Libre-échange UE/USA : la France marche à reculons

 |   |  601  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le Parlement européen vient de voter majoritairement en faveur d'une résolution excluant le secteur de l'audiovisuel du mandat de négociation de la Commission européenne concernant le projet de partenariat transatlantique. Mais au lieu de crier victoire, Paris s'interroge sur la nécessité d'un tel contrat pour l'Union européenne.

Paris rétrograde. Bien entendu, la France s?est réjoui du vote du Parlement européen jeudi en faveur de l?exclusion de l?exception culturelle et du secteur de l?audiovisuel du mandat des négociations avec Washington pour le projet de libre-échange entre l?Union européenne et les Etats-Unis. ?J?étais seule au départ. A l?arrivée, j?ai une grosse majorité du Parlement européen qui vote ce que nous voulions?, s?est félicitée jeudi la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq, a rapporté l'AFP. Mais cette avancée majeure - la France a toujours martelé que le retrait de l?exception culturelle constituait une condition sine qua non aux négociations - ne suffit pas.

Le doute envahit de nouveau Paris

En effet, le doute ressurgit. L'accord suscite un refus frontal à la gauche du Parti socialiste. Un collègue de Nicole Bricq au sein du gouvernement déclare ainsi - sous le couvert de l'anonymat - que "le problème n'est pas de gagner des exemptions sur l'exception culturelle mais de se demander stratégiquement si on a besoin de cet accord". Sa réponse est sans appel: non.

Il faut dire que la France a été la première a émettre des doutes sur l?utilité d?un accord de libre-échange entre l?Union européenne et les Etats-Unis et à s?interroger quant à l?empressement de Bruxelles de signer un tel accord. Le député européen Jean-Luc Mélenchon le premier, a émis de telles réserves. L?ancien candidat à la présidentielle a ainsi toujours dénoncé ce projet, qui, s?il voit le jour, entraînerait selon lui le suicide de l?Union européenne.

 

 

De son côté, la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq a toujours tempéré les ardeurs de Bruxelles expliquant qu?il fallait prendre le temps d?élaborer un mandat de négociations ferme et précis. "L'Europe est peut-être un peu fatiguée, mais elle a quand même 500 millions de consommateurs. Quand on va négocier avec un partenaire aussi redoutable, on ne va pas en position de faiblesse", estime-t-elle. "Nous avons des intérêts offensifs dans l'agroalimentaire, le textile et l'habillement (...) Je compte bien me servir de cette négociation pour arriver à ouvrir les marchés publics aux Etats-Unis, qui sont beaucoup plus fermés que les marchés publics en Europe", souligne-t-elle. "Il y a plein de choses formidables dans ce projet mais ce n'est pas pour cela que je vais m'engager en culotte courte dans une négociation", a encore lancé Nicole Bricq fustigeant la façon dont selon elle la Commission dit "voilà on négocie tout". Penser qu'ainsi les Américains vont en retour ouvrir leurs marchés "c'est vraiment faire preuve d'une très grande naïveté", a-t-elle ajouté.

Nicole Bricq a d'ailleurs très tôt fait part de son scepticisme quant au ?chiffrage de salon? de Bruxelles, selon lequel un partenariat transatlantique serait hautement bénéfique pour l?Union européenne. De son côté, David Cameron, lui en est convaincu. A tel point que le Premier ministre britannique espère que "le processus soit lancé à temps pour le sommet du G8 (les 17 et 18 juin en Irlande du Nord, ndlr). Mais le chemin reste encore pavé d'embûches.

Lire aussi: un accord de libre-échange UE-Etats-Unis trop alléchant sur le papier ? 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2013 à 7:13 :
Projet d'accord de libre-échange entre les USA et l'UE : opportunité ou piège?

http://www.leconomiste.eu/decryptage-economie/51-projet-d-accord-de-libre-echange-entre-les-etats-unis-et-l-union-europeenne.html
http://www.leconomiste.eu/decryptage-economie/5-accord-de-libre-echange-entre-usa-et-union-europeenne-opportunite-ou-piege.html
a écrit le 28/05/2013 à 10:29 :
toutes les economies des grand pays sont banquales mais nous somme tout tributaires les un des autres l amerique a beaucoup d usine en france nous somme lies a ce est apeuple depuis des generations il a notres culture alors comme le dit un chanteur celebre tout est nagosiable est aubama ce n est pas buch arretons d etre frileux le commerce demande toujour une part de risque??
a écrit le 26/05/2013 à 22:28 :
Le marché US est déjà très ouvert pour celui qui veut. C'est un des marchés les plus faciles à pénétrer. J'ai une petite entreprise et j'exporte la-bas avec bonheur. Mon seul problème, c'est le DM enfin l''Euro qui est surévalué par rapport au Dollar.
a écrit le 26/05/2013 à 11:35 :
qui peu croire que l'accord ne se fera pas ?le monde anglo/saxon dirige l'europe, nous Français n'avons plus rien à dire nous sommes complétement isolés diplomatiquement même l'afrique ne croie plus en nous, les faux Gaullistes carrieristes et les socialistes qui on vendus la France ,sont deja prêt à se battre pour obtenir des postes dans ce nouvel espace libéral ou ce qui reste de notre identité finira par disparaitre,.il faut être vraiment inconscient ou corrompus pour négocier un tel accord sans consulter les Français, sachant que faire entrer dans la CEE un partenaire dont la dette est de +104% de leur PIB et continue de progresser,et dont le seul avantage est de faire fonctionner la planche à dollard pour ne pas être en faillite!!!! revenus dans L'OTAN dirigés par bruxelles que souhaitons nous devenir?????
a écrit le 25/05/2013 à 11:34 :
Les idiots de Paris et de Bruxelles n'ont pas encore reniflé le danger. L'empire US est à la dérive, il ne leur reste que la planche à billets pour vivre. Comme par hasard ces yankees demande à ce moment là un accord de libre échange !
Cela veut dire quoi? C'est pouvoir fondre avec leur billets fraichement imprimé sur toutes nos entreprises à succès, les racheter et nous réduire en esclavage au service de quelques rentiers milliardaires américains.
Réponse de le 25/05/2013 à 12:19 :
vous avez hélas tout compris
Cet accord est dans la continuité logique de la fuite en avant US.
Il faut etre vraiment naif pour croire que cet accord profiterait a l europe, l Empire US veut nous soumettre a ses multinationales
Réponse de le 26/05/2013 à 1:38 :
L'état américain est bien obligé de baisser le niveau de ses dépenses et va prochaînement atteindre l'équilibre budgétaire. Ce n'est pas le cas de la France qui va dans une vrai fuite en avant avec le matraquage fiscal et l'augmentation des dépenses publiques. Ouvrir une négociation permet de faire le point sur ses forces et ses faiblesses dans les échanges internationaux. Les français aurait-ils peur d'afficher leur faiblesses?
Réponse de le 26/05/2013 à 10:17 :
et encore heureux dans notre malheur ce sont les USA et non pas la corée du nord , non sans rire vous attendiez quoi de l'UE ? , vous attendiez a un accord de l'ile aux enfants ? , les USA sont en crise severe , ils essaient par tous les moyens de sortir de leur marasme , ils font pression sur les plus faibles , vous croyez l'UE forte en ce moment vous ? , nous sommes a la veille d'une capitulation simple ou double ? , simple USA , Double chine incluse , la situation sera dramatique pour les européens qui verront s'aggraver des pans entiers de leur économie , mais ils continuent leur auberge espagnole qui devient le radeau de la méduse , sidérant , le pire c'est qu'en 2014 le parlement européen ne ressemblera pas a l'actuel , mais d'ici là , on aura trouvé l'accord ..
Réponse de le 26/05/2013 à 10:28 :
Quiapeur, vous rêvez debout mon cher. L'Etat Américain a réduit violemment ses dépenses a contre coeur en virant tout ce que la constitution lui imposait de faire. Au delà, il faudrait attaquer dans le dur. Leur déficit budgétaire reste encore au delà de 600 milliards cette année... Il ne descendront pas facilement plus bas..
Réponse de le 26/05/2013 à 16:57 :
@Ils sont devenus fous.
"nous réduire en esclavage", ne veut pas dire grand chose. acheter avec des "billets fraichement imprimés" n'a pas d'incidence puisque vous tenez compte tenu des taux de changes. le libre échange qui bénéficie d'abord aux producteurs et à leurs consommateurs fait donc surtout peur à ceux qui ne produisent pas. vous comprenez.
a écrit le 25/05/2013 à 0:42 :
http://www.lepoint.fr/invites-du-point/patrick-artus/comment-le-gaz-de-schiste-bouleverse-l-equilibre-mondial-08-01-2013-1610888_1448.php

Déjà, les coûts salariaux (aux USA) sont nettement plus bas que dans la zone euro (de près de 20 %) et qu'au Japon (de plus de 30 %).

Il s'y ajoute maintenant le prix de l'énergie, beaucoup plus bas aux États-Unis qu'en Europe ou en Asie ; avec le supplément de production de gaz naturel (avec le gaz de schiste), le prix du gaz naturel est près de quatre fois plus faible aux États-Unis qu'en Europe, six fois plus faible aux États-Unis qu'en Asie.

Cela correspond, pour l'année 2012, à l'équivalent d'une baisse des salaires de l'industrie de 17 % aux États-Unis par rapport à la zone euro, portant l'avantage de la compétitivité de l'industrie américaine par rapport à celle de la zone euro à 35 % environ.

Il n'est pas étonnant alors que les États-Unis se réindustrialisent et regagnent des parts de marché dans le commerce mondial essentiellement au détriment de la zone euro.



Au regard de ces chiffres et de l'analyse de Patrick Artus (qui est loin d'être un fantaisiste), cet accord de libre échange USA-UE est un suicide économique car les USA ont désormais un tel avantage compétitif qu'ils vont venir finir le boulot des chinois sur nos entreprises et emplois.

Au travers de l'article du Point, il y a tous les éléments nécessaires pour argumenter sur cette idée saugrenue et en particulier celle que l'UE ne protège rien, et encore moins nos emplois.

La très grande majorité de députés européens sont à l'image de cette UE, complétement malades ou insconscients ... Néanmoins la gauche du PS semble avoir compris le risque ... Enfin une lueur d'espoir ...

Réponse de le 25/05/2013 à 16:23 :
Ils vont vendre à qui ?,la course au moins disant ,nous savons ou cela conduit.
a écrit le 24/05/2013 à 21:33 :
la France commence à réfléchir avec autre chose que ses pieds. Elle vient de comprendre qu'elle n'a rien à gagner à "négocier" quoi que ce soit avec les USA ou avec la Chine. Evidemment, si on suit la Commission européenne, qui se livre naivement aux lobbys industriels de toutes sortes et de tous pays, on serait censé ouvrir tout grand nos portes et nos fenêtres ! Un marché de 500 millions d'habitants, dans des pays occidentaux, c'est le plus grand marché du monde. C'est nous qui devons fixer nos conditions. Il va vraiment falloir qu'on commence à contrôler sérieusement les responsables de la commission européenne. Leur idéologie, leur laxisme, leur bêtise risquent de nous entraîner dans les profondeurs de l'Histoire !
Réponse de le 24/05/2013 à 22:03 :
J'ai souvenir d'un commissaire européen à l'agriculture qui, après avoir passé son mandat à démanteler les systèmes européen, a été embauché par Du Pont de Nemours.
a écrit le 24/05/2013 à 20:01 :
C'est un marché de dupe comme celui que l'Union Européenne à signé avec la Corée du Sud, que du vent.
a écrit le 24/05/2013 à 19:26 :
Une fois de plus la France est seule à défendre les intérêts de l'Europe . Les responsables de Bruxelles ne sont
ni bêtes, ni naifs...corrompus, la Cia fait le job .
Réponse de le 25/05/2013 à 8:01 :
La France défend ses intérêts et surtout les intérêts des lobbys économiques français. Il faut arrêter de dire que lorsque la France joue perso elle est seule à défendre l'Europe, on passe vraiment pour des imbéciles égocentriques aux yeux des autres européens. C'est sûr que pour les entreprises francaises qui sont surtout dans le moyen gamme et centré sur les marchés européens, le marché américain est moins intéressant que pour les pays exportateurs d'Europe du Nord. Mais d'un autre coté on est bien content de récupérer une partie de la croissance générée par les pays exportateurs ....
a écrit le 24/05/2013 à 19:24 :
Ils croient quoi le gouvernement ? Que les Ricains ont construit l'UE pour nos beaux yeux ? Quand De Gaulle évoquait le fédérateur qui ne serait pas européen, ils pensent qu'il parlait des russes ?!! lol
a écrit le 24/05/2013 à 15:57 :
Prendre Mélenchon à témoin,ne nous égarons pas ,l'universaliste de service qui devient comme par enchantement défenseur de la veuve et de l'orphelin,pinçaient moi,c'est un cauchemar.
a écrit le 24/05/2013 à 15:05 :
Les gratte-papiers de Bruxelles usent tout le monde jusqu?à normaliser la taille des petits pois, et d'un seul coup, sous prétexte que les ricains l'exigent, on s?assiérait sur toutes nos normes de sécurité ??? Ils ont été tous achétés en bloc ou quoi ?On croit rêver...
a écrit le 24/05/2013 à 14:49 :
Dès qu'on parle de liberté la France traîne les pieds. Elle aime les exceptions et les privilèges accordés aux uns ou aux autres en fonction de ces exceptions. Le stratagème qui a fait échouer le précédent round de négociation du même genre n'a pas fonctionné. Facile de glisser sur la politique agricole, qui est aussi une exception. Il y a vraiment trop de facilité à mettre les batons dans les roues tant nos règlementations sont abondantes. Justement la mise à plat d'un accord de libre-échange ouvrirait les yeux sur un choc de simplification administrative tant attendu des français.
a écrit le 24/05/2013 à 14:34 :
UE/USA A quand la libre circulation des personnes et des biens ?????
Réponse de le 24/05/2013 à 14:59 :
La libre circulation existe déjà. Les ricains peuvent venir quand ils veulent en Europe, sans visa, sans contraintes... ;-)
Réponse de le 24/05/2013 à 15:46 :
@diabolo
il ne s agit pas de tourisme ! En effet avec le sans visa un francais peut visiter les USA pendant 90 jours !!!
Mais travailler , avoir un emploi, creer une entreprise alors la c est plus la meme
Réponse de le 24/05/2013 à 21:52 :
Du point de vue US, le libre échange ou la libre circulation, ça signifie qu'ils peuvent aller où ils veulent et nous vendre tout ce qu'ils veulent, mais, en aucun cas la réciproque! C'est le pays le plus protectionniste qui soit et il compte bien le rester!
a écrit le 24/05/2013 à 14:08 :
Enfin un début de comportement raisonnable. Et dire qu'il y a des laquais de Bruxelles qui osent présenter des scenarii en faveur de l'Europe avec un tel deal. Comme si les ricains poussaient a grand coups de batte de baseball cet accord pour nos beaux yeux... l'incompétence des europarasites n'a d'égale que leur naïveté... a moins que ce ne soit leur corruptibilité...
a écrit le 24/05/2013 à 13:59 :
Il est évident que si les US font un tel forcing sur nos parasites non élus de Bruxelles, c'est forcément pour le faire le bonheur de l'Europe... Les ricains sont tellement magnanimes et généreux dans leur approche... On continue vraiment a nous prendre pour des jambons ;-)
Réponse de le 24/05/2013 à 16:04 :
Notre avenir est dans une alliance economique forte EU/US, si on ne veut pas se faire manger par les chinois. Vu comment l EU peine a se reformer, autant bosser directement avec les US. De toutes les facons les privileges du passe sont finis, le plus tot on l accepte et on se retrousse les manches, le mieux on se portera. Les anlgais l ont tres bien compris, d ou leur enthousiasme pour le projet.
Réponse de le 24/05/2013 à 16:36 :
@Troikator nous n'avons pas besoin des Us ,400 millions hab en europe, un pib supérieur aux Us,c'est d'une stratégie à la sud coréenne que nous devons nous attaquer,les technologies nous les avons et nous les maitrisons,et nous bonne poire on construit une usine airbus en chine et nous sommes surpris que les chinois construisent à leur compte de nouveaux avions made chine.Nous sommes l'idiot du village global,ce n'est pas de moi.
Réponse de le 24/05/2013 à 16:44 :
Je n'ai strictement rien contre les ricains a titre individuel, qui sont grosso modo nos cousins et tout a fait sympathiques... Mais lorsqu'il s'agit de l'Etat US en lui même, je suis plus circonspect. Il ne faut pas s'y tromper, il s'agit d'une grosse machine de guerre économique, qui ne nous voit grosso modo que comme un éventuel satellite, mais en aucun cas comme un partenaire égal. C'est en cela que nos bisounours bruxellois m'exaspèrent un peu, tant le seul problème qu'ils ont a traiter concerne leur fauteuil...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :