"Haro" sur les chômeurs : quand le gouvernement signe son aveu d'impuissance

 |   |  1806  mots
seuls 38,4% des chômeurs sont indemnisés par l'Assurance chômage pour un montant moyen de 1.108 euros durant huit mois.
seuls 38,4% des chômeurs sont indemnisés par l'Assurance chômage pour un montant moyen de 1.108 euros durant huit mois. (Crédits : reuters.com)
Emmanuel Macron, Manuel Valls, François Rebsamen... Plusieurs ministres expriment leur volonté de revoir les règles d'indemnisation du chômage et les devoirs des demandeurs d'emploi. Pourquoi une telle prise de position? Un aveu d’impuissance à peser sur le fond ?

«Il ne doit pas y avoir de tabou ni de posture. L'assurance-chômage est en déficit de 4 milliards d'euros ; quel responsable politique peut s'en satisfaire ? Il y a eu une réforme, elle est insuffisante. On ne pourra pas en rester là»... Voilà ce qu'affirmait le ministre de l'Economie Emmanuel Macron dans les colonnes du JDD du 12 octobre. Le même est allé plus loin en menaçant, si les partenaires sociaux ne se saisissaient pas du problème, que l'Etat «reprenne la main si les blocages sont trop lourds». Une déclaration qui intervient quelques jours après celle du Premier ministre Manuel Valls qui avait jugé « légitime » le débat sur l'assurance chômage. Sans oublier les propos du ministre du Travail François Rebsamen, appelant Pôle emploi à renforcer le contrôle de la réalité de la recherche d'un poste par les demandeurs d'emploi. Pourquoi une telle offensive émanant d'un gouvernement dit « socialiste » ? Pourquoi maintenant ? Qu'en est-il de la situation de l'assurance chômage ? Tentative de réponses.

Le gouvernement a raison sur un point : les finances de l'assurance chômage vont mal, Elles sont constamment dans le rouge depuis 2009, quand les conséquences de la crise financière ont fait exploser le chômage. En 2008, l'Unedic - l'organisme gestionnaire de l'assurance chômage - connaissait encore une trésorerie positive à hauteur de près de 5 milliards d'euros. Ce temps est bien révolu : chaque année l'assurance chômage connaît un trou d'environ 4 milliards d'euros. Selon les dernières projections de l'Unedic, le déficit atteindrait 3,8 milliards d'euros fin 2014 et encore 3,5 milliards fin 2015. En cumulé, la dette de l'assurance chômage s'élèvera ainsi à la fin de l'année à 21,4 milliards d'euros.

"L'effet ciseaux" de l'assurance chômage

Heureusement que l'organisme bénéficie de la garantie de l'Etat pour pouvoir emprunter sur le marché obligataire à taux bas, sinon les allocations chômage auraient bien du mal à être versées ! Mais sans retour de la croissance et une baisse du chômage, cette politique deviendra intenable... C'est peut-être ce qu'a voulu souligner Emmanuel Macron.

Mais il n'y a rien d'étonnant à ça. L'assurance chômage est l'un des organismes les plus sensibles à la conjoncture et à ce que l'on appelle « l'effet ciseaux » : plus le chômage augmente, plus les dépenses progressent et plus les ressources diminuent. Celles-ci sont en effet basées sur les cotisations des entreprises et des salariés. Or, avec la stagnation de l'emploi... les ressources restent étales. En revanche, toujours en raison de « l'effet ciseaux », les finances de l'Unedic se rétabliront relativement vite lorsque le chômage baissera.

Allocation chômage: un montant moyen de 1.108 euros

L'ensemble des allocations s'élèvent à 38 milliards d'euros, mais d'autres données méritent d'être connues pour mettre fin à certains « fantasmes ». Ainsi, en juillet 2014, seuls 38,4% des quelques 5,5 millions demandeurs d'emploi inscrits en catégories « A,B,C,D,E » à Pôle emploi étaient indemnisés par l'Assurance chômage et 8,5% par le régime de solidarité nationale. Les personnes qui perçoivent "l'allocation de retour à l'emploi" (ARE), versée par l'assurance chômage, touchent en moyenne, selon des données de l'Unedic, 1.108 euros durant huit mois. Et 95% des allocataires perçoivent moins de 2.070 euros. Seuls 1.400 allocataires, soit 0,06% environ du total, touchent le fameux montant maximum (6.959 euros par mois) qui fait tant polémique.
Quant aux personnes éligibles au régime de solidarité (Allocation de Solidarité Spécifique, ASS qui est versée directement par l'Etat une fois épuisée les droits à l'assurance-chômage) elles perçoivent en moyenne 460 euros mensuels pendant 36 mois.

Des règles qui favorisent le développement du travail précaire

Reste aussi la délicate question de l'indemnisation des salariés précaires (CDD courts à répétition et intérimaires). Globalement, pour ces salariés qui alternent périodes de chômage et de travail, voire qui cumulent les deux, 9 milliards d'euros de prestation chômage sont versées pour... 2,5 milliards d'euros de cotisations. C'est pour corriger en partie ce constat que les partenaires sociaux, dans l'accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 (repris par une loi du 14 juin), ont, non sans mal, décidé d'augmenter les cotisations chômage des employeurs sur certains contrats courts. Car il est indéniable que l'Unedic participe en quelque sorte à la" flexibilité à la française", basée sur le recours aux emplois précaires, notamment au travers de la reprise d'un travail à temps très réduit qui permet de percevoir une (maigre) rémunération, tout en continuant de bénéficier de l'indemnisation du chômage... Ce qui conduit à un paradoxe redoutable : l'indemnisation du chômage, initialement destinée à accompagner des périodes de transition entre deux emplois durables, génère, en réalité, une instabilité constante de l'emploi. Et l'instauration du principe des « droits rechargeables » - qui permet de cumuler en cas de succession d'emplois précaires les droits au chômage attachés à ces emplois -, défendable sur le fond, risque d'avoir comme effet pervers de renforcer cet état de fait.

450.000 offres d'emploi non pourvues, vraiment?

Autre croyance fermement ancrée : 450.000 offres d'emploi ne seraient pas pourvues en France. De fait, sur la totalité de l'année 2012, Pôle Emploi a comptabilisé 456.400 offres d'emplois qui n'ont pas été satisfaites. Soit 15,1% de la totalité des offres collectées par l'organisme. Ces offres non satisfaites sont cependant à prendre avec des pincettes. Tout d'abord, ces chiffres sont le résultat d'une soustraction entre le nombre d'offres collectées par Pôle Emploi sur la totalité de l'année, et le nombres d'offres qui ont été indiquées comme "satisfaites" par les recruteurs auprès de l'organisme. Qui dit que l'entreprise n'a pas trouvé quelqu'un par son propre réseau ou par un autre moyen ?
Ensuite, Pôle emploi ne récolte qu'un tiers des offres d'emplois. Il n'a donc pas connaissance du nombre d'emplois réellement non pourvus. Arrivent ensuite les difficultés du recensement : une même offre diffusée sur plusieurs supports pourra être comptabilisée plusieurs fois. Et si un employeur remplace des CDD par des CDD, plusieurs offres pour un même poste auront été publiées dans l'année.
Il est cependant exact que certains secteurs manquent tout simplement de main d'oeuvre : dans la restauration, chez les infirmiers, dans le bâtiment... Ces métiers souffrent parfois d'une mauvaise image. D'autres rebutent parce qu'ils apportent des inconvénients, en demandant de travailler le soir ou le week-end. Les difficultés pour trouver un salarié peut également provenir du fait que les offres sont essentiellement saisonnières, comme dans l'agriculture (90% des projets de recrutements pour 2012). Les offres de poste de remplaçant perdent également en attractivité si elles ne concernent que quelques heures par semaines, loin du domicile. Le salaire proposé compense-t-il les inconvénients liés au transport ?
C'est donc tout le problème de l'adéquation entre l'offre et la demande d'emploi qui est posé. Les propos lapidaires de François Rebsamen sur le contrôle de la réalité de recherche d'emploi sont donc pour le moins « légers ». Il faut, au contraire, examiner dans le détail les raisons qui poussent les demandeurs d'emploi à ne pas accepter un emploi proposé.

L'aveu d'impuissance du gouvernement à peser sur les causes réelles du chômage


Mais quelle mouche a donc piqué plusieurs membres du gouvernement « socialiste » sur la question du chômage ? Politiquement, ces réflexions ont été extrêmement maladroites. Du Front de gauche au Front national - Marine Le Pen a bien pris soin, bien entendu, de prendre immédiatement la défense des chômeurs -, en passant par les écologistes, tout le monde est tombé sur Emmanuel Macron ou Manuel Valls. La droite a fait preuve de plus de retenue... Pourtant, l'UMP aurait de quoi se gausser. Il n'est pas si loin le temps ou le parti socialiste vilipendait Nicolas Sarkozy ou Jacques Chirac quand ceux-ci s'attaquaient - déjà - à « ces chômeurs qui vivent de l'assistanat et ne recherchent pas de travail ».

Tactiquement, c'est une autre histoire. Emmanuel Macron a voulu rassurer les marchés financiers - et les agences de notation - sur la volonté réelle de la France de mener à bien des réformes de fond. Le message à l'adresse de Bruxelles est également clair. C'est en effet le 15 octobre que la France doit envoyer son projet de budget 2015 à la commission européenne. Celle-ci doit se prononcer sur sa validation avant le 30 novembre. Or, on sait que la Commission juge le plan de réduction des déficits publics de la France insuffisant. Pour sa défense, le gouvernement plaide que la France sera revenue dans les clous de Maastricht en 2017 avec un déficit ramené à 3% du PIB. Or, la situation de l'Unedic est prise en compte dans l'appréciation de ce critère... Fin 2013, le déficit des administrations publiques atteignait 87,1 milliards d'euros. L'Unedic n'était responsable « que » de 4 milliards. Mais avec ces diverses déclarations, la pression est mise sur les partenaires sociaux - gestionnaire de l'assurance chômage - lorsqu'ils se retrouveront en 2016 pour négocier une nouvelle convention d'assurance chômage : ils devront apporter leur obole à la réduction des déficits. A défaut, la convention ne sera pas agréée par l'Etat. Pis, l'Etat pourrait être tenté de reprendre en main la gestion de l'assurance chômage.... Pourtant fondée en 1958 à l'initiative du patronat et des syndicats. Après tout, François Fillon (UMP), en juin 2014, quand il a présenté ces mesures chocs pour redresser l'économie française, s'est lui aussi demandé si « l'assurance chômage avait éternellement vocation à être gérée par les partenaires sociaux ».

Enfin, il y a une dernière raison à ce tir de barrage sur la question des chômeurs. Le gouvernement est aux abois, il sait que l'inversion de la courbe du chômage ne se produira pas, au mieux, avant 2016. Les perspectives de l'Insee et de l'OCDE sont à cet  égard assez pessimistes. A défaut de pouvoir peser sur les raisons structurelles du chômage - l'absence de croissance suffisante -, Manuel Valls et Emmanuel Macron s'en prennent à la « périphérie », c'est-à-dire au modèle social français qui devient le responsable de tous les maux du pays. C'est - volontairement ?- oublier que l'assurance chômage et la difficulté des chômeurs à se réinsérer sont l'effet et non la cause du chômage. C'est une vieille antienne : quand un gouvernement se sent impuissant, il trouve un bouc-émissaire, un dérivatif. La nouveauté c'est que, jusqu'ici, la dénonciation du droit du travail et des règles de la protection sociale était surtout l'apanage de la droite. Maintenant, une partie des « socialistes » s'est ralliée à cette méthode.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2014 à 17:31 :
Superbe article qui pose les questions introductives du débat.

Les 1 500 000 personnes qui sont devenues chômeurs depuis 2009 sont telles des fainéantes ou des victimes?

Quand je vois des ouvriers se battre pour garder leur emploi, et les politiques les traiter de fainéants voire de fraudeurs, j'ai un mauvais gout dans la bouche, surtout quand ces politiques osent se dire socialistes!
Réponse de le 15/10/2014 à 0:25 :
@hugo2 Très bonne question même si la réponse on la connait ... Même chose pour la suite de votre commentaire et sur la qualité de cet article.
Réponse de le 15/10/2014 à 0:27 :
+ 100 !
a écrit le 14/10/2014 à 13:10 :
bon article.
Réponse de le 15/10/2014 à 0:26 :
Idem !
a écrit le 14/10/2014 à 10:18 :
L' État doit rendre des comptes. Ce n'est pas au peuple de rendre des comptes ...
Le peuple dans sa majorité n' est pas responsable - et encore moins les pauvres - des erreurs ou des lâchetés de son gouvernement ...
Réponse de le 14/10/2014 à 14:07 :
Il n'est pas obligé de voter toujours pour les mêmes. Par contre, il ne choisit pas les patrons.
Réponse de le 14/10/2014 à 19:36 :
C'est faux, il suffit de voir la masse d'auto-entrepreneur. On ne peut pas attendre toujours des autres qu'ils vous pondent le boulot qui vous va bien, vous pouvez aussi essayer de créer le votre: chacun est responsable de ce qu'il est.
Réponse de le 15/10/2014 à 0:33 :
" chacun est responsable de ce qu' il est " ? Hou là ! Attention c' est un sujet assez complexe à évoquer ... surtout à pareille époque !
a écrit le 14/10/2014 à 10:08 :
Il faut plafonner les ASSEDICS a 1 500 €/mois et baisser les cotisations patronales !
Réponse de le 14/10/2014 à 11:07 :
Vous auriez prit la peine de lire, vous constateriez qu' en moyenne les allocataires ne touche que 1.100 euro.. vous le faites exprés ?
Réponse de le 14/10/2014 à 11:26 :
Peut être une bonne idée oui, avec comme probable avantage de ne léser personne,
bref, question d' équilibre ou de bon sens.
Réponse de le 14/10/2014 à 13:03 :
L'allocation maxi étant de 6624 Euros par mois pour l'ARE, cela parait effectivement à revoir. Les autres pays européens comparables sont autour de 1700 Euros.
a écrit le 14/10/2014 à 9:57 :
les nouvelles règles viennent a peine d entrée en vigueur due dèjà on veut encore "reformé" CAD réduire les droits des chômeurs( due a des devoirs de cotisations). Pour information c est déjà le cas car le taux d indemnisation est passé de 70 pour cent a 50 pour cent une paille. on pourrai faire des économies en ne payant les ministres en cas de résultat. et puis pour l'argent si on créait une taxations sur les bénéfices distribué dûent par les entreprises qui ont licenciée dans le même temps ce serai juste non?
a écrit le 14/10/2014 à 9:22 :
Bien ! Voilà un article qui a le mérite de faire le point sur l' une des questions cruciales de la société française et par conséquent de préciser un peu ce qu' il en est réellement de la situation de ... millions de personnes. Tout à fait d' accord aussi sur ce constat d' une " impuissance " du gouvernement à pouvoir modifier cette réalité ... Et d ' ailleurs, sans véritables réformes de fond, et dans bien d' autres domaines que ceux habituellement évoqués, inutile de rêver à une quelconque inversion de tendance ... ( ... )
a écrit le 14/10/2014 à 8:33 :
les socialistes s'attaquent aux chomeurs parce que c'est facile ! des salariés du privé, ça ne compte pas beaucoup. Par contre s'attaquer aux privilèges des fonctionnaires, ça non !!! Cotisations faibles, vacances, RTT à rallonge, absences de complaisance, horaires gruyères, primes à la pelle (vous connaissez la prime pour enfant: 8% du salaire chaque mois pour 3 enfants, en + des allocs ?), emplois en double ou en triple, etc Les socialistes sont laches et ne soignent que leur "clientèle" au détriment de la France
Réponse de le 14/10/2014 à 10:02 :
et pat34 et si on attaquai les personnes qui tondent les salarié ça serais sans doute plus juste . privilèges des fonctionnaires? les cotisations sont les mêmes en proportion . je ne suis pas fonctionnaire mais quand je vois certains qui délocalisent a tout va voire le Pdg de Renault et qui en plus demande des efforts aux personnes qu il a mise a la porte il y a quelques choses qui sent mauvais au royaume du danemark
a écrit le 14/10/2014 à 8:11 :
quand on voit l'enorme buget formation,mal utilié et surtout au profit des syndicats ,il inadmissible qu'il ne serve pas en priorité aux chomeurs ne cherchant pas vraiment de travail(leur refuse entraianant la radiation),pour combler les demandes d'embauches .
inadmissible aussi les licenciements conventionnels qui ne sont autre chose qu'une retraite anticipée,où une chasse aux subventions
a écrit le 14/10/2014 à 4:50 :
Barrez-vous les jeunes...ou devenez politicards pour vivre comme des nababs dans un des deux paradis fiscaux français (palais Bourbon ou palais du Luxembourg).
a écrit le 14/10/2014 à 4:18 :
commençons d'abord par les fonctionnaires de la caf ,cpam et de l'anpe etc mais la faut pas toucher a ces nantis surtout grace aux syndicats dont c'est le fond de commerce et après ils s'étonneront qu'un jour ils se fassent agressé par les chômeurs et précaire
Réponse de le 14/10/2014 à 6:13 :
Il n'y a pas de fonctionnaire à la caf. Il s'agit d'une délégation de service publique et sont donc du privé.
a écrit le 13/10/2014 à 21:25 :
Depuis Sarko qui en a fait une règle de gouvernement, les dirigeants (la gauche ne fait d'ailleurs pas mieux que le petit haineux) cherchent toujours à stigmatiser une catégorie de personnes.
Que faut-il faire pour nous débarrasser de cette détestable manière de gouverner?
a écrit le 13/10/2014 à 21:11 :
Décidément ils marchent sur la tête . . pendant ce temps là les riches engraissent avec tous les systèmes de défiscalisation, les paradis fiscaux pour échapper à l'impôt, la finance de l'ombre pour magouiller . .Ce pseudo gouvernement de gauche n'en a que le nom
Réponse de le 14/10/2014 à 0:59 :
Le majorité des français se prive, commence à "s'arranger", a faire du troc, pour certains s faire un peu de travail au noir chez les fonctionnaires comme dans le privé etc ... Une économie parallèle s'amplifie car le gouvernement nous d'étouffer et nous appauvrit via les impôts et taxes. C'est cela le problème français. Le part trop importante des prélèvements pour des gens qui ne créent pas de valeur ni de richesse. Quant aux personnes dites riches. Elles n'ont pas attendus les incompétents actuels pour prendre leur "précautions". Alors regardez plutôt les bêtises en terme DF gestion et DF déclarations que font TOUS nos politiciens français
Réponse de le 14/10/2014 à 9:39 :
Exact. Ce n'est pas au peuple de rendre des comptes; c'est à l' État ! Le peuple n'est pas responsable des erreurs ou des lâchetés de " ses " ministres ...
L' État c'est les impôts et les impôts c'est ... le peuple ! Alors ...
a écrit le 13/10/2014 à 18:52 :
Nuls de chez nuls, et dire qu'il ont soi disant fait des études, ils ne valent vraiment pas mieux que les précédents.
On nous prends vraiment pour des "jambons".
De toute façon tout cela n'est que le programme de Bruxelles. ( ce n'est pas fini).!!!!!!
a écrit le 13/10/2014 à 18:48 :
nous prevoyons une dexindexation des prestations sociale ,pensions etc de 24,78%
a écrit le 13/10/2014 à 18:30 :
"Haro" aussi sur les fonctionnaires cela fait combien de milliards pour le déficit!
a écrit le 13/10/2014 à 17:59 :
Merci énormément pour cette utile mise au point sur les propos démagogiques et injustes de nos dirigeants "socialistes" (entre gros guillemets doubles). Pour la majorité de demandeurs d'emploi non indemnisés, la dégressivité ne sera pas instaurée, c'est sûr.
Réponse de le 15/10/2014 à 7:21 :
Bien ! + 100 !
a écrit le 13/10/2014 à 17:56 :
seul l'offre de travail peut influencer la courbe de chômage
personne ne voulant faire d'effort,car nous sommes une monstrueuse machine à refouler le boulot,reste l'emploi d'ETAT et les alloc. pas belle la vie
a écrit le 13/10/2014 à 17:49 :
Le pouvoir semble vacant .... c'est grave !
a écrit le 13/10/2014 à 17:12 :
que l'on soit pour ou contre les réformes .... le système s’effondre !
Réponse de le 13/10/2014 à 17:43 :
exactement, et cela va aller de pire en pire. Tant que l'on ne changera pas radicalement de politique. Jusqu'au jour où, il y aura moins de travailleurs que de chômeurs. Beaucoup ne se rendent pas compte. Lorsque l'état sera en faillite généralisée ; ce sont les fonctionnaires qui en premier ne seront plus payés et ainsi de suite !!!
Réponse de le 13/10/2014 à 17:57 :
Les impôts paierons les fonctionnaires,quitte à les augmenter non mais!!!!!
Réponse de le 14/10/2014 à 9:32 :
Oui et en tout état de cause une réforme ( de fond ? sur l' assurance chômage est
irréalisable avec un marché du travail - en termes d' offres d' emploi - totalement à l'agonie ...
Réponse de le 14/10/2014 à 14:01 :
Pas encore. Ce sont les créanciers qui siffleront la fin de partie, avec un taux qui passera de 1 % à 7 % puis 15 %.
a écrit le 13/10/2014 à 16:59 :
Le ministre de l'économie devrait dénoncer pour rassurer Bruxelles et ses partenaires qu'il va réformer les privilèges injustifiés des parlementaires (sénateurs, députés...) et des 5,5 millions fonctionnaires (publics, territoriaux, salariés entreprises publiques...) qui coûtent 8 milliards aux contribuables privé. Voilà une belle économie et du pouvoir d'achat pour la société civile.
a écrit le 13/10/2014 à 16:50 :
Vous avez raison de mettre "socialiste" entre guillemets en parlant du PS !
On aimerait aussi que Macron et les autres ne s'adressent pas seulement aux marchés et à l'Europe, mais aussi à la France et à ses habitants.
Réponse de le 13/10/2014 à 21:15 :
+100. Macron comme une grande partie du gouvernement se moquent bien du peuple . Les politiques ne sont là que pour servir la soupe à l'ultralibéralisme . .N'oublions pas le passé de Macron, ses anciens employeurs l'utilise tel un pantin pour nous imposer la volonté des marchés financiers
Réponse de le 14/10/2014 à 9:43 :
+ 100 !
a écrit le 13/10/2014 à 16:50 :
Emmanuel Macron, Manuel Valls, François Rebsamen... Plusieurs ministres font la démonstration de leurs incompétences notoires,
pour Rebsamen ajoutons son absence de travail
pour les trois Ministres en situation d'échec, leurs commentaires de l'actualité font du tord et causent de lourds préjudices au PS et à la Nation Française
Réponse de le 13/10/2014 à 17:08 :
Vous voulez sans doute dire que le PS fait du tort à la nation française…et là je suis 100 % d'accord !
Réponse de le 14/10/2014 à 10:47 :
Comment le PS fait du tort à la natation française?
Réponse de le 14/10/2014 à 10:56 :
Que voulez vous ... Ces gens n' ont aucune conscience de certaines réalités; soit, ils les ignorent, soit ils en sont les conservateurs patentés ( mandatés ) ...
a écrit le 13/10/2014 à 16:46 :
Le gouvernement ? Quel gouvernement ? Tous les ministres, Premiers ministres successifs, Président déclarent chacun ce qu'ils veulent sans se soucier les uns des autres. Quoi, quoi, couac ?!
a écrit le 13/10/2014 à 16:42 :
Voilà l’éternel problème d'un "travail" sur des conséquences au lieu de s'attaquer au cause! Avant la mise sous tutelle de la France, suite a l'abandonnant aussi bien sa monnaie que de ses frontières, nous pouvions y faire face sans problèmes puisque nous construisions "notre modèle social" petit a petit suivant nos moyens! Maintenant d'autres décident pour nous!
Réponse de le 13/10/2014 à 16:50 :
il fallait garder notre souveraineté.
Réponse de le 14/10/2014 à 20:05 :
Les règles d'indemnisation des chômeurs (montant, duree...) ne dépendent pas de l'UE mais de chaque État. Ce qui explique qu'il y ait autant de système différent que de pays. La France est souveraine sur ce sujet.
a écrit le 13/10/2014 à 16:39 :
tt le monde a note que les intermittents consomment leurs droits a 98% contre 55% pour les autres chomeurs..... le hasard, ca n'existe pas, mais il ne faut pas stigmatiser

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :