Tendances 2014 : anticiper l'imprévisible !

 |   |  539  mots
Les modèles mathématiques permettent de mieux cerner les clients et donc de développer des opérations marketing ciblées./ DR
Les modèles mathématiques permettent de mieux cerner les clients et donc de développer des opérations marketing ciblées./ DR (Crédits : Fotolia)
La Tribune vous propose sa sélection des 14 tendances destinées à nous aider à innover encore plus en 2014. Aujourd'hui, la crise a montré le poids de l'imprévisible. Pour s'en prémunir, les entreprises veulent anticiper et s'en remettent au big data pour élaborer des modèles marketing de plus en plus sophistiqués. Un monde à la « Minority report » ?

« Miroir, mon beau miroir » ! Au premier abord, prédire l'avenir semble relever de la science-fiction. Mais face à l'électrochoc de la crise, les entreprises font leur possible pour anticiper leurs actions.

Dans cette logique, le big data fait office de poule aux oeufs d'or. Qualifiée de « nouvel or noir », l'analyse des monceaux de données émanant des sociétés, organisations publiques, individus et objets connectés a le vent en poupe. Moulinées dans des modèles mathématiques complexes, ces informations issues de l'activité sur Google, des réseaux sociaux et autres SMS permettent aux entreprises d'adopter des postures prédictives.

Permettre aux entreprises de mieux cerner leurs clients

À la tête de la start-up française Dataiku, Florian Douetteau s'est spécialisé dans ce type de services. Depuis la création de la société en janvier dernier, il affiche déjà un beau tableau de chasse, avec des clients comme PagesJaunes, Ventes-privées.com, le spécialiste des ventes événementielles de fins de série ou le distributeur de produits en ligne Cdiscount.

« Notre activité consiste à éditer des logiciels spécifiques avec une interface simple pour traiter les données et les rendre intelligibles via des probabilités d'achat ou de clics par produits », détaille le jeune homme.

À l'arrivée, « nos modèles permettent à l'entreprise de mieux cerner ses clients, ses habitudes d'achat et donc de développer des opérations marketing ciblées ». Ou encore de prendre des décisions stratégiques en termes de profitabilité, comme « mettre en avant les produits qui généreront le plus de marge, plutôt que d'afficher un top 15 des ventes ».

En France, le big data en est à ses débuts

S'il a déjà été adopté par quelques acteurs de la distribution, de la banque ou de l'assurance, seules 8 % des entreprises de l'Hexagone s'y sont converties, d'après une étude IDC de septembre dernier. Aux yeux de nombreux spécialistes, 2014 devrait voir le secteur décoller, avec la démocratisation de l'usage des smartphones et l'essor des objets connectés. En parallèle, les entreprises jouent la carte de la prévention pour gérer leurs risques.

Elles sont de plus en plus nombreuses à embaucher des « risk managers ». Leur rôle ? Identifier, analyser et évaluer en amont les dangers liés à l'activité d'une société. L'éventail des risques est large : on y trouve les risques industriels, de fraude ou de catastrophes naturelles comme les ouragans et inondations. Une fois la menace décelée, le risk manager imagine une couverture spécifique, en faisant appel, par exemple, à une société d'assurance.

____

Lire aussi :

1>> LA LIBERTÉ DU NET MENACÉE ?

2>> GARE À L'E-COLÈRE DE L'E-CITOYEN !

3>> LA FIN DE LA PROPRIÉTÉ ?

4>> SUR-MESURE ET ME.COM

5>> TOUJOURS MIEUX, ET PLUS VITE

6>> ANTICIPER FACE À L'IMPRÉVISIBLE

7>> TOUT CONTRÔLER À DISTANCE

8>> ÉNERGIE : L'ÈRE DE LA SOBRIÉTÉ

9>> DES PÉTAOCTETS DE DONNÉES

10>> TRAVAILLER PLUS, OU MIEUX ?

11>> VIVRE LONGTEMPS EN BONNE SANTÉ

12>> L'ÉPOQUE DU ROBOTCÈNE

13>> VIVRE UNE VILLE CONNECTÉE

14>> DU TEMPS, POUR QUOI FAIRE ?

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/12/2013 à 10:47 :
les assurances ne protegeron les gens des cataclismes naturel qui sont aujourdhui plus ravageurs ILS faut que que les grand politoloque de ce monde prenent conscience qu il faut des methode ecologique pour preserve notre planete ???
a écrit le 28/12/2013 à 11:00 :
La sortie de l'euro n'est pas de l'ordre de "l'imprévisible" ce n'est une raison pour ne pas "l'anticiper"!
Réponse de le 31/12/2013 à 0:30 :
Et bonjour la surinflation!
a écrit le 28/12/2013 à 10:58 :
La sortie de l'euro n'est pas de l'ordre de "l'imprévisible" ce n'est une raison pour ne pas "l'anticiper"!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :