Remède de cheval pour l'économie britannique

Le ministre des Finances britannique a annoncé mercredi une cure d'austérité sans précédent dans le pays. Objectif : ramener le déficit public de 11% du produit intérieur brut à 2%, en cinq ans. Parmi les mesures emblématiques, la suppression d'un demi-million d'emplois publics et le relèvement de l'âge de la retraite à 66 ans.
(Crédits : Reuters)

George Osborne, chancelier de l'Echiquier (ministre des Finances), a rendu public mercredi un plan d'austérité sans précédent en Grande-Bretagne. Il prévoit notamment la suppression d'un demi-million d'emplois publics en quatre ans et le relèvement de l'âge légal du départ à la retraite de 65 à 66 ans d'ici à 2020.

Après des mois d'âpres tractations, George Osborne (Tory) a confirmé la plupart des coupes claires esquissées dans le collectif budgétaire de juin. Il a jugé "incontournable" de s'attaquer au déficit record de la Grande-Bretagne, le plus élevé parmi les pays du G7 : 11% du produit intérieur brut.

L'objectif est ainsi de ramener le déficit actuel à 2% du PIB dans un délai de cinq ans, une cure de rigueur de 113 milliards de livres, dont un quart proviendra de hausses d'impôts. Les prévisions tablaient jusqu'à présent sur une croissance britannique de 1,6% cette année et de 1,8% l'an prochain, mais la cure d'austérité freinera cette tendance, s'accordent à dire les économistes.

Ces derniers estiment ainsi que la Banque d'Angleterre devra faire preuve de souplesse monétaire à court terme. La livre sterling s'est bien tenue contre le dollar mais s'est dépréciée face à l'euro mercredi, un mouvement que certains analystes attribuent à la confirmation des intentions d'Osborne de prélever une taxe bancaire.

Cette taxe sur les banques devant entrer en vigueur l'an prochain est censée rapporter 2,5 milliards de livres par an. Le texte de loi sera présentée jeudi devant le Parlement, a annoncé Osborne ce mercredi.

La retraite à 66 ans

Parmi les mesures les plus radicales du plan d'austérité figure le relèvement d'ici à 2020 de l'âge légal de la retraite à 66 ans, qui permettra d'économiser 5 milliards de livres (7,9 milliards de dollars) durant la législature, a assuré George Osborne.

Le budget de la protection sociale sera amputé de 7 milliards de livres supplémentaires, qui viendront s'ajouter aux 11 milliards annoncés dès le mois de juin, après l'arrivée au pouvoir de la coalition Tories-Libéraux du conservateur David Cameron. Dimanche, David Cameron a déclaré que la Grande-Bretagne allait réformer en profondeur son système de protection sociale, notamment en mettant en place de nouvelles mesures pour inciter les chômeurs à accepter un travail.

Quelque 490.000 emplois seront au total amenés à disparaître dans le secteur public durant les quatre années à venir. Les syndicats avaient précédemment dénoncé ces pertes d'emplois, mais leur opposition aux mesures d'austérité ne devrait pas prendre des formes radicales comme en France, en Espagne ou au Portugal.

Les analystes jugent que l'avenir de la coalition Tories-libéraux dépendra en grande partie des effets des mesures d'austérité sur l'économie. Si 38% des Britanniques jugent que les Tories pratiquent une meilleure politique économique que les travaillistes, selon une étude Reuters-Ipsos publiée mardi, les "Lib Dems" de Nick Clegg, partenaires des Tories au gouvernement, voient leur cote de popularité s'effilocher dans la plupart des sondages parce que la politique économique menée n'est pas celle qu'ils défendaient avant les législatives de mai dernier.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.