Pour le patron de Google, "l'espionnage en ligne" menace la démocratie

 |   |  279  mots
Larry Page craint que les internautes ne refusent de communiquer leurs données personnelles à Google, de peur d'être espionnés par la NSA. (Photo : Reuters)
Larry Page craint que les internautes ne refusent de communiquer leurs données personnelles à Google, de peur d'être espionnés par la NSA. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
Larry Page s'élève contre l'espionnage sur internet par les gouvernements, mais défend l'utilisation des données privées par Google.

L'espionnage sur internet par les Etats menace la démocratie, a estimé mercredi Larry Page, le patron de Google, lors d'une conférence à Vancouver au Canada.

"Nous avons besoin d'un débat" a ajouté le cofondateur du géant de l'internet, sans quoi "nous ne pouvons avoir une démocratie qui fonctionne".

Pour la transparence, mais pas totale

Maintenant la thèse selon laquelle Google n'a pas coopéré avec la NSA, il s'est dit déçu des agissements "secre[ts]" du gouvernement américain. Face à des programmes comme Prism, qui permet à la NSA d'accéder aux communications qui transitent via Google, Facebook, Skype ou Yahoo, le PDG américain a plaidé pour une transparence accrue. Au moins sur les méthodes des agences de renseignement. Pour autant, il a reconnu la nécessité de laisser dans l'ombre les documents sensibles liés aux menaces terroristes.

Non à l'espionnage en ligne... sauf pour le secteur privé

Le PDG américain s'inquiète surtout des conséquences financières de ces scandales. L'affaire Snowden, du nom de l'informaticien qui a révélé au monde le programme de surveillance de la NSA, a rendu certains internautes réticents à communiquer leurs données privées à Google.

"Ce qui me préoccupe c'est que nous jetions le bébé avec l'eau du bain", a-t-il déclaré. L'informaticien a insisté sur les usages bénéfiques de ces "Big data", ces masses de données privées collectées par les géants de l'internet, notamment à des fins médicales. Celles-ci permettraient par exemple aux patients de choisir leurs médecins ou de développer de nouveaux traitements, a expliqué le milliardaire américain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2014 à 18:07 :
Google s'occupe de vous et vous ne le saviez pas. La santé c'est primordiale aussi laissez vos coordonnées svp.
a écrit le 21/03/2014 à 14:24 :
J'ai le sentiment, que comme pour de choses qui s'effectuent sur cette planète, ça sert à peu de gens. En plus, ça ne me parait pas digne, oui on profite de notre crédulité.Menaçant de par l'argent englouti, mais ça ne concerne que très peu de gens qui espionnent, mais on peut se dire, que c'est complètement à côté de la plaque
a écrit le 21/03/2014 à 9:41 :
Le principal fournisseur de la NSA qui l'ouvre,trop fort les yankees.
a écrit le 20/03/2014 à 17:55 :
Pour Google, "l'espionnage en ligne" menace surtout son business-plan ! Comment vendre des data à gogo si les utilisateurs commencent à être méfiant et à prendre des précautions, voir n'utiliser Internet que lorsque ce n'est que strictement nécessaire ?! Google a besoin de notre crédulité pour prospérer.
a écrit le 20/03/2014 à 15:58 :
Discours de facade censé rassurer le grand public...Que peux-t-il dire d'autre de toute facon ? Mais le dernier paragraphe de l'article montre bien à quel point ces "patrons" prennent les gens pour des buzes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :