États-Unis : le Sénat aux mains des républicains

 |   |  169  mots
A 72 ans, Mitch McConnell, qui a facilement conservé mardi son siège de sénateur dans le Kentucky (centre-est), va incarner l'opposition au président Obama.
A 72 ans, Mitch McConnell, qui a facilement conservé mardi son siège de sénateur dans le Kentucky (centre-est), va incarner l'opposition au président Obama. (Crédits : Reuters)
Les républicains ont remporté mardi de la majorité au Sénat américain lors des élections de mi-mandat, réduisant le champ d'action du président Barack Obama pour ses deux dernières années de mandat.

Les élections de mi-mandat aux États-Unis représentent un sérieux revers pour Barack Obama. D'après des résultats provisoires, mercredi 5 novembre, les républicains détiennent désormais la majorité au Sénat avec au moins 52 des 100  sièges. La chambre haute du Congrès était dominée par les démocrates depuis 2006.

Les républicains ont bâti leur victoire ravissant aux démocrates sept États (Arkansas, Colorado, Iowa, Montana, Caroline du Nord, Dakota du Sud, Virginie-Occidentale) au total, selon le New York Times et le site Real Clear Politics.

Renforcement en vue à la Chambre des représentants

À 72 ans, Mitch McConnell, qui a facilement conservé mardi son siège de sénateur dans le Kentucky (centre-est), va incarner l'opposition au président Obama.

Les Républicains renforcent par ailleurs leur contrôle sur la Chambre des représentants selon des résultats provisoires, avec au moins 235 des 435 sièges, scellant ainsi leur mainmise sur le Congrès des États-Unis. Depuis 2010, ils détenaient jusqu'à présent 233.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2014 à 9:14 :
he voilà bush a gagné...les riches ont gagné. les pauvres peuvent pleurer.
a écrit le 05/11/2014 à 18:44 :
La Tribune diversifie certains sujets d'actualité de loin plus importants que d'autres dont elle en fait des gros titres. Par ex à ce moment Sarkozy règle ses comptes avec la classe politique française.
Dans une série d'entretiens recueillis par deux journalistes, Nicolas Sarkozy étrille François Hollande et les représentants de la classe politique avec des tirades très acides. Par ex quand il dit que Hollande "est mal fagoté, il mange des frites, quand on fait un métier public, il faut faire attention" il sait de quoi il parle.

Mais c'est sa tirade concernant Manuel Valls et sa candidature pour la présidentielle de 2017 qui met Sarkozy dans le rang des grands humoristes qui a connu la France. "Valls candidat? N’importe quoi… A la limite, Taubira aurait plus de chances que lui à gauche".

Du grand Sarko quoi !
Réponse de le 05/11/2014 à 19:01 :
Je ne crois pas une minute a l'impartialité de ces journalistes qui ont sortis des phrases hors de leur contexte pour faire de belles ventes et en profiter pour égratigner N.S… curieux de savoir combien ils ont touché de Sarkozy...
Réponse de le 06/11/2014 à 9:39 :
Réaction d'un pro-sarkozyste convaincu. Sarkozy dit ce qu'il va faire, et il fait ce qu'il a dit. La preuve. Il veut rassembler l'UMP.
Le pire, c'est qu'il va réussir. Il va rassembler tout l'UMP qu'il a critiqué ... contre lui.
Sarkozy est fini. Trop de casseroles derrière lui. Les recettes qui ont marché en 2007, c'est du réchauffé maintenant. Ses méthodes de communication sont archi connues maintenant. Il faut que certains médias (et je pense au Figaro notamment) arrêtent de faire de la pub pour lui, cela ne marche plus.
Il est temps de passer à autre chose.
a écrit le 05/11/2014 à 18:01 :
Le déficit de l'Etat d'Amérique a progressé de 22% en 1 an , il est actuellement de 7% par an mais avec le dollar qui est la monnaie de référence mondialement contrairement l'Euro les effets son moindre que ceux que subissent les Français avec 2000 milliards de déficit.
Pour l'exercice en cours, la Maison Blanche prévoit de ramener le déficit de l'Etat fédéral sous la barre des 1 000 milliards de dollars pour la première fois en cinq ans, à 991 milliards de dollars, soit 6,1 % du PIB américain. Il aura du pain sur sa planche, notre ami Barack….
a écrit le 05/11/2014 à 16:38 :
J'attend leur candidat pour les présidentielles avec impatience.Le petit-fils et neveu des Bush?:tant qu'à faire...Dans quelles aventures vont-ils encore nous embarquer?:on n'a même pas fini de payer celles de tonton Bush,on est sur les rotules,on ne va pas encore payer?
Réponse de le 05/11/2014 à 18:33 :
Et pendant ce temps-là, Vladimir Poutine est devenu pour la deuxième fois d'affilée le numéro un du classement Forbes des hommes les plus puissants du monde. Un sacré pied de nez à un certain BarackObama !
Réponse de le 05/11/2014 à 19:59 :
Ah oui?..là c'est grave.Forbes,l'ami de Bush?:c'est peut-être une explication,non?.A part vous,qui tient encore compte des classements bidon de ce monsieur?
Réponse de le 05/11/2014 à 22:12 :
Faites gaffes avec vos déclarations plutôt farfelues, les dérapages ne pardonnent pas et vous allez vous retrouver les quatre jambes en l’air.
a écrit le 05/11/2014 à 15:20 :
Le brillant journaliste politique américain (eh oui, ça existe encore ! .-)) John Hawkins dans un article non moins brillant expose "5 effrayantes vérités auxquelles les Américains doivent faire face" désormais. Les voici :

1. Les droits doivent être coupés. (Social Security, Medicare et Medicaid doivent subir des coupes de l'ordre de 75%);
2. Le militaire américain devra s'affaiblir. (surtout par rapport à ceux de la Russie et de la Chine)
3. Les taxes vont augmenter. (Reagan disait que "le problème n'est pas que les gens soient peu taxés, mais que le gouvernement dépense trop.")
4. La croissance va se stagner. (la planche à billets ne pourra plus rouler à l'infini, la croissance va se réduire ainsi que le nombre d'emplois, il y aura moins de prospérité pour les générations d'Américains à venir et qui trouveront un pays assez différent de celui qui les a vu grandir)
5. Les Etats-Unis ne seront plus la superpuissance de la planète. (Ils seront ainsi que la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la France… )

Un article qui fait mal à quelques-uns outre-Atlantique, certes, mais qui fait mal aussi à beaucoup de chez nous, en France, tant que nous les aimons tant, nos très chers ricains, nos sauveurs historiques….
Réponse de le 05/11/2014 à 15:42 :
@faux Chich : Merci de changer de pseudo, je l'utilise depuis belle lurette et je ne souhaite pas être associé à vos propos qui n'engagent (quoi que vous pensiez) que vous.
Réponse de le 05/11/2014 à 16:31 :
Point de vue qui n'engage que vous. Apparemment vous et l'OTAN manquez d'idées, propos vides de sens ! donc = non recevable !
Réponse de le 05/11/2014 à 17:32 :
le KGB a du se mélanger les pinceaux au quelque part !
Réponse de le 05/11/2014 à 17:59 :
Difficile à dire qui est la dupe de qui, mais d'après ma connaissance, Chich est quelqu'un de très poli, ses commentaires se trouvent souvent dans le respect envers les autres.
Ce qui n'arrive pas avec un autre Chich qui a commenté de forme grossière, très désobligeante, le commentaire d'Incrédule50 à propos des collectivités d'outre-mer du Pacifique dans ce même journal.
www.latribune.fr/actualites/economie/international/20141105tribad9582312/l-etat-se-desinteresse-t-il-des-collectivites-d-outre-mer-du-pacifique.html

Qui est la dupe de qui ?
Réponse de le 05/11/2014 à 20:29 :
Le Chich de 15:20 c'est le vrai.

L'autre de 15:42 c'est FAUX, il s'agit d'un provocateur bidon qui se veut anti-Poutine et à service de l'OTAN et des néo-Conservateurs américains. Une vraie plaie dans ce forum.
a écrit le 05/11/2014 à 14:38 :
Les US n'ont jamais été gouvernés par la "présidence". Les US sont impérialistes, c'est donc le complexe-militaro-industriel qui oriente, impulse la politique. Les US ne renonceront jamais à une guerre s'ils doivent protéger leurs intérêts, leur donner un avantage commercial, stratégique. US GO HOME.
Réponse de le 05/11/2014 à 17:28 :
USA USA!!!!
a écrit le 05/11/2014 à 10:10 :
L'Amérique divisée sur la forme, pas sur le fond. Depuis des années ce sont les lobbies militaro-industriels qui gouvernent ce pays là, administré par les banques sionistes, Wall Street et les néo-Conservateurs et leurs "fondations d'ingérence planétaire". L'OTAN, qui a restée dans ses frontières européennes pendant trois administrations républicaines (Nixon, Ford et Reagan) s'est vue élargir pendant le mandat de Bill Clinton (Démocrate). L'actuel Obama ne diffère pas trop de son prédécesseur Bush, il est même devenu le premier "prix Nobel de la Paix" à jouer le va-t-en guerre ! et en effet, il n'est rien d'autre que l'homme de paille pour projets insensés des faucons néo-Conservateurs américains.

L'économie américaine se trouve à bout de ses forces et la dégringolade ne fait que commencer (les USA se placent désormais 2ème économie mondiale en PIB, derrière la Chine), le moment où le dollar aura perdu son statut de divise commerciale, les US deviendront un pays comme les autres. Si les administrations républicaines veulent inverser la vapeur par le moyen de guerres, à part une défaite quasiment assurée, les USA passeront à l'Histoire comme la nation la plus irresponsable et meurtrière, à côtés de l'Allemagne de 33, le Japon de Hirohito, l'empire hunnique d'Attila, l'empire mongol de Gengis Khan….
Réponse de le 05/11/2014 à 10:44 :
Bonne analyse. Comme dit Ron Paul, congressiste républicain de l'ère Reagan, en fait la politique américaine est un monopole sous le couvert de l'illusion d'un bipartidarisme qui n'a jamais existé.
Réponse de le 05/11/2014 à 10:50 :
LA GUERRE A TOUJOUR ETE LE FER DE LANCE ECONOMIQUE DES DICTATEURS DES PAYS RICHE???
Réponse de le 05/11/2014 à 11:58 :
Et comme le dit bien Noam Chomsky, les US sont (je cite) "l'État leader du terrorisme mondial".
Réponse de le 05/11/2014 à 14:34 :
Pour rester dans les citations, je vous rappelle que Hugo Chavez disait souvent de Obama qu’il était “otage à la Maison Blanche”, et il n’était pas trop loin de la vérité. Le trou de détresse des USA est bien plus profond que l'imaginent les Européens.

L’hégémonie du dollar s’effrite un peu plus chaque jour, la Réserve Fédérale est en panne de solutions-miracles et va devoir choisir entre sacrifier le marché boursier ou sacrifier le marché obligataire.

Allez, parlons foot, c'est de loin plus amusant...
Réponse de le 05/11/2014 à 17:30 :
Bande d'anti américains primaires! Vous ne pourrez jamais rien contre les USA et cette frustration est un plaisir!!

Un français heureux aux USA.
Réponse de le 05/11/2014 à 22:14 :
Vous vous produisez dans quel cabaret ?….
a écrit le 05/11/2014 à 9:07 :
Obama, lui a réussi à faire baisser le chômage à 5,9, augmenter la croissance à 3,5 et créer l’assurance maladie, en remerciement les Américains le jette ? Nous les Français, Hollande
nous fait tout le contraire voire pire, mais on le garde ????
Réponse de le 05/11/2014 à 9:40 :
Bonjour,

vos supputations concernant le taux de chômage aux USA sont erronées.
Ce qui compte aux USA ce n'est pas le taux de chômage déclaré mais le taux de participation à l'emploi qui lui s'est complètement écroulé et qui est revenu aux années 60.
Le taux réel de chômage Américain est plus proche des 15 % que de celui qui est annoncé.
Vous pouvez par vous même le vérifier sur le site du Bureau of Labour USA ( BLS).

Cordialement.
Réponse de le 05/11/2014 à 12:49 :
fatalitas a répondu le 05/11/2014 à 9:40 > Ces chiffres sont issu du Ouest France de ce matin??? je ne les inventent pas. Maintenant vous pouvez écrire à ouest France pour contester leur chiffre??
Réponse de le 05/11/2014 à 14:11 :
Heuze,

Personne ne prétend que vous ayez inventé les chiffres.
Mais les journaux main Stream ne donnent que des données tronquées.
Il suffit comme je vous l'ai dit de vous rendre sur le site officiel du Bureau of Labour Statistic ( site du gouvernement Américain) et de vérifier par vous-même les informations.
Encore une fois, ce qui compte ce n'est pas le taux de chômage mais le taux de participation des personnes en âge de travailler et ayant un emploi.
Aux USA comme ailleurs, quand vous êtes en fin de droit ou radié des listes, vous n'êtes plus comptabilisé comme chômeur.
a écrit le 05/11/2014 à 8:41 :
Je croyais que Obama c’était le pied eh ben non!. Alors la presse française vous nous avez encore vendu des salades AH la société multi culturel c'est compliqué.
Réponse de le 05/11/2014 à 13:50 :
quel echec de nos bobos parisiens des medias , des nos politiquement correct qui nous vantaient Obama comme must des démocrates .
Seulement , nos bobos urbai
Réponse de le 05/11/2014 à 13:50 :
quel echec de nos bobos parisiens des medias , des nos politiquement correct qui nous vantaient Obama comme must des démocrates .
Seulement , nos bobos urbai

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :