Quand le chanteur de U2 s'inquiète du "mur de la dette" américaine

Lors d'une rencontre avec le président de la Banque mondiale, le chanteur Bono a fait état de son inquiétude à propos de coupes budgétaires aux Etats-Unis susceptibles de porter préjudices aux aides internationales, notamment aux programmes de lutte contre le Sida. Ce qui pourrait, selon lui, causer plusieurs milliers de morts.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Barack Obama n'est pas seul à redouter le mur de la dette. Avec lui, Bono, le chanteur de U2 et grande figure du "charity business', décidément de toutes les causes, s'alarme des conséquences du "fiscal cliff", ces quelques 16.000 milliards de dollars de dette qui menacent l'économie américaine.

65.000 morts

Lors d'une rencontre publique en compagnie du président de la Banque mondiale Jim Yong Kim, mercredi, l'artiste a fait part de son inquiétude en cas de réduction automatique des dépenses appelées "sequestration". "Il y a un vrai danger", s'alarme-t-il, que ces coupes budgétaires ne conduisent à supprimer quelque 2 milliards de dollars dévolus à l'aide internationale. Cela affecterait près de 275.000 personnes touchées par le Sida, cause dont il est l'un des hérauts. Reprenant des chiffres de la Fondation américaine pour la recherche sur le Sida, il évalue à près de 65.000 le nombre de morts que de telles coupes budgétaires pourraient causer indirectement.

Tournée à Washington

Pour alerter les responsables politiques américains de ce danger, le chanteur a même fait une tournée à Washington. Il y a notamment rencontré le vice-président réélu Joe Biden, mais aussi la chef de file des Démocrates à la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, et Eric Cantor son homologue chez les Républicains majoritaires.

A voir dans la vidéo ci-dessous (en anglais, à partir de 26'30'').

Dans cette entrevue, il est également question de la corruption dans le monde, et de la nécessité de lutter contre la pauvreté. "Sans les économies émergentes, nous serions foutus" estime le chanteur irlandais. "Nous le leur devons, c'est grâce aux marchés émergents que nous restont à flots", ajoute-t-il.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 17/11/2012 à 20:55
Signaler
Qu'avons-nous à faire de ce partisan du totalitarisme à la nord coréenne? On sait bien que la dette, c'est la mort économique de la société, c'est valable pour l'Europe et aussi pour les Etats-Unis.

à écrit le 16/11/2012 à 12:01
Signaler
Mais quelle Plaisenterie cette interview! Premièrement son expertise économique ne vaut pas un clou et en plus elle archi-fausse! " nous devons au marché émergents d'être encore debout". Même si ce n'est pas les termes exacts qu'il a employés c'est...

à écrit le 16/11/2012 à 10:53
Signaler
pénible tous ces gens du showbizz qui passent leur temps à donner des expertises économiques et sociétales. Qu'il reparle de ce qu'il connaissent: sexe, drogues, et rock-n-roll

à écrit le 16/11/2012 à 9:42
Signaler
la source musicale de Bono est tarée et alors il cherche à se récycler avec des initiatives douteuses,sauveur la terre,guérir les malades de sida,etc.etc.Bono c'est un trés bon ven deur du rien.

le 16/11/2012 à 10:35
Signaler
Je suis d'accord.

à écrit le 16/11/2012 à 9:01
Signaler
si ce n'est que ca, avec tt le pognon qu'il a il peut faire un cheque !

à écrit le 16/11/2012 à 8:44
Signaler
Serait-ce une nouvelle insurrection de la bonté, Bono serait-il notre nouvel abbé Pierre? A cette nuance près que, o tempora o mores, notre nouveau héros aurait fait v?u de richesse...

à écrit le 16/11/2012 à 8:39
Signaler
Ce cher Bono, qui d'un côté investi dans tout ce qui peut rapporter du fric avec Elevation Partners, la boite d'investissement mis au service de sa fortune, et de l'autre vient jouer les robins des bois. More crap, for sure.

à écrit le 16/11/2012 à 7:15
Signaler
Bono, le chanteur qui défiscalise ses gains pour ne pas payer d'impots et qui vient s'alarmer. On se marre. Ah l'idole d'une génération, quelle classe !

à écrit le 16/11/2012 à 6:59
Signaler
Je ne comprend pas l'audience accordée à cet individu qui fait tout, au travers de montages financiers, pour ne pas payer ses impôts dans son pays. Venir faire la morale au monde entier alors que l'on adopte sois-même un comportement pitoyable ne man...

le 16/11/2012 à 9:54
Signaler
Ce qui est encore plus dommage, c'est que les journalistes ne pointent justement pas cela lorsqu'ils le reçoivent en grandes pompes....ou lorsqu'ils écrivent des articles de ce genre sur lui (un peu comme cet article d'ailleurs....)

le 17/11/2012 à 19:30
Signaler
Commentaire typique du gros rageux qui considère que, dès que quelqu'un d'un peu célèbre tente de faire quelque chose pour les plus démunis, c'est forcément pour éviter de payer ses impôts. Toujours prêt à critiquer, mais si ceux qui ont de l'argent ...

le 25/11/2012 à 22:02
Signaler
Ce commentaire est caricatural. Si vous preniez la peine de vous renseigner, vous sauriez que Paul Hewson (Bono) paie ses impôts en Irlande comme tout citoyen irlandais. C'est U2 Ltd, l'entreprise qui gère les revenus de concerts et de ventes de disq...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.