Le Brésil réduit sa prévision de croissance pour 2012 de 40%

Le Brésil a admis lundi qu'il sera difficile pour le pays d'atteindre le taux de croissance prévu de 4,5% en 2012, tout en estimant qu'il sera plus élevé que celui de l'an dernier, en mettant en cause l'instabilité de la zone euro.
Dilma Rousseff - Copyright Reuters

Le Brésil a-t-il eu les yeux plus gros que le ventre en prévoyant une croissance de 4,5% en 2012 ? Le pays a dévoilé hier une prévision bien moins spectaculaire : au moins 2,7%, soit une révision à la baisse de près de 40%. En cause : la crise, notamment dans la zone euro. "Si la crise empire, si le problème de la Grèce n'est pas réglé, alors il nous sera difficile d'atteindre un taux de croissance de 4,5%", a déclaré le ministre des Finances Guido Mantega lors d'une conférence de presse, lundi.

Il a toutefois ajouté que la sixième puissance économique du monde jouissait de "conditions plus favorables que d'autres pays pour réagir à une aggravation de la crise et continuer à connaître la croissance. "Je ne dis pas (que nous atteindrons) 4,5%, mais nous serons au-dessus des 2,7% de croissance atteints en 2011", a-t-il précisé.

"Prêt à 100%" à faire face à la crise

En 2011, le PIB du Brésil n'a augmenté que de 2,7%, contre 7,5% en 2010 et à fin février, la Banque centrale tablait sur une croissance de 4,5% pour l'année en cours. Mais la crise et ses conséquences ne font pas peur à la présidente, Dilma Roussef, qui a déclaré ce lundi que son pays était "prêt à 300%" à résister aux effets de la crise européenne. "L'autre jour, on me demandait si nous étions préparés à ce qui pourrait arriver en Europe. Je peux vous assurer que nous sommes prêts à 100%, voire 200% et même 300%", a affirmé la présidente lors d'"un discours prononcé à Santa Catarina dans le sud du pays.

"Nous allons résister à la crise en créant des emplois, en investissant dans des infrastructures et des activités sociales pour permettre au pays de croître et une meilleure distribution des revenus", a assuré Rousseff qui s'oppose aux mesures d'austérités européennes comme seul moyen de sortir de la crise. "Ces dernières années, à partir du gouvernement du président Luiz Inacio Lula da Silva, le Brésil a tenu à s'armer pour faire face aux crises externes. Si vous vous souvenez bien, par le passé, quand le monde éternuait, nous attrapions une pneumonie. Aujourd'hui nous n'attrapons plus de pneumonie", s'est félicité Dilma Rousseff, assurant que le Brésil était même sorti "plus fort" de la crise de 2008 et 2009.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 12/12/2012 à 15:48
Signaler
100% d'accord avec klistchko. Le Brésil, j'y habite et mon activité me met en permanence en contact avec les entreprises. Il y a une énorme communication sur le mode "on est super bon, on va être meilleurs demain", mais l'écart se creuse de plus en p...

à écrit le 22/05/2012 à 10:57
Signaler
Erreur dans le titre ?

à écrit le 22/05/2012 à 10:23
Signaler
le Brésil sera la nouvelle Chine. des mouvements sont amorcés vers ce pays qui va se développer fortement.

le 22/05/2012 à 13:01
Signaler
avec un taux de croissance si faible, une population moindre, et un niveau éducatif très nettement inférieur, le brésil ne sera jamais la nouvelle Chine, le japon avait un taux de croissance de 15% quand il s'est développé, la Chine de 10%, il ne fau...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.