Accord au G7 pour faire baisser le yen et aider le Japon

 |   |  542  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Les pays du G7 se sont mis d'accord dans la nuit de jeudi à vendredi sur une intervention concertée pour freiner la flambée du yen qui complique les efforts du Japon pour gérer la crise nucléaire et les conséquences du séisme et du tsunami qui ont dévasté une partie du pays il y a une semaine. Sur le marché, la monnaie japonaise a nettement reculé. Elle s'échange ce matin autour de 81,30 pour 1 dollar.

"En réponse aux récents mouvements du taux de change du yen associés aux événements tragiques survenus au Japon, et à la demande des autorités japonaises, les autorités des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, du Canada et la Banque centrale européenne se joindront au Japon, le 18 mars 2011, pour une intervention concertée sur les marchés des changes", tel est le communiqué publié par le G7 à l'issue d'une téléconférence des ministres des Finances et des banquiers centraux du G7.

Cette intervention commune des grands pays industrialisés pour vendre le yen constitue une surprise pour de nombreux observateurs qui pensaient que les ministres des Finances et les banquiers du G7 se contenteraient de donner un feu vert au Japon pour qu'il agisse seul.

Le ministre japonais des Finances Yoshihiko Noda a indiqué que la Banque du Japon avait commencé à vendre du yen ce vendredi matin. Il n'a pas voulu se prononcer sur la taille de l'intervention. Selon les intervenants sur les marchés, l'intervention pourrait bien avoir été plus importante que celle de la mi septembre dernier.

Les autres banques centrales participant à l'opération, la Réserve fédérale des Etats-Unis, la Banque centrale européenne, la Banque d'Angleterre et la Banque du Canada, devaient intervenir à l'ouverture de leurs marchés respectifs. "Le Trésor peut confirmer ce matin, que selon ses instructions, la Banque d'Angleterre est intervenue sur le marché des changes pour mettre en pratique le communiqué du G7 des ministres des Finances", à déclaré le ministère des Finances britannique dans un communiqué. La Banque de France a également confirmé ce matin sa participation. De même que la Bundesbank. Du coup, sur le marché, le yen a nettement reculé. A 10h30, il s'échangeait autour de 81,30 pour 1 dollar, après avoir tutoyé les 82. face à l'euro, il évoluait autour de 114,20 yens après un creu à 115,55.

"C'est la première intervention coordonnée que nous ayons vue depuis 2000. De ce fait, cela va avoir une résonance énorme sur le marché, commente Kathy Lien, spécialiste des études chez GFT à New York, citée par Reuters. "Parce que le seul genre d'intervention qui marche vraiment est une intervention coordonnée. Cela montre la solidarité de toutes les banques centrales au regard de la gravité de la situation au Japon".

Quand le Japon - seul - est intervenu pour la dernière fois, le 15 septembre 2010, il a vendu 21.300 milliards de yens, soit l'équivalent de 25 milliards de dollars. Ce montant, record pour une seule journée, n'avait permis qu'une hausse modeste du dollar, passé de 82,85 yens à 85,77 yens. Mais trés rapidement, le yen avait rapidement repris sa course, jusqu'à atteindre 80,22 pour 1 dollar le 1er novembre 2010. Un niveau qui a été enfoncé ce mercredi.

"La volatilité excessive et les mouvements désordonnés des taux de change ont des conséquences négatives pour la stabilité économique et financière. Nous continuerons à suivre avec attention l'évolution des marchés des changes et à collaborer si nécessaire", ajoutent les ministres des Finances du G7.

Avant le pic de 76,25, le précédent pic historique du yen face au dollar était de 79,75 yens, touché en avril 1995, trois mois après le tremblement de terre de Kobé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :