Comment Sarkozy compte soutenir l'économie ivoirienne

 |   |  251  mots
Copyright Reuters
A l'occasion de l'investiture d'Alassane Ouattara, le président français s'est engagé à accorder des prêts à la Côte d'Ivoire et à l'aider à effacer une partie de sa dette de 12 milliards de dollars.

Venu assister samedi à la cérémonie d'investiture du nouveau président Alassane Ouattara, Nicolas Sarkozy s'est engagé à tout faire pour aider la Côte d' Ivoire à se relever de dix ans d'instabilité et de conflits. La France a rappelé qu'elle octroierait un prêt de 400 millions d'euros pour notamment permettre à la Côte d' Ivoire de payer les salaires de ses fonctionnaires.

Effacer une partie de la dette
Le gouvernement français aidera aussi le pays à renouer avec les institutions internationales. Nicolas Sarkozy a indiqué qu'elle assumerait sa part dès que le pays autrefois le plus prospère d'Afrique de l'Ouest aura atteint le point d'achèvement de l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés (IPPTE). Celle-ci doit permettre l'effacement d'une partie, allant jusqu'à 50%, de la dette extérieure ivoirienne bilatérale, d'un montant de 12 milliards de dollars.

Dédommager les entreprises
Paris a prévu dans ce cadre un « contrat de désendettement-développement » qui consiste à convertir des dettes en investissements dans le développement (éducation, santé, infrastructures), et ce pour deux milliards d'euros. Nicolas Sarkozy a indiqué qu'Alassane Ouattara, qu'il a rencontré lors d'un petit-déjeuner à Yamoussoukro, avait promis de se pencher sur le cas des entreprises qui ont subi des dégâts lors des manifestations anti-françaises de 2004.
Plus de 600 entreprises françaises, allant de grands groupes comme Bouygues ou Bolloré à de nombreuses PME, sont implantées en Côte d'Ivoire et la France est le premier partenaire commercial de son ancienne colonie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :