Le système de santé est dans le collimateur du Medef

Le Medef veut mener un nouveau combat : la rénovation du système de santé jugé peu efficient et dispendieux. Il propose une politique de contractualisation entre les différents acteurs et, surtout, de baisser les soins pris en charge par la "Sécu", grâce à une montée en puissance des complémentaires santé.
Jean-Christophe Chanut

4 mn

Le Medef prône une rénovation complète du sytème français de santé pour limiter les déficits
Le Medef prône une rénovation complète du sytème français de santé pour limiter les déficits (Crédits : Décideurs en région)

Décidément, le Medef est à l'offensive ! Après avoir attaqué le gouvernement sur le pacte de responsabilité, notamment la fiscalité pesant sur les entreprises et la « rigidité » du marché du travail, l'organisation patronale concentre maintenant son tir sur le système de santé, en particulier l'hôpital public.

Par la voix de Claude Tendil, président de sa commission « protection sociale », le Medef considère comme "urgent" de mener une réforme structurelle du système de santé, qui ne peut, selon lui, se satisfaire de la politique de "rabot" menée par le gouvernement. Pour ce faire, le Medef a décidé de lancer une campagne d'information sur le sujet. Il a des idées très arrêtées sur ce qu'il conviendrait de faire.

130 milliards de déficits accumulés en 30 ans

D'abord, l'organisation patronale sonne le tocsin. "Le système de santé français, qui était considéré comme un des meilleurs systèmes au monde, est en train de se dégrader" a déclaré Claude Tendil pour qui « l'assurance maladie a accumulé en 30 ans 130 milliards d'euros de déficits, auxquels vont s'ajouter cette année 6 nouveaux milliards".

Ensuite, le Medef fait miroiter de très grosses économies. "Nous, on pense qu'il y a assez d'argent dans le système de santé, et, s'il était mieux utilisé, non seulement on supprimerait le déficit de 6 milliards mais on dégagerait des ressources pour financer l'innovation, la recherche, le développement des industries de santé", a-t-il ajouté.

Le système hospitalier, assure Claude Tendil, peut être réformé "sans créer de traumatismes sociaux majeurs". Le Medef précise même qu'il y aurait possibilité de dégager entre « 10 et 20 milliards d'euros en 5 ans », notamment en rationalisant la gestion des hôpitaux publics, « responsables » de 37% des dépenses de santé. Pour l'organisation patronale, l'hôpital public est trop « administré » et pas assez « managé »

Toujours selon Claude Tendil, le Medef a la "légitimité" à s'exprimer sur la question, en tant que financeur à hauteur de "44%". "Les contributions au titre de l'assurance maladie représentent pour les entreprises une charge de 70 milliards d'euros par an".

Pour parvenir à cette "refondation" du système de santé, le maître-mot du Medef c'est « la contractualisation ». Il conviendrait de lier sur des engagement pluriannuels la Caisse nationale d'assurance maladie et les autre acteurs de la santé, publics bien sûr, mais aussi le secteur hospitalier privé et l'industrie du médicament sur des engagements pluriannuels.

Un ticket modérateur d'ordre public

L'organisation patronale plaide aussi pour une « offre de soins graduée » et une véritable « médecine de parcours ». Il souhaite également "davantage responsabiliser l'ensemble des acteurs du système de santé" : professionnels de santé, organismes gestionnaires et patients… via l'instauration d'un « ticket modérateur d'ordre public »par acte et/ou par parcours de soins qui ne serait remboursé ni par l'assurance maladie ni par les organismes complémentaires (3 milliards d'euros environ économisés par an).

Mais, surtout, le Medef propose de reconstruire l'organisation du système de santé sur trois piliers : assurance maladie, complémentaires santé et assurés, via des sur-complémentaires facultatives. 

Les complémentaires santé devrait suppléer la "Sécu"

Le premier pilier comprendrait un "panier de soins", c'est-à-dire l'ensemble des produits de santé et des actes curatifs ou préventifs remboursés par la Sécu. Le Medef propose de "fortement le réduire" et de le "recentrer" sur les soins et services "essentiels", ce qui représenterait 10 milliards d'économie.

Le deuxième pilier serait un socle obligatoire pour les seuls salariés du privé au niveau d'un panier de soins supplémentaire (qui s'ajouterait au premier) défini par un accord national interprofessionnel (ANI). C'est sur ce deuxième pilier que les complémentaire santé seraient compétentes.

Le reste de la couverture santé, soit le troisième pilier, serait à la charge des assurés qui pourraient se tourner vers des "sur-complémentaires" s'ils le souhaitent.

Au total, selon le Medef, la mise en œuvre de ce scénario "se traduirait par une diminution des dépenses d'assurance maladie obligatoire de l'ordre de 15 à 20 milliards d'euros d'ici 2017". Surtout, pour le Medef, ce schéma aurait le mérite de conduire à une baisse des cotisations « maladie » (acquittées jusqu'à présent à hauteur de 12,80% par les entreprises et 0,75% par les salariés).

En revanche, pour les salariés, un tel système se traduirait mécaniquement par une revalorisation du coût des complémentaires santé (individuelles comme de groupe)...

Jean-Christophe Chanut

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 86
à écrit le 10/06/2014 à 18:33
Signaler
au vu du nombre de réactions, je n'ai pu m'empecher de prendre la plume. ou a-t-on trouvé de tels représentants pour le medef: surenchère médiatique depuis plusieurs mois, annonces irresponsables de création d'emplois et maintenant le medef va gére...

à écrit le 09/06/2014 à 13:18
Signaler
Avec parcours médical modifié : - passage chez le médecin généraliste pour aller voir votre ophtalmo, votre garagiste et faire le plein de courses au supermarché - mise en place du ticket horodateur où même après avoir rempli 1kg de cerfa de la séc...

à écrit le 09/06/2014 à 11:38
Signaler
Le MEDEF a raison . Ce serait beaucoup plus COMPÉTITIF pour les boites du CAC 40 si les français acceptaient de ne pas se faire soigner et de travailler jusqu'à la mort. Vraiment ces français ne comprennent rien à l'économie. Quelle idée de vouloir v...

le 09/06/2014 à 15:01
Signaler
je suis tout à fait de votre avis! plus de paye, plus de sécu, plus rien ! ainsi, c'est même plus dans les poches, qu'ils en mettraient, ils pourraient péter dans leur tas d'or, comme l'oncle Picsou ! ces Français, tout de même, tous des râleurs, de...

à écrit le 09/06/2014 à 10:36
Signaler
Evidemment les vieux retraités qui n'ont que la sécu et qui sont les plus grands consommateurs de soins n'auront d'autre choix que crever de faim pour se payer une complémentaire santé "senior" ou crever de leurs maux sans soins. Facile de réécrire l...

à écrit le 09/06/2014 à 0:14
Signaler
On peut commencer par 2choses : - 3 jours de carence pour tous (y compris les fonctionnaires!) non pris en charge par qui que ce soit : ni employeurs, ni mutuelles ! Pour les employeurs, prise en charge du 4e jour.. et pour les mutuelles, prise en c...

le 09/06/2014 à 16:12
Signaler
Venez voir comment fonctionne la sécu en Moselle est en Alsace ,10% de part mutuel ,demandons le même régimes pour les autres régions de France.ICI ça marche

à écrit le 08/06/2014 à 16:39
Signaler
L'Aude tend il, du médecin, est dirigeant d'une....assurance privée. Un désistement de la sécu en faveur des assurances se traduirait par une hausse du chiffre d'affaires. Et comme il est payé en fonction du cours de l'action, ce serait un mégarde ba...

à écrit le 08/06/2014 à 15:00
Signaler
Au Medef certains sont déconnectés de la réalité que vivent les dirigeants d'entreprise.

le 09/06/2014 à 9:10
Signaler
ils en ont rien à cirer de "notre" réalité , ils ont la leur, elle est super, ils ne vont pas s'em.....der !

à écrit le 08/06/2014 à 14:43
Signaler
En supprimant les avantages considérables des intermittents du spectacle il y aurait de quoi renflouer les caisses.

le 09/06/2014 à 17:43
Signaler
Votre pseudo colle tellement à votre capacité de raisonnement ...

à écrit le 08/06/2014 à 14:04
Signaler
Y sont méchants les patrons, y sont gentils les salariés...

le 08/06/2014 à 14:27
Signaler
Y sont méchants les salariés, ils veulent vivre de leur travail

le 09/06/2014 à 9:12
Signaler
ben, oui, c'est humain ! ils veulent VIVRE, au lieu de SURVIVRE, et si ça continue, ils vont tous CREVER! vous comprenez bien, que ça ne peut le faire" , tout de même...

à écrit le 08/06/2014 à 11:50
Signaler
Si on réduit les cotisations sécu d'un côté pour augmenter les frais de mutuelles de l'autre, elle est où l'économie ? Ce qu'ils proposent c'est simplement d'alourdir en plus la facture des ménages.

le 08/06/2014 à 11:53
Signaler
on y arrive : les friqués se soigneront, les autres souffriront et créveront! voilà, où ils veulent nous voir arriver! qu'ils s'étranglent donc, avec leur pognon!

à écrit le 08/06/2014 à 8:42
Signaler
et bientôt on apprendra que ce monsieur à touché du pognon pour placé ses copains assureurs.le medef devrait se concentrait pour aider les entreprises à exporter c'est cela son travail mais evidemment c'est plus difficile que d'aider les copains ass...

à écrit le 07/06/2014 à 21:42
Signaler
Si c' est pas assez bon, c' est qu' Y'a bon.

à écrit le 07/06/2014 à 20:19
Signaler
C'est traduire en justice en justice les bactéries et les virus qui sont grandement responsables du trou de la sécu. Ensuite, s'attaquer au processus évolutionniste qui a conduit Homo Sapiens à être l'espèce dominante. Il y a des milliers de millio...

le 08/06/2014 à 17:55
Signaler
je me suis posé la même question que vous au final je n'ai plus de mutuelle l'argent des cotisations me sert a payer la partie non remboursée par la ss

à écrit le 07/06/2014 à 19:39
Signaler
Je suis retraité ma mutuelle santé c'est moi qui l'assume, elle rembourse quoi, elle se base sur la sécu, ce qui fait que j'ai de l'arthrose tout est pour moi et j'avoue que je me demande son utilité. actuellement on parle des lunettes, dont la tva ...

le 08/06/2014 à 11:51
Signaler
vous n'avez pas tord, tout compte fait...hélas!

à écrit le 07/06/2014 à 17:46
Signaler
Ce qui coûte le plus cher ce sont les processus de soin eux-mêmes et non le système de gestion où au contraire il faut consolider l’assurance maladie au détriment des mutuelles pour assurer une péréquation maximum entre les malades et les biens porta...

à écrit le 07/06/2014 à 13:08
Signaler
Et les retraités qui n'ont plus d'employeur pour payer une partie de leur complémentaire ? Et l'AME , la CMU, qui coûtent des fortunes ?

le 08/06/2014 à 11:54
Signaler
s'il n'y avait que cela, mon pauvre ami : immigration santé = 200 milliards/an....

à écrit le 07/06/2014 à 12:41
Signaler
TOUT! absolument tout pour leurs g....ules! et rien , mais RIEN pour les autres! ah! on les reconnait bien là...... à vomir de tels types !

à écrit le 07/06/2014 à 12:19
Signaler
Le programme social et politique du MEDEF c'est de revenir à avant 1936 et de détruire toutes les avancées sociales et politiques gagnées depuis par le monde du travail et la société civile . La mèche a été vendue par Denis Kessler en octobre 200...

à écrit le 07/06/2014 à 10:54
Signaler
Effectivement, ils ne manquent pas d'air! "Les co**, ca ose tout, c'est meme a ca qu'on les reconnait!". Enfin, on voit clairement quelle logique, marchande, ils defendent. Mais alors qu'ils fustigent la complexite de l'administration, ils veulent cr...

le 07/06/2014 à 17:49
Signaler
Exactement

à écrit le 07/06/2014 à 10:05
Signaler
autrement dit encore plus de cotisations au profit des complementaires le BINESS comme les cures thermales elles a supprimer vu que 80 % sont de l'aveu des medecins de la complaisance mais là encore BINESS du tourisme .medef comme cgt ne connaissen...

à écrit le 07/06/2014 à 8:57
Signaler
Il est temps de mener le combat contre cette bande de nuls. Eux roulent en porches et nous en Lada on devrait inverser les rôles. Pour ce qui est de la sécu, pour éviter les frais supplémentaires faites comme moi beaucoup de vent et vous ne risquez ...

le 07/06/2014 à 12:38
Signaler
c'est sûr! quand on entend leur langage, c'est la HONTE !

à écrit le 07/06/2014 à 8:49
Signaler
Voilà, la droite décomplexée qui vante un système de santé privatisé ou seul celui qui a du fric est soigné, le pauvre lui crèvera ! Inutile de faire de longs discours, ce genre de système existe déja, au USA, au Royaume-uni, Irlande ... et il suf...

le 07/06/2014 à 9:18
Signaler
Au royaume uni le système est très différent des us et les médecins traitants par exemple sont fonctionnaires. Aux us les très pauvres sont pris en charge: plus problématique pour les classes moyennes. Les accidents du travail sont une des branche...

à écrit le 06/06/2014 à 21:55
Signaler
Il est largement connu que les CPAM sont bien plus "performantes" que les mutuelles. Il est donc urgent de dépouiller (nationaliser si ça aide) les mutuelles pour remettre ce pan de l'assurance à l'expertise de l'organisme parapublic.

le 07/06/2014 à 0:21
Signaler
N'importe quoi ! Tirez vous au belarus ou â Cuba le système économique en vigueur la bas vs correspondra plus que le nôtre !

le 07/06/2014 à 7:12
Signaler
Renseignez-vous sur les dérives de certaines mutuelles (frais de gestion) avant de hurler au communisme ....

le 07/06/2014 à 8:53
Signaler
C'est la sécu qu'il faudrait privatisée. Fini les séminaires dans les pays de l'océan indien.

le 07/06/2014 à 17:52
Signaler
C'est bien en effet l'assurance-maladie qu'il faut renforcer. Les économies sont à trouver dans les processus de soin eux-mêmes (médicaments, transports,...)

à écrit le 06/06/2014 à 21:08
Signaler
Travaillant dans le domaine de l'assurance notamment concernant les professions libérales (loi madelin), je peux vous dire que de toute façon l'état pousse à peu près tout le monde à souscrire une assurance privée complémentaire. Le risque dépendance...

le 07/06/2014 à 7:13
Signaler
Conseils tout à fait désintéressés bien entendu ... ("Donnez moi votre bon pognon")

le 07/06/2014 à 17:55
Signaler
L'allocation dépendance ne doit se donner que contre tout renoncement de la famille à l'héritage du senior

à écrit le 06/06/2014 à 20:02
Signaler
Si , on a du pognon, on survivra d'une maladie, accident , pépins de santé, si on en a pas, on souffrira et puis on crèvera...quel bel avenir que nous prépare ces scandaleux personnages! que peut on faire, bon sang? on voit petit à petit grignotés to...

à écrit le 06/06/2014 à 19:28
Signaler
Il faudra un jour combattre le néo-libéralisme par le fer. Résistance. Et au passage US GO HOME.

à écrit le 06/06/2014 à 19:22
Signaler
Le Merdef main dans la main avec Bruxelles et l'UMPS pour faire disparaitre la secu

à écrit le 06/06/2014 à 18:26
Signaler
Avec l'ouverture des frontières le système français est voué à disparaître. Les assureurs ont de beaux jours devant eux.

le 07/06/2014 à 17:59
Signaler
A nous d'imposer la régulation nationale qui s'impose aux français. Les étrangers se soignant en france paieront le tarif commercial.

à écrit le 06/06/2014 à 18:22
Signaler
En fait il est urgent d'augmenter les remboursements de la sécu et de diminuer proportionnellement celui des mutuelles (puisqu'elles deviennent obligatoires), et de déplacer le paiement des cotisations, de la part patronale vers celle du salarié, en ...

le 06/06/2014 à 18:40
Signaler
Ils vont sûrement nous les faire payer mais pour l'augmentation...

le 07/06/2014 à 8:53
Signaler
Je vous suit, et j'en rajoute: qu'on bascule l'ensemble des cotisations patronales vers les cotisations salariales, avec une augmentation de salaire proportionnelle, pour en faire un jeu à Somme nulle... pour l'instant !!

le 07/06/2014 à 18:05
Signaler
Les notions de cotisation salariales ou patronales n'ont aucun sens (sauf peut-être pour quelques juristes). La famille, la santé et la solidarité devraient relever de l'impôt direct sur les personnes physiques et n'ont rien à voir avec des cotisatio...

à écrit le 06/06/2014 à 18:06
Signaler
d'un etat qui devrait gérer un budget et au travers du budget la France, il faut bien que quelqu'un mete le doigt sur les inepties de l'administration et tue petit à petit cette machine infernale qui n'a qu'n objectif qui est de complexifier et légif...

le 06/06/2014 à 18:16
Signaler
Ben voyons : vous nous en reparlerez au premier pépin de santé qui vous coûtera un bras (c'est le cas de le dire...)

le 06/06/2014 à 18:42
Signaler
Le MEDEF est bien un syndicat patronal? En d'autres termes, il extorque l'argent des cotisants pour ne rien produire de concret... au même titre et même pire que l'administration...

le 06/06/2014 à 20:28
Signaler
Est constitue de chefs d'entreprise pour information. Les syndicalistes ne participent pas à la création de valeur ajoutée mais la détruit avec parfois la collusion de l.administration

à écrit le 06/06/2014 à 17:57
Signaler
Il y a du bon, un forfait sur chaque consultation eviterait bien des abus, c est juste du bon sens. Certains commentaires des internautes sont deplaces. La secu aujourd hui c est une vache que les pros de la sante et les patients traient a volonte. 3...

le 06/06/2014 à 18:07
Signaler
Et Denis Kessler en embuscade pour rafler de contrats juteux de protection sociale privée, pour ceux qui auront encore suffisamment de pouvoir d'achat à dépenser après la nourriture, le logement, le transport et les taxes dont les coûts ne cessent d'...

le 06/06/2014 à 18:46
Signaler
C'est marrant les 3 jours de carence on permis a ceux qui abusait d'augmenter leur temps d’absence. Et pour ceux qui n'abusait pas de ne plus se soigner en contaminant les autres travailleurs... En tous cas pour moi c'est fini le vaccin contre la gri...

le 07/06/2014 à 9:02
Signaler
Travaillez moins, faites du vent, un petit mal au dos de temps en temps, impossible à détecter et vous vivrez heureux. Rien à foutre de l'intérêt général. Je fais comme le MÉDEF. Je joue un peu au golf allez la semaine pendant les heures de boulot, p...

à écrit le 06/06/2014 à 17:56
Signaler
Sur les décombres fumants des nations et de la démocratie, règneront bientôt nos nouveaux maîtres : les maffias, religions, banques et compagnies d'assurances, seules organisations humaines transnationales ...

le 06/06/2014 à 18:20
Signaler
nous, les petits pourtant plus nombreux qu'eux, n'auront plus qu'à crever..

à écrit le 06/06/2014 à 17:54
Signaler
va être de plus en plus puissant ... Toutes les petites structures sont en train de disparaître au profit des grands groupes...

le 06/06/2014 à 18:19
Signaler
parce que le gouvernement laisse faire !

le 06/06/2014 à 18:47
Signaler
Et aussi que la mondialisation est faite pour ça tout en détruisant le travail dans nos pays dit développé...

le 06/06/2014 à 19:52
Signaler
la mondialisation"! une splendide m....de !!

à écrit le 06/06/2014 à 17:46
Signaler
On croyait que pire avait été vu au medef....en fait on avait encore rien vu. !! Entre les promesses d'embauches hystériques à hauteur de 1 million de postes qui sont démenties et reconfirmées en fonction de la météo et maintenant les propositions és...

à écrit le 06/06/2014 à 17:34
Signaler
Et voilà , ce que le Medef veut c'est une santé pour les riches et une santé pour les pauvres ! S'il pouvait arriver à délocaliser encore un peu plus , ça irait certainement mieux !.....

à écrit le 06/06/2014 à 17:14
Signaler
Nous allons plus loin a partir de 80 ans les soins doivent pris en charge 50 % mutuelle 50% par patient et famille ,

le 07/06/2014 à 9:09
Signaler
Au moins on aura gagné ça avec vous car avec votre vision des chose on fera des économies car vous n'avez aucune chance d'y arriver aux 80 ans. Merci pour votre participation.

le 07/06/2014 à 10:30
Signaler
Vous êtes vraiment très intelligent... Ou du moins vous devez le croire. Avec des réflexions pareil on se tait.

à écrit le 06/06/2014 à 17:04
Signaler
si ça leur pète à la figure,ils ne pourront pas se plaindre ;qu'ils continuent à faire de la provoc ,et ça ne saurait tarder .

à écrit le 06/06/2014 à 16:47
Signaler
Santé à 2 vitesses : processus largement commencé...

à écrit le 06/06/2014 à 16:42
Signaler
Les complémentaires santé se gavent de cotisations outrancières et du bénéfice des déremboursements et autres franchises. Alors s'il y a avait une chose a réformer c'est justement de les dissoudre au profit de la sécu et d'améliorer ses remboursement...

à écrit le 06/06/2014 à 16:31
Signaler
Ce qui est outrancier est négligeable.

le 06/06/2014 à 16:43
Signaler
Il faut bien proposer des solutions, si vous en avez de meilleurs solutions, donnez les vite

à écrit le 06/06/2014 à 16:27
Signaler
L'homme honnète fait ce qui est bon , l'homme vulgaire fait ce qui est profitable... Confucius (500 av J.C.) Rien n'a changé..

le 06/06/2014 à 18:22
Signaler
absolument rien ! au contraire, le "profitable" va crescendo

à écrit le 06/06/2014 à 16:14
Signaler
ne vous faites pas de souci M Gattaz et sa famille pourront toujours de soigner eux. Par contre les autres....

à écrit le 06/06/2014 à 16:11
Signaler
on va supprimer toute forme de protection sociale comme ça on nesera pas soignéss mais compétitifs face à l'Europe de l'Est. Bientot on n'indemnisera plus les gens qui ont des accidents du travail ! L ultralibéralisme gagne du terrain.

le 06/06/2014 à 16:49
Signaler
on ira se faire soigner en Roumanie, ça changera un peu...eux, viennent bien déjà chez nous....superbe perspective..

à écrit le 06/06/2014 à 16:04
Signaler
En fait ils ne veulent plus payer les cotisations sociales et faire payer les salariés à leur place. Et ils appellent cela une proposition?

le 07/06/2014 à 18:09
Signaler
La santé doit être payée par tous les individus qui ont un revenu (salariés ou non). La santé ne regarde pas le MEDEF sauf pour dire qu'il faudrait que les laboratoires pharmaceutiques et les sociétés d'ambulance se gavent un peu moins sur le dos de ...

à écrit le 06/06/2014 à 16:03
Signaler
Avec le medef il faut baisser le smic, supprimer le cdi et réduire l'accès au soin. Par contre Gattaz augmente son salaire de 29 % !!!!!!

le 06/06/2014 à 16:17
Signaler
ben, oui, quoi, leurs aspirations n'ont plus aucune limite! ils veulent que des misérables, édentés, malades, souffrant, le reste ne leur importe peu: FRIC, FRIC, & FRIC!!!!!! des mentalités désastreuses, lamentables !! à VOMIR!

le 07/06/2014 à 18:12
Signaler
Il faudrait aussi que les français cessent d'utiliser les entreprises comme collecteurs d'impôts. La solidarité (dont la santé et les minima sociaux) est un jeu à somme nulle entre individus : rien à voir avec les entreprises.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.