Tendances 2014 : l'ère de la sobriété énergétique

 |   |  587  mots
Au niveau mondial, les serveurs des data centers où l'on retrouve Facebook ou Google consomment l'équivalent de 30 centrales nucléaires. / DR
Au niveau mondial, les serveurs des data centers où l'on retrouve Facebook ou Google consomment l'équivalent de 30 centrales nucléaires. / DR (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Tribune vous propose sa sélection des 14 tendances destinées à nous aider à innover encore plus en 2014. Aujourd'hui, la « chasse au gaspi » reprend vie à l'ère digitale. Économies d'énergie, voitures électriques et autres solutions pour dépenser moins et mieux dans un contexte de croissance faible, de rareté des ressources et de pouvoir d'achat qui stagne.

« Étudiant, dans des salles de cours aveugles, je me disais qu'il y avait là un vrai gaspillage énergétique et qu'il devait exister des solutions, raconte Florent Longa, un Polytechnicien de 26 ans, cofondateur, en 2012, avec un camarade de promotion, de la société Echy.

D'où l'idée d'étudier le transport de la lumière naturelle par fibre optique. Le concept date des années 1980, mais nous essayons de le démocratiser en améliorant les rendements tout en réduisant les coûts. La difficulté consiste à concentrer la lumière du soleil sans augmenter la température de la fibre optique au-delà des 60 degrés qu'elle peut supporter. »

Echy fait partie de ces dizaines de start-up françaises qui fourmillent d'idées et de solutions pour limiter les consommations énergétiques.

À l'instar de Stimergy, une société iséroise qui propose un système d'interconnexion de mini-data centers susceptible de récupérer et de réutiliser l'énergie émise par ces centres de stockage de données pour satisfaire les besoins des bâtiments qui les abritent.

Ou bien d'Energiency, à Rennes, avec son logiciel d'optimisation des performances énergétiques destiné aux industriels. Ce bouillonnement d'initiatives le montre, la sobriété énergétique devrait rester un maître mot en 2014 et un grand moteur de l'innovation.

Une maîtrise du stockage énergétique tant attendue

Les besoins mondiaux en énergie s'accroissent. En Chine, en Inde, mais aussi dans les pays occidentaux avec, par exemple, le développement de data centers qui émettent désormais autant de CO2 que le secteur de l'aviation et consomment, au niveau mondial, l'équivalent de 30 centrales nucléaires.

Face à cette demande, les énergies fossiles et nucléaires ont montré leurs limites. Quant aux énergies renouvelables, elles peinent à prendre le relais, à cause notamment de leur intermittence. D'où l'impérieux besoin d'économiser, mais aussi de pouvoir stocker l'électricité lorsqu'elle est produite en surabondance.

Ce stockage de l'énergie, qui figure parmi les sept secteurs stratégiques d'innovation à l'horizon 2030 définis par la commission présidée par Anne Lauvergeon, fait l'objet d'une belle effervescence dans les laboratoires.

Avec plusieurs technologies concurrentes en cours d'expérimentation : la transformation de l'électricité excédentaire en hydrogène, lequel peut être retransformé en électricité en fonction des besoins, à condition que soient résolues les questions économiques et technologiques posées par le stockage de ce gaz très léger ; les batteries, bien sûr, dont les performances s'améliorent régulièrement, mais aussi les très prometteurs supercondensateurs capables de se charger 100.000 fois plus vite que nos batteries et de supporter sans dommage des millions de cycles de charge et de décharge.

Enfin, les batteries de nos voitures électriques, sous réserve qu'elles soient rechargées durant les seules heures creuses de consommation électrique, pourraient constituer un très bon moyen de stockage mobile. De jolis défis en perspective.

____

Lire aussi :

1>> LA LIBERTÉ DU NET MENACÉE ?

2>> GARE À L'E-COLÈRE DE L'E-CITOYEN !

3>> LA FIN DE LA PROPRIÉTÉ ?

4>> SUR-MESURE ET ME.COM

5>> TOUJOURS MIEUX, ET PLUS VITE

6>> ANTICIPER FACE À L'IMPRÉVISIBLE

7>> TOUT CONTRÔLER À DISTANCE

8>> ÉNERGIE : L'ÈRE DE LA SOBRIÉTÉ

9>> DES PÉTAOCTETS DE DONNÉES

10>> TRAVAILLER PLUS, OU MIEUX ?

11>> VIVRE LONGTEMPS EN BONNE SANTÉ

12>> L'ÉPOQUE DU ROBOTCÈNE

13>> VIVRE UNE VILLE CONNECTÉE

14>> DU TEMPS, POUR QUOI FAIRE ?

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2014 à 8:36 :
Je vois le tableau:
"Mme Michu, vous pourriez pas me prêter 2 kW, j'arrive pas à terminer ma vaisselle?"
ou "Ce soir, pas de télé, les enfants; les batteries sont à sec" Voilà la vie rêvée des utopistes verts. Une éolienne dans chaque jardin, une toiture couverte de panneaux solaires, et tout cela payé par la collectivité, bien sur! Et pour les immeubles, y-a-qu'à creuser ...peut_être qu'à - 900m il y a de l'eau chaude.
a écrit le 29/12/2013 à 20:19 :
Sobriété et intelligence au rendez-vous en 2014 et au delà ! L'avenir,n'en déplaise au scepticisme ambiant ,sera dans les ENr et surtout le soleil.Le règne du végétal utilise depuis des millions d'années les photons de notre astre préféré,cela s'appelle la photosynthèse.Si le "rendement" est modeste (0,5%) ,c'est pourtant le moteur de nos vies depuis bien longtemps.Toutes les toitures orientées au sud devraient être équipées de modules solaires.La distribution assurée finement par des SMART GRID .La voiture électrique pourrait dans ces conditions être utilisée comme moyen de stockage.Quant au chauffage électrique et au cumulus électrique ,à bannir d'urgence !
a écrit le 29/12/2013 à 17:33 :
Elle est marrante l'anatomique, elle qui fut la reine de la production d’électricité non stockable et non régulable... Maintenant elle va nous expliquer ce qu'il faut faire ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :