Le président du Sénat ne veut plus travailler avec celui de l'Assemblée nationale

 |   |  530  mots
Ni l'émotion personnelle, ni les divergences institutionnelles ne doivent faire perdre son sang-froid ou remettre en cause la responsabilité singulière que nous confient nos fonctions, a répondu Claude Bartolone au président du Sénat.
"Ni l'émotion personnelle, ni les divergences institutionnelles ne doivent faire perdre son sang-froid ou remettre en cause la responsabilité singulière que nous confient nos fonctions", a répondu Claude Bartolone au président du Sénat. (Crédits : AFP)
Claude Bartolone a réaffirmé jeudi être favorable à la suppression du Sénat. Son président Gérard Larcher en a conclu que leur travail commun dans le cadre la mission de réflexion après les attentats de janvier n'était plus possible.

Les sénateurs de tous bords politiques se rebiffent contre le président de l'Assemblée nationale. Ils lui reprochent notamment d'avoir une nouvelle fois plaidé, jeudi 29 janvier sur RMC et BFMTV, en faveur de la suppression de leur assemblée.

Le socialiste Claude Bartolone avait notamment répété lors de l'émission qu'il était favorable à une "suppression du Sénat en tant que Sénat", en prônant son rapprochement avec le Conseil économique, social et environnemental (CESE). En insistant sur des propositions qu'il avait déjà émises dans son livre publié en octobre, Je ne me tairai plus, il s'était dit favorable à la création d'un Bundersrat à l'allemande.

Une interview "inopportune"

La polémique a rapidement enflé après ces propos. Lors d'un rappel au règlement improvisé avant les questions d'actualité du Sénat, les présidents des divers groupes ont réaffirmé leur attachement au bicamérisme et apporté leur soutien au président de l'institution mis en cause, l'UMP Gérard Larcher.

Cette interview "était inadaptée, inopportune et dans un temps politique qui n'était pas convenable", a estimé le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé. Eliane Assassi, présidente du groupe communiste, républicain et citoyen (CRC) a observé que l'on ne pouvait pas "jeter en pâture un sujet aussi important que le devenir de nos institutions" sur un plateau de télévision.

"Pas possible de travailler en commun"

Gérard Larcher a pour sa part lancé:

"Le bicamérisme, c'est plus de démocratie, c'est plus de liberté, c'est plus de représentation dans la diversité".

Celui-ci est ensuite allé jusqu'à déclarer à l'AFP:

"Il n'est pas possible de travailler en commun. Nous n'avons pas la même conception des institutions".

"M. Bartolone a fait ce matin une déclaration sur sa volonté de faire disparaître le Sénat en tant qu'institution parlementaire, à un moment au contraire où il aurait dû avoir une attitude propice au rassemblement et à l'unité, selon le vœu du Président de la République", lui a-t-il reproché.

Et l'élu des Yvelines de conclure:

"J'avais rendez-vous ce matin avec lui pour travailler ensemble sur la mission que nous a confiée François Hollande après les attentats sur l'engagement républicain et le sentiment d'appartenance à la nation. Constatant le profond désaccord de conception institutionnelle entre le président de l'Assemblée nationale et moi-même, je lui ai fait savoir que le travail en commun sur cette mission n'était plus en conscience possible. Je lui ai fait savoir que je répondrai à la demande du président de la République directement.

Ne pas "perdre son sang froid"

La réponse de Claude Bartolone a été aussi vive:

"Je vous le dis très solennellement, ni l'émotion personnelle, ni les divergences institutionnelles ne doivent faire perdre son sang-froid ou remettre en cause la responsabilité singulière que nous confient nos fonctions", a-t-il écrit au président du Sénat.

Ne voyant dans sa démarche qu'un "alibi" pour refuser tout travail en commun, il l'a appelé à ne pas rompre "l'unité nationale" qui a suivi les attentats de Paris,

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2015 à 17:06 :
la soupe est bonne ,pour le GERARD cela fait deux fois que nous garnissons le siege,quand a l'autre il lui reste 2 ans !!!
a écrit le 31/01/2015 à 9:27 :
dissoudre les assenble
et ellir le representant du departement en place du prefet
constituer une nouvelle assenblee de 3 representant par departement
soit deux au niveau des regions et 1 au nationnal
inscrire la votation pour etablir de nouvelles loi
et le referendum pour valider les choix des digeants de l'etat
a écrit le 30/01/2015 à 18:28 :
Ce n'est pas supprimer le sénat qu'il faut faire, c'est diviser au moins par 4 le nombre des sénateurs ET des assemblées nationale et européenne !!!
a écrit le 30/01/2015 à 14:37 :
c'est sur ce n'est pas la droite qui supprimera le sénat !
a écrit le 30/01/2015 à 14:36 :
il faut fermer le sénat et les départements et licencier tout ces hauts-fonctionnaires qui coûtent très cher aux contribuables pour faire 10 milliards d'économies ! Allez courage Valls !
a écrit le 30/01/2015 à 14:14 :
Supprimer le senat , bien sur ! Nous n'avons plus les moyens d'entretenir 348 senateurs dont les conditions de vie sont indecentes ( indemintes , avantages , retraites , ) . La tres grande majorite des Francais pense quil est temps de remettre de l'ordre dans nos institutions obsoletes et tres couteuses . Comment ne pas se mettre en colere quand on apprend que les senateurs ont des cagnottes !!! Comment ne pas se mettre en colere quand on apprend que les 1200 !!!! fonctionnaires attaches au senat ont des remunerations 40% superieures a leurs homologues ! Oui , il faut reformer nos institutions : supprimer le senat , 300 deputes , totale transparence des elus , interdiction de tout cumul des mandats , stricte limitation a deux mandats successifs . Le debat democratique en France est sclerose , biaise . Exigeons un referendum sur la refonte de nos institutions .
a écrit le 30/01/2015 à 14:05 :
Bartolone, comme beaucoup de ses compatriotes du PS est un sectaire et une vraie girouette: un jour le sénat est indispensable, un autre désuet... En attendant ce vrai démocrate a refusé de participer à la remise d'un prix trombininoscope sous prétexte qu'il s'agissait d'un élu FN. La démocratie oui, à condition qu'elle aille dans mon sens n'est-ce pas Mr Bartolone?
Réponse de le 30/01/2015 à 14:10 :
Serait-il bipolaire? Est-ce compatible avec l'exercice de hautes responsabilités politiques?
a écrit le 30/01/2015 à 12:37 :
Bartolone a raison sur le fond mais la manière de dire/faire est détestable. Cela ne posait aucun souci lorsque la Gauche contrôlait le Sénat. Ce dernier ne sert plus à plus grand chose et doit se réformer en profondeur ou disparaitre. On ne peut plus se permettre le luxe de perdre du temps et dilapider des fonds dans cette maison de retraite dorée.
Réponse de le 30/01/2015 à 13:29 :
EXAT??? LA FRANCE DOIT FAIRE DES ECONOMIES?SE SONT DES ANCIENS GESTIONNAIRE FRANCAIS ILS DEVRAIS CONPRENDRE???
Réponse de le 30/01/2015 à 13:35 :
La démocratie à la socialiste
Quand on est plus majoritaire on change les règles du jeu
Mais 200 sénateurs et 300 députés en mois ferai du bien aux finances publiques surtout si on revisite les retraites de ce petit monde
a écrit le 30/01/2015 à 12:12 :
Voilà une bonne initiative pour une futur campagne présidentielle !!! Supprimer le sénat et créer une chambre haute qui regrouperait l'ex sénat et le conseil économique et social !!!!!!!! Je reste persuadé que cette initiative séduirait l'électorat !!! Marre de ces élus gavés jusqu'au trognon, à des années lumière des préoccupations du citoyen lambda !!!
a écrit le 30/01/2015 à 12:03 :
Trop d'élus cumulards, sans compétence ni responsabilité réelle.
Ceux qui décident ne sont pas les payeurs. Le "système" n'est plus adapté à notre époque. Il faut refonder une démocratie efficace et responsable, moins de doublons, de corps intermédiaires inutiles en conflit d'intérêts permanent avec l'intérêt de la France
a écrit le 30/01/2015 à 11:51 :
je suis pour la dissolution du sénat , les sénateurs ne servent à rien si ce n'est qu'à s'engraisser sur le dos des contribuables , il est grand temps de revoir nos institutions ,de remettre de l'ordre et de faire de substantielles économies (suppression du sénat ,diminution du nombre de députés qui pensent tous bords politiques confondus plus à leur cas personnel qu'à celui des français ,la suppression des avantages des anciens présidents de la république (6.5 millions d'euros annuels ) c'est exorbitant et anormal , comparez le nombre de politiques au Mètre carré en France par rapport à l'Amérique
Réponse de le 30/01/2015 à 12:25 :
revoir aussi à la baisse leur système de retraite mirobolant
Réponse de le 30/01/2015 à 16:12 :
pour les 2 ASSEMBLEES
a écrit le 30/01/2015 à 11:47 :
Pour une fois que je suis d'accord avec ce Monsieur ...

Sauf qu'il faut aussi dissoudre le Conseil éo social et environnemental où l'on est payé pour donner des avis et faire des études qui ne débouchent sur rien en général !!!!
a écrit le 30/01/2015 à 11:40 :
Quand on voit comment Gérard larcher s'accroche à son poste de président du sénat c'est que la bouffe doit y être bonne.
C'est qu'il est sacrément enrobé le garçon, il travaille trop sur son fauteuil de sénateur, c'est sur !!!
Réponse de le 30/01/2015 à 16:10 :
est bien bonne aussi a l'Assemblée Nationale oui oui
a écrit le 30/01/2015 à 11:00 :
Dissolution du senat A une epoque il était question de degraisser le mamouth en parlant de l'education nationale et cela a été fait mais la il ne sera rien fait car il s'agit de nantis inutiles qui sont trop attaches a leurs avantages et qui pourtant nous coutent la peau du Q
a écrit le 30/01/2015 à 10:44 :
est sénateur...et que ce dernier ne payait pas jusqu'à une date récente ses contredanses (attention un cumul de plusieurs dizaines de milliers d'euros si je suis bien informé) et que ce dernier prendrait pour cantine le restaurant qui se trouve Place de l'odéon, fort cher d'ailleurs, etc...et je passe sur le niveau des salaires, indemnités et retraites aberrantes des sénateurs...pour un travail parfois quasi inexistant et souvent inutile et improductif, même sous L'Empire Romain, les sénateurs, dépourvus de tout pouvoir réel, étaient plus utiles c'est pour dire.
Réponse de le 30/01/2015 à 18:30 :
Quelle contredanse? Ils ont tous des chauffeurs et pilote d'avion. Vous croyez qu'ils viennent avec leur propre voiture? D'ailleurs combien en possède une?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :