Le moral des Français est resté stable en mai. Bonne nouvelle ou pas ?

 |   |  357  mots
La confiance des ménages se maintient à un niveau très bas, quinze points en dessous de sa moyenne de longue période
La confiance des ménages se maintient à un niveau très bas, quinze points en dessous de sa moyenne de longue période (Crédits : Reuters)
La confiance des ménages s’est maintenue à un niveau très bas en mai. La plupart des indicateurs sont dans le rouge. Les messages optimistes du gouvernement ne font décidément pas mouche.

Le gouvernement a beau marteler que la sortie de crise est imminente, formuler des hypothèses de croissance que beaucoup d'économistes jugent optimistes ou faire quelques cadeaux fiscaux aux citoyens les plus modestes, rien n'y fait. Mesuré par l'Insee, le moral des ménages reste faible. L'indice synthétique mesurant l'opinion des ménages a stagné en avril et mai à 85, soit 15 points en dessous de sa moyenne de longue période. Il faut remonter à septembre 2007 pour observer un indice au moins égal à 100;

Quelles sont les principales craintes pesant sur le moral des Français ? Leur niveau de vie futur, leur capacité à épargner, le chômage sont les sujets qui les inquiètent le plus actuellement, sans surprise, compte tenu du niveau élevé du chômage, des défaillances d'entreprises et, plus globalement, de l'absence de reprise économique.

 

La reprise est imminente pour le gouvernement

Une reprise à laquelle le gouvernement croit pourtant, puisqu'il multiplie les messages en ce sens depuis le début de l'année. Or, le PIB a stagné au premier trimestre. Seule une forte variation des stocks a permis de compenser la chute combinée de la consommation des ménages, de l'investissement des entreprises et la dégradation du commerce extérieur. Après avoir clamé haut et fort que la courbe du chômage allait s'inverser à la fin de l'année 2013, ce qui ne s'est malheureusement pas produit, le gouvernement ne commet-il pas la même erreur en tentant de rassurer l'opinion publique que la crise peut désormais se conjuguer au passé ?

Toujours est-il que même les mesures en faveur des ménages les plus modestes n'ont pas électrisé les ménages. Le collectif budgétaire de juin entérinera les exonérations sur les charges payées par les salariés pour les rémunérations inférieures à 1,3 SMIC qui seront effectives en janvier prochain ainsi que les baisses d'impôts forfaitaires pour 1,8 million de ménages modeste. Elles s'élèveront à 350 euros pour un célibataire, 700 euros pour un couple avec ou sans enfants. Cette mesure devrait être complétée par un allègement de taxe d'habitation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2014 à 9:07 :
"La reprise est imminente pour le gouvernement" son incompétence n'est pas imminent, elle est bien là...
a écrit le 27/05/2014 à 16:27 :
La France vit la fin d' une idéologie marxiste qui a tout même permis de grandes avancées sociales . Le monde a choisi le capitalisme mais attention , sans régulation et sans bonheur des peuples , il conduira à des soulèvements de grandes ampleurs . C' est la leçon a tirer du scrutin de dimanche
a écrit le 27/05/2014 à 14:13 :
C'est quoi le moral des Français ? Encore un sondage sur 1045 personnes par téléphone ?
a écrit le 27/05/2014 à 13:25 :
Méthode Coué du gouvernement? ça marche pas ! on a PAS DES QUOI se réjouir vu les histoires morbides au gouvernement .
a écrit le 27/05/2014 à 13:23 :
c'est l'élection de MARINE, uniquement qui nous remonte le moral, pas les frasques ,jour après jour de nos énarques chéries" !
a écrit le 27/05/2014 à 13:13 :
"Les messages optimistes du gouvernement ne font décidément pas mouche. " si, si, le discours gouvernemental espère nous piquer tel une mouche tsé tsé, seulement, ça ne marche pas, le gouvernement s'est autopiqué.
a écrit le 27/05/2014 à 13:11 :
"Le moral des Français est resté stable en mai. Bonne nouvelle ou pas ?"
1) le mois de mai n'est pas fini, on n'est que le 27, alors dire "Le moral des Français est resté stable en mai." durant le mois même de mai n'est pas recevable.
2) ça ne tient sans doute pas compte de la crise à l'ump tombée le lendemain des européennes, c'est curieux... si c'était tombé avant le FN aurait sans doute fait 40 %.
3) les chiffres du chômage du mois d'avril ne sont pas encore publiés ce 27 mai. Là aussi, ça tombe après les européennes, sinon, le FN aurait sans doute fait avec la crise de l'UMP et les chiffres du chômage 50 %.
Bref, il manque des éléments.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :