Florange : François Hollande n'a pas convaincu les syndicats

Conformément à sa promesse faite en septembre 2013 d'y retourner chaque année, François Hollande s'est rendu sur le site d'ArcelorMittal lundi. L'Élysée se réjouit d' "une dynamique de renouveau industriel". La CGT et FO, ont boycotté sa visite, et ont dénoncé un déclin de l'emploi.
François Hollande, lors de sa dernière visite à Florange fin septembre 2013.
François Hollande, lors de sa dernière visite à Florange fin septembre 2013. (Crédits : Reuters)

François Hollande s'est félicité lundi d'avoir tenu ses engagements à l'égard du bassin sidérurgique de Florange où les hauts fourneaux ont fermé en avril 2013, inaugurant un centre de recherche et de développement dans la commune voisine d'Uckange.

"Ma conviction c'est que la Lorraine est une terre industrielle d'avenir", a lancé le chef de l'Etat qui devait ensuite rejoindre le site de Florange.

François Hollande a rappelé que le premier de ces engagements, c'était de refuser tout plan social à Florange et d'assurer le reclassement des 630 personnes pour qu'il n'y ait aucun licenciement", enchaînant : "aujourd'hui, je constate qu'il y a plus de 2.100 salariés sur le site de Florange".

Les engagements d'ArcelorMittal

"Le second de ces engagements, c'était d'exiger d'ArcelorMittal des investissements au plus haut niveau", a-t-il poursuivi, indiquant que le groupe sidérurgique avait "mobilisé aujourd'hui 146 millions d'euros dont 83 ont été déjà pleinement engagés".

"Le montant total de ces investissements pourrait être porté à près de 240 millions d'euros", a ajouté le chef de l'Etat, soulignant que "toute la pression" serait maintenue sur le groupe pour y parvenir.

Le troisième engagement, a-t-il encore rappelé, était la création de cette plate-forme publique de recherche et de développement industriel pour la sidérurgie qu'il inaugurait à Uckange.

"L'objectif, c'est d'être les meilleurs au monde dans un certain nombre de technologies et c'est ce qui a été annoncé et ce qui sera fait", a-t-il souligné, réaffirmant que son financement public pourrait être porté de 20 à 50 millions d'euros "si les projets sont mis en place".

Inauguré en présence de dirigeants d'entreprises impliquées dans l'opération (Safran, Ascométal, Eramet et Derichebourg) et baptisé "Métafensch", le site d'Uckange, dont la création avait été annoncée lors de sa précédente visite dans la région, en septembre 2O13, doit ouvrir ses portes d'ici à la fin 2015. Il sera hébergé sur une friche industrielle classée et réhabilitée.

Une promesse honorée

C'est la troisième fois en trois ans que François Hollande se rend à Florange conformément à sa promesse faite aux ouvriers d'ArcelorMittal après la fermeture des hauts fourneaux. "Je reviendrai chaque année pour lutter contre le défaitisme, le scepticisme qui nourrit l'extrémisme", a-t-il insisté.

Boycott de la CGT et de FO

Les syndicats CGT et FO ont toutefois boycotté la visite du Président. "L'action politique et la gestion du dossier 'Florange' a provoqué un génocide social dans notre vallée et engendré une fracture entre le monde ouvrier et les dirigeants politiques gestionnaires, François Hollande en première ligne", a déclaré la CGT, deuxième syndicat sur le site.

FO dénonce le déclin de l'emploi sur le site, qui n'embauche plus que 2.100 CDI et où la direction vient d'annoncer 30 embauches en 2015, alors que 130 départs sont prévus la même année, selon le syndicat.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 32
à écrit le 25/11/2014 à 16:55
Signaler
Toujours aussi bas de plafond les commentaires....

à écrit le 25/11/2014 à 15:50
Signaler
Il faut bien admettre que Hollande ne convaint plus personne et que par ailleurs, le gouvernement Valls 2 contribue par son incompétence notoire au renforcement du désastre écoomique. Valls ne sauve pas Hollande, mais il fait couler Hollande ... les ...

à écrit le 25/11/2014 à 13:47
Signaler
cette médiatisation du pèlerinage annuelle pour florange est ridicule. Il est vrai que c'est la seule promesse facile à tenir pour FH. Si au moins il faisait le trajet sur les genoux, ça aurait de la gueule.....

à écrit le 25/11/2014 à 11:08
Signaler
dans ma LORRAINE les ouvriers et porions ne sont pas en costards cravates,il a du se tromper de lieu

à écrit le 25/11/2014 à 7:47
Signaler
Ce président n'a plus aucune crédibilité et ne fais plus que de la com' à mi mandat c'est une catastrophe pour notre pays il devrait anticiper son départ et laisser la place à une autre équipe qui se retroussera les manches pour redresser la situatio...

le 25/11/2014 à 22:41
Signaler
Comme Sarkozy a fait à partir de juin 2012...

à écrit le 25/11/2014 à 5:57
Signaler
"François Hollande n'a pas convaincu PAS ?les syndicats"...ça vous gênerait de vous relire au moins une fois avant de publier ?

à écrit le 25/11/2014 à 1:06
Signaler
y a et il y aura toujours des Anti en france aux présidentiel la France se coupe en deux en milieux de mandat c'est 1 quart 3 quart et en 2017 se sera encore du 50/50

le 25/11/2014 à 22:32
Signaler
Pas vraiment si les votes blancs et l'abstention étaient pris en compte, les votes se rapprocheraient des 21% pour le premier / 19 % pour le second et 60 % contre les deux...

à écrit le 24/11/2014 à 19:54
Signaler
Il crie au et fort qu'il a tenu sa parole! A part celle de revenir à Florange, il a tenu laquelle? Les employés sont viré, l'usine fermée et moins de 400 personnes reclassé dans d'autre régions de France ou reclassé. Au fait i y avait combien d'ouvri...

à écrit le 24/11/2014 à 19:38
Signaler
Il ^parle de défaitisme, il devrait parler de son incompétence, insuffisance et de sa manière de traiter les français de "SANS DENT" alors qu'il s'engraisse à l'Elysée sur notre dos!

à écrit le 24/11/2014 à 14:10
Signaler
Qu'il dégage avec avec sa clique ! Il n'a plus rien à prouver ! Avec tout l'argent du contribuable balancé par les fenêtres et c'est tellement facile cela ne lui coûte rien! Il peut continuer à donner des leçons aux autres (spécialité PS) Encore me...

à écrit le 24/11/2014 à 13:30
Signaler
il revient c'est vrai sans les hourras de la foule et sans rien également dans les poches et les mains. Il ne faut y voir que de la com et il n'a pas besoin de bataillon de CRS car les gens sont partis. il ne peut pas non plus parler devant un parter...

le 24/11/2014 à 13:55
Signaler
Il est encore allé raconter quelques mensonges et quelques contre-vérités auxquels il ne croit pas lui-même...

à écrit le 24/11/2014 à 10:37
Signaler
Ce sont des effets de com. On prend un site particulier, on organise un cirque, on envoie des subventions éventuellement. Quelques années après tout disparait mais on a oublié. Les médias amis apportent leur collaboration. Par ailleurs, le pays peut ...

le 25/11/2014 à 22:38
Signaler
Comme les cités de mr Valls... D'ailleurs elles sont dans quel état?

à écrit le 24/11/2014 à 10:22
Signaler
Au moins il revient tout en sachant qu'il ne sera pas accueilli avec sous les vivats de la foule. Il faut lui reconnaître une forme de courage qui contraste avec a lâcheté de son prédécesseur qui ne se déplaçait plus sur les sites "sensibles", et su...

le 24/11/2014 à 13:33
Signaler
C'est vrai qu'il n'a pas besoin de CRS ni de sympathisants, il entre par une porte dérobée comme Julie.

le 24/11/2014 à 17:36
Signaler
@et bien ..du courage pour passer par la petite porte de derrière afin d éviter les contestataires !

à écrit le 24/11/2014 à 9:47
Signaler
Quand enverrons nous des professeurs à l'Elysee et a Matignon pour apprendre à compter à nos ignares politiciens et fonctionnaires qui doivent comprendre que les dépenses = recettes et que NOTRE argent ne doit pas être dilapidé

à écrit le 24/11/2014 à 9:46
Signaler
Au secours il revient, pitié !

le 24/11/2014 à 11:53
Signaler
Oui mais casqué, prudence, prudence, prudence, !!!!!!!!!!!!!!

à écrit le 24/11/2014 à 9:31
Signaler
L'essentiel a ete sauve a Florange, meme si le resultat est loin de ce qui existait, mais comment pouvait-il en aller autrement? D'ailleurs ou etaient les alternatives: fermer, nationaliser? La critique est facile...

le 24/11/2014 à 9:48
Signaler
encore un qui croit aux bisounours, il fait partie des 12%

le 24/11/2014 à 10:19
Signaler
Et vous qu'avez vous fait pour Gondrange à l'époque ? A votre place je me ferais tout petit sur ce sujet.

à écrit le 24/11/2014 à 9:17
Signaler
Il n'y a pas de défaitisme en France. Juste un Etat sur-dimentionné qui se croit stratège alors que c'est une buse. Ou plutôt un rapace qui asphyxie l'économie.

à écrit le 24/11/2014 à 9:05
Signaler
Arcelormittal, Peugeot, Alstom..les nouvelles startups françaises choyées par nos dirigeants..un peu de com. ne nuit pas, mais pourquoi intervenir dans le fonctionnement de sociétés dans lesquelles l'état n'est pas actionnaire? pour démontrer que cel...

le 24/11/2014 à 9:20
Signaler
Non, c'est pour faire illusion en tentant de faire croire que l'Etat a le pouvoir de changer les choses même sur les sociétés qu'il ne détient pas. Les Français ayant l'habitude que l'Etat soit la solution à tout... alors que c'est souvent l'état le ...

à écrit le 24/11/2014 à 9:04
Signaler
il vas dans les terres FN!!!

à écrit le 24/11/2014 à 9:03
Signaler
région que je connais ,il sait que l"usine LUXEMBOURGEOISE fermera 'il devrait allez voir son AMI JEAN CLAUDE;Mais attention dans le nord ce sont des hommes pas des MOUS!!!

à écrit le 24/11/2014 à 8:45
Signaler
Triste journée pour l'industrie française, Hollande va raconter une histoire bonimenteuratrice de plus aux Florangeais et Florangeaise ;

le 24/11/2014 à 9:27
Signaler
ont encore un travail, contrairement aux Gondrangeais qui eux l'ont perdu, malgré les promesses de votre idole.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.