Libre-échange UE-USA : la France campe sur son "exception"

 |   |  469  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La France refusera le projet de partenariat transatlantique entre l'Union européenne et les Etats-Unis si l'audiovisuel n'est pas exclu du mandat de négociation. C'est ce qu'a réaffirmé jeudi la ministre française du Commerce extérieur, Nicole Bricq, dans un communiqué, suite à un sommet informel réunissant les ministres européens du Commerce extérieur à Dublin.

La France ne transigera pas. L'audiovisuel doit impérativement être exclu des négociations pour un éventuel accord transatlantique. La ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq l'a encore rappelé lors d'un sommet informel réunissant les ministres du Commerce extérieur de l'Union européenne les 17 et 18 avril à Dublin. "La France tient en effet à préserver le dynamisme et le rayonnement de sa création artistique et est particulièrement attachée au maintien de l'exception culturelle", a souligné la ministre qui a par ailleurs assuré que "la France n'était pas isolée sur ce sujet".

"Nous avons tous la volonté d'aboutir au lancement de négociations pour cet accord de partenariat, mais pas aux mêmes conditions", a-t-elle indiqué. "Plus qu'un accord de libre-échange, nous souhaitons la mise en place d'un véritable partenariat qui appelle une association entre égaux autour d'objectifs et de projets communs et qui respecte les valeurs de chacun."

Bruxelles presse le pas


Lors d'un point presse à Bercy le 26 mars, la ministre avait déjà évoqué l'importance de la question de l'exception culturelle française défendue par François Hollande: une véritable "ligne rouge". Nicole Briq avait également expliqué qu'il existait d'autres secteurs sensibles, tels que la règlementation financière, l'agriculture ou encore les marchés publics américains. D'où l'importance de ne pas bâcler le mandat à transmettre à Bruxelles.

Pour rappel, la Commission européenne avait donné son feu vert pour le lancement des négociations en mars dernier. Ce que Barack Obama avait fait de son côté mi-février dans son discours sur l'état de l'Union. Sachant que ce projet d'accord transatlantique à l'initiative américaine, évoqué depuis plusieurs années, a retrouvé un nouvel élan depuis fin 2011 face à l'échec des négociations internationales menées sous l'égide de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Prochaine étape: Washington

Affaiblie, l'institution internationale semble d'ailleurs ne pas réussir à endiguer la recrudescence des accords bilatéraux. Il se crée en moyenne deux accords bilatéraux d'investissement chaque semaine selon un rapport publié en 2006, qui précise que 30 % du commerce mondial sont régis par quelque 250 accords bilatéraux et régionaux de commerce. Du Canada au Japon en passant par l'Inde ou encore le Maroc, l'Union européenne planche pour sa part sur plusieurs projets. 

Concernant l'accord transatlantique, les négociations ne sont toutefois pas prêtes d'être terminées. Selon le calendrier officiel le mandat pourrait être adopté lors du Conseil des Ministres du 14 juin. Bien trop ambitieux aux yeux de Nicole Bricq. En attendant, la ministre française doit se rendre à Washington mardi prochain afin d'y rencontrer le négociateur américain et des membres du congrès.

Lire aussi: un accord de libre-échange UE-Etats-Unis trop alléchant sur le papier?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/06/2013 à 11:25 :
Ce serait pas mal que tous ceux qui ont hurlé à l'outrage puis triomphé sur le sujet de l'"exception culturelle" réfléchissent un peu et montrent la même détermination pour le reste de l'accord. Car cette pseudo victoire est une victoire à la Pyrrhus : de l'aveu même du commissaire européen, Karel De Gucht, qui lui s'en félicite bien sûr, « 98 % du contenu du mandat de la Commission a été adopté, avec un consensus très large ».
2% , quel triomphe ! Or renseignez-vous sur le contenu de ce traité : ça fait peur !
a écrit le 21/04/2013 à 9:03 :
Définition de l'exception culturelle française,autrement dit on arrose de subventions,tous ceux qui sont politiquement corrects.

Elle désigne en particulier l?action conduite depuis la création en 1959 d?un ministère de la Culture confié à André Malraux. Ont été mis en place en France un certain nombre de dispositifs législatifs et réglementaires qui soutiennent le secteur de la culture et de la création artistique.

Dans chaque branche (cinéma, théâtre, télévision, ou autres moyens de communications), il y a un système d'aide automatique à la création. C'est ainsi que le Centre national de la cinématographie prélève un pourcentage sur tout billet de cinéma pour apporter des aides à l'écriture, à la création ou à la diffusion d'?uvres d'expression française. Au théâtre privé, un fonds de soutien, alimenté essentiellement par les plus gros succès, permet de financer des projets plus confidentiels. Le secteur de la télévision de son côté finance très largement la production cinématographique en échange de droits de diffusion (principe mis en ?uvre de manière massive au moment de la création de la chaîne cryptée Canal+).
a écrit le 20/04/2013 à 18:16 :
Avec les anglos-saxons ça pas être de l?épicerie fine le traité de Libre-échange UE-USA ,c'est un blot ou tu prends ou tu te tires.Si chacun des 27 a une exigence particulière,ils
vont partir en courant les yankees ou alors ils vont nous balancer des bombes à drones sur la tronche.Je veux voir combien de temps l'Europe va mettre avant de ce coucher.
a écrit le 20/04/2013 à 7:51 :
Franchement, je préférerai que le veto ne s'applique que la libre circulation entre nos deux continents...
leurs exigences douanières concernant les personnes sont indignes de la part d'un partenaire.... et complétement inutiles...

a écrit le 19/04/2013 à 19:46 :
Vive la libre circulation des personnes et des biens entre l europe et les USA !
a écrit le 19/04/2013 à 18:35 :
Je crois que l'on a faire à une vieille gauche frileuse embourbée dans son mariage gay et qui est surtout anti-américaine. Il faut changer, la vie ce n'est pas ça ! il faut être ouvert aux nouveaux marchés, nous en avons besoin
extrêmement besoin , de toute façon on arrive plus a écouler nos produits en Europe , l'Allemagne nous dame le pion.
a écrit le 19/04/2013 à 17:31 :
la pauvre ministre Mme Bricq vit dans l'angoisse d'apprendre l'anglais et alors expliqué la
formule " exception culturelle française " Elle n'à rien à proposer et alors défend bec et
ongles certains formes archaiques de notre Pays de voir le monde. Le commerce c'est un
combat,produits,qualité,prix,marketing,etc.et pas une bouche pleine de bla,bla,bla.
Si Google,Microsoft,Facebook,etc. fermeront leurs portails nous retourneront droit à l'age de la pierre avec notre "exception culturelle " de serie B
Réponse de le 21/04/2013 à 13:39 :
les américains la comprennent très bien surtout les prods dites indépendantes puisqu'il viennent chercher le financement chez nous déjà depuis plus de 10 ans grâce aux subventions, c'est pour ça quelle sait qu' une fois le libre échange en place, il n'y aura plus que des pirates se servant dans le CNC !
a écrit le 19/04/2013 à 16:39 :
C' est quoi l' exception culturelle française : des films aussi médiocres que ceux des autres nations à quelques exceptions près, des programmes de télévision sans grand intérêt, des spectacles de théâtre pas meilleurs qu' en Angleterre, en Italie, et moins bon qu' aux Etats-Unis, une production littéraire qui ne nous parle que des nombrils des auteurs et moins bon pour l' essentiel que ce qui se produit ailleurs.... Alors c' est quoi ? Ce n' est en réalité que l' argent du contribuable qui finance du théâtre subventionné, des films payés par les régions, et de la littérature payée par le Centre national des Lettres, c' est à dire vos impôts !!!!!!
Réponse de le 19/04/2013 à 17:12 :
Attention, y a du vrai : médiocrité de la quasi totalité des séries télé, nullité de la plupart des films de cinéma, nullité de l'essentiel de la scène musicale de variété. Mais il y a de l'excellence : Arte, la 5, Radio France (dont France Inter, France Culture, FIP, France Musique); depuis une dizaine d'années, j'ai moins le temps d'aller au théâtre, mais les théâtres nationaux étaient excellents, très grands orchestres chefs et musiciens en matière de musique classique et baroque. Très bon niveau en jazz.
a écrit le 19/04/2013 à 15:44 :
La France doit être intraitable sur les questions primordiales et stratégiques et il y en a un bon paquet : Tout le secteur culturel et média donc y compris la règlementation des moteurs de recherche et autres sociétés du net qui trustent tout ou veulent tout truster en s'affranchissant des lois et de la confidentialité de la vie privée et pire encore de s'affranchir des droits d'auteurs quand les auteurs bien évidemment ne sont pas dans leur giron ou américains ou éventuellement anglais, l'agriculture en ne veut pas bouffer de la m...et surtout dépendre des spéculateurs et des financiers dont les fabricants d'OGM, un truc fait pour asservir les producteurs et les consommateurs, idem en ce qui concerne les brevets et marques, les marchés publics etc...etc..;la liste est longue. Alors Nicole méfie toi de Bruxelles et à commencer par le Barroso lui il faut s'en méfier comme de la peste m^me chose pour un certain nombre de commissaires européens car tout indique qu'ils ne roulent pas pour nous mais pour les intérêts anglo US et par ricochet et pour réflexivité pour les intérêts allemands. On en a marre de se faire....
a écrit le 19/04/2013 à 15:43 :
La fin de l'exception culturelle et des financements publiques, ce serait surtout du déficit en moins.
a écrit le 19/04/2013 à 15:42 :
La vache, il faut se battre, parce c'est sûr, un tel accord mettra en danger le millionième épisode de "Plus belle la vie"...
Réponse de le 19/04/2013 à 17:14 :
C'est soeur thérèse.com, sur la photo de l'article ?
a écrit le 19/04/2013 à 15:38 :
La viande aux hormones, les OGM, je comprendrais : est-ce qu'on s'en préocuppe : la santé, voilà un vrai sujet. En revanche on se bat pour "la production culturelle française" ? Très belle formule, mais c'est quoi au juste : Johnny réfugié fiscal en Suisse, Depardieu réfugié fiscal en Belgique qui vante le gangster Poutine en échange de ses bonnes grâces ? Tous les deux gavés à millions de subventions et commandes publiques pour le beau résultat qu'on connait. Au moins est-ce que Sheila est toujours vivante ?
Réponse de le 26/01/2016 à 21:31 :
un article qui démontre à quel point le terme d'économie collaborative comme le terme d'uberisation est une auberge espagnole qui est tour à tour coopérative, concurrentielle, régulée etc sans que la plupart des auteurs ne soient capables de dire clairement de quoi on parle ..
et malheureusement aucun des contributeurs de cet article n'y echappe
a écrit le 19/04/2013 à 15:10 :
En gros on demande aux américains d'abandonner leur american by act, existant depuis 1933 je crois, c'est assez risible ou alors fortement ambitieux, et s'ils ne bougent pas sur ce point et qu'on aille tout de même vers le libre-échange, on va tous se faire démonter.
Voulez-vous devenir une colonie des états-unis ? c'est cela la vraie question, c'est à dire que même chez vous les américains auront des avantages que vous n'aurez pas( et bien sûr encore moins chez eux)..
a écrit le 19/04/2013 à 14:59 :
On veut donc exclure l'audiovisuel français de l'accord. OK pourquoi pas. Mais l'audiovisuel français c'est quoi au juste, à part des séries ce qu'il y a de plus pourri (+ belle la vie et autres du même acabit), des téléfilms totalement inintéressants et traitant de sujets des plus conformistes ? Certes il y a qq documentaires encore produits en France et qu'on peut voir sur la 5e par exemple, qq émissions intéressantes et qui ne passent qu'en France, mais je ne comprends pas cette focalisation à protéger de la concurrence US notre secteur audiovisuel (au détriment d'autres secteurs), si ce n'est peut-être du copinage entre politiques et ce monde de l'audiovisuel ? Quelqu'un peut-il éclairer ma lanterne ?
Réponse de le 19/04/2013 à 15:29 :
Si je comprends bien, l'"audiovisuel français" c'est malheureusement avant tout un lobby de star system commercial (les très couteuses maison de production qui vendent leur "productions" au secteur publique) qui fait et défait les hommes politiques par le biais notamment d'émission "d'information". D'où les précautions des politiciens à leur égard : redevance copie privée écrasante, hadopi ruineuse, et maintien d'une exception culturelle pour obliger à la consommation en France de ces produits. Et effectivement, l'audiovisuel français c'est à 98% de la nullité. Et c'est précisément la nullité que l'on protège, pas le 2% de qualité, qui est du point de vue statistique, une erreur.
a écrit le 19/04/2013 à 14:52 :
Ce qui est jugé acceptable pour les agriculteurs, les métallurgistes, le textile etc. etc., ne l'est plus pour ces messieurs dames intellos de la culture, il est vrai que ces derniers font partie du petit monde "consanguin "de la politique, des médias et du show biz.A pleurer...
Réponse de le 19/04/2013 à 16:12 :
Faut pas confondre les intellos avec le show-biz, ni Arte, la 5, radio france avec M6 et TF1... Y a de l'excellent, et beaucoup de très mauvais
Réponse de le 26/01/2016 à 17:25 :
La durée de travail est de moins 32h dans la fonction publique en moyenne contre 39h dans le secteur marchand (privé) Source INSEE. LES POLITICIENS FERAIENT MIEUX DE TENIR UN LANGAGE DE VÉRITÉ ET D'AVOIR LE COURAGE DE RÉFORMER CE CORPORATISME ET DOGMATISME QUI NE REPRÉSENTE QU'UNE CASTE DE NABABS DE FONCTIONNAIRES DE 5,6 MILLIONS CONTRE 22 MILLIONS DE SALARIÉS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE !!
a écrit le 19/04/2013 à 14:49 :
Nous avons tout a gagné , on est le pays le mieux placé pour nos produits , agriculture, vins, charcuterie, fromages. C'est une occasion inouïe .
Réponse de le 19/04/2013 à 17:17 :
@henri: 60 % des produits agricoles consommés par nous sont USA.Les exportation de vins
vers les USA ont baissés de 30 %.Charcuterie: quoi exactement?(presque rien) Reste le fro
mage,maigre consolation vue que les autres européens exportent le double que nous.
Vous vivez des souvenirs et illusions.....Informez vous mieux:chambre commerce France-USA.
a écrit le 19/04/2013 à 14:34 :
L'exception culturelle Française à coups de subventions coûte cher à des contribuables à qui on demande toujours plus !
a écrit le 19/04/2013 à 14:27 :
On nous parle de "rayonnement de sa création artistique". Quelle vaste fumisterie! Tout ça pour protégez le showbiz franco-français incapable de s'exporter et préférant vivre de sa rente (régime intermittent) issu d'un marché captif.
Réponse de le 19/04/2013 à 15:49 :
+1000
a écrit le 19/04/2013 à 14:20 :
cette dame ex Verts qui a été parachutée de l'Ecologie au ministere du commerce exterieur ! un vrai scandale ! la seule chance pour la France c'est l'exportation et Hollande , encore une fois à coté de la plaque , y a balancé cette dame qui n'a aucune connaissance dans ce domaine , qui ne parle pas anglais et qui aurait besoin d'un bon lifting ! comment allons nous nousen sortir ? impossible ! qu'on la balance au ministere des vieux à la place de celle qui a le culot d'avoir le plus gros patrimoine
a écrit le 19/04/2013 à 13:39 :
Probablement seul ministre non-anglophone, elle pourra se murer dans un silence sans compromis...
a écrit le 19/04/2013 à 13:20 :
Que va t on échanger? La qualité européenne contre la quantité U.S.?
Vraiment sans interêt pour nous mais toujours sous la menace américaine!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :