Tendances 2014 : sur-mesure et selfie, la montée du "me.com"

 |   |  543  mots
Etam a lancé un concours de selfleg - une photo de ses jambes gainées de collants - avec la promesse d'un voyage à New York pour la gagnante. / DR
Etam a lancé un concours de "selfleg" - une photo de ses jambes gainées de collants - avec la promesse d'un voyage à New York pour la gagnante. / DR (Crédits : DR)
La Tribune vous propose sa sélection des 14 tendances destinées à nous aider à innover encore plus en 2014. Aujourd'hui, le "me.com". Voyages sur mesure, mode du "selfie" (on se prend en photo soi-même, NDLR), imprimantes 3D, tout cela dessine monde où individualisme rime avec ultra-personnalisation..

Des robes ou des chaussures sur mesure chez Moodbyme.com, des chemises taillées à vos exactes mensurations chez Celio, et même des caleçons personnalisables selon vos formes et vos goûts chez eDoL.fr : à l'évidence, la tendance est à l'extrême personnalisation dans la mode.

Et le phénomène s'étend à bien d'autres secteurs de la consommation. Calibag.com vous promet de ne plus vous tromper de bagage sur les tapis des aéroports grâce à des valises à la couleur et au décor de votre choix, tandis que Planetveo.com, un spécialiste du voyage sur mesure créé en 2007, connaît une croissance fulgurante depuis cinq ans. Il atteindra 60 millions d'euros de chiffre d'affaires cette année avec près de 200 collaborateurs. La société du partage cohabite avec un néoindividualisme plus vivant que jamais.

En témoigne la mode du selfie, cet autoportrait réalisé à l'aide d'un smartphone puis mis en ligne sur Facebook, Twitter, Instagram et autres réseaux sociaux. Tous les grands de la planète s'y sont prêtés, du pape François au président américain Barack Obama. Le terme selfie a été choisi comme « mot de l'année » par les auteurs du dictionnaire d'Oxford, véritable référence en Grande-Bretagne, qui soulignent sa progression de 17.000 % sur les douze derniers mois.

Le "narcissisme business"

Et le phénomène intéresse désormais le business. Dans le nouveau magasin Marionnaud des Champs Élysées, la table de maquillage est connectée, pour faciliter l'envoi des photos à ses amis. Et le distributeur de mode Etam vient de lancer un concours de selfleg - une photo de ses jambes gainées de collants -avec promesse de voyage à New York pour la gagnante. Besoin de se démarquer, d'exister, tels sont les arguments mis en avant par les adeptes de cette pratique narcissique.

Nathalie Damery, la présidente de l'Observatoire société et consommation (Obsoco), ne voit pas forcément de contradiction entre cette ultra-personnalisation d'un côté et la montée du prêt et des mouvements collaboratifs de l'autre.

« Un même consommateur peut adopter des attitudes très différentes dans son rapport aux objets. Il y a les objets auxquels il tient et qu'il va personnaliser à outrance. Le plus symbolique dans cette catégorie étant le smartphone, individualisé grâce aux applications téléchargées par son propriétaire. Et il y a ceux qu'il partage, parce qu'il en a un usage assez réduit, comme par exemple les outils de bricolage. »

Une dualité, renforcée par la crise, qui a toutes les chances de perdurer en 2014.

____

Lire aussi :

1>> LA LIBERTÉ DU NET MENACÉE ?

2>> GARE À L'E-COLÈRE DE L'E-CITOYEN !

3>> LA FIN DE LA PROPRIÉTÉ ?

4>> SUR-MESURE ET ME.COM

5>> TOUJOURS MIEUX, ET PLUS VITE

6>> ANTICIPER FACE À L'IMPRÉVISIBLE

7>> TOUT CONTRÔLER À DISTANCE

8>> ÉNERGIE : L'ÈRE DE LA SOBRIÉTÉ

9>> DES PÉTAOCTETS DE DONNÉES

10>> TRAVAILLER PLUS, OU MIEUX ?

11>> VIVRE LONGTEMPS EN BONNE SANTÉ

12>> L'ÉPOQUE DU ROBOTCÈNE

13>> VIVRE UNE VILLE CONNECTÉE

14>> DU TEMPS, POUR QUOI FAIRE ?

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :