Une énorme bévue comptable réduit la dette publique allemande

Une erreur de saisie de... 55,5 milliards d'euros allège miraculeusement la dette de l'Allemagne. Mais la chasse aux responsables est ouverte.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

L'État fédéral allemand est depuis ce week-end moins endetté de quelques 55,5 milliards d'euros. La dette brute du pays, selon les critères de l'Union européenne, a subitement baissé de 2,6 points à 81,1 % du PIB. Comment ce miracle s'est-il produit ? Par l'opération d'une erreur comptable assez étonnante. Après la nationalisation de la banque en quasi-faillite Hypo Real Estate (HRE) en 2009, Berlin a transféré les actifs toxiques et non stratégiques de cet établissement dans une structure de défaisance. L'Etat fédéral est responsable du passif de cette « bad bank », baptisée FMS Wertmanagement (FMSW), lequel est imputé à la dette publique. Or, les députés au Bundestag ont appris ce vendredi que le passif de FMSW avait été artificiellement grossi de 55,5 milliards d'euros. Les détails de cette erreur sont encore peu clairs, mais il semblerait qu'elle concernerait le calcul de la valeur de marché de certains dérivés et qu'elle remonte à une bévue de manipulation : un plus aurait été échangé avec un moins dans le bilan.

L'affaire a un caractère grotesque qui pourrait prêter à sourire puisqu'elle allège l'endettement allemand, même si, comme l'a rappelé le ministère fédéral des Finances, « le pays n'est pas plus riche » : il ne s'agit là que d'un jeu d'écriture. Mais outre-Rhin, ce dérapage ne fait pas rire. Bien au contraire. L'Allemagne si prompte à donner des leçons à l'Europe se retrouve prise en défaut. « Voici quelques jours, nous nous moquions de la Grèce et à présent, ce sont les Grecs qui se moquent de nous », a ainsi résumé l'éditorialiste de la Sächsische Zeitung de Dresde.

Dans l'oeil du cyclone

Du coup, la polémique enfle et l'on recherche des responsables. Ce mercredi, le ministre fédéral des Finances, Wolfgang Schäuble, rencontrera les acteurs de cette bévue. Le locataire de la Wilhelmstrasse tente de faire porter le chapeau à la société d'audit PricewaterhouseCoopers (PwC) qui a certifié les comptes de FMSW. Il peut cependant y avoir d'autres responsables : les dirigeants de HRE qui sont chargés du transfert de leurs actifs vers la « Bad Bank » ou ceux de la FMSA, l'entité chargée de la mise en oeuvre et de la surveillance de l'aide aux banques. Mais c'est désormais Wolfgang Schäuble qui se trouve dans l'oeil du cyclone médiatique déclenché par cette affaire. Un député du parti de gauche Die Linke l'accuse d'avoir été au courant depuis plus longtemps qu'il ne l'avoue. Le ministère prétend avoir entendu parler de cette erreur oralement pour la première fois le 4 octobre. Le 13, l'information a été confirmée. Elle devait être transmise le 21 au Bundestag, mais, compte tenu de la tenue du sommet de Bruxelles, on a préféré la dévoiler le 28. Or, le député de gauche Klaus Ernst a reçu le 13 septembre un document du ministère prévoyant une baisse de la dette de... 55,5 milliards d'euros ! Une coïncidence des plus gênantes qui suscite la méfiance vis-à-vis de Wolfgang Schäuble. Le SPD a ainsi estimé que le ministre avait «la responsabilité complète» de cette erreur. En pleine crise de la dette et au moment où le débat sur les baisses d'impôts ? auxquelles le ministre est peu favorable ? ressurgit, cette énorme bévue comptable peut être une nouvelle épine dans le pied de la chancelière Angela Merkel.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 06/11/2011 à 6:12
Signaler
Tant que les hauts revenus, tant que les hackers poursuivront en toute impunité la destruction de système financier, il faut s'attendre à ce que TOUS LES DIRIGEANTS du monde, pense pouvoir se permettre de prendre le peuple pour des idiots qui ne réfl...

à écrit le 06/11/2011 à 5:41
Signaler
Une erreur comptable de 55 milliards d'euros ! Est-ce que cela ne pourrait pas arriver à la France et à bien d'autres pays ? Réputée pour sa rigueur, l'Allemagne peut se sentir gênée. Mais rappelons-nous, nous savions déjà que l'Allemagne d'Hitler é...

à écrit le 03/11/2011 à 10:31
Signaler
Ca va être encore la faute du stagiaire de PWC. Va peut être falloir qu'un jour on regarde comment fonctionne les big 4 avec leurs armées de stagiaires et jeunes diplômés, renouvelés à chaque saison.

à écrit le 03/11/2011 à 3:55
Signaler
De deux choses l'une: ou cela est vrai, et il faut se pencher très sérieusement sur les comptes des banques, car il est inimaginable qu'un "erreur" de cette ampleur puisse passer entre les mailles du filet des auditeurs, sauf à ce qu'en réalité ceux-...

à écrit le 02/11/2011 à 16:40
Signaler
A qui veut-on faire croire cela? - Quand les couleuvres de l'info deviennent de vraies pyton constrictors. mais ainsi va le monde.

à écrit le 02/11/2011 à 15:07
Signaler
la dette publique allemande est une erreur, la grèce est une erreur etc... c'est toujours une erreur quand les politiciens se trompent . Il n'y a jamais de sanction. Quand je fais mes comptes, je ,ne fais pas d'erreur aussi grandiose et quand je prêt...

à écrit le 02/11/2011 à 14:52
Signaler
C'EST À SE DEMANDER OU ILS VONT, CAR BRUSQUEMENT TOUT CHANGE ET MALHEUREUSEMENT, NOUS "PAUVRE FRANÇAIS", LE CHEF D'ÉTAT N'A RIEN VU VENIR ? POURTANT ILS VOIENT BEAUCOUP TOUS LES DEUX, "MAIS J'AI L'IMPRESSION QUE TOUT EST PERMIS ENTRE EUX" LE SILENCE ...

le 02/11/2011 à 16:07
Signaler
Je ne comprend absolument rien a ce commentaire. Peut-etre est-il en rapport avec autre chose??

le 02/11/2011 à 16:16
Signaler
c'est le commentateur qui est une erreur!

à écrit le 02/11/2011 à 11:54
Signaler
peut être une erreur volontaire !

le 02/11/2011 à 16:14
Signaler
c'est le commentateur qui est une erreur!

à écrit le 02/11/2011 à 8:20
Signaler
La grande différence avec la Grèce est que les manipulations comptables grecques *allégeaient* fictivement la dette, l'erreur comptable allemande l'alourdissait ! Plus sérieusement, l'affaire montre à quel point les "bulles de fermentation" sur des ...

à écrit le 02/11/2011 à 8:15
Signaler
Et il n' y en aurait pas d'autre ... dans l'autre sens ?? ... Toujours est il que quelque soit le sens de l'erreur cela ne fait pas sérieux , surtout sur des chiffres, des indicateurs qui maintenant sont à la base des la nouvelle répartition du pouvo...

à écrit le 02/11/2011 à 7:20
Signaler
Je suis très méfiant des chiffres annoncés par Bercy et le gouvernement qui a la facheuse habitude de nous faire croire que la France est bien gérée, je pense que si un tel cas se produisait en France le chiffre ne serait pas moins de dette mais plus...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.