Pour Poutine, le sommet du G20 n'a pas été une routine

 |   |  403  mots
Le président russe a quitté son hôtel pour l'aéroport de Brisbane avant la fin officielle du sommet du G20, le 16 novembre. Vladimir Poutine a justifié ce départ par la nécessité de se reposer durant le long vol qui le ramène à Moscou pour pouvoir travailler dès lundi matin.
Le président russe a quitté son hôtel pour l'aéroport de Brisbane avant la fin officielle du sommet du G20, le 16 novembre. Vladimir Poutine a justifié ce départ par la nécessité de se reposer durant le long vol qui le ramène à Moscou pour pouvoir travailler dès lundi matin. (Crédits : Reuters)
Lors du sommet du G20, qui s'est tenu à Brisbane en Australie ce week-end, le président russe a été critiqué par ses homologues occidentaux sur son rôle dans la crise ukrainienne. Ils le menace de durcir leurs sanctions. Kiev et l'Otan affirment que des troupes russes seraient désormais présentes dans le pays pour soutenir les rebelles.

Les puissances occidentales ont harcelé Vladimir Poutine pendant le G20 de Brisbane sur la crise ukrainienne, voulant lui signifier qu'ils n'entendaient rien lâcher,et éclipsant du coup les questions économiques.

"Je pense que ce qui a été bon durant ce G20, c'est qu'un message très clair ait été transmis par les pays de l'Union européenne et par l'Amérique à la Russie", a commenté à l'issue des deux jours de sommet le Premier ministre britannique David Cameron.

De fait, dès vendredi, avant même l'arrivée de M. Poutine dans la paisible ville de l'est australien transformée en camp retranché, les leaders anglo-saxons lui avaient préparé un accueil saignant, l'accusant d'être un agresseur de l'Ukraine ou encore de vouloir restaurer la "gloire perdue du tsarisme", selon la formule du Premier ministre australien Tony Abbott.

Et cela a continué samedi et dimanche pendant le sommet, parfois même de manière très directe, comme par exemple lorsque le canadien Stephen Harper a lancé à M.Poutine: "J'imagine que je vais vous serrer la main, mais je n'ai qu'une seule chose à vous dire: vous devez sortir d'Ukraine", selon un porte-parole canadien. Ce à quoi M. Poutine a répliqué: "C'est impossible puisque les Russes n'y sont pas", selon un porte-parole russe.

La chancelière Angela Merkel a rencontré durant presque quatre heures son homologue russe, pour évoquer cette crise, la pire entre l'Europe et la Russie depuis la chute du Mur de Berlin il y a 25 ans.

L'Otan a confirmé cette semaine les affirmations de Kiev accusant la Russie d'avoir déployé des troupes et des équipements militaires russes dans l'est de l'Ukraine contrôlé par des rebelles prorusses, ce que Moscou a farouchement nié. Le conflit a fait plus de 4.000 morts depuis la mi-avril.

A l'issue du sommet, Barack Obama a estimé que si M. Poutine "continue ( ) à violer le droit international (...), l'isolement que la Russie connaît actuellement se poursuivra".

Dès avant le sommet, M. Poutine avait senti souffler ce vent de guerre froide, mettant en garde vendredi contre une confrontation de "blocs" au G20. Sur place, il est resté hiératique. Mais il a tout de même quitté prématurément le sommet, ce qui pourrait être vu comme une manière de signifier son agacement,même s'il a justifié son départ par un besoin de sommeil réparateur avant de reprendre le travail lundi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/11/2014 à 12:33 :
Au football australien, on parle de shirtfront lorsqu’un joueur fonce sur un adversaire à toute allure pour le frapper délibérément à la poitrine avec son épaule. Avant le dernier sommet du G20, son hôte, le premier ministre australien Tony Abbott, avait dit qu’il allait faire un shirtfront au président russe Vladimir Poutine.

Poutine est assez intelligent et a suffisamment de force de caractère pour ne pas se laisser impressionner par ces roquets agressifs et stupide. La Russie et les membres du BRICS parlent de commerce, de justice, de paix, de non ingérence et de cooperation. Les roquets occidentaux parlent de domination, d’unipolarité, de pétrodollars, d’ingérence, de domination, d’encerclement, de sanctions, de fausses revolutions et de guerres qu’ils sèment partout. Il faut être aussi aveugle ou stupide que des moutons pour ne pas voir clair dans le jeu des usa, Canada, UE, et australie, suivis de la Pologne et petites républiques bananiéres qui tout en se pretendants « communauté internationale » representent moins d’habitants que les pays du BRICS qu’ils tentent de diaboliser.

Seul reproche que je fais à Poutine : Continuer à nommer « partenaires » des ordures qui ne cherchent qu’à lui savonner la planche afin de preserver les intérêts non pas de leurs peuples mais le leur propre, c’est à dire une poignée de truands aux commandes de nos pays exangues, victime d’une crise qu’ils ne font qu’attiser.
a écrit le 17/11/2014 à 20:22 :
Français, dans un pays en pleine décomposition morale, j'assiste impuissant aux donneurs de leçon à la Russie de la part de corrompus fossoyeurs de l'occident, maniant le mensonge sans tiquer. Qu'ont-ils fait de la Libye, de l'Irak, de la Syrie, du Kosovo, etc... Merci à la Russie et à son Président d'incarner une résistance juste et tellement vitale. Tenez bon! Pour nous aussi.
a écrit le 17/11/2014 à 17:10 :
En fait, il y a une intense coopération militaire avec la Russie au Mali et au Niger. Il pourrait en être de même au Moyen-Orient. C’est là que l’on mesure l’imbécillité de l’opposition systématique à Vladimir Poutine, et plus encore sa « démonisation » dans la presse. Henry Kissinger a expliqué à de nombreuses reprises ces derniers mois que « l’anti-Poutinisme » hystérique des Etats-Unis et de la presse américaine, ne constituait nullement une politique mais était en réalité une réponse à l’absence de politique. Il n’y a rien de plus exact. Il le dit dans une interview qu’il a donnée à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel le 13 novembre. Le niveau de délire de la presse américaine a été bien analysé par Robert Parry, l’un des plus grands journalistes indépendants des Etats-Unis. Il est aujourd’hui tragique de voir que ce discours, qui est une véritable propagande de guerre, envahit les médias en France et en Grande-Bretagne.

L’idée que la Russie voudraient reconstituer de toutes ses forces l’URSS défuntes est alors invoquée. Il faudrait faire « barrage » à un tel projet, et cela justifierait en réalité la violence de l’opposition à Vladimir Poutine. C’est une immense et considérable erreur. Les dirigeants russes, et Vladimir Poutine au premier chef, ont tiré un trait sur l’ancienne URSS. Le véritable enjeu pour les trente années qui viennent, c’est l’alliance entre la Chine et la Russie, et la question de savoir si les pays que l’on nomme les BRICS arriveront à constituer un front cohérent face à la politique américaine.

Tout le reste n’est que de la (plus mauvaise) littérature.
a écrit le 17/11/2014 à 17:01 :
Le danger ici est que la politique américaine, car c’est essentiellement d’elle qu’il s’agit, est en train de cristalliser une fracture entre les pays émergents, qui tentent de s’organiser autour de la Russie et de la Chine, et les pays sous influence américaine. C’est un jeu à la fois dangereux et stupide car tout le monde sait bien que les Etats-Unis, qui restent très puissants, sont néanmoins une puissance déclinante. Ce n’est pas ainsi qu’ils gèreront leur déclin. Mais ils risquent d’empêcher le monde de régler toute une série de problèmes.
Cette politique va aboutir, peut-être, a retarder l’inévitable.
Elle ne saurait cependant l’empêcher.
a écrit le 17/11/2014 à 16:55 :
Population Russie : 142,5 millions
Population OTAN : 989 millions

Mitaires actifs Russie : 845.000
Militaires actifs OTAN : 38.585.000

Réservistes Russsie : 2 millions
Réservistes OTAN : 727,4 millions

Chars Russie : 2,550
Chars OTAN : 1,367,500

Avions de combats Russie : 1,456
Avions de combat OTAN : 725,900

Têtes nucléaires Russie : 1.800
Têtes nucléaire OTAN : 1.911.580

Données fin été 2014
Réponse de le 17/11/2014 à 17:05 :
et en plus le troll est socialo… mdr
Réponse de le 17/11/2014 à 18:00 :
1.911.580 de têles nucleaires l'otan ???? quel délire !
Réponse de le 17/11/2014 à 18:15 :
vous êtes le meilleur ambassadeur que la Russie et Poutine puissent espérer avoir en France...continuez, j'adore...
Réponse de le 17/11/2014 à 19:04 :
Les données sont faussées, toutes. Un total imbécile, c'est pénible.
a écrit le 17/11/2014 à 16:46 :
Ce n’est pas la « communauté internationale » qui a cherché à isoler Vladimir Poutine, mais les Etats-Unis et les pays qui leurs sont liés comme la Grande-Bretagne, l’Australie et la France (et dans une moindre mesure l’Allemagne).
Alors, oui, les relations de Vladimir Poutine avec les dirigeants de ces pays ont été tendues. Mais, les positions prises par la Russie, et par Vladimir Poutine en particulier, sont en réalité très populaires en Chine, en Inde, en Afrique du Sud et au Brésil.
Le G-20 aura été l’occasion de marquer la nette divergence entre les pays que l’on appelle « émergents » et les autres. Cette divergence a été voulue par les pays de l’OTAN à ce sommet. Mais, elle constitue un véritable danger à long terme.
Cette divergence construit en réalité une nouvelle coupure du monde en deux dont les conséquences dans la capacité de régler les crises futures risque d’être importante.
D'ailleurs, l'Europe en paie déjà les premiers frais.
a écrit le 17/11/2014 à 15:01 :
La russie vient de signer des contrats pour plusieurs centaines de milliards de $ avec la Chine, l'Iran et l'Inde...elle est assise sur 400 milliards de $ de réserve de change alors que nous nous sommes.....ruinés.....et ce sont bruxelles et washington qui nous dictent ce que l''on doit faire...alors si il y a un pays qui soit vraiment à plaindre, je crains que cela ne soit le notre...
a écrit le 17/11/2014 à 11:44 :
Les médias de Poutine encore pris la main dans le sac à mentir pour tenter de cacher la réalité du tir de la 53e brigade antiaréienne russe de Koursk qui a abattu le vol MH17. Andreï Menchenine, éditorialiste de la radio indépendante russe Ekho Moskvi, a dénoncé pour le « pseudo-sensationnalisme » du reportage russe et affirme que l’angle d’attaque qui aurait été celui du chasseur ukrainien ne correspond pas aux dégâts constatés sur l’épave du Boeing. Интересно, изображение Боинга они прямо загуглили тоже? Или совпадение? Первая картинка в выдаче «Боинг вид сверху» pic.twitter.com/e5MyH07UWQ — Максим Кац (@max_katz) 14 Novembre 2014 Sur Internet, les détournements du photomontage se multiplient, afin de démontrer la grossièreté du procédé. Des internautes, via Twitter, démontrent ainsi que le logo de la compagnie aérienne Malaysia Airlines n'est pas au bon endroit sur la carlingue. Autre indice : la texture de l'habillage des ailes du chasseur ukrainien ne correspond en rien à celle d'un avion. Autant de constats qui poussent certains internautes à l’humour. ПРАВДЫ НЕ СКРЫТЬ! На снимке видно, что крылья истребителя, сбившего Боинг, раскрашены в цвета украинской вышиванки! pic.twitter.com/VfttMMu72i
— Дядюшка Шу (@Shulz) 14 Novembre 2014 Bellingcat, site internet de journalisme d’investigation basé en Grande-Bretagne, a dénoncé un « faux grossier » et affirmé que les photos avaient été en partie « fabriquées » à partir d’images de Google Earth datant de 2012. #версия Боинг сбили фашиствующие инопланетяне... pic.twitter.com/4z25E7UBjb — Reincarnation. (@TukvaSociopat) 14 Novembre 2014
Réponse de le 17/11/2014 à 15:01 :
excellent 2nd degré. toutes ces critiques contre la Russie sont exagérées et n'ont aucune sens lorsqu'on réfléchit 5mn.
a écrit le 17/11/2014 à 11:28 :
Suite de mon message: 5. Moscou a empêché à l'organisation politique des rebelles, le travail pour la création des Etats à l’Est, n'a pas reconnu les résultats des référendums du 11 mai, malgré le discours initial de Poutine. Ainsi les gens à l'Est ont été trompés. ___6. Au même temps Moscou a continué de fournir à la junte le gaz, le pétrole, les combustibles nucléaires (souvent au crédit) et même l'armement. Il est peu connu que la Russie a rendu à l'Ukraine pratiquement tout l'armement et l'équipement de l'armée ukrainienne en Crimée (les batailles lourdes à l'Est étaient déjà en cours). Il s'agit de plusieurs centaines unités des chars, canons et véhicules blindés. __7. Quand l'aide de la Russie aux rebelles est devenue plus importante, la plupart a été récupéré par les forces proches aux oligarques locaux, pas par les rebelles les plus actifs et populaires. ___8. Sous la pression de Moscou la plupart de ceux, qui ont commencé le soulèvement, ou des chefs ayant un avis trop indépendant ont été mis hors jeu. Il faut dire qu'il s'agit pour la plupart des cas des gens les plus respectés par les troupes rebelles et la population locale. __ 9. Les accords de Minsk ont été ultra-favorables et salvateurs pour l'Ukraine au bord de la catastrophe militaire, l'armée de laquelle a subi des défaits très lourdes et des pertes énormes. Une bonne part des rebelles les ont considérés comme une trahison. La liste des exemples de mauvaises décisions de Poutine est loin d’être complète. P.S. Les mauvaises langues en Russie disent que le soulèvement populaire et/ou la Novorossie indépendante (malgré que pro-russe) est considéré par Moscou comme quelque chose bien plus dangereuse que la junte hostile à Kiev.
Réponse de le 17/11/2014 à 15:02 :
mais dites moi? vous ne vous fatiguez jamais?
Réponse de le 17/11/2014 à 15:28 :
@duracell: Ecrire un commentaire, même assez grand, ne demande pas un énorme travail. Et vous, vous ne fatiguez pas de poser des questions inutiles?
Réponse de le 17/11/2014 à 16:49 :
Ce "Ex-Moscovite" est un FAUX, le vrai aurait d'autres propos que ceux là. Vous devriez en avoir honte, le troll OTAN !!
Réponse de le 17/11/2014 à 17:34 :
@Quelqu'un...: Non, c'est moi. Vous auriez pu le comprendre, parce qu’habituellement ceux, qui usurpent mon pseudo, ne donnent pas d'arguments normaux et ne connaissent pas les réalités russes. Ma position était et reste anti-ukrainienne, parce que les politiciens à Kiev sont vraiment dégoutants et.... ici vous pouvez mettre tous les gros mots, que vous voulez, cela restera la vérité à propos d’eux. Je suis pour certains chefs des rebelles qui veulent créer en Novorossie un Etat sans oligarchie corrompue, mais le Kremlin soutient surtout d’autres. J'ai protégé la position russe et les rebelles contre les accusations mensongères, mais cela ne signifie pas que je trouve la politique russe optimale. De plus je n’aime pas trop Mr. Poutine, même si son rôle dans cette histoire est plutôt positif. Je suis de côté de la vérité, pas de côté de Poutine. Désolé de briser vos illusions.
a écrit le 17/11/2014 à 9:34 :
Ici je vois quelques commentaires admirateurs de Mr. Poutine, tandis qu'il y a peu de raisons d'admirer dans ce cas. D'accord, il résiste contre la junte facho dégelasse de l'Ukraine et ses chefs américains, c'est bien, mais la qualité de la gestion de la crise en Ukraine par la Russie est loin d'être bonne. Quelques exemples : 1. La politique russe en Ukraine avant la crise était mauvaise. Ici je pourrais écrire beaucoup, mais dirais seulement que l'ambassadeur de la Russie en Ukraine était un ex-ministre parmi les plus nuls de toute l'époque de Poutine (déjà pas facile d’être) et que le président Ianoukovitch était beaucoup moins pro-russe qu'on considère dans la presse occidentale (certes, plus pro-russe que son prédécesseur). __ 2. Kremlin a aidé bien la Crimée, mais au même temps torpillé l'organisation politique des forces anti-juntes (e.g. la création d'un gouvernement alternatif) à l'Est de l'Ukraine. Dans ce cas je parle des forces du système, des politiciens ukrainiens connus. Dans les premières semaines dans l'atmosphère de chaos les chances à décomposer l'Ukraine ou désorganiser les forces de la junte étaient bien élevées. __ 3. L'attachement très rapide de la Crimée était une erreur, peu importe la volonté de la population, surtout sans être prêt à attacher d'autres régions séparatistes. La Crimée proclamée indépendante, mais sous la protection de Moscou, aurait pu être bien plus utile. Au moins cela aurait permis de ne pas rendre l'armement et l'équipement de l'armée ukrainienne en Crimée, empêcher la légitimation de la junte dans yeux des ukrainiens et avoir bien plus de manœuvre diplomatique. __ 4. Le soutien des rebelles à l'Est était quasi-inexistant au début et très faible au moment quand le soulèvement a commencé à souffrir des frappes des forces armées pro-ukrainiennes. Une remarque spéciale: la présence des citoyens russes ne signifie pas le soutien officiel. Il y a des milliers des vrais volontaires de la Russie pour les raisons idéologiques, de plus au moins un quart (peut-être la moitié) de la population russe ont des membres de famille en Ukraine. __
Réponse de le 17/11/2014 à 15:03 :
je continue à le soutenir et salue mes amis Russes.
a écrit le 17/11/2014 à 8:57 :
Livrons vite les 2 Mistral, sans SAV, soyons payés et basta. Surtout qu'ils ont peut être les même hélices que notre porte avions : ils seront inexploitables! Le plus malin c'est notre Francois! Trop forte la France!
a écrit le 17/11/2014 à 8:57 :
bravo vous défendez votre pays nous on a Hollande et valls et dans les coulisses sarko, Juppé et Fillon, des rotors.
Réponse de le 17/11/2014 à 9:30 :
et en plus le FN collabo de Poutine le séparatiste
a écrit le 17/11/2014 à 0:12 :
Population Russie : 142,5 millions
Population OTAN : 917 millions

Mitaires actifs Russie : 845.000
Militaires actifs OTAN : 3.585.000

Réservistes Russsie : 2 millions
Réservistes OTAN : 2,4 millions

Chars Russie : 2550
Chars OTAN : 7500

Avions de combats Russie : 1456
Avions de combat OTAN : 5900

Têtes nucléaires Russie : 1800
Têtes nucléaire OTAN : 2580
Réponse de le 17/11/2014 à 12:21 :
Ouf ça me rassure nous ne sommes plus dans les ratios des années 80 !
a écrit le 17/11/2014 à 0:02 :
Panique financière en Russie : Partout où l’on pose son regard à Moscou, il est impossible d’y échapper. Les enseignes lumineuses des taux de change sont présentes aux quatre coins des rues et elles ont récemment captivé l’attention plus encore qu’à l’ordinaire, lorsque le rouble a atteint un nouveau pallier historiquement bas. En fin de matinée, le dollar s’échangeait contre 48 roubles et l’euro à plus de 60 roubles, provoquant un début de panique dans les milieux financiers moscovites. « Le marché des changes est proche d’une situation de panique qui menace la stabilité financière », alertait l’une des plus importantes banques russes, VTB24. En fin de journée, la Banque centrale de Russie se résignait, dans un communiqué, à admettre les « prémices de risques pour la stabilité financière ». En une semaine, la monnaie russe a perdu 10 % de sa valeur, plus du quart depuis le début de l’année. La chute du cours du pétrole, les sanctions internationales et la fuite des capitaux expliquent cette volatilité « Dans ces conditions », la Banque centrale russe s’est dite « prête à augmenter ses interventions monétaires à tout moment et à utiliser tous les instruments à sa disposition ». Rien de concret à la clé mais cette déclaration marque un fléchissement dans la volonté affichée de préserver ses réserves. Quarante-huit heures plus tôt, l’institution avait en effet annoncé qu’elle comptait réduire ses interventions à 350 millions de roubles par jour pour défendre la monnaie nationale – une goutte d’eau comparée aux 30 milliards de dollars qui s'évaporent chaque mois. "On assiste à une panique de grande ampleur avec des airs de crise monétaire qui s'alimente elle-même", ont averti les analyste de la banque ING. Plus le rouble chute, plus les ménages sont tentés de protéger leurs économies en achetant des dollars et des euros, ce qui alimente le phénomène. Selon les analystes de VTB Capital, "la principale pression sur le rouble vient désormais probablement des ménages". La population, confrontée à une inflation déjà à plus de 8% et qui, selon certains économistes, pourraient atteindre 10% début 2015, ont réduit leurs grosses dépenses, affectant de plein fouet le marché automobile ou le secteur touristique.
a écrit le 16/11/2014 à 23:59 :
Evoquant les interventions militaires américaines au Kosovo (1999) et en Irak (2003) hors mandat de l’Organisation des Nations unies (ONU), M. Poutine rappelait que « la Charte de l’ONU est l’unique mécanisme d’adoption de décisions sur l’emploi de la force en tant que dernier recours » et que « les actions unilatérales, souvent illégitimes, n’ont réglé aucun problème ». Mais ces sages considérations n’ont pas pesé lourd lorsqu’il s’est agi pour la Russie d’envoyer son armée défendre ce qu’elle tient pour ses intérêts vitaux aux marges de l’ancien empire, en Géorgie (2008) ou en Ukraine (2014).
a écrit le 16/11/2014 à 21:21 :
Sacré Vlad ! T'en fais pas Vladimir , achete fruits et légumes en Amérique du sud et au Mexique, coupe le robinet du gaz vers l'Europe et ouvre-le vers la Chine.
Refuse systématiquement pour les appels d'offre les sociétés francaises et privilégie les compagnies chinoises ou japonaises. On verra qui tiendra le plus longtemps !
Réponse de le 17/11/2014 à 0:05 :
La Russie représente peu au plan économique, soyez réaliste au lieu de répéter la propagande du Kremlin ou du FN
Réponse de le 17/11/2014 à 0:16 :
Il y a manque de gazoduc entre la Russie et la Chine et cette dernière ne consomme pas plus mais de moins en moins.
a écrit le 16/11/2014 à 20:57 :
Poutine est le De Gaulle russe, le plus grand chef d'État actuel.
Les zuniens, eux ils ont leur drôle de barack.
Nous, nous avons Hollande…
Cherchez l'erreur.
Réponse de le 16/11/2014 à 21:18 :
Je le comprends très bien. Tant qu'à déjeuner autant choisir des convives agréables. A part Xi Jinping et les leaders du BRICS, Poutine n'aurait eu autour de lui, à table, que des personnes antipathiques, pourquoi ne pas dire, des têtes à claques.
Réponse de le 17/11/2014 à 0:03 :
Oui Poutine c'est comme Staline, Hitler ou Mussolini, il en faut pour tous les goûts.
Réponse de le 17/11/2014 à 0:18 :
Poutine c'est comme Staline, Mussolini ou Hitler, un envahisseur et mafieux admiré seulement par le FN anciennement "Ordre nouveau".
Réponse de le 17/11/2014 à 19:14 :
C'est aussi mon avis et j'estime celui de tout citoyen mentalement émancipé de l'insidieuse et ridicule propagande des néoconservateurs américains dans le monde entier. Ceux qui pensent le contraire sont une minorité de frustrés et de pervers car ils veulent le malheur des peuples.

Mais ceux qui sont pour sont légion, des millions et des millions d'êtres humains du plus haut niveau spirituel soutiennent Vladimir Poutine, un homme à qui notre grand de Gaulle aurait comme un allié de choix !

La France et l'UE se ridicularisent en tant que caniches des Etats-Unis.
a écrit le 16/11/2014 à 20:13 :
Bonsoir. Je demande aux modérateurs de ce forum de bien vouloir retirer le commentaire très désobligeant posté par un certain Lol le 16/11/2014 à 12:55. Il n'est pas conformément les règles de la décence ni da civilité. Merci beaucoup. (Claire Barjac)
a écrit le 16/11/2014 à 19:24 :
Sans surprise. Comme dans tous les forums, sur les sujets brûlants qui pourraient faire l'unanimité : des trolls viennent pimenter le débat.
La moindre des choses serait que ces trolls pondent de vrais arguments au lieu des imbécillités trop flagrantes.
Poutine a parfaitement raison car nous nageons en plein délire.
Il s'en va et les laisse face à leurs mensonges, contradictions, leur agressivité (pour l'instant, ce sont toujours les mêmes que l'on retrouve dans tous les conflits, depuis pas mal d'années, maintenant).
La Russie est tout sauf isolée, ce seraient plutôt les pays d'Occident qui sont isolés parce que le reste du monde ne les supporte plus.
Quant à l'Ukraine, si le crash de cet avion était clair, pourquoi les pays d'Occident (donc, nous) refusent-ils de publier les résultats des enquêtes ?
Réponse de le 16/11/2014 à 20:35 :
Xi Jinping au sommet de l'APEC :
«La Russie et la Chine doivent résister aux pressions de Washington et rester unies dans l’intérêt du monde entier. »
L'oligarchie néocon américaine descent la pente à la vitesse grand V.
a écrit le 16/11/2014 à 18:21 :
M.Poutine est venu faire un petit peu de com., montrer qu'il est indifférent aux critiques. Il reste aujourd'hui aux européens à payer pour ce qu'il subsiste d'un pays, qui pourrait etre une puissance agricole, mais dont le PIB par habitant est le tiers de celui d'un russe..
Réponse de le 16/11/2014 à 19:15 :
Les Etats-Unis, l'ex-première puissance mondiale, fait désormais partie d'un monde multipolaire, le saviez-vous ? le PIB américain dégringole (pas comme le français, bien entendu, le français il monte, il monte) et votre pays se retrouve aujourd'hui à la deuxième place, derrière la grande Chine. Et demain…. derrière la Russie hein ? :-)
a écrit le 16/11/2014 à 18:12 :
Poutine le guerrier fatigué ??, mais qu'il prenne sa retraite qu'il abandonne le pouvoir, qu'il aille péché, nagé, faire de l'escalade, du parachutisme, de vivre au plus prés de la nature. Il peut prendre sa retraite en crimée, dans le dombass, en géorgie ou afganisthan lui qui n'a plus le bout qui se tend !!!!!
Réponse de le 16/11/2014 à 20:05 :
Ne soyez pas aussi jaloux, mon vieux Rv2013. Le Président Poutine est une personnalité charismatique et sait s'occuper de son Pays ; ...
A l'instar il y en a 19 autres qui se complaisent dans la bienséance médiatique et qui s'occupent trop des problèmes des pays des autres…
Trinquons à notre bon et cher Vlado ! tchin-tchin (ou si vous voulez Chine-Chine)
Réponse de le 17/11/2014 à 8:53 :
quand vous parlez de retraite vous parlez pour vous, allez à la pêche vous serez moins stressé et laissez Poutine faire son boulot il sait où il va nous on a Hollande.
a écrit le 16/11/2014 à 17:49 :
La chancelière Angela Merkel a rencontré durant presque quatre heures son homologue russe , Comme elle parle russe c'est sans traduction . En 4 heures on s'en raconte des choses ...! par exemple les livraisons d' armes à l' Ukraine par le saint innocent prix Nobel .
a écrit le 16/11/2014 à 17:23 :
Le sommet du G20 en Australie – l'un des quatre pays qu'avec la Nouvelle-Zélande, le Canada et le Royaume-Uni peuvent être appelés de "pays-satellites des Etats-Unis" – n'a rien apporté de nouveau que des grossièretés, phrases déplacées et malaise, surtout malaise, entre les participants. Eclipsé par le sommet de l'APEC d'il y a quelques jours à Pékin, où le nouvel ordre du monde s'est montré en toute sa vraie face et son objectivité, où des accords très importants ont été signés – ici je ne parle pas de cet "accord" proposée par Obama à Xi sur le climat, car c'était plutôt une blague pour faire parler de lui, lui qui a été totalement effacé au long du Forum asiatique – et qui lancent les bases d’une stratégie à plusieurs volets. L’un de ses principaux aspects est la création de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, dotée d’un capital de 50 milliards de dollars, basée à Pékin. Sans le moindre doute, est L'Evénement économique de l'année (et, détail d'importance, sans la participation de l'Union Européenne).

Le sommet du G20 dans le pays des kangourous – et d'où a surgit même des koalas – c'était une tentative de (comme si il ne suffisait déjà celui qui existe dans les presses-système !) faire du bashing envers la personne de Vladimir Poutine. Et les coups tordus et manques de politesse ont fusionné du côté de nos braves malotrus de l'Occident. Des grossièrétés il y en a eu, certainement, et même nôtre Flanby national n'a pas hésité d'en moudre une, en s'asseyant sur son fauteuil avant même de serrer la main d'un Poutine qui l'attendait debout ! De la classe à la française dans tous ses états, quoi !

Et les journaux aux ordres n'ont fait de moins en publiant des photos triées sur le volet sous des titres raccrocheurs mais ô combien fallacieux. Pour le lecteurs de ce genre de presse et médias le message passé c'était que "les leaders occidentaux, plus unis que jamais (!!), ont pressé le "citron" Poutine à point de le faire quitter le sommet avant l'heure". Or il n'y en est rien. Vraisemblablement que c'était Poutine lui-même, pour éviter de se retrouver agacé par la mélodie monocorde de Obama et de ses larbins-satellites, qui a préféré toujours faire ses repas seul et aussitôt qu'il n'avait plus rien d'important à décider, de prendre son avion pour filer vite à un monde "plus civilisé" pour lui. Les lecteurs de ce genre de médias et presse vont toujours croire qu'il sont durs à cuire, ces Occidentaux, hein ?! Poutine et ses copains communistes que fassent gaffe, le "monde libre" les tient à l'oeil, hein ?!

Et pourtant, en fin de journée, on se demande quoi de tout ce "drame de première page" est (même à distance) réel. Que peut-on affirmer de "l'offensive" de l'Ouest contre Poutine avec ses sanctions – que n'ont d'autre rôle que celui de bouc émissaire commode pour relativiser la dépression économique dans laquelle les pays occidentaux se trouvent – si l'on entend derrière un responsable de l'entourage américaine l'échange suivant :

Obama : "Ceci est ma dernière élection. Après mon élection j'aurai plus de flexibilité."
Medvedev : "Je comprends. Je transmettrai ces informations à Vladimir".

Qui est la dupe de qui ?
a écrit le 16/11/2014 à 16:17 :
Si tout va comme prévu, l'armée russe – avant 2020 – va compter sur un million de soldats dans son personnel de service actif, appuyé par 2'300 nouveaux chars, environ 1'200 nouveaux hélicoptères et avions, avec une marine composée de cinquante nouveaux bateaux de surface et vingt-huit sous-marins. Si actuellement la Russie dispose déjà d'un pouvoir de frappe nucléaire supérieure à celle des Etats-Unis, on peut bien imaginer que ces paranos de Washington et de Wall Street, en taquinant l'ours russe risquent gros, résolument gros.
Réponse de le 16/11/2014 à 17:53 :
Quel intérêt la Russie aurait elle de disposer d'une frappe bien supérieure à celle des USA ? Aurait elle dans l'idée de ne pas s'arrêter à la seule Ukraine ?
a écrit le 16/11/2014 à 15:45 :
Durant le sommet du G20, le Président Poutine, a été ostracisé par ses "partenaires occidentaux" qui se sont comportés comme des sales gosses et des cuistres, incapables de respecter la bienséance minimale d'un protocole diplomatique…

Pendant que le Président Poutine à Brisbane, était une nouvelle fois accusé – sans la moindre preuve – d'intervenir dans le Sud Est de l'Ukraine, dans le Donbass, à Gorlovka les bombes ukrainiennes elles, visant les quartiers résidentiels massacraient une famille entière !

Et bien sûr les médias rapportant le drame se gardent bien de désigner l'origine des tirs, certains même évoquant juste avant la sujet la prétendue invasion russe, afin d'insinuer perfidement dans les cerveaux hyptnotisés, la relation subjective de causalité !

J'ai envie de hurler !
a écrit le 16/11/2014 à 14:05 :
mon commentare n'étant pas passé. Alors je dis à nouveau que ce sommet est celui de la honte : de articipats ontété accueillis à la limit
Réponse de le 16/11/2014 à 14:35 :
On attendait un sommet-kangourou et il n'en était rien, c'était un sommet-koala !!
a écrit le 16/11/2014 à 13:19 :
jamais on aura vu pareil sommet où certains invités ont été accueillis à la limite des convenances : ainsi pour les deux presidentes ( du Brésl et de l'Argentine ) qu'on aurait quand même pu accueilir avec un minimum d'égard, au moins par courtoisie.
Réponse de le 16/11/2014 à 14:32 :
Et que s'est-il passé avec les présidents du Brésil et de l'Argentine ? merci de me le dire.
a écrit le 16/11/2014 à 13:04 :
Face a une europe voulant indexer l'ukraine la russie doit nous faire payer l'addition a cette europe dictatoriale
Réponse de le 16/11/2014 à 13:12 :
Pourquoi nos journaleux ne donnent pas la parole à nos exportateurs d'agroalimentaires ? il y a de la grosse grogne là dessus.
Réponse de le 16/11/2014 à 13:16 :
Dictatoriale ? Vous étiez où pendant les élections ? A l'étranger ?
Réponse de le 17/11/2014 à 0:20 :
Mieux vaut que l'Ukraine ne soit pas "indexée" sur le rouble lol !
a écrit le 16/11/2014 à 12:49 :
La presse-propagande anglo-saxonne (et inconditionnellement copiée par les autres, parmi lesquelles la notre, hélas) parlent que "sous le feu des critiques des Occidentaux, Poutine a quitté précipitamment le sommet du G20" !!! mdr

Poutine est parti avant le déjeuner de clôture car il n'avait plus d'estomac pour endurer certains couil***** de ce sommet . Ce n'est pas le petit capitaine Français qui quitterait la table avant le dessert, mais nooooon, surtout pas ! L'estomac d'abord, les discutions après . En rentrant en France, il va peut être nous dire que Poutine est parti parce qu'il a eu peur de lui !

Quelle époque, quels moeurs.
Réponse de le 16/11/2014 à 12:55 :
OH le pauvre choux. Il supporte mal les contrariétés ? Et dois partir avant la fin ? Sa virilité n'est pas suffisante semble t il....
Réponse de le 17/11/2014 à 8:54 :
on dirait que vous faites un auto portrait,
a écrit le 16/11/2014 à 12:36 :
"Lorsque le canadien Stephen Harper a lancé à M.Poutine: "J'imagine que je vais vous serrer la main, mais je n'ai qu'une seule chose à vous dire: vous devez sortir d'Ukraine", selon un porte-parole canadien. Ce à quoi M. Poutine a répliqué: "C'est impossible puisque les Russes n'y sont pas", selon un porte-parole russe. " (latribune.fr)

Ex-cel-lent !!! voilà le vrai maître d'échecs dans toute sa splendeur !!! Longue vie à toi, Vlado, tu es un grand !!!
Réponse de le 16/11/2014 à 12:42 :
Oui, je comprends que des gens soient vraiment impressionnés par cette capacité Russe à mentir en permanence, en toutes circonstances. Je comprends aussi que vous seriez très content de pouvoir disposer de la même chose à domicile (pourtant Hollande se débrouille déjà pas mal, mais je crois qu'il promet de s'améliorer encore, ça vous va ?).
Réponse de le 16/11/2014 à 19:20 :
Lors de ce sommet on a fait un petit jeu pour voir qui était le pays le plus grand menteur de la planète. Plusieurs conditions ont été posées et selon les réponses un jury accordait telle ou telle note. Devinez qui était le "champion", ou plutôt, "le héros" comme ils aiment bien dire les américains ! non, vous avez raté, c'était les Etats-Unis de l'Amérique !! ils ont menti sur toute la ligne : Irak, Cuba, Irak, Afghanistan, ex-Yougoslavie, Iran, Hong-Kong... et pour clore en beauté, l'Ukraine. La cérémonie des médailles sera en décembre….. à Paris.
a écrit le 16/11/2014 à 12:33 :
C'est un vrai plaisir de lire les commentaires des internautes sur le sujet Ukrainien, sujet Russe plutôt, pardon, sujet Poutine le grand méchant loup d'abord, surtout quand IL N'Y PAS ENCORE DE COMMENTAIRES parce que, dés que ça va commencer, j'en connais un qui va en prendre pour son grade. Les trolls se lèvent tard et c'est bon de le savoir ! Merci au poète Arsenyi.
Ps: Par solidarité avec l'Europe, ce matin en me levant, j'ai fait un salut nazi. Et parce que je suis pas complètement con, bien qu'un peu comme tout un chacun, après réflexion, je suis allé chier. Pris de remords de m'être trompé.
Réponse de le 16/11/2014 à 12:41 :
Eh oui, mon ami, je sais tout à fait de qui tu parles, de cet "envahisseur" néoconnien (pardonnez moi le néologisme) plutôt un cas de psychiatrie que d'autre chose. Un salut nazi à cette Europe qui nous déçoit, hélas, ce n'est certainement pas la meilleure manière d'entamer un dimanche, mais bon…. heureusement que tu t'es racheté ! :-))
Réponse de le 16/11/2014 à 13:11 :
Perso je dirais que ce n'est pas que "les trolls se lèvent tard" mais c'est qu'ils se trouvent dans un autre fuseau horaire, celui des Etats-Unis et du Canada. Les heures où sont postés leurs "endoctrinements anti-Poutine" c'est souvent très tard dans la nuit. Une raison de plus pour qu'on les boude.
a écrit le 16/11/2014 à 12:23 :
Quand sur la presse atlantiste on lit que Poutine "a été critiqué par ses homologues occidentaux" il faut tenir compte ces "Occidentaux-là" dont parle la presse huilée par Washington-Wall Street se résument à une petite poignée de pays seulement. Le "Maure de Washington" (pour utiliser une expression devenue célèbre dans les milieux proches à la Coupe de l'Amérique), en suivant les consignes dictées par ses maîtres néoconservateurs, a encore une fois répété que "la Russie se trouve isolée dans la scène internationale". Les générations de l'avenir ne vont pas croire qu'il a existé une telle personne à la tête d'un État aussi important que les USA. C'est écoeurant pour le peuple américain, décidément. Mais les patrons de cette oligarchie US s'en fichent royalement de ce que pense l'américain moyen et (encore) fier de son pays. Elle le gave avec de la malbouffe, NYTimes et CNN et c'est bon.

La Russie est plus que jamais entourée de partenaires de tous les niveaux (économiques, défense, sociaux, politiques, industriels… ) et Poutine, avec la Président Xi de la Chine ont réussi en quelques mois à multipolariser un monde qui venait jusqu'à alors sous le monopole des Etats-Unis, suivi des ses petits vassaux européens et anglo-saxons. Dire que la Russie se trouve isolée revient à dire que la Chine est en faillite ! une absurdité qu'on verrait mieux dans la bouche d'un imbécile que dans celle du Président des Etats-Unis de l'Amérique !!

Pour le rappel, il y a quelques semaines on a voté à l'ONU pour la levée des sanctions US contra Cuba. 188 nations du monde entier ont voté pour la levée de ce sanctions abominables. Seuls les Etats-Unis et Israel ont voté contre. Et alors, Mr. Obama, quels sont les pays qui se trouvent réellement isolés dans cette planète ?
Pas la Russie, en tout cas.
a écrit le 16/11/2014 à 12:07 :
Ce n'était pas une routine
Pour le grand Vladimir Poutine ;
Mais si il avait Hubert Védrine,
Sarkozy, Juppé et Marine,
On apporterai de l'aspirine
À Hollande, dans une vitrine !


© Arsenyi de Yalta
Réponse de le 16/11/2014 à 13:24 :
Désolant. C'est nul.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :