Un accord de libre échange UE-Etats-Unis trop alléchant sur le papier ?

 |   |  1019  mots
Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur. Copyright Reuters
Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alors que Bruxelles semble vouloir presser le pas pour que des négociations aboutissent rapidement, la ministre française du Commerce extérieur tempère. Selon Nicole Bricq, ce n'est pas parce que l'accord de libre-échange avec les Etats-Unis est avantageux - pour l'Union européenne - sur le papier, que les termes de l'accord doivent s'en trouver bâclés. D'où la nécessité de prendre le temps de présenter "un mandat clair, ferme et précis".

Rien ne sert de courir, mieux vaut "un mandat clair, précis et ferme". Tel est le message que Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur, a souhaité faire passer lors d'un point presse organisé à Bercy ce lundi pour évoquer l'état du projet d'accord de partenariat transatlantique. Notons au passage que cette conférence se déroulait au moment même où le Premier ministre japonais Schinzo Abe et les présidents du Conseil européen et de la Commission européenne Herman Van Rompuy et Jose Manuel Barroso s'entretenaient par téléphone afin de lancer officiellement les négociations pour parvenir à un accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Japon.

"Les entreprises sont majoritairement favorables à un accord"

Cette rencontre faisait suite à une consultation publique organisée en ligne par la ministre auprès des fédérations et organisations professionnelles afin que les acteurs français concernés puissent faire part de leur opinion et de leurs attentes. Nicole Bricq s'est d'ailleurs félicitée d'avoir reçu cinq fois plus de réponses que lors de la consultation sur l'accord de libre-échange Union européenne-Japon. Résultat des courses, les entreprises françaises semblent majoritairement favorables à un accord de partenariat transatlantique, pourvu qu'il soit équilibré. Preuve que "cet accord suscite de l'intérêt", s'est réjoui la ministre.

"Un chiffrage de salon"

Cependant la Commission européenne semble -au goût de Nicole Bricq - un peu trop pressée de parvenir à un accord présenté comme mutuellement avantageux. Certes, selon une étude indépendante commandée par la Commission européenne et publiée le 12 mars, cet accord pourrait rapporter quelque 119 milliards d'euros par an à l'Union européenne et 95 milliards d'euros aux Etats-Unis. D'après les calculs de l'institut londonien Center for Economic Policy Research, cela se traduirait "en moyenne par un supplément de revenu disponible de 545 euros par an pour une famille de quatre personnes dans l'Union européenne". Cet accord serait même bénéfique pour le reste du monde, reconnaît la ministre. Le PIB mondial augmenterait en effet de 100 milliards d'euros. L'accord semble également alléchant du fait de la croissance américaine estimée à 2% qui pourrait sans doute donner un coup de pouce à celle - atone - de l'Union européenne, concède encore Nicole Bricq.

Toutefois, la ministre française met un bémol à ce "chiffrage de salon". "Les chiffres mirobolants de la Commission européenne ne valent pas un bon mandat", avance-t-elle. "Regardez ce qui se passe pour le Canada. La Commission voulait boucler le dossier fin décembre et aujourd'hui [à cause d'un mandat faible, ndlr] rien n'est fait", a déploré Nicole Bricq. Et d'enchérir : "Ces calculs sont faits à l'horizon 2025, mais d'ici là nous serons tous morts", en faisant allusion à la célèbre formule de l'économiste John Maynard Keynes "à long terme nous serons tous morts". En effet, "les négociations vont durer plusieurs années", a-t-elle assuré.

Défense, culture, viande et maïs exclus des négociations?

Nicole Bricq préfère donc se concentrer sur le présent, à savoir les réticences sectorielles confirmées par la consultation. "La Commission doit accepter qu'il y ait des secteurs sensibles", a insisté la ministre. Tout d'abord, le secteur de la Défense doit être exclu de la négociation. Ensuite, les secteurs des viandes, des ?ufs ou encore du maïs doux ne souhaitent pas non plus faire partie des discussions. Vient ensuite la question de l'exception culturelle. François Hollande a d'ailleurs fait part de sa volonté d'écarter ce secteur des négociations. "Il existe une ligne rouge" que l'on ne doit pas franchir. Sur ce point, "la France ne transigera pas", a encore assuré la ministre.

Devant un accord de libre-échange, le secteur automobile français freine

Ensuite, selon Nicole Bricq, la consultation publique a permis de mettre en lumière le fait que les constructeurs automobiles français sont opposés à un tel accord. Or, toujours d'après les calculs de l'institut britannique, le secteur automobile serait justement celui qui verrait ses exportations considérablement augmenter, de près de 42%. La croissance du commerce bilatéral serait encore plus impressionnante puisque selon les chiffres mis en avant par la Commission européenne, les exportations de véhicules automobiles de l'UE vers les Etats-Unis augmenteraient de 149%. Pour autant, Nicole Bricq reconnaît que cet accord serait, pour ce secteur, sans doute plus profitable à nos voisins d'outre-Rhin qu'à l'Hexagone.

Autre pierre d'achopement, Nicole Bricq a souligné l'importance du secteur financier. Quid de la convergence règlementaire quand l'Europe vient d'adopter Bâle III tandis que les Etats-Unis n'appliquent même pas Bâle II, s'interroge la ministre? Il s'agit là d'une évidente distorsion de concurrence.

De l'importance du principe de réciprocité

La ministre a également rappelé l'importance du principe de réciprocité. A cet égard, Nicole Bricq en a profité pour déplorer la faible ouverture des marchés publics américains, "à hauteur de 32% aujourd'hui, contre 92% en Europe". La ministre du Commerce extérieur a regretté le caractère "un peu trop protectionniste" du plan de relance de 800 milliards outre-Atlantique promouvant le "made in USA". Et Nicole Bricq de conclure : "Il faut transformer le 'Buy american Act' en 'Buy transatlantic Act'. Faisons un rêve", a-t-elle ajouté avec un brin de malice, en allusion à la célèbre formule : "I have a dream" de Martin Luther King.

Du reste, la ministre du Commerce extérieur - qui sera à Washington courant avril - juge le calendrier beaucoup trop serré. Alors que le sommet informel de Dublin les 17 et 18 avril permettra aux ministres du Commerce extérieur d'échanger sur cet accord, il faudrait que l'Europe soit en mesure de présenter un mandat précis le 14 juin, date du sommet européen lors duquel devrait être entérinée la position des 27. Si cela pourrait satisfaire la présidence irlandaise de l'Union européenne dont le mandat s'achève fin juin, cela semble beaucoup trop tôt aux yeux de la ministre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2013 à 12:32 :
Depuis l'école ,j'ai appris que l'Europe est un instrument qui vise a se regrouper entre Europeen pour rivaliser économiquement avec la Chine et les USA ! Bizarrement, c'est les USA qui pousse le plus a la construction européenne et maintenant au marché Transatlantique ! Pourquoi tant de ferveur si l'Europe est censée les contraindre économiquement ???? Montrez du doigts et qualifier de complotiste ceux qui s'interrogent est malhonnête !! "Dormez gentil mouton" , voila votre post en resumé !!
a écrit le 26/03/2013 à 18:38 :
Le pessimisme des commentateurs de la tribune est légendaire, grands amateurs de la théorie du complot. La France est victime des méchants Allemands ou des vilains américains,au choix.
C'est pathétique d'être jaloux des autres comme cela.,
Réponse de le 26/01/2014 à 0:57 :
@UGO
Le Allemands nous devons faire avec, les américains ne sont pas vilains, ils sont impérialistes. La France n'est pas victime ni jalouse, elle défend ses intérêts e n'a rien à gagner à se rapprocher économiquement des américains. Ils sont au bout du rouleau et n'apporterons que misère, désolation, instabilité. Que du négatif .
a écrit le 26/03/2013 à 18:31 :
Quoi les Américains seraient protectionnistes (marchés publics fermés, Buy American Act). Sans blagues? Quoi, le Japon, la Chine, la Russie et le Brésil aussi ? Ben nous sommes les seuls dindons de l'histoire alors.... Franchement, qd les pays de l'UE et les USA auront fait la liste des secteurs/produits à exclure de l'accord, il ne risque pas de rester grand chose. Deuxièmement, admettons que s'ouvrir plus au reste du monde soit une solution durable pour la croissance à long-terme de l'UE. A un moment, ne faut-il pas se mettre d'accord sur la gouvernance européenne avant de parler d'accord de libre échange avec une autre zone mondiale. On était 15, on arrivait pas à se gérer. On est 27, on y arrive encore moins (PAC, pacte de croissance, rpole de la BCE, intervention au Mali? faut-il donner des armes aux rebelles syriens, etc). Je ne crois pas qu'en rajoutant du désordre au capharnaüm, ce sera mieux!
a écrit le 26/03/2013 à 17:29 :
C'est bien connu, les Americains sont de grands philanthropes dans les affaires et ne veulent que le bien de l'Europe n'est ce pas ? (C'est ce que pense le naif et incompetent technocrate europeen qui saborde l'UE de l'interieur depuis 20 ans)
a écrit le 26/03/2013 à 15:57 :
le seul point positif de ce traité de libre échange est que, comme le traité de libre-échange signé par Louis XVI avec l'Angleterre en 1786, il précipitera la ruine de la France et permettra au peuple fou de rage d'envoyer ses élites corrompues à l'échafaud.
Réponse de le 26/03/2013 à 16:32 :
+1000. Cet accord n'aura pas le temps de voir le jour. Les français seront dans la rue bien avant.
a écrit le 26/03/2013 à 15:03 :
L'objectif de cet accord est de rattacher l'Europe aux États Unis, et de propager les difficultés américaines à notre continent. En allant vers plus d'intégration économique, l'Europe accroîtra sa dépendance aux (dés)équilibres macroéconomiques américains. Bien joué de la part des américains. Non contente de dépouiller les États européens de leur souveraineté, la commission européenne va maintenant les soumettre aux États-Unis, dans l'indifférence générale. Pauvre de nous. Les peuples européens se passionnent pour le mariage gay, les américains avancent leurs pions pour développer leur commerce extérieur...
Réponse de le 26/03/2013 à 15:19 :
Vous pouvez preciser a quel moment nous deviendrons dependants des americains? pffff
Réponse de le 26/01/2014 à 1:00 :
@Marvin
Mais nous sommes déjà dépendant des américains, pas utile d'en rajouter?
a écrit le 26/03/2013 à 14:34 :
Cet accord n'est pas pour demain. Premièrement il s'agit essentiellement d'un accord Germano-Américain, d'ailleurs ces deux-là ne s'en cachent pas.

De leur coté les Anglais y trouvent un intérêt à condition que les services financiers, la culture et la défense soient inclus. Les pays du sud comptent sur le textile... Bref nous sommes en ordre totalement dispersé et nos intérêts sont plutôt divergeants.

De toute façon les pères Barroso et Von Rompuy ne seront plus là dans un an, ce n'est franchement pas le moment de leur confier quelque mandat que ce soit. Et surtout pas compte tenu de leur antécédents respectifs.

a écrit le 26/03/2013 à 14:13 :
les perdants dans les accords UE-USA seront la France,l'Espagne,Portugal,Grèce.Pays
avec la balance commerciale en déficit chronique.La France à part 2-3 Airbus plus arme
ment et froufous (LVMH) n'arrive plus rien à exporter.Si jamais les accords avec les USA
aboutirons,le chomage grimpera encore davantage.
a écrit le 26/03/2013 à 13:10 :
L'Europe va se faire poutrer et prendre une belle quenelle sur tous les plans si cet accord voit le jour. On peut faire confiance aux eurocrates beats pour le signer les yeux fermes en toute incompetence
Réponse de le 26/03/2013 à 13:46 :
oui mais bien sur l europe et encore plus les pays comme ceux qui souhaitent l eclatement de l ue pourront tres bien faire face seul a marche de libre echange entre japon, coree et chine d un cote, le common wealth anglais de l autre, le marche libre echangiste usa-japon a sa droite et a sa gauche le marche commun entre amerique du nort et du sud.... Continuez a rever a la grandeur passe des puissance coloniales europeennes et quand on sera isole vous serez encore la a pleurer en disant "ah mais c est pas ca qu il fallait signer"..... Aujourd hui seule un bloc commun parlant d une seule voix pour toute l europe peut faire face a la Chine, aux USA et a la Russie.... ou alors preferez vous qu on rejoigne l un des 3?????
Réponse de le 26/03/2013 à 13:47 :
Et au lieu de raler vous pourriez nous expliquer en quoi cet accord nous serais nuisible?
Réponse de le 26/03/2013 à 13:58 :
la vraie question c'est quoi cet accord nous serait bénéfique ?
Réponse de le 26/03/2013 à 14:01 :
Accord de libre echange signe entre l'UE et le Maroc, bien defavorable a l'UE avec implantation d'usines aeronautiques europeennes au Maroc + Renault a Tanger
Idem pour l'accord de libre echange signe entre l'UE et la Coree, vous leur vendez 2 bouteilles de parfums, ils vous envoient leurs produits techno et noient vos start up.
De plus le dollar est inferieur de 30% a l'euro donc les produits US seront vendus en UE 20% moins cher que leur homologues produits en Europe (j'enleve 10% pour les frais de logistique USA-UE)
Réponse de le 26/03/2013 à 14:40 :
Et vous ne croyez pas que c'est ca l'avenir du monde? Un monde totalement ouvert? C'est aux Francais de faire des efforts, de faire baisser le cout de leur travail, de viré la totalité de leur classe politique pourrie et incompetente et de couper dans les depenses en mettant au boulot tout le ramassi d'assisté qui vivent aux crochet de vos impots (je parle des elus et autres immigrants sociaux...). L'accord aura l'avantage de stabilisé la parité EU/USD et d'elargir la masse de client potentiel de chaque partie.
Réponse de le 26/03/2013 à 14:47 :
"Aujourd hui seule un bloc commun parlant d une seule voix" L'europe nous démontre le contraire tous les jours. Vous pouvez changer de disque sur la france isolée hors de l'ue ? Parce que la France, hors de l'ue, fera toujours partie des 250 organisations internationales auquelles elle adhère (onu, omc, oms, etc.....) La france hors de l'ue aura toujours le plus grand nombre d'ambassades dans le monde. Etc....
Réponse de le 26/03/2013 à 14:53 :
"Et vous ne croyez pas que c'est ca l'avenir du monde? Un monde totalement ouvert?" Ca ce n'est pas l'avenir , c'est le rêve de la bande à Bildelberg, ce n'est pas pareil (un monde ouvert, sans restrictions et sans.....nations. D'ou l'UE et ces accords transatlantiques et demain la monnaie mondiale ?). Oui aux échanges avec le monde entier (et les martiens si vous voulez) à condition que les droits de douane permettent de rétablir des déséquilibres sociaux et environnementaux entre les différents pays. Lisez Maurice Allais, notre seul nobel d'économie.
Réponse de le 26/03/2013 à 15:25 :
@@marvin : et pourquoi ne pas plutôt lisser les déséquilibres au lieu de les renforcer par des douanes qui au passage prendrons leur commission et donc recréerons une catégorie de rentiers, les douaniers, dont nous nous passons bien aujourd'hui... (On en a déjà trop avec nos élus et leurs avantages pléthoriques, nos employés d?entreprises d?état et leurs avantages pléthoriques, les profs et leurs avantages pléthoriques, etc?le tout financer sur le dos du consommateur/créateur de richesses)
Réponse de le 26/03/2013 à 15:36 :
Vous êtes une blague à vous tout seul...
Réponse de le 26/03/2013 à 15:55 :
"et pourquoi ne pas plutôt lisser les déséquilibres au lieu de les renforcer par des douanes qui au passage prendrons leur commission et donc recréerons une catégorie de rentiers, les douaniers, dont nous nous passons bien aujourd'hui.." Faut revoir votre logiciel.
Réponse de le 26/03/2013 à 16:10 :
J'adore le manque de respect de ceux qui se retrouvent a cours d'arguments....
Réponse de le 26/03/2013 à 16:28 :
Les droits de douane vont dans les caisses de l'état (donc des recettes) ce qui permet théoriquement de baisser la pression fiscale sur les citoyens (consommateurs) et sur nos entreprises (créateurs de richesse). De plus, les droits de douane ré-équilibrent les prix par rapport à nos industries nationales (donc moins de chômage et meileure balance commerciale donc ....moins de pression fiscale). Et là nous sommes dans un cycle vertueux. Lisser les déséquilibres comme vous le proposez c'est que nous faisons actuellement (nous nous appauvrissons au profit des pays émergents). Comme vous pouvez le constater cela ne marche pas. Cela permet juste à nos "fleurons" du CAC 40 de vendre plus à l'export. Ce qui nous fait de belles jambes car ces entreprises paient très peu d'impôts en France (moins de recettes fiscales) et ne créent pas d'emploi en France (elles en détruisent). Je rappelle que l'UE est la zone la plus ouverte du monde (dixit Mario Draghi) et que toutes les grandes nations font du protectionnisme intelligent (chine et usa entre autres). En ce qui concerne le "ménage" à faire auprès de nos élus, je pense que nous sommes tous d'accord mais c'est un autre sujet.
a écrit le 26/03/2013 à 13:03 :
Qui permettrait , une fois un tel accord fait de faire plonger leur monnaie et donc par ricochet ce qui nous reste d'industrie ...
La commission européenne est elle là pour défendre l'intérêt de l'europe ou pour servir de courroie de transmission pour imposer les intérêts américains en europe ?
Réponse de le 26/03/2013 à 13:59 :
"pour servir de courroie de transmission pour imposer les intérêts américains en europe ?" +1000. Il ne fait plus de doute aujourd'hui que l'ue est une colonie us avec l'aide nos élites "young leaders".
a écrit le 26/03/2013 à 12:57 :
les lobbies doivent être à la manoeuvre à fond les ballons!! +150% d'export pour l' automobile UE, cela doit être en incluant les Chrysler faites en Italie dans les usines Fiat désoeuvrées ( c'est le master plan de Master Plan de Marchionne) ainsi que les Hondas faites dans le transplant de Swindon en GB que la firme ne Nagoya n' arrive pas à rentabiliser
a écrit le 26/03/2013 à 12:39 :
Je lance un jeu de devinette : qui sera la dinde ?
a écrit le 26/03/2013 à 12:16 :
Quand on parle de "libre échange" et de "vaste zone" cela ne concerne pas les échanges de marchandise de qualité, mais bien au contraire, ce que les frontières ne laisse pas passer, c'est a dire des produit de basse qualité et de grande production! Et, qui a le plus de produit de trés basse qualité à vendre? C'est les US!

a écrit le 26/03/2013 à 11:56 :
Quid des interdictions de nos produits dans "certain" états ? Dans tout les cas l'Europe va y perdre, dans la situation actuelle, nous sommes perdant...
a écrit le 26/03/2013 à 11:41 :
Les exportations de véhicules automobiles de l'UE vers les Etats-Unis augmenteraient de 149%. Pour autant, Nicole Bricq reconnaît que cet accord serait, pour ce secteur, sans doute plus profitable à nos voisins d'outre-Rhin qu'à l'Hexagone.

Ca ne changera rien, ford et opel produise déjà en europe , à part pour michelin je ne vois pas ce que l'on a a gagné dans cette affaire.

Doux euphémisme, les français ne vendent ni au canada, ni au mexique, et encore moins aux usa!
Réponse de le 26/03/2013 à 12:47 :
Ils n'y ravaillent pas pour l'instant justement a cause des couts de douannes et autres taxes diverses a l'importation... Oui, cet accord sera benefique pour tout le monde! Peut-etre plus aux allemands qu'a nous, mais c'est au Francais de faire l'effort de faire mieux qu'eux, c'est tout....
Réponse de le 26/03/2013 à 13:38 :
"Oui, cet accord sera benefique pour tout le monde" Vous n'avez pas honte de sortir autant d'anneries ? Vous pourriez au moins apporter des arguments à vos affirmations (propagande ???) Mais vous travaillez pour qui ? Vous croyez vraiment que nous allons signer un accord gagnant-gagnant avec nos parrains américains ?
Réponse de le 26/03/2013 à 16:19 :
Euh, les arguments je les donnes au fur et a mesure des commentaires.... je n'en vois aucuns de votre part qui puissent me faire dire que j'ai tors!
Réponse de le 26/03/2013 à 16:30 :
Vous ne donnez aucun arguments. Vous vous contentez de faire des affirmations. Dire que c'est bénéfique est un chose, le démontrer en est une autre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :