Les vœux de Hollande aux acteurs de l'entreprise et de l'emploi, en six points

 |   |  574  mots
Pour le président de la République, les partenaires sociaux doivent s'inspirer de la réactions des Français qui ont fait preuve d'union nationale.
Pour le président de la République, les partenaires sociaux doivent s'inspirer de la réactions des Français qui ont fait preuve d'union nationale. (Crédits : REUTERS/Philippe Wojazer)
Le président de la République a insisté lundi sur la signature des accords de branche dans le cadre du pacte de responsabilité, mais s'est également prononcé sur les tendances économiques majeures à venir, notamment concernant le pétrole et le rachat d'actifs de la Banque centrale européenne.

Pacte de responsabilité, prix du pétrole, union nationale. Lors de ses vœux aux acteurs de l'entreprise et de l'emploi formulés à l'Élysée, le président de la République François Hollande a balayé lundi 19 janvier un éventail large de sujets. Retour sur ses déclarations.

  • Négociations trop lentes autour du Pacte de responsabilité

 "Un mouvement est engagé, onze branches représentant quatre millions de salariés ont abouti à un accord, mais ce rythme est encore trop lent. Beaucoup d'autres branches devront donc prendre le chemin et accélérer la marche", a demandé le chef de l'État.

Il a toutefois jugé "légitime que les discussions soient ardues et plus longues que prévu", reconnaissant que "le sujet est difficile", touchant à "des traditions, des représentations".

  • Les partenaires sociaux doivent suivre l'exemple du peuple français

Pour le président de la République, les partenaires sociaux doivent s'inspirer de la réactions des Français, qui ont fait preuve d'union nationale suite aux attentats meurtriers à Paris début janvier. Faisant valoir que "le peuple français a su répondre à l'agression dont il était la cible par une mobilisation républicaine sans précédent", il a poursuivi :

"C'est cette même nation qui doit, après l'épreuve qu'elle a surmontée avec fierté, dignité, unité, se retrouver aujourd'hui, pour donner à notre pays la force économique qui lui permettra à la fois de peser sur la scène mondiale et d'offrir un avenir à chacun de nos concitoyens".

  • Un échec des négociations lourd de conséquences

Au cas où les partenaires sociaux ne parviendraient pas à s'entendre jeudi 22 janvier, François Hollande a prévenu qu'"un échec aurait des conséquences qui iraient bien au-delà de cette réforme". Ajoutant :

 "Vous avez un rendez-vous jeudi et je pense que c'est le dernier."

  • Fin de la conférence sociale annuelle au profit de "rendez-vous"

Sans doute échaudé par le boycott de la CGT et de FO lors de la troisième conférence sociale annuelle de son quinquennat, le président de la République a annoncé que cette dernière sera désormais remplacée par plusieurs rencontres afin d'y aborder des sujets moins larges.

"Plutôt qu'une grande réunion une fois par an, qui définit une feuille de route générale, mieux vaut fixer plusieurs rendez-vous sur des thèmes précis."

  • Les cours du pétrole, "plus faibles qu'en 2014"

Rappelant le déséquilibre entre l'offre et la demande de brut "qui ne disparaîtra pas rapidement", François Hollande a par ailleurs estimé qu'il convenait d'intégrer le fait "que les prix du pétrole resteront cette année plus faibles qu'en 2014". Les cours de l'or noir ont chuté de plus de 50% depuis juin, tombant sous les 50 dollars le baril,

  • La BCE "peut créer une mouvement favorable à la croissance"

Le président a également assuré que la Banque centrale européenne (BCE) allait prendre jeudi "la décision de racheter des dettes souveraines". Une décision qui selon lui va permettre de "donner des liquidités importantes à l'économie européenne et (...) peut créer un mouvement favorable à la croissance".

L'annonce d'un rachat massif de dette publique par la BCE fait l'objet de spéculations depuis des mois et semble le dernier rempart contre la déflation et le dernier recours pour faire repartir les prix et l'économie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2015 à 11:40 :
Hollande a ceci de commun avec Sarkozy, c'est qu'ils n'ont jamais su s'entourer,

pour preuve, accumuler les recrutement des plus mauvais collaborateurs bons à rien mauvais à tout comme Valls Sapin Macron, et ajouter un collaborateur flemmard incompétent comme Rebsamen,

c'est être certain que l'économie Français s'enfonce dans la mouise la plus totale.
a écrit le 20/01/2015 à 10:38 :
Francois Hollande, ou comment refiler la patate chaude et ne pas prendre de décision !
a écrit le 20/01/2015 à 8:18 :
Paroles, paroles, paroles, et encore des paroles....
a écrit le 19/01/2015 à 22:28 :
Un seul mot : hollande, socialos et gauchos..DEHORS !
On ne veut plus de vous....
a écrit le 19/01/2015 à 20:15 :
Des négociations avec pour objectif déclaré de simplifier la vie des employeurs et alléger le blocage des seuils sociaux... pour l'instant , on ne prévoit que l'augmentation des contraintes pour les entreprises de moins de 11 salariés !! Comme ce sont les seules susceptibles de créer des emplois, on leur entrave un peu plus l'avenir ! Bon Ben, bon courage aux chômeurs qui vont le rester et à ceux qui vont le devenir... moi, je jette l'éponge !!
a écrit le 19/01/2015 à 19:03 :
Moi il me fatigue avec c'est discours d'énarques
Il n'a ps de stratégie pour les 9 millions de chômeurs en vérité c'est un conservateur qui ne veux rien changer

Rendez vous aux prochaines élections je pense qu'il fera moins le malin car les francais sont moins idiots qu'il ne le croit
a écrit le 19/01/2015 à 17:18 :
A l'écouter tout va bien, c'est de l'autosatisfaction on rève!! Le chomage est réglé et la croissance va repartir, c'est les bisounours.
Attendons un peu avec le recul sur les attentats. La formule de un ane on en fera pas un cheval de course lui va bien mais méfions nous de cette clique !! Lamentable.
a écrit le 19/01/2015 à 16:43 :
Discours d'Hollande décrypté:
"J'ai jamais bossé, je sais pas vraiment ce que c'est que le privée mais en même je me fous des français et puis de toute façon c'est foutu.
Alors quitte à aller dans le mur allons y tous ensemble.
Valls est d'accord avec moi. Surfons sur la vague et accusons les autres. Au cas où, on trouvera bien un poste dans l'administration publique et personne pourra nous déloger y a pas de loi pour le faire eh eh....ET puis même s'il y en avait, on va tellement se gaver pendant le quinquennat qu'on sera à l'abri du besoin en attendant la retraite."
Bref, rien ne change dans l'autre pays du fromage.
a écrit le 19/01/2015 à 16:34 :
il est sans doute temps de présenter sa candidature pour 2017,tous les indicateurs sont au vert,il EST le candidat naturel
a écrit le 19/01/2015 à 15:40 :
Politique de Ponce Pilate , il finira par crucifier le plus faible.
a écrit le 19/01/2015 à 15:01 :
Après le; Moi je, Moi président, nous avons le cru après 11 janvier 2015: Je suis Hollande.
a écrit le 19/01/2015 à 14:21 :
dialogue social cassé la SEMAINE DERNIERE EN CATIMINI par mrWALLS qui veut interdire aux partenaires de toucher à ses amis et electeurs les INTERMIITANTS DU SPECTACLE
PRIX DU PETROLE si l'etat n'etait pas aussi GOURMAND la baisse du brut permettrait la relance ????
Réponse de le 19/01/2015 à 14:46 :
Le clientélisme est toujours là, rien a attendre de bon de ces politiques.
a écrit le 19/01/2015 à 14:16 :
Hollande Valls Macron Sapin sont les grands serviteurs des 1% les plus riches qui possèderont en 2016 la moitié de la richesse.

Ils sont formidables,

en plus leurs élucubrations stupides du 11 janvier 2015 se traduisent par 45 Eglises brûlées en Afrique, et des millions de terriens qui brûlent le drapeau de la France.
Réponse de le 19/01/2015 à 17:34 :
N'importe quoi... Les 1% en france ne possede que 17%, preuve que la redistribution marche non? sinon, ce devrait être beaucoup plus...
a écrit le 19/01/2015 à 13:34 :
Les économistes qui conseillent le Président sont des nuls, ou c'est lui qui n'y comprend rien!
a écrit le 19/01/2015 à 13:29 :
Ça y est les sondages lui ont fait attraper la grosse tête. Il parle aux patrons comme s’il parlait à des terroristes, il va leur envoyer le GIGN, s’ils ne veulent pas embaucher. Ils ont dû bien se marrer ce matin tous ces patrons, en écoutant une dissertation de CM2.
Réponse de le 19/01/2015 à 13:42 :
heuze50, c'est exactement ça! Et dire qu'on entend dire par des journaleux divers et variés que ce type est un grand orateur. LOL de LOL !
Réponse de le 19/01/2015 à 14:04 :
il ne va pas tarder à faire pschitt !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :