Face aux attaques des marchés, Paris et Berlin se serrent les coudes

 |   |  718  mots
La Tribune Infographie
La Tribune Infographie
Sarkozy et Merkel vont demander l'adoption de la règle d'or sur l'équilibre budgétaire par les 17 membres de la zone euro. Ils tentent de rassurer sur la croissance qui fléchit fortement en France et en Allemagne.

Les annonces de Nicolas Sarkozy et d'Angela Merkel ne sont certes pas révolutionnaires. Mais elles ont eu le mérite d'effacer les pertes enregistrées mardi par l'euro face au dollar. À l'issue d'un sommet bilatéral sur la gouvernance de la zone euro, la France et l'Allemagne ont formulé d'une même voix un certain nombre de propositions, dont les modalités doivent encore être précisées. Paris et Berlin vont ainsi proposer au mois de septembre que l'Union européenne instaure une taxe sur les transactions financières. Cette taxe est une « nécessité évidente », a déclaré la Chancelière allemande, à l'issue de la rencontre. Autre proposition commune sur la table : l'adoption de la « règle d'or » sur l'équilibre budgétaire par les 17 pays membres de la zone euro avant l'été 2012. Déjà en vigueur outre-Rhin, la mesure est programmée en France et dans la majorité des économies de la zone euro. Elle avait aussi été recommandée par le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, au printemps dernier. Paris et Berlin estiment par ailleurs - sans grande surprise - que les euro-obligations ne sont pas la meilleure solution pour résoudre la crise de la dette souveraine qui frappe durement la zone euro. Pas question donc dans l'immédiat pour l'Union européenne d'émettre directement des emprunts. Enfin, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont pris eu engagement fort pour la convergence fiscal franco-allemande, avec le projet de créer un impôt commun sur les sociétés (voir ci-dessous) ; l'idée étant d'être ensuite suivis dans leur initiative par leurs partenaires européens, auxquels ils vont proposer la création d'un gouvernement économique, qui serait dirigé par Herman Van Rompuy. À l'issue de leur rencontre, les deux dirigeants ont également cherché à rassurer sur la croissance en Europe et dans leur pays respectifs. Pourtant, les chiffres sont inquiétants. Après la stagnation de l'économie française révélée vendredi, la première économie de la zone euro a connu une croissance de seulement 0,1 % au deuxième trimestre de cette année (par rapport au premier). Pour l'ensemble de la zone euro, le PIB (composé pour moitié par les économies allemande et française) n'a augmenté que de 0,2 % durant ce même trimestre par rapport au précédent alors que cet hiver il progressait encore de 0,8 %. Les économistes s'attendaient pourtant à mieux. « Ce deuxième trimestre marque un tournant dans le cycle économique allemand : c'est un changement de régime, la période de croissance exubérante est derrière nous », estime Andreas Rees, économiste chez Unicredit à Munich. Cette croissance est la plus faible enregistrée outre-Rhin depuis la sortie de la récession au printemps 2009. Depuis, la locomotive allemande avançait chaque trimestre à coup de 0,8 % de progression. Du coup les économistes d'Unicredit, de la Commerzbank mais aussi de l'institut de recherche DIW de Berlin ont abaissé leur prévision de croissance pour l'Allemagne à 3 % contre 3,4 ? 3,5 % attendus. Mais « s'il s'agit d'un net ralentissement, cela ne signifie pas la fin de la reprise », nuance Ferdinand Fichtner, responsable des études de conjoncture au DIW. « Les exportations ont dernièrement progressé moins fortement mais elles restent un pilier de la croissance », rappelle-t-il. Les firmes allemandes sont tout de même circonspectes face à l'avenir : depuis février leurs attentes pour les six prochains mois se font plus mauvaises. «L'économie allemande habituée au succès ne peut se découpler d'une conjoncture mondiale qui croît plus lentement », explique Jörg Krämer, économiste en chef de la Commerzbank.

Fin d'une croissance insolente

Le made in Germany a toutefois des raisons d'espérer. Certes 40 % de l'export allemand se fait toujours dans la zone euro. Mais « si les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) ne sont touchés par aucune crise économique durable, alors ces pays devraient devenir le groupe le plus important économiquement [pour l'Allemagne] et surpasser de beaucoup tant les États-Unis que la zone euro », explique Michael Hüther, directeur de l'institut IW de Cologne. « Les firmes allemandes sont bien positionnées sur ces marchés », précise-t-il. Aussi Berlin ne craint pas tant une rechute de l'économie américaine ou même européenne qu'une fin de la croissance insolente dans les pays émergents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/08/2011 à 17:53 :
Pour combien de temps ? cela s'appelle reculer pour mieux sauter
a écrit le 17/08/2011 à 17:12 :
La Bourse et les marches ne donnent pas toujours l heure juste sur la situation economique du pays ou du continent. Beaucoup d entreprises peuvent faire des profits alors que d autres ont disparus et disparaissent du circuit economique en creant du chomage. La bourse ne s occupe pas de ces cas. La Bourse ne s occupe que des entreprises vivantes pas des mortes. Comme le dit un proverbe Arabe cela ressemble a couvrir le soleil en utilisant un tamis...Les pays capitalistes ne peuvent plus s emprunter comme il y a une decennie. Celles qui peuvent s endetter on peur de Moody..
a écrit le 17/08/2011 à 16:52 :
le couple franco-allemand a foutu la Zone Euro dans cette situation, il y a quelques années l'économie allemande allant mal et pour aider les Allemands les taux d'intérêts furent baissées outre mesure par la BCE. Ceci incita certains pays à faire des dettes pour plus importer, surtout des produits allemands, ce qui relança l'économie allemande. Maintenant ces pays auraient besoin d'aide mais "Pustekuchen" (tu peux toujours attendre) l'Allemagne s'en fout bien des autres il y a eux, ensuite leurs chiens et loin derrière les autres. On ne change pas un peuple en 70 ans!
Ils sont aussi nationalistes que jamais mais plus malin maintenant.
Et la France, ne direz vous? Et bien la France a été prise à son propre piège, pour elle cela n'a pas marché. « Schadenfreude ist auch eine Freude » (se réjouir du malheur des autres est aussi un plaisir)
Il faut le lire pour y croire, ces deux acolytes nous ont foutu dans la m..... et maintenant ils jouent les héros!
Hallo Sarko, Hallo Angela, il y a 17 pays dans la zone euro, il faudrait peut-être en tenir compte de temps en temps.
a écrit le 17/08/2011 à 16:48 :
Le couple franco-allemand a foutu la Zone Euro dans cette situation. Il y a quelques années l'économie allemande allant mal et pour aider les Allemands les taux d'intérêts furent baissées outre mesure par la BCE (Trichet, grand germanophile). Ceci incita certains pays à faire des dettes pour plus importer, surtout des produits allemands, ce qui relança l'économie allemande. Maintenant ces pays auraient besoin d'aide mais "Pustekuchen" (tu peux toujours attendre) l'Allemagne s'en fout bien des autres il y a eux, ensuite leurs chiens et loin derrière les autres. On ne change pas un peuple en 70 ans!
Ils sont aussi nationalistes que jamais mais plus malin maintenant.
Et la France, me direz vous? Et bien la France a été prise à son propre piège, pour elle cela n'a pas marché. « Schadenfreude ist auch eine Freude » (se réjouir du malheur des autres est aussi un plaisir)
a écrit le 17/08/2011 à 13:53 :
Toutes ces solutions techniques ont leur valeur, mais ne manque t-il pas l?essentiel, à savoir : pour qui ? Pour quoi ?
Conscients ou pas, et poussés par les financiers et les agences de notation, nos dirigeants mettent en place sur la planète les politiques de Thatcher, Reagan et GW Bush réunis, c'est à dire une politique démodée et en faillite. Il faut profiter de la crise pour s?arrêter et définir notre projet : quel capitalisme voulons-nous ? Quelle Europe voulons-nous ? L'avenir est-il oui on non vers le développement durable. Si oui, qu?est ce qu?est-ce qu?on attend ?
Le spectacle auquel nous assistons est pathétique. Les agences de notation, agissent comme des dresseurs de cirques, et n?ont que mépris pour les Chefs d?Etat (et donc les citoyens du monde) qu?ils font sautiller au gré de leurs claquements de fouet. C'est juste honteux.
Conclusion : Stop. Une vision, un objectif et ensuite, toutes les mesures techniques propres à y parvenir. Pas l'inverse.
Quel dommage que de Gaulle soit mort.
Démocrate indigné et triste
a écrit le 17/08/2011 à 13:30 :
Pas besoin de règle d'or : le traité de Maesticht la contient (dette limitée à 60% du PIB). Il faut et il suffit d'instaurer des sanctions sévères (pas de soutiens financiers, plus d'aides européennes) à l'encontre des pays dont les évolutions sont à l'opposé du traité (ex. : la France aujourd'hui).
a écrit le 17/08/2011 à 12:58 :
Regardez le Luxembourg , pas besoin de mister sarko
Un petit pays d accord mais un train de vie spectaculaire.

Sarkozy s il voulait le prob du d?fici il aurait du le rr?gler sans sa r?gle d or vs verrez par principe elle sera rejett? par l Autriche,Luxembourg,belgique......

Pas eurobond alors pas de r?gle d or!

a écrit le 17/08/2011 à 11:52 :
En quoi la taxe Tobin fera-t-elle repartir la croissance ? Mystère, c?est plutôt le contraire, elle fera fuir les capitaux. En quoi le gouvernement européen c.à.d. les Eurobonds, au mieux dans cinq ans, règlera-t-il les problèmes criants et immédiats de dettes et de déficits des PIGS + F ? Re-mystère. On n?attendait pas grand-chose de ce « sommet », on peut dire qu?il n?a accouché de rien du tout. Nuls, irresponsables et aveugles, voilà ce que sont nos dirigeants seulement préoccupés d?effets d?annonces. Leurs citoyens ? Ils s?en moquent.
a écrit le 17/08/2011 à 11:10 :
Encore un sommet pour rien..... et il parait que nous sommes 17 dans le wagon, où sont les 15 autres?
a écrit le 17/08/2011 à 11:04 :
Que diantre, nous sommes en guerre ....contre les marchés et personne n'en a rien su.Si le ridicule tuait le gouvernement tout entier et son chef seraient déjà depuis longtemps rayés des cadres.Triste fin d'une période de cinq ans qui ne laissera que de mauvais souvenirs.
a écrit le 17/08/2011 à 9:55 :
le bal des baltringues
a écrit le 17/08/2011 à 9:24 :
Un grand merci aux marchés, sans eux nous serions en pleine débacle ... et sans même le savoir. Ce meeting Merkel-Sarkozy est complètement bidon, annonce des mesures qui ne prendront effet peut-être que dans 5 ans, comme le gouvernement européen ou qui ne prendront jamais effet comme la taxe sur transactions financières. Bidon, ce meeting est bidon. Politiciens incompétents, votre jour arrive bientôt !!
a écrit le 17/08/2011 à 9:02 :
On se demande pourquoi certains tiennent tant à rassurer les marchés. Sans doute parceque les gouvernements ont pour tâche principale de s'assurer que les flots d'argent continuent de couler sans accroc dans les poches de ceux qui ne savent que tirer profit de l'exploitation des ressources humaines et terrestres, sans beaucoup d'utilité économique et sans aucune utilité sociale. La seule chose que l'on peut faire avec les marchés, ce n'est pas de les rassurer, mais de les castrer afin qu'ils cessent de nous baiser.
Réponse de le 17/08/2011 à 10:03 :
La lucidité de MarcoPolo devrait etre partagé par tous les citoyens du monde qui ont encore le minimum de bon sens. Avons nous en France quelques politcards qui soient élevés a u bon sens ? a l'évidence nos Parlementaires nous démontrent jour apèrs jour, législature après législature, qu'ils n'ont qu'un intérêt pour ce qui les fait briller, ils transpirent la cupidité.
Réponse de le 17/08/2011 à 10:58 :
oui nous en avons ; pour mettre fin à ce cirque , votez mélénchon !!!
Réponse de le 17/08/2011 à 11:47 :
Mélanchon est très apprécié des citoyens de bons sens, en particulier par les déçus de la droite, les indignés de la droite, les baffoués de la droite.
Réponse de le 17/08/2011 à 12:36 :
Bien dit Marco Polo...il faut en fait tuer le mal à sa source: les paradis fiscaux, véritable caverne d'ali baba pour tous les escrocs du marché, les mafieux de l'Est et des balkans, les profiteurs en tout genre, nantis et rentiers du monde entier. Leur capitaux volés à la masse ne seront jamais réinjecter dans l'économie en partie à cause de ce dumping fiscal outrancier. Citoyens du monde entier, déclarons la guerre à la Suisse, Luxembourg, Canaries, Monaco, Jersey et consorts...de toute façons à part nous balancer des liasses de billets ils n'ont pas de quoi se défendre...
a écrit le 17/08/2011 à 8:53 :
puisque mr sarkosy veut un gouvernance européenne OK MAIS ALORS QU'il EN PROFITE pour modifier celle de la france qui n'a plus lieu d'etre EX: moitie moins de deputés 100 sénateurs (l'allemagne en a beaucoup moins que nous et les resultats son bons)moins de ministre et tout les emplois bidons distribués avec. la regle d'or du bidon quand le déficite 3% n'est pas respecté
a écrit le 17/08/2011 à 8:49 :
Les marchés financiers ont toujours été le reflet de la gestion d'une Entreprise ou d'un état. Si la gestion est bonne, le titre s'envole, si elle est désastreuse, il s'écroule.
Le parallele avec la situation actuelle crève les yeux, les petits investisseurs se sont retirés depuis longtemps, les institutionnels sanctionnent le manque de visibilité et de rigueur dans nos dirigeants.
a écrit le 17/08/2011 à 8:48 :
Le mot DEFICIT ne devrais pas EXISTER dans le budget des etats.
a écrit le 17/08/2011 à 8:39 :
la taxe sur les transactions financieres ne peut marcher que si elle est generalisee or comme les usa le japon et londres n'en veulent pas c'est une proposition dont on continuera de parler pendant longtemps
a écrit le 17/08/2011 à 8:09 :
J'ai suivi hier l'intégralité de la conférence de presse d'A Merkel et de N Sarkozy. J'ai été frappé par la cohérence de pensée des deux intervenants. Leurs interventions étaient claires et complémentaires. Les mesures proposées sont intelligentes même si elles ne vont pas régler tous les problèmes. Nos dirigeants n'ont pas, malheureusement, de baguette magique. Ils ont par contre (et tout aussi malheureusement) des opposants qui ne cherchent pas le bien de notre pays et de ses habitants, mais la faveur d'électeurs.
Réponse de le 17/08/2011 à 8:57 :
La rencontre organisée le 16 aout 2011 ne laissera pas un bon souvenir à l'Europe. La conférence de presse met en évidence le manque de courage pour brider les banquiers voyous et poursuivre les financiers bandits. De surcroit la spéculation immobilière n'a pas été abordée alors que c'est la spéculation immobilière qui généré les crises permanentes depuis 2000 ... aux USA avec les subprimes, puis en Espagne, en grece, en Italie, aussi EN FRANCE ou la spéculation immobilière est devenue le CANCER qui mine l'économie au dépends de l'industrie. LE PIRE c'est Fillon est carrément impuissant, Coppé et son UMP se Union se Moquent du Peuple n'ont aucune idée sur le sujet et à gauche nous constatons que Hollande devient le disciple impénitent de l'endettement sans fin !!!
Réponse de le 17/08/2011 à 9:01 :
Parceque vous pensez que Sarkozy ne cherche pas la faveur des électeurs en essayant d'imposer une règle d'or de 3 pour cent de déficit (d'ailleurs pourquoi 3 pour cent)qu'il n'a jamais respecté.
Réponse de le 17/08/2011 à 9:51 :
Oui mais pour l'instant ce ne sont, une fois de plus, que des paroles. Vont elles être suivies d'effet, ou ne sont-elles qu'un effet d'annonce, qu'on s'empressera d'oublier, comme la fameuse disparition des paradis fiscaux ? Ne pas oublier qu'une règle d'or existait déjà dans l'UE : pas plus de 3% de déficit, et pas plus de 60% de dettes. Cette règle n'a pas été respectée, et Sarkozy lui même ne l'a aucunement respectée.
Réponse de le 17/08/2011 à 9:58 :
Qui a fait le fier en 2009 en annoncant publiquement que grace a LUI le G20 avait posé des limites et allait reformer la finance internationale et que les choses allaient changer alors que dans les faits RIEN n'a change et on le voit tres bien en 2010, 2011 et pour l'avenir ?
Un indice : son nom commence par S et fini par Y. Si vous avez un peu de clairvoyance vous le devinerez
Réponse de le 17/08/2011 à 10:15 :
Sur le sujet de la réunionette orchastrée par Sarkozy le 16 Aout 2011, et après avoir entendu et lu Valérie PECRESSE et François HOLLANDE, il semble que nous détenons là le couple de l'été 2011.
Réponse de le 17/08/2011 à 10:34 :
Vous avez raison Jean, Sarkozy se moque de nous, il se moque de ses électeurs. De surcroit sarkozy baffoue sa signature et ses engagements européens. Comment les frnaçais peuvent ils supporter cet étét de faits scandaleux ? In fine, la machine de guerre des sarkoziens porte ses orientations dans son sigle : UMP Union qui Marche sur son Peuple, Union qui se Moque du Peuple, Union qui Méprise le Peuple.
a écrit le 17/08/2011 à 8:04 :
Les marchés craignent beaucoup la France...avec ses 1800 milliards ? de dettes (450 de plus qu'en 2007) !
a écrit le 17/08/2011 à 7:23 :
De toutes façons, la recette des gestionnaires parasites de notre Monarchie 2.0 est simple : Travailler moins pour dépenser plus !
a écrit le 17/08/2011 à 7:22 :
Le meilleur moyen de ne pas craindre les marchés ne consisterait-il pas a s'en passer ? Lors de la dernière présidentielle, le débat sur la dette fut déjà largement animé, un parti proposa même déjà d'inscrire l'équilibre dans la constitution. On aurait donc espéré que notre Elu en Chef s'occupa d'appuyer sur le champignon rouge de l?arrêt d'urgence. Que nenni ! A peine élu, il trouva l'accélérateur, et youpie , c'est la fête dans l'Ile aux Enfants. Ce même Elu en Chef prétend aujourd'hui qu'il faut s'en occuper ? On voit clairement que les élections s'approchent, et on nous ressert les mêmes plats réchauffés, sauf qu'on est encore plus enfoncés dans la M...
La recette est pourtant simple : Pas d'exercice budgétaire déficitaire !!! Et on renvoie la dette au peuple, qui sera surement ravi de percevoir les 3% d?intérêts sur son livret AAA, dont le plafond aura été augmenté pour l'occasion.
A ce moment, les marchés iront polluer d'autres Etats , ailleurs.
a écrit le 17/08/2011 à 7:20 :
Une seule solution: une Europe fédérale avec un Président élu, mais tant que l'Angleterre nous mettra des bàtons dans les roues rien n'avancera.....
Réponse de le 17/08/2011 à 7:39 :
OK pour une couche Europe, mais alors, plus de présidents nationaux... Sinon, ça consiste juste a ajouter encore une couche sur le mille feuille qui emploie déjà près d'un million de personnes juste pour l'aspect administratif (consistant généralement a refaire en plus mal ce que le service d?à coté a déjà fait...). Aujourd'hui, a chaque fois qu'un politique ouvre la bouche, c'est pour rajouter une couche de n'importe quoi quelque part, histoire d'y loger des copains... Il va commencer a être grand temps de nettoyer tout ça, sinon on va juste s'enfoncer, comme on commence a le faire.
a écrit le 17/08/2011 à 7:14 :
C'est encore une mise en scène ridicule . cette règle d'or est idéologique!
Ce discours que tout doit passer par le croissance est mensonge . Cette Europe n'est ni plus ni moins que la restauration d'un ordre antérieur . Il n'y a aucune ouverture sur le futur mais un renfermement . Il y a trop d'exemples de cette obsolescence et de cette idéologie frénétique pour ne pas avoir besoin d'illustrer.
Réponse de le 17/08/2011 à 8:04 :
Toujours la critique systématique ! Cette règle est une nécessité absolue. Même si elle n'est pas formalisée il faut l'appliquer. Alors le mieux n'est pas l'ennemi du bien et l'inscrire dans la Constitution est un plus. N Sarkozy l'a parfaitement expliqué hier soir, mais peut-être n'avez-vous pas entendu l'ensemble de la conférence de presse. Il faut se documenter pour donner un avis !
Réponse de le 17/08/2011 à 11:15 :
JP.Pourriez vous s'il vous plait m'expliquer pourquoi M.Sarkozy et les gouvernements successifs auxquels il a participé,n'ont pas appliqué cette règle d'OR tellement nécessaire aujourd'hui.Sont t'ils tellement incapables? Merci par avance.
Réponse de le 17/08/2011 à 11:18 :
JP Désolé ma question s'adresse naturellement à Démosthene
a écrit le 17/08/2011 à 7:09 :
Peut être le titre de cet article aurait pu etre rédigé par la Tribunede la façon suivante : "Face a la mauvaise gestion de la France et aux dérives budgétaires, les français serrent les fesses"
a écrit le 17/08/2011 à 6:36 :
C'est l'Europe des petits pas avec la GB en embuscade qui est le vrai problème de l'EU. Si Merkel et Sarkozy avaient décidé de pousser l'intégration economique et politique de la zone euro en demandant une réunion des 17 états avec comme mission définir une structure viable, tout ce ramdam aurait cessé. Ces deux là, ne sont plus les hommes de la situation. La crise va continuer, hélas.
Réponse de le 17/08/2011 à 11:20 :
Tant que les fédéralistes seront aux commandes la crise se poursuivra,et les déséquilibres se creuseront encore.
a écrit le 17/08/2011 à 6:02 :
Gain de l'Euro deja perdu. On paye une gestion catastrophique de nos dirigeants droite ou gauche depuis 40 ans. notre soit disante elite a ete incapable de diriger le pays. Ils sont plus interessé par leur carriere , il n'y a plus aucun projet de grande envergure dans ce pays. fausse promesse et effet de com c'est tout ce dont ils sont capables.
Réponse de le 17/08/2011 à 7:26 :
Leur seul programme est de gérer leur carrière, de se trouver un trône peinard, et de s'entourer de copains bien conciliants pour se protéger des gueux.
a écrit le 17/08/2011 à 4:00 :
Le gouvernement (et le "gouverneur") économique de l'Europe aura fort à faire. 17 chevaux légers sourcilleux de leurs prérogatives et aux horizons de gouvernance pendus à des élections aux dates différentes, des faibles et des forts, plusieurs malades graves, des dettes de partout, une absence générale de rigueur économique (dépenser plus que les recettes), des administrations pléthoriques et redondantes, pas de contrôle à la fois fiable et contraignant ni de langue commune.... M. Van Rompuy doit y réfléchir à deux fois avant d'accepter cette patate chaude. S'il accepte, réussit à imposer sa fonction et produire des résultats, alors il méritera un statut de père de l'Europe.
a écrit le 16/08/2011 à 21:58 :
Pas plus de précisions sur cette taxe ?
Attendons donc le mois de Septembre.
Réponse de le 17/08/2011 à 0:40 :
Les Allemands se trompent. Les BRICS exigent des productions sur leurs territoires, des joints ventures dominées par leurs investisseurs nationaux et des transferts de technologie. A moyen terme, les BMW vendues en Chines seront construites sur place. C'est bon pour le chiffre d'affaires consolidés des groupes allemands, mais ni pour le PIB de l'Allemagne ni pour l'emploi sur place. Les européens sont dans la même barque, il faut que les allemands intègrent cette réalité.
Réponse de le 17/08/2011 à 9:27 :
Mais il me semble qu'ils l'ont fait: le TGV chinois qui s'est crashé dernièrement comportait de la technologie Siemens, je crois... Quant au dernier avion d'entrainement à hélice indien, qui vient d'être retiré du service après avoir tué 17 jeunes pilotes, il était doté d'un moteur anglais, peu fiable dit on...
a écrit le 16/08/2011 à 21:11 :
C'est mieux que rien mais il faut aller pus loin. En particulier, comme le propose Borloo : interdire totalement et définitivement les ventes à découvert, règlementer davantage la finance en général et en particulier les fonds spéculatifs (hedge funds), interdire réellement les paradis fiscaux, interdire l'effet de levier, etc. Je rajouterais : taxer fortement les bonus des financiers et traders, qui sont à l'origine de la crise dont nous avons tant de mal à sortir depuis la très sombre affaire des subprimes.
Réponse de le 16/08/2011 à 22:14 :
Les traders ne font que leur travail c'est simple -
Réponse de le 16/08/2011 à 22:56 :
Bravo, Jean. On peut faire encore mieux, fermer les places boursieres, banir l'argent et retourner au troc.D'accord avec vous, cependant sur les bonus qui n'ont pas de justification.
Réponse de le 17/08/2011 à 0:39 :
Borloo ne fait que reprendre des idées qui sont sur la table depuis très longtemps ! Il fait juste mine de servir à quelque chose alors qu'il n'apporte strictement rien au débat si ce n'est qu'il montre être en accord avec Sarkozy...
Réponse de le 17/08/2011 à 6:26 :
Borloo remet sur la table ce que Fillon et Sarkozy méprisent jettent à la poubelle. On se demande encore ce que Borloo est allé faire en flirtant avec l'Union qui se Moque du Peuple. Le problème c'est Fillon qui occupe un poste mais n'assume pas sa part de travail.
Réponse de le 17/08/2011 à 6:28 :
Taxer les profits insolents et sans scrupules des opérations financières ne serait que justice. Ce sont quand même les seuls profits qui échappent à toute taxation et à quasiment tout... contrôle! Surtout que leurs acteurs sont totalement dénués de tout sens moral et de toute éthique, si ce n'est de... faire de l'argent! Je ne sais plus quel économiste a dit "Derrière chaque euro ou chaque dollar gagné, il y a de la sueur et parfois du sang". D'où l'importance de revenir à plus de raison, et plus de notion d'intérêt collectif. Sinon, le système financier actuellement en place court à sa perte, en entraînant avec lui un système économique qui n'est finalement pas si mauvais.
Réponse de le 17/08/2011 à 7:17 :
vous parlez de la finance qui représente 97 pour cent des transactions ..S'il elle s?écroule ; on aura un nouvel ère économique . Alors écroulement?
Réponse de le 17/08/2011 à 7:40 :
D'abord, Carpatrick, faire de l'argent comme vous le dites est le but de tout le monde, sauf peut etre de quelques idealistes. Ensuite dire que les produits financiers ne sont pas taxes est une contre verite. Si vous faites reference a la taxe tobine, il s'agit de taxer des capitaux qui ont deja ete imposes. C'est bien joli de clamer qu'il faut reguler les marches financiers mais comment le faire ? Sarkho et Merkhel pesent peu au niveau mondial et prendre une initiative en ignorant le reste du monde peut, a mon avis, s'averer plus couteux que productif.
Réponse de le 17/08/2011 à 9:46 :
A ceux qui pensent que réguler davantage les marchés financiers serait mauvais pour l'économie, je réponds ceci : 1) Depuis que la finance est dérégulée, la croissance a diminué. 2) Depuis que la finance est dérégulée, le CAC 40 a ... baissé !!! 3) L'argument selon lequel réguler davantage serait mauvais pour l'économie est simplement un argument de lobbying de la part de ceux qui gagnet leur vie gràce à cette dérégulation, et en particulier les traders, financiers, gérants de hedge funds. 4) Je suis d'avis que l'économie tournerait mieux sans ces gens, qui gagnent leur vie au détriment de l'économie. Ce sont donc, au sens propre, des parasites, qui sucent le fric qui passe sur les marchés en rendant ce marché malade, comme les sangsues dont on pensait pourtant, à tort, qu'elles guérissaient les malades.
Réponse de le 17/08/2011 à 10:57 :
Jean, dites nous ce qu'il faut faire au lieu de repeter que la finance est la cause de tous les mots. sont-ce les financiers ou les politiques qui ont cree les dettes souvereignes ? Les bourses occidentales baissent parceque les pays occidentaux sont mal geres(dettes americaine et Europeennes- emprunts excessifs,etc) . La chute du Cac est la consequence de cette mauvaise gestion, les politiciens sont elus par le peuple, nous sommes donc tous responsables, les financiers sont loin d'etre parfaits mais ils ne sont pas la cause principale de nos problemes.
Réponse de le 17/08/2011 à 14:51 :
Interdisons surtout les produits dérivés. Ce sont de véritables poupées russes qui ont caché...des subprimes! Ventes à terme: idem. STOP à tous ces warrants à effets de leviers. Les swaps: au revoir aussi! soit disant mesures de couvertures mais en fait comment gagner de l'argent aux détiments des autres...cela cache magouilles et délits d'initiés sous couverture d'une technicité avancée (voir aujourd'hui les Hedge Funds qui doivent détenir de gros CDS sur les PIGS et cherchent à faire tomber la zone Euro.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :