Le G20 veut plus de croissance et lutter contre l'optimisation fiscale

Les chefs d'Etat qui représentent 85% de la richesse mondiale veulent accroître leur PIB de 2,1%, grâce à une meilleure coopération et des investissements dans les infrastructures. Ils affichent également leur volonté de lutter contre la fraude et l'optimisation fiscale.
Autre engagement annoncé dimanche par le communiqué final du G20: celui d'une coopération renforcée dans le secteur de l'énergie, dont les modalités seront définies en 2015, pour garantir des marchés énergétiques plus stables.
Autre engagement annoncé dimanche par le communiqué final du G20: celui d'une coopération renforcée dans le secteur de l'énergie, dont les modalités seront définies en 2015, pour garantir des marchés énergétiques plus stables. (Crédits : Reuters)

Plus de croissance, plus de transparence fiscale, plus d'égalité hommes-femmes, plus de sécurité énergétique: les pays du G20 ont affiché d'ambitieux objectifs à l'issue du sommet de Brisbane, face à une conjoncture économique morose.

Les membres du G20, qui représentent 85% de la richesse mondiale, estiment pouvoir dégager un surplus de croissance de la valeur de leur PIB de 2,1% par rapport à sa trajectoire d'ici à 2018, à la faveur d'un millier de mesures décidées de concert pour doper l'investissement, le commerce et la concurrence.

Ajouter plus de 2.000 milliards de dollars au PIB des 20

Ces dernières permettront aux vingt pays les plus puissants de la planète d'accroître leur Produit intérieur brut "de plus de 2.000 milliards de dollars, et créeront des millions d'emplois", a précisé leur communiqué publié à l'issue de deux jours de sommet dans l'est de l'Australie.

Pour parvenir à cet objectif --supérieur à la croissance de 2% envisagée originellement--, sera notamment créée une plateforme de soutien aux investissements d'infrastructures, destinée à favoriser la communication entre gouvernements, secteur privé et banques de développement.

"Les bénéfices se feront sentir dans le monde entier", s'est félicité le Premier ministre australien Tony Abbott. La Banque mondiale ou encore l'ONG Oxfam lui ont fait écho, y voyant un soutien bienvenu pour réduire la pauvreté mondiale.

 Contre l'optimisation fiscale

"C'est beau d'avoir cet engagement de 2,1%, mais reste encore à le concrétiser. Notre tâche sera de surveiller pays par pays, mesure par mesure, la mise en œuvre du plan", avec des audits publics, a toutefois prévenu Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI).

Les chefs d'État et de gouvernement se sont par ailleurs attaqués au dossier de la transparence financière, devenu brûlant après le récent scandale du "Luxleaks" sur les pratiques fiscales du Luxembourg.

Le G20 a affirmé dimanche encourager les efforts de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) contre l'optimisation fiscale des entreprises multinationales --un chantier qu'il souhaite voir achevé en 2015.

Avec pour objectif "la transparence sur les rescrits fiscaux, considérés comme des pratiques néfastes", selon le communiqué final: une mention explicite qui a fait l'objet d'âpres négociations, selon des sources diplomatiques interrogées par l'AFP.

La pratique du rescrit fiscal --qui permet à une entreprise de demander au préalable à une administration comment sa situation fiscale sera traitée-- était au cœur du "Luxleaks".

Éclaboussé, le nouveau président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, ancien Premier ministre luxembourgeois, s'est défendu dimanche à Brisbane, assurant avoir réclamé "la mise en place d'un système d'échange automatique d'informations sur le rescrit fiscal".

Les ONG restent sceptiques

Les annonces peinaient cependant à convaincre les ONG spécialisées. "Le G20 reconnaît les failles du système financier, mais ignore les vraies solutions", a déploré Financial Transparency Coalition, tandis que ONE déplorait "un manque d'audace".

"La proposition sur la table ne suffira pas à empêcher les pays pauvres d'être saignés à blanc", a abondé Oxfam, regrettant que les pays en développement n'aient pas voix au chapitre, alors que l'évasion fiscale représente pour eux "un manque à gagner de 100 milliards de dollars par an".

"Le Luxembourg, paradis fiscal notoire, participe aux négociations (...) mais le Sierra Leone --où le virus Ebola fait rage et où six entreprises multinationales bénéficient d'incitations fiscales équivalant à 8 fois le budget de la santé-- en est exclue", s'est indignée Winnie Byanyima, directrice d'Oxfam International.

Autre engagement annoncé dimanche par le communiqué final du G20: celui d'une coopération renforcée dans le secteur de l'énergie, dont les modalités seront définies en 2015, pour garantir des marchés énergétiques plus stables.

Le G20 a par ailleurs salué les efforts accomplis pour faire évoluer les règles sur les restructurations de dettes souveraines --ce dont s'est aussitôt réjouie l'Argentine, harcelée par des fonds vautours.

Enfin, les pays du G20 se sont mis d'accord pour "réduire de 25% d'ici à 2025 l'écart entre les taux d'emploi des hommes et des femmes", afin de permettre, "selon les circonstance nationales, à plus de 100 millions de femmes de rejoindre la population active".

"Parvenir à l'égalité des sexes exigera d'autres mesures (...) notamment pour surmonter les écarts de salaires" et d'accès "à la vie sociale et politique", a cependant averti Oxfam

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 38
à écrit le 17/11/2014 à 20:26
Signaler
On lit dans les titres de presse: "Sommet du G20: rencontre à huis clos entre Poutine et Cameron" Le huis clos devrait être banni définitivement des entretiens entre hommes politiques, à l'origine mandatés par leur peuple pour le représenter et ...

à écrit le 17/11/2014 à 14:41
Signaler
arrêtez de vouloir lutter contre" l'optimisation fiscale". Ce n'est ni anormal ni condamnable, et c'est même encouragé dans certains cas( niches fiscales). Luttons plutôt contre "l'évasion" fiscale et la "fraude fiscale".

à écrit le 17/11/2014 à 13:54
Signaler
Pour l'Europe nous sommes aujourd'hui bien placés pour combattre l'optimisation fiscale c'est Junker le luxembourgeois l'expert qui depuis un certain temps pompe les impôts dus à nos pays en signant des contrats d'optimisation avec nos sociétés! pour...

à écrit le 17/11/2014 à 12:17
Signaler
Et vive le G20!!!! Ils nous prennent pour des neuneus ; il faut que ce soient des ONG ou autres (secours catholique entre autre) qui dénoncent les magouilles des optimisations fiscales dans les paradis fiscaux. Comme si nos grands trésoriers mondia...

à écrit le 17/11/2014 à 11:08
Signaler
Une série de voeux pieux: quel crédit accorder à tout cela quand on constate les dérèglements sur les marchés monétaires (l'euro contre yen, presque 50% depuis le 01/01/2012, les écarts avec le dollar (10% depuis le début de l'année), la baisse des m...

à écrit le 17/11/2014 à 9:34
Signaler
les grand pays a defaut de croisance , non plus le choix que de faire rentres les inpots detourne par les paradies ficaux, JE CROIREZ LEURS DESITIONS QUAND IL FERONS DISPARETRE LEURS PROPES PARADIES FICAUX A EUX ? LA FRANCE EN A ? TOUS LES PAYS EN ...

à écrit le 17/11/2014 à 9:25
Signaler
Ils amalgames volontairement égalité des sexes avec égalité salariale, alors que l'inégalité homme-femme est d'ordre religieuse pour une bonne partie du monde. Pourquoi parler d'égalité salariale lorsque dans les pays émergeant, seul l'homme est sala...

à écrit le 17/11/2014 à 6:49
Signaler
Une religion de plus, dans un monde fini, ça coince. Il faut passer à autre chose....!!!

à écrit le 16/11/2014 à 21:36
Signaler
Ce qu'il faut retenir de ce sommet du GVain : on va utiliser la soit-disant menace climatique pour augmenter la coercition et réduire les libertés afin que les différentes nomenklatura occidentales puissent encore longtemps tondre leurs contribuables...

le 17/11/2014 à 19:50
Signaler
Cet accord sino-américain c'est du vent. Les USA n'ont pas osé signer les accords de Tokyo pourquoi iraient-ils signer un accord isolé avec la Chine ? c'était juste une manière trouver par Obama auprès de Xi pour que les US ne passent totalement inap...

à écrit le 16/11/2014 à 21:31
Signaler
Investissements dans les infrastructures... Avec quel argent? Celui du contribuable, pour ensuite vendre au rabais ces infra structures au privé (Cf autoroutes) qui fera des bénéfices colossaux et en plus se débrouillera pour faire de "l'optimisation...

à écrit le 16/11/2014 à 19:06
Signaler
Les discours de fin de fête, vous savez, quand on est déjà un peu éméchés, c'est du genre "nous sommes tous contre le feu et aussi contre les pompiers".

à écrit le 16/11/2014 à 18:43
Signaler
je ne comprends pas bien...alors si on une crise depuis 2008 car le g20 ne voulait pas de croissance sans doute.... maintenant il veut en conséquence on aura....

le 16/11/2014 à 20:31
Signaler
Pourquoi perdre son temps avec ces écornifleurs en mode panique depuis le sommet de l'APEC, lequel scelle l'isolationnisme du bloc occidental ? Quant à ses prétendues visées hégémonistes (on ne prête qu'aux riches !), je rappelle la citation de Pout...

le 17/11/2014 à 19:52
Signaler
Pas facile pour un Occidental de se confronter à cette réalité…. mais vous avez raison, quand-même.

à écrit le 16/11/2014 à 17:47
Signaler
On dirait une reprise du tableau de La Cène. Sauf que celui qui officie entouré de ses apôtres y est bien moins charismatique.

à écrit le 16/11/2014 à 17:38
Signaler
Ces objectifs de croissance sont indispensable a réaliser car il faut que les économies occidentales rattrapent le retard sur la Chine qui construit des infrastructures modernes pendant que l'Amérique et l'Europe entre en hibernation. Les citoyens oc...

le 16/11/2014 à 22:34
Signaler
Les transports ferroviaires du 19e siècle avec des trains qui roulent entre 50 et 80km par heure, ceci est très peu adapté au demande de rapidité, de mobilité de main d'œuvre et de diminution des couts financiers et environnementaux. Les chinois amél...

à écrit le 16/11/2014 à 17:03
Signaler
Poutine a bien fait de quitter précipitamment ses bavards dont l'honnêteté est inexistante.

à écrit le 16/11/2014 à 16:53
Signaler
Les affaires sont les affaires exemple simple chaque vendredi a quatorze heures on plus de virement sur les comptes clients avant le lundi une heure du matin rien que sur le versement des prestations sociales cela peut representer pour nous a une pl...

à écrit le 16/11/2014 à 16:34
Signaler
Il faudrait aussi interdire la confiscation fiscale et pénaliser les états voleurs qui sont aussi des états voyou. La France est coupable à ce titre.

à écrit le 16/11/2014 à 16:30
Signaler
Bilan des G vain… Du vent, du vent, et encore du vent… Mais pour amuser la galerie et faire semblant qu’on ne s’est pas réuni pour rien on organise un drame tragicomique ou une opération de marketing pommado-médiatique savamment orchestrée ...

à écrit le 16/11/2014 à 15:53
Signaler
On y voit le larbin Hollande, toujours à côté de son maître, en faisant semblant d'être une grande figure quand on sait de la chose sans importance qu'il est. Dégoûtant.

à écrit le 16/11/2014 à 15:52
Signaler
Franchement, qui ne veut pas sauver la veuve et l'orphelin ? Mais après ces discours creux, on fait quoi ? la même chose :-)

le 16/11/2014 à 17:59
Signaler
"Franchement, qui ne veut pas sauver la veuve et l'orphelin ?" Même si la veuve a assassiné son mari pour toucher l'assurance-vie qu'il a souscrit pour que sa descendance ne manque de rien sans savoir que le futur orphelin n'en serait pas un puisq...

à écrit le 16/11/2014 à 15:40
Signaler
Et c'est Junker qui vous le dit !!

le 16/11/2014 à 15:56
Signaler
n'est-ce pas ?

à écrit le 16/11/2014 à 15:15
Signaler
Remplacer l'expression "optimisation fiscale" par "intelligence économique" et vous comprendrez que le discours est purement démagogique de la part de politiciens n'ayant jamais entrepris de leur vie. En revanche, il reste beaucoup à faire pour lutte...

à écrit le 16/11/2014 à 14:30
Signaler
Faites gaffe, MM. les stagiaires de rédaction, sur la photo ce n'est pas le G20 mais les réprésentants de quelques pays de l'UE avec le Président des USA. Nuance. Pendant que ceux-là blablataient le vrai G20 était en train de bosser...

le 16/11/2014 à 15:23
Signaler
de la méprise…. ou de la mauvaise foi. ;-)

à écrit le 16/11/2014 à 14:28
Signaler
Pour rester dans la plus grande originalité, ils auraient pu dire aussi qu'ils veulent plus d'amour dans le monde. :-))

le 16/11/2014 à 17:15
Signaler
AMOUR ! Ce G VAIN est une assise de la Finance Internationale qui s'efforce de régir la Planète et, si les super banquiers aiment le sexe, ils ne connaissent rien à l'amour ou à la philanthropie...

à écrit le 16/11/2014 à 14:11
Signaler
l'évasion fiscale coute entre 50 et 80 milliards d'euros par an au budget français. Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur ça.

le 16/11/2014 à 18:07
Signaler
C'est entre 2,5 et 4 points de pib. Autrement dit, le budget de la France, hors conjoncture, serait bénéficiaire et la dette décroîtrait.

à écrit le 16/11/2014 à 13:50
Signaler
IL EST FACILE DE COMBATTRE L'OPTIMISATION FISCAL IL SUFFIT DE COMBATTRE L'ENFER FISCAL ;;;POUR QUE LA LOI SOIT JUSTE ,elle doit etre equilibree dans les deux sens

le 16/11/2014 à 14:09
Signaler
Il faut avoir autant d'hopitaux en France qu'a Andorre ou Saint Marin. Comme ça autant de dépenses et donc d'impots.

le 16/11/2014 à 15:22
Signaler
Tout à fait exact. Et la courbe de Laffer est là pour le prouver !

le 16/11/2014 à 18:04
Signaler
Tant qu'il y aura des impôts, il y aura des personnes qui tricheront. C'est humain. Et il est inconcevable de supprimer les impôts.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.