Le conflit en Ukraine devrait s'inviter à la table du G20

 |   |  340  mots
Moscou continue de nier les accusations de fourniture de troupes aux séparatistes pro-russes dans la région du Donbass.
Moscou continue de nier les accusations de fourniture de troupes aux séparatistes pro-russes dans la région du Donbass. (Crédits : reuters.com)
L'enlisement de la guerre dans l'est de l'Ukraine et le bras de fer que se livrent les Occidentaux et la Russie dans ce conflit devraient dominer l'agenda du sommet du G20, qui se tient samedi et dimanche à Brisbane en Australie.

Un intrus de taille à la table du sommet économique. Si la réunion des pays les plus développés et des principaux pays émergents doit avant tout se concentrer sur la relance de la croissance globale, c'est bien le face-à-face entre le président russe Vladimir Poutine et les dirigeants occidentaux qui occupera les conversations.

Et pour cause, le gouvernement de Kiev accuse Moscou d'envoyer de nouvelles troupes et du matériel pour soutenir les séparatistes dans l'est de l'Ukraine.

Menace de nouvelles sanctions

La question ukrainienne devrait ainsi constituer le thème majeur des entretiens que le président américain, attendu samedi à Brisbane, doit avoir avec la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre britannique David Cameron et le président français François Hollande.

David Cameron a donné le ton de ce que pourraient être les échanges en affirmant vendredi que les initiatives de la Russie en Ukraine étaient inacceptables, et en brandissant la menace de nouvelles sanctions américaines et européennes :

"Je continue d'espérer que les Russes vont comprendre et admettre qu'ils doivent permettre à l'Ukraine de se développer en tant que pays indépendant et libre, libre de faire ses propres choix", a déclaré Cameron devant la presse à Canberra.

Prospérité et sécurité

Moscou continue de nier les accusations de fourniture de troupes aux séparatistes pro-russes dans la région du Donbass. Les combats se multiplient dans la partie orientale de l'Ukraine et selon l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), la trêve conclue le 5 septembre à Minsk en Biélorussie est quasiment caduque.

"Ce qui m'inquiète le plus est que l'intégrité territoriale de l'Ukraine est violée et que l'accord de Minsk n'est pas respecté", a commenté Angela Merkel, s'exprimant à Auckland en Nouvelle-Zélande.

L'atmosphère générale entourant le sommet s'est un peu plus alourdie avec l'annonce de l'arrivée d'un convoi de navires de guerre russes dans les eaux internationales au nord de Brisbane.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2014 à 16:31 :
Les réserves étrangères de Kiev ont plongé le mois dernier 23.2% dans un montant de 12.6 milliards de dollars.
D'ici à la fin de l'année ce sera encore plus désordonné.
Kiev doit payer une facture de gaz de 3.1 milliards de dollars à Gazprom, ou alors …
La banque centrale de Kiev devra vendre encore plus de devises étrangères pour soutenir le hryvnia.
Et il y a des factures de gaz bien plus importantes que celles que Les Générales d'Hiver avancent.
L'UE dévastée par sa politique d'austérité va-t-elle leur prêter un euro, au moins ? rien de moins sûr…
Comme on s'en doutait, c'est le FMI qui possède maintenant l'Ukraine.
Pourtant il y aura seulement "le financement de cas d'urgence"– une clause du genre plus vague et circonstantiel tu meurs – si Kiev applique ce bon et vieux "ajustement structurel", comme, par exemple, de transformer l'immense majorité d'Ukrainians en mendiants pour toute leur vie.

Ce sont des faits. Le reste c'est du blabla et de la propagande otanienne.
(David)
a écrit le 17/11/2014 à 5:56 :
Pendant que les Pays-Bas ont rendu hommage à Amsterdam aux 298 victimes du crash du MH17 (dont 193 néerlandais), le boeing de la Malaysia Airlines abattu le 17 juillet au dessus d'une région sous contrôle des séparatistes pro-russes dans l'Est de l'Ukraine, la Russie est particulièrement visée dans cette tragédie. La veille la thèse d'un missile russe a été renforcée par un rapport du site de « journalistes citoyens » Bellingcat, généralement jugé crédible. Sur la base de photos, vidéos et documents publics, Bellingcat affirme qu'un lanceur Bouk observé le 17 juillet peu avant le crash en zone sous contrôle séparatiste provenait d'un convoi militaire de la 53e brigade antiaérienne russe de la base de Koursk, en manoeuvre depuis la fin juin à proximité de la frontière ukrainienne. Le même lanceur a ensuite été filmé avec au moins un missile manquant.
Réponse de le 17/11/2014 à 7:46 :
arrêtons cette propagande idiote.
l'enquête est en train d'être enterré par les occidentaux pour ne pas révéler des choses qui ne sont pas à notre avantage.
de toute façon , ça n'a plus grande importance , l'essentiel pour les USA était de semer la zizanie entre l'UE et la Russie, c'est fait, la vérité n'a plus de valeur
a écrit le 17/11/2014 à 5:53 :
La guerre en Ukraine, fuite en avant face au marasme économique lié principalement à une gestion mafieuse de la Russie par Poutine : Panique financière en Russie, partout où l’on pose son regard à Moscou, il est impossible d’y échapper. Les enseignes lumineuses des taux de change sont présentes aux quatre coins des rues et elles ont captivé l’attention plus encore qu’à l’ordinaire, lorsque le rouble a atteint un nouveau pallier historiquement bas. Le dollar s’échangeait contre 48 roubles et l’euro à plus de 60 roubles, provoquant un début de panique dans les milieux financiers moscovites. « Le marché des changes est proche d’une situation de panique qui menace la stabilité financière », alertait l’une des plus importantes banques russes, VTB24. En fin de journée, la Banque centrale de Russie se résignait, dans un communiqué, à admettre les « prémices de risques pour la stabilité financière ». En une semaine, la monnaie russe a perdu 10 % de sa valeur, plus du quart depuis le début de l’année. La chute du cours du pétrole, les sanctions internationales et la fuite des capitaux expliquent cette volatilité « Dans ces conditions », la Banque centrale russe s’est dite « prête à augmenter ses interventions monétaires à tout moment et à utiliser tous les instruments à sa disposition ». Rien de concret à la clé mais cette déclaration marque un fléchissement dans la volonté affichée de préserver ses réserves. Quarante-huit heures plus tôt, l’institution avait en effet annoncé qu’elle comptait réduire ses interventions à 350 millions de roubles par jour pour défendre la monnaie nationale – une goutte d’eau comparée aux 30 milliards de dollars qui s'évaporent chaque mois.
"On assiste à une panique de grande ampleur avec des airs de crise monétaire qui s'alimente elle-même", ont averti les analyste de la banque ING. Plus le rouble chute, plus les ménages sont tentés de protéger leurs économies en achetant des dollars et des euros, ce qui alimente le phénomène. Selon les analystes de VTB Capital, "la principale pression sur le rouble vient désormais probablement des ménages". La population, confrontée à une inflation déjà à plus de 8% et qui, selon certains économistes, pourraient atteindre 10% début 2015, ont réduit leurs grosses dépenses, affectant de plein fouet le marché automobile ou le secteur touristique.
a écrit le 16/11/2014 à 10:40 :
Les priorités de ce sommet devraient être les paradis fiscaux et la récession européenne, mais finalement en se concentrant sur l'Ukraine on évite de parler des sujets qui divisent. Question pourquoi l'Espagne et les Pays-bas ne font pas partie du G20 ? ( 13 em et 18 em économiques mondiales devant l'Arabie Saoudite). Et pourquoi l'Union européenne déjà représentée par l'Allemagne, la France, GB et l'Italie qui représentent à eux 4 déjà 63% du PIB européen ?
Réponse de le 16/11/2014 à 13:56 :
paradis fiscaux ok mais aussi enfer fiscaux comme la France .L'équilibre est entre les deux . SANS L'ENFER IL N'Y AURAIT PAS DE PARDIS
Réponse de le 17/11/2014 à 6:00 :
Les risques de guerre à cause de l'envahisseur Poutine sont plus importants/graves que l'économie.
a écrit le 15/11/2014 à 12:19 :
La Russie a un PNB miserable, et celui-ci repose essentiellement sur les matières premières. Ses rares hautes technologies sont toutes soumises a concurrence. La restructuration de l'armée rouge(à 1/10ème de l'armée soviétique) avait bien commencé mais tourne au fiasco. Le cours du petrole baisse ruinant la richesse principale du pays. Il ne reste pour se maintenir que les milliers d'armes nucléaires seule puissance réelle de la Russie, et quand on lit les prétentions economiques et diplomatiques gigantesques de ce pays qui n'a pas le quart des moyens necessaires, on a très peur de Poutine ou d'un autre.
Réponse de le 15/11/2014 à 15:41 :
Merci pour ton discours, quel magnifique somnifère ! après plusieurs jours d'insomnie je commence à bâiller déjà….
Réponse de le 15/11/2014 à 16:10 :
Les néoconservateurs veulent une Russie faible, docile, pour qu'ils puissent faire avancer leur politique étrangère pro-israélienne par le moyen d'oligarques corrompus et anti-nationalistes. C'était ainsi qu'ils ont pu contrôler les deux Présidents russes à la fin de l'URSS. Gorbatchev était trop faible, une sorte de Hollande ; Boris Yelstine était un ivrogne, un homme totalement irresponsable et qui a mis la Russie à la risée du monde. Pour le salut du peuple russe, Vladimir Poutine a surgit et depuis son arrivée au pouvoir il mène une orientation politique qui donne de la crédibilité et restaure la dignité perdue du peuple russe. Voilà la raison pour laquelle les néoconservateurs américains font une campagne de diffamation contre Poutine et paient les armes à des néonazis et mercenaires ukrainiens pour faire la guerre à la Russie. Ils oublient – ou font semblant d'oublier – que la Russie ne se laissera jamais prendre par eux, et si il n'aura pas de changement dans l'administration américaine dans les prochaines années, si il n'y aura pas une moralisation et retour à l'ordre démocratique dans ce pays, les Etats-Unis se retrouveront isolés sur la scène internationale et en banqueroute, car le pétrodollar, détrompez-vous, a ses jours déjà bel et bien comptés.
a écrit le 15/11/2014 à 10:26 :
A lire les trolls moscovites, on aurait presque l'impression que c'est la Russie qui se fait envahir. Mais c'est bien la Russie qui est l'agresseur, idem en Tchétchénie, Géorgie. Avec l'Ukraine ça se rapproche de l'Europe. A un moment il va bien falloir réagir, car où est la limite de Mr Poutine? Les anciennes frontières du bloc soviétiques? Plus?
Réponse de le 15/11/2014 à 11:12 :
Vous pensez donc que ce sont les frontières de la Russie qui avancent vers l'Ouest ? Allons allons un peu de bon sens, c'est plutôt l'OTAN dont l'existence n'est plus justifiée depuis la chute de l'empire soviétique, qui avancent petit a petit vers les Frontières Russes !
Réponse de le 15/11/2014 à 11:31 :
Les sirènes de Soros sont en total désespoir de cause, excitées elle ne font que répéter les mêmes blâmes contre Poutine et faire des menaces qui jamais verront le jour, quand la Banque du BRICS commencera a distribuer les cartes, ces sirènes vont se jeter du haut de la tour Eiffel, désespérées, dépitées, ulcérées….
Réponse de le 15/11/2014 à 22:48 :
Les banques du BRICS ça existe ?
Les BRICS sont ou actuellement ?
Pour que cela fonctionne il faudrait que l'Inde et la Chine arrive à faire la paix mais vu que les deux pays s'observe et prépare leurs forces militaires dans un éventuel conflit pour quelques territoires qu'ils se dispute ça ne risque pas d'arriver.
Réponse de le 16/11/2014 à 11:02 :
il y a eu une réunion de l'OCS la semaine dernière. Ce vieux projet est en train de connaitre une très nette accélération face à la menace US.
L'Inde, le Pakistan et l'Iran ont demandé à y adhérer.

et en parallèle , ce petit monde signe des accords commerciaux à tour de bras.
le monde est en train de basculer .. et pas de notre côté
Réponse de le 17/11/2014 à 6:17 :
Les géants français signent à tour de bras au Brésil, en Afrique du sud, en Chine et en Inde.
a écrit le 15/11/2014 à 10:07 :
Y a-t-il un médiateur à la TRIBUNE ? Jusqu'à quand devrons-nous endurer ce provocateur anti Poutine qui fait le discours des néoconservateurs américains, cet illuminé qui ne cesse de polluer les commentaires au point de ne plus les lire tant ce provocateur est abject ? interdisons-le, cela suffit pour de bon !
Réponse de le 16/11/2014 à 12:11 :
Vous avez un problème avec la divergence d'opinion ?
a écrit le 15/11/2014 à 9:08 :
il faut bien que quelqu'un protège les millions d'Ukraniens Russophones des milices neo-nazis de Kiev...que nous armons ! Est il encore nécessaire de rappeler que ces fanatiques ont brulé vivants des dizaines d'Opposants à Odessa ? Est il encore nécessaire de rappeler que ces miliciens ont abattu le MK--17? est il encore nécessaire de rappeler que tout les jours des civils sont tués à donetsk, sous les bombes de miliciens de Kiev?
Réponse de le 16/11/2014 à 2:12 :
En lisant les cinq lignes plus haut j'ai l'impression que certains ici ne regardent que les actualités russes. C'est pas possible d'être aussi bête que cela. L'avion de ligne abattu l'a été par les séparatistes qui se croyait attaqué, si bien qu'un d'entre eux l'a annoncé fièrement avant de se rétracter, sachant que c'était un avion civil.
@et alors si tu est un amoureux de Poutine va en Russie et si tu est nostalgique du communisme va en Corée du Nord. Mais évite de sortir des conneries qu'un enfant de 5 ans ne ferait pas.
a écrit le 15/11/2014 à 8:23 :
La guerre en Ukraine, fuite en avant face au marasme économique lié principalement à une gestion mafieuse de la Russie par Poutine : Panique financière en Russie, partout où l’on pose son regard à Moscou, il est impossible d’y échapper. Les enseignes lumineuses des taux de change sont présentes aux quatre coins des rues et elles ont captivé l’attention plus encore qu’à l’ordinaire, lorsque le rouble a atteint un nouveau pallier historiquement bas. Le dollar s’échangeait contre 48 roubles et l’euro à plus de 60 roubles, provoquant un début de panique dans les milieux financiers moscovites. « Le marché des changes est proche d’une situation de panique qui menace la stabilité financière », alertait l’une des plus importantes banques russes, VTB24. En fin de journée, la Banque centrale de Russie se résignait, dans un communiqué, à admettre les « prémices de risques pour la stabilité financière ». En une semaine, la monnaie russe a perdu 10 % de sa valeur, plus du quart depuis le début de l’année. La chute du cours du pétrole, les sanctions internationales et la fuite des capitaux expliquent cette volatilité « Dans ces conditions », la Banque centrale russe s’est dite « prête à augmenter ses interventions monétaires à tout moment et à utiliser tous les instruments à sa disposition ». Rien de concret à la clé mais cette déclaration marque un fléchissement dans la volonté affichée de préserver ses réserves. Quarante-huit heures plus tôt, l’institution avait en effet annoncé qu’elle comptait réduire ses interventions à 350 millions de roubles par jour pour défendre la monnaie nationale – une goutte d’eau comparée aux 30 milliards de dollars qui s'évaporent chaque mois.
"On assiste à une panique de grande ampleur avec des airs de crise monétaire qui s'alimente elle-même", ont averti les analyste de la banque ING. Plus le rouble chute, plus les ménages sont tentés de protéger leurs économies en achetant des dollars et des euros, ce qui alimente le phénomène. Selon les analystes de VTB Capital, "la principale pression sur le rouble vient désormais probablement des ménages". La population, confrontée à une inflation déjà à plus de 8% et qui, selon certains économistes, pourraient atteindre 10% début 2015, ont réduit leurs grosses dépenses, affectant de plein fouet le marché automobile ou le secteur touristique.
Réponse de le 15/11/2014 à 10:31 :
Lors du salon AirShow China 2014 qui a lieu a ce moment en Chine, le holding russe de hautes technologies Rostec a signé vendredi quatre accords avec la Chine portant sur la coopération dans les technologies électroniques, l'industrie spatiale et aéronautique. Pas un seul accord avec des contructeurs occidentaux. Voilà la "vraie" Réalité, le reste n'est que de la propagande sorosienne.
Réponse de le 15/11/2014 à 18:58 :
Voilà "la Russie isolée" de Baraque Obama !!!
Réponse de le 15/11/2014 à 21:19 :
Et vous voulez savoir combien d'accords les US ont signé avec la Chine ? aucun.
Réponse de le 17/11/2014 à 5:55 :
Le pouvoir d'achat de la Chine est limité et c'est dangereux pour la Russie d'en dépendre autant.
a écrit le 15/11/2014 à 8:18 :
Pendant que les Pays-Bas ont rendu hommage à Amsterdam aux 298 victimes du crash du MH17 (dont 193 néerlandais), le boeing de la Malaysia Airlines abattu le 17 juillet au dessus d'une région sous contrôle des séparatistes pro-russes dans l'Est de l'Ukraine, la Russie est particulièrement visée dans cette tragédie. La veille la thèse d'un missile russe a été renforcée par un rapport du site de « journalistes citoyens » Bellingcat, généralement jugé crédible. Sur la base de photos, vidéos et documents publics, Bellingcat affirme qu'un lanceur Bouk observé le 17 juillet peu avant le crash en zone sous contrôle séparatiste provenait d'un convoi militaire de la 53e brigade antiaérienne russe de la base de Koursk, en manoeuvre depuis la fin juin à proximité de la frontière ukrainienne. Le même lanceur a ensuite été filmé avec au moins un missile manquant.
Réponse de le 15/11/2014 à 9:12 :
pourtant les preuves et l'enquête montre le contraire....l'avion a été détruit par une multitude de objet (des tires d(avion Ukrainien certainement)..la carcasse du MH17 est pleine d'impacts de balles, et Kiev cache toujours les enregistrements sonores de la tour de controle et de l'avion......tout le monde sait que ce sont les putchistes qui ont fait le coup !
Réponse de le 15/11/2014 à 15:43 :
Les Etats-Unis sont gouvernées par des lobbies militaro-industriels, par les banquiers et spéculateurs de Wall Street, par le club de néo-Conservateurs, George Soros, des lobbies sionistes et la CIA, peu importe qui sera le locataire de la Maison-Blanche. Dis-moi, zozo, tu vois des différences entre un George Bush, un Clinton, un Bush senior et un Barack Obama ? ne sois pas si naïf, il n'y a pas d'alternance RÉLLE de pouvoir en Occident depuis des lustres. C'est justement la Russie, dont tu n'a pas l'air de t'y connaître, qui a subit plusieurs VRAIES alternances, 3 plutôt pro-Occident (Gorbachev, Yeltsin et Medvedev) et une seule pour le bien du pays qui est celle de Poutine. Renseignez-vous ! si il y avait eu un imbécile et un ivrogne comme Présidents de la France ou des Etats-Unis, les bons français et américains allaient exiger un Président défenseur de leur intérêts. Et c'est ça que fait Poutine en Russie. Suffit juste de voir son taux de popularité et d'approbation à son gouvernement. Et de les comparer avec ceux de Hollande et de Obama.
Réponse de le 16/11/2014 à 12:15 :
Ben voyons. Et c'est pour protéger les preuves de la culpabilité de Kiev que les séparatistes ont bloqué l'acçes aux preuves ? Le ridicule ne vous tue pas. Votre propangande est nulle. Vos prédécesseurs faisaient mieux.
a écrit le 15/11/2014 à 8:17 :
Evoquant les interventions militaires américaines au Kosovo (1999) et en Irak (2003) hors mandat de l’Organisation des Nations unies (ONU), Poutine rappelait que « la Charte de l’ONU est l’unique mécanisme d’adoption de décisions sur l’emploi de la force en tant que dernier recours » et que « les actions unilatérales, souvent illégitimes, n’ont réglé aucun problème ». Mais ces sages considérations n’ont pas pesé lourd lorsqu’il s’est agi pour la Russie d’envoyer son armée défendre ce qu’elle tient pour ses intérêts vitaux aux marges de l’ancien empire, en Moldavie, Géorgie (2008) ou en Ukraine (2014)...
Réponse de le 15/11/2014 à 19:33 :
@Historien?: Votre connaissance de l'histoire est très particulière, surtout pour celui qui prétend d'être historien. 1. A l'épouqe du conflit en Transnistrie au début des années 90 Poutine a gaspillé l'argent dans la mairie de St. Peterbourg. Il semble fort que vous ne connaissiez rien sur l'histoire et le deroulement du conflit. 2. La guerre de 2008 a été commencée par la Géorgie. C'est officiellement reconnu par la commisssion internationale. 3. Merci, vous avez confirmé la thèse de responsabilité des E.-U. et ses alliés dans la destruction du système de sécurité internationale.
Réponse de le 17/11/2014 à 5:48 :
Apprenez à lire "ex-Moscovite" au lieu de tenter de faire passser votre propagande habituelle 1) c'est la Russie qui est citée 2) et pourquoi la guerre a t-elle été déclarée 3) C'est bien Poutine qui a envahi la Géorgie, la Crimée et l'Ukraine et dont les militaires y sont toujours.
a écrit le 15/11/2014 à 8:12 :
De 25.000 à 30.000 soldats russes en Ukraine + armements lourds, guerre totale prévue ce week-end ou proche. A suivre.
Réponse de le 15/11/2014 à 10:09 :
Autant être aveugle que lire une stupidité pareille.
a écrit le 14/11/2014 à 20:20 :
Rien ne pourrait illustrer plus crûment la destination que prend le monde multipolaire, que ce qui vient de se produire au sommet de l’APEC à Pékin.
Regardez bien les photos officielles : tout est dans le positionnement des participants, et, ceci étant la Chine, lourd de signification symbolique. Devinez qui est à la place d’honneur, juste à la droite du président Xi Jinping. Et devinez où a été relégué le canard boîteux, dirigeant de la « nation indispensable ». Les Chinois maîtrisent parfaitement, eux aussi, l’art d’envoyer des messages globaux.
Verra-t-on de même sur "les photos de famille" de ce G20 en Australie ?
Réponse de le 14/11/2014 à 21:09 :
Dans l'oeil ! je pense d'ailleurs que désormais on verra sur les canaux indépendants de plus en plus du US bashing, un exemple les photos du baiser (un peu scandaleux) de Obama à Aung San de Myanmar. Après le célèbre selfie avec une blonde (sa femme à côté n'avait pas l'air d'en apprécier) je pense que Obama n'a pas la classe qu'on exige d'un leader d'une grande nation. (mari@nne)
a écrit le 14/11/2014 à 20:04 :
J'espère que monsieur hollande va respecter la signature de la france car il engage les français , l'argent des français et leurs emplois en cas de doute qu'il demande au peuple qui l'a mandaté pour 5 ans . Point à la ligne .
Réponse de le 14/11/2014 à 22:11 :
Livrer les Mistral à Poutine c'était comme livrer des armes à Hitler et Staline.
Réponse de le 15/11/2014 à 2:58 :
Poutine reste infiniment plus respectable que les monarchies du golfe( dont on se gausse au moindre contrat d'armement), au moins 500 années d'évolution les séparent.
Réponse de le 15/11/2014 à 5:48 :
La France fricote avec des pays comme l'Arabie Saoudite qui exécute par décapitation au sabre, c'est sur c'est plus soft selon les moralisateurs bobos que l'on voit sur ce forum.
Réponse de le 15/11/2014 à 8:07 :
Les monarchies du Golfe n'envahissent pas les autres au contraire de la Russie de Poutine.
Réponse de le 15/11/2014 à 12:15 :
Allez dire ça aux terroristes de l'ISIS et aux démocrates du Bahrein
Réponse de le 15/11/2014 à 15:45 :
"Les néo-Conservateurs américains sont pour le monde entier aujourd'hui ce que les Nationaux-Socialistes étaient pour l'Europe en 1939."
A bon entendeur, salut.
Réponse de le 17/11/2014 à 5:58 :
Poutine est aujourd'hui au monde ce que Staline, Mussolini et Hitler étaient au monde de 1939
a écrit le 14/11/2014 à 18:50 :
Tout ces conflits ont pour origine: soit l'incapacité des USA de prévoir l'avenir, soit d'en être les donneurs d'ordre. Dans les 2 cas ont peut qu'avoir des doutes sur leur sincérité puisque il se glorifie d'être des maîtres dans "le service de renseignement"!
Réponse de le 14/11/2014 à 19:34 :
La situation ne pourra pas être simple pour l'Ukraine , car la facture énergétique sera élevé et militairement ils combattent un pays hyper-puissant qui a les moyens et une forte capacité de nuisances directe et indirecte.... Il est important de passer l'hiver, et de tenir militairement. Une fois le pays durablement passer a l'ouest, George Soros pourra le soutenir économique et l'OTAN l'aider militairement…..En tout cas ce sont mes souhaits et de beaucoup d'autres de ce site.
a écrit le 14/11/2014 à 18:48 :
arrivé a L’ÉLISÉE il vas s’apercevoir que ce sont des capitalistes ;pour le seul pays socialiste du coin !!!!!
Réponse de le 14/11/2014 à 19:09 :
Hollande se prend pour un chef en imaginant faire plier Poutine, ce chef d'Etat qui aime son pays, et qui entend faire respecter le contrat, ce en quoi il a raison. Hollande se moque des compensations financières, puisque, comme il l'a répondu à G. Bouleau "ça ne coûte rien, c'est l'Etat qui paie". L'Etat c'est nous, et nous refusons que les caprices de l'incapable obligent la France -les contribuables- à financer une rupture de contrat. Mais pour qui se prend-il ? Il n'a plus aucune légitimité comme chef d'Etat.
Réponse de le 15/11/2014 à 8:11 :
Hollande aurait parfaitement raison d'annuler le contrat des MIstral. On ne vend pas des armes à un pays envahisseur, à moins d'être débile profond.
a écrit le 14/11/2014 à 18:33 :
La question est comment la Russie peut elle encore être invitée au tour de table de puissances économiques responsables. N'existe t'il pas de statuts régissant les règles de fonctionnement de ce G20 et définissant un minimum de règles et principes à respecter par ses membres ?
a écrit le 14/11/2014 à 17:56 :
Alors je vous propose un menu de la plus haute cuisine ukrainienne:

Entrée gastronomique :
Médaillon de chocolat Poroshenko et poivron, crème otanienne et réduction de preuves.
Cuillères de Timoshenko avec sauce Pravy Sektor parfumée au gaz russe.

Plat principal:
Boudin blond de Novorussia avec missiles sautés au Calvados et compote néonazie.

Dessert gastronomique:
Tourbillons de Buk sur fruits de Maïdan au coulis d'hémoglobine.

Le tout descendra par le gosier par moult rasades de cru de Crimée cuvée 2014.

Les invités en seront-ils dégoûtés ?
Réponse de le 14/11/2014 à 19:43 :
Excellent, bravo.
Réponse de le 15/11/2014 à 8:15 :
Le chef cuisinier est russe et en plus du FSB

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :