique !
Réponse de le 19/09/2013 à 12:50 :
Je crois que vous avez une mauvaise connaissance de la gestion des différentes caisses , certaines n'ont rien avoir avec le régime générale donc les caisses des régimes spéciaux ont leurs propres prélèvements et ne prennent absolument rien dans celle du système générale qui a déjà fort a faire à payer des catégories sociétales
qui ne mettent aucunes contributions dans cette caisse , mais au final récupèrent au minimum 1080 euros ce qui n'est pas le cas pour l'ouvrier qui n'a pas assé cotiser peut avoir 400 euros et même moins si son conjoint à une retraite moyenne. Et je ne parle pas du cas des médecins car vous allez grimpez aux murs.
a écrit le 18/09/2013 à 16:08 :
les imbroglios actuels et taxes à fond sur tout les domaines sans aucune logique détruisent tout : pouvoir d'achat, compétitivité, emploi, on ne peut que s'enfoncer encore plus. Supposons que le ministère des sports soit financé par les médailles rapportées, est ce en mettant des chaussures de plomb et un sac à dos remplis de cailloux à ces sportifs qu'on risque les voir gagner et être payés ? si on veut que les entreprises soient compétitives, produisent pas cher, elles ne doivent pas supporter de charges de la société: retraites, chômage, syndicats (4,4 milliards !!!! pour taper sur l'entreprise !). en complément, il faut surveiller le fonctionnement, créer une responsabilité sociétale des entreprises (et aussi des employés, les droits et devoirs sont pour tous, personne n'est propriétaire de son poste de travail) et tout le monde sera gagnant.
Réponse de le 18/09/2013 à 16:34 :
100% d'accord, il faut libérer les structures, alléger, simplifier, redonner de la cohérence et contrôler ajuster si besoin ; tout le contraire en place, incohérences, règles illisibles, charges excessives, entraves à l'innovation et l'esprit d'entreprendre, état d'esprit malsain, paperasse monstrueuse, inutile, inapplicable, et très peu de vrais contrôles... un athlète sur la piste du 100m décharné par les saignées du secteur public obése ! à vos marques, pret ? partez, mais en Angleterre ou ailleurs, là bas vous serez un vrai athlète aidé, encouragé, respecté..
Réponse de le 18/09/2013 à 17:17 :
+1, tout est dit !
a écrit le 18/09/2013 à 16:01 :
il faut arrêter cette démagogie suicidaire de gauche, l'idéologie qui n'existe plus au cambodge (les khmers rouges sont en france !!), à stigmatiser les entreprises, les créateurs de richesse, ceux qui réussissent par le travail, et cynisme, ces démagos sont au chaud, sans risques, et financés par le privé qui est saigné !!!!
a écrit le 18/09/2013 à 8:51 :
Article les Echos de ce matin
"La France ferme deux fois plus d'usines qu'elle n'en ouvre
Par Emmanuel Grasland | 18/09 | 06:00 "
Tout a fait cohérent avec la politique de notre gouvernement!!!
Mais comme d ?habitude le Medef fait du dialogue, pas de l?action bien sûr !!!
Bon c'est vrai il n'y plus que des hommes de dialogue en France, ou sont les hommes d'actions?
a écrit le 18/09/2013 à 4:28 :
Il serait préférable de donner votre tribune a la première ENTREPRISE FRANCAISE que sont les artisans, commerçants et professions libérales - On ne leur donne jamais la parole -
Réponse de le 18/09/2013 à 8:44 :
@atak; Il serait très productif pour nos artisans , entrepreneurs , pmi , pme, de se démarquaient du médef et de créer un syndicat représentatif des petits et moyens entrepreneurs en ayant pas peur de contrer sur le libre échanges les pdg du SBF 120 voire 250.
a écrit le 17/09/2013 à 21:46 :
Génial!
a écrit le 17/09/2013 à 21:43 :
On ne peut pas être dans le dialogue quand en face on est dans le sectarisme ... Il faut mettre le gouvernement face à ses responsabilités ... Si vous faites ceci alors il se passera cela, c'est vous qui décidez mais ce sont les francais qui en seront témoins ... Avec une telle approche il resterai cordial, factuel et utiliserait son espace médiatique pour expliquer aux francais les conséquences des décisions du gouvernement et donc l'impact sur l'emploi ... Au fait EmploiOuTai ? http://www.youtube.com/watch?v=k7juPd7vq7k
a écrit le 17/09/2013 à 21:29 :
Depuis quand le medef représente t'il les TPE et les PME !!! Ca se saurait, non ?
a écrit le 17/09/2013 à 21:29 :
la verité est que celui qui accepte le " dialogue" avec les sectaires ( même quand ils sont au pouvoir) ne peut que s'en mordre les doigts .Et maintenant un cocu de plus ....il n'a pas compris que leur seul pb est de faire la paie des fonctionnaires et des allocataires aujourd'hui . Le reste, c'est du long terme , et comme disait keynes etc etc:::
a écrit le 17/09/2013 à 20:55 :
Il passe bien à la télé et semble sympa , on comprend bien ce qu'il cherche à faire comprendre, au lieu de prendre avant en taxe sur le travail , il suggère de libérer de toute csg et rads le travail ce qui permettra une relance économique du pays et les caisses de l'état ramasseront beaucoup plus au final.
Mais les socialiste n'ont rien compris à l'économie et ça dure depuis le début du siècle.
Réponse de le 17/09/2013 à 22:46 :
Tout le contraire de la droite qui, maîtrisant parfaitement le sujet, a su depuis 10 ans nous préparer un brillant avenir...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :